En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 8 min 47 sec
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 1 heure 28 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 1 heure 28 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 18 heures 49 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 19 heures 55 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 21 heures 23 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 25 min 16 sec
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 1 heure 12 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 1 heure 26 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le Français ?

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 1 heure 28 min
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 18 heures 30 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 19 heures 26 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 20 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 21 heures 51 min
© Flickr/dnartreb89
© Flickr/dnartreb89
Dis moi oui

Record à la baisse du nombre de mariages : un coût pour la société aussi grave que celui de la crise économique

Publié le 18 février 2015
Institution en déshérence, le mariage traverse une grave crise en France : selon les chiffres de l'INSEE l'année 2013 a même été celle où le moins de couples se sont mariés depuis 1945. Concurrence d'autres contrats d'union, crise de confiance, hausse des divorces ... les causes sont multiples. Mais les conséquences, pour notre société et notre économie, elles, pourraient être bien plus graves que l'on ne le croit.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Vincent Touzé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Touzé est économiste senior au département des études de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Institution en déshérence, le mariage traverse une grave crise en France : selon les chiffres de l'INSEE l'année 2013 a même été celle où le moins de couples se sont mariés depuis 1945. Concurrence d'autres contrats d'union, crise de confiance, hausse des divorces ... les causes sont multiples. Mais les conséquences, pour notre société et notre économie, elles, pourraient être bien plus graves que l'on ne le croit.

 

Atlantico : Selon l'INSEE, le nombre de mariages enregistrés en 2013 a été le plus bas depuis l’après-guerre, avec 231.225 unions célébrées entres personnes de sexes différents. Un chiffre en baisse de 6 % par rapport à 2012. Selon vous, à quoi cette baisse historique du nombre de mariages est-elle due ?

Bertrand Vergely : Cette baisse s’explique pour trois raisons :

  • Depuis longtemps déjà le mariage est rejetée par ceux et celles qui refusent l’idée de se marier à l’Église. L’idée du mariage comme sacrement et donc comme sacré choque leur aspiration à une humanité et non à une sacralité du mariage.
  • Par ailleurs, plus récemment, le mariage est  refusé par ceux et celles qui voient dans le mariage à la mairie une intrusion du publique dans le privé, le maire leur donnant l’impression de politiser une affaire de sentiment personnel. 
  • Enfin, il existe un effet pervers du Pacs. Si ce dernier permet d’avoir des droits et des aides habituellement alloués au mariage, pourquoi se marier ? Pourquoi passer par une procédure renvoyant au  sacré religieux ou au sacré républicain ? Pourquoi ne pas carrément désacraliser celui-ci et le ramener à sa dimension pratique, économique et juridique ?

 

La hausse de l'individualisme dans notre société est régulièrement pointée du doigt. L'individualisation de la société a-t-elle fait éclater le mariage ? L'évolution du statut de la femme, laquelle a acquis un rôle autonome et égal à celui de l'homme, a-t-elle eu une influence ?

Bertrand Vergely : Il faut comprendre le sens de la "révolution individualiste". Auparavant, c’était l’individu qui obéissait à la loi, à la morale et au mariage. À ce titre, l’individu était fait pour le mariage et non le mariage pour l’individu. Avec la "révolution individualiste", c’est l’inverse qui se passe. Le mariage doit être fait pour l’individu. Résultat : puisque l’individu est la règle de tout, ne perdons pas de temps. Que l’individu se marie avec lui-même. La question du mariage sera résolue, le sens du mariage étant non plus le mariage avec un autre mais avec soi.

Ce n’est pas la libération de la femme qui est, en tant que telle, la cause de cette baisse, mais ce qu’il y a autour d’elle, à savoir la liberté sexuelle. Comme la femme possède la contraception, la vie sexuelle s’est libérée. Comme la vie sexuelle s’est libérée, se marier n’est plus une nécessité pour avoir une vie sexuelle. Le féminisme doit se comprendre comme un phénomène parmi d’autres à l’intérieur d’un vaste mouvement d’émancipation.  Comme notre monde veut tout libérer, notamment la femme, il se libère du mariage. Si la femme doit se libérer de la Nature, le mariage doit se libérer du droit et du contrat. Plus de Nature, plus de Droit et de contrat, même combat !

Le mariage suppose un engagement fidèle et durable, donc beaucoup de responsabilités. Dans quelle mesure la crise du mariage est-elle le corollaire d'une crise de confiance dans la société française ?

Bertrand Vergely : La responsabilité signifie le fait de répondre à l’appel d’un autre. Dès lors, qu’il n’y a plus d’autre, parce que cet Autre avec un grand A qu’est Dieu n’existant plus et parce que l’important n’est plus autrui mais soi, il n’est guère étonnant que la confiance disparaisse. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le monde dans lequel nous vivons n’est pas un monde qui a peur. C’est un monde qui n’a plus peur de rien parce qu’il se moque de tout, de Dieu comme d’autrui. D’où la crise de confiance que l’on note aujourd’hui. Il y a du sens à faire confiance quand l’autre existe, mais quand il n’existe plus, cela devient un faux problème. Dieu ? Autrui ? Mais, on s’en moque. L’important c’est nous. Donc ayons confiance en nous et non la foi en Dieu ou la confiance en autrui. Ils viennent à notre secours quand cela ne va pas ? Non. Alors ne comptons que sur nous-mêmes et n’ayons confiance qu’en nous.  

La baisse du nombre de mariages s’accompagne d’une augmentation du nombre de familles monoparentales, avec quelles conséquences pour les parents comme pour les enfants ? Dans 85 % des cas de monoparentalité, l’adulte célibataire est la mère. Quels problèmes l’absence de père pose-t-elle ?

Bertrand Vergely : Une mère seule, un père seul, cela veut dire un échec sentimental, une rupture, de la solitude, donc un drame. Donc de la souffrance et un drame pour l’enfant qui le sent et qui va se sentir coupable et responsable. Ma mère, mon père sont seuls ? C’est que nous sommes tous coupables. C’est que je suis coupable. Donc, il faut qu’on répare. Donc, il faut que je répare. Et nous allons réparer. Et je vais réparer. En assumant le couple qui n’a pas eu lieu et qui aurait dû avoir lieu ou en partant ailleurs.

Symboliquement le père incarne l’autorité et la loi. Plus de père ? Cela veut dire quelque chose qui n’aura pas été nommé dans l’ordre de l’autorité et de la loi et qui va, de ce fait, chercher à se nommer d’une façon ou d’une autre. Beaucoup de jeunes livrés à eux-mêmes, sans père, bravent l’autorité et la loi pour que celle-ci se dévoile et se révèle dans leur existence. La haine de la police cache souvent un désir de père. Le père qu’ l’on n’a jamais eu entraîne la haine-amour du père. Cela donne le paradoxe du paumé pathétique qui crie : "Tout ce que je fais, je le fais parce que je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui m’aime asse pour me flanquer la paire de baffes que je mérite et que je n’ai jamais eue".

L'éclatement de la famille et le développement de ces familles monoparentales représente également un coût économique. Quel est-il ?

Vincent Touzé : Sur 2,228 millions de bénéficiaires du RSA, il y a 699.000 femmes seules avec enfants contre 51.000 hommes seuls avec enfants. Les hommes sont plus de 12 fois moins nombreux. Les parents isolés représentent donc près d’un tiers des bénéficiaires du RSA.

D’un point de vue économique, la famille forme une communauté qui permet de mutualiser certains risques. Par exemple, avoir deux parents actifs garantit une meilleure sécurité financière au cas où l’un des deux perd son emploi.La solidarité est la base de la famille. Ainsi, lorsque l’un des deux époux est malade ou devient dépendant, l’autre est là pour lui apporter son soutien gratuit. La société n’est pas mise à contribution ou seulement à la marge. Pour un parent isolé, l’assistance ne pourra venir que de la société.

La transmission de capital humain est un élément clé pour le développement de l’enfant. Avoir plusieurs adultes (en général les parents) disponibles, à l’écoute et éduqués augmente indéniablement les chances de réussite de l’enfant.

Des enfants en échec scolaire, affectif et sans repère pour devenir des adultes autonomes sont des drames individuels dont la société doit particulièrement se préoccuper. A un niveau collectif, les enfants représentent l’avenir de la société, en ce sens ils sont ce qu’elle a de plus précieux. La société doit donc être très attentive à lutter contre la pauvreté des familles et la reproduction de la pauvreté. A ces malheurs individuels, s’ajoutent de nombreux coûts pour la société tels que la délinquance ainsi que la perte de richesse liée au fait que certains enfants une fois devenus adultes n’auront pas les qualifications suffisantes pour obtenir un emploi et donc produire.

Alors qu'il est aujourd'hui beaucoup question de la crise économique, avons-nous pris la mesure de la "crise du mariage" dans notre pays ? Quelles peuvent être ses conséquences sur le court et le long terme ?

Bertrand Vergely : La société repose sur trois choses : le mariage, la propriété et le contrat, le mariage permettant aux êtres humains de se lier aux autres êtres humains pour reproduire l’humanité, la propriété permettant de se lier aux choses et le contrat de se lier aux êtres humains et aux choses pour créer des richesses. Plus de mariage ? Un jour ou l’autre, la société va s’en ressentir, la question de sa survie se posant. On ne touche pas à un des piliers de la société comme ça ! Il faut se marier avec la vie pour vivre. Quand le mariage est malade, c’est le mariage avec la vie qui est malade

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 19/02/2015 - 08:13
égoïsme
quand tu nous tiens. Les gens sont de plus en plus égoïstes. Les femmes préfèrent rester entre elles que de devoir supporte un homme qui est traité comme un chien. Ecoutez donc les chroniques d'Eric Zemmour quand il dit que l'homme se féminise et devient une sous femme! Au file du temps la perte d'autorité de l'homme est incontestable. Il y a de plus en plus des groupes de femmes féministes à outrance qui ne veulent pas entendre parler d' homme! L' homme est devenu un pelé, un gâteux tout juste bon à être esclave de sa compagne. Nous vivons dans un drôle de monde ma pove dame et il va falloir s'y faire avec les socialistes qui ont inventé une parité qui est insensé à plusieurs égards. Vive la socialie de mimolette 1er !!
Anouman
- 18/02/2015 - 19:50
Baisse du nombre de mariage
Quel galimatias. Rarement vu des raisonnement aussi incohérents. L'un se dit philosophe et l'autre économiste. Quelle misère intellectuelle. Les familles monoparentales découlent souvent d'un mariage raté et si ce sont les femmes les plus nombreuses c'est qu'elles ont la plupart du temps la garde des enfants, souvent à leur insistance. Et si leur situation financière est mauvaise c'est que les salaires minimaux sont insuffisants pour assurer l'existence correcte d'une personne seule, encore plus avec un enfant.
Rien à voir avec le mariage.
Bretondesouche
- 18/02/2015 - 07:49
Le mariage pour tous
Aura dure une saison
Amen