En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 1 heure 13 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 6 heures 6 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 8 heures 20 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 9 heures 7 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 11 heures 58 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 2 heures 55 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 4 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 5 heures 58 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 6 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 1 heure
© Flickr/dnartreb89
© Flickr/dnartreb89
Dis moi oui

Record à la baisse du nombre de mariages : un coût pour la société aussi grave que celui de la crise économique

Publié le 18 février 2015
Institution en déshérence, le mariage traverse une grave crise en France : selon les chiffres de l'INSEE l'année 2013 a même été celle où le moins de couples se sont mariés depuis 1945. Concurrence d'autres contrats d'union, crise de confiance, hausse des divorces ... les causes sont multiples. Mais les conséquences, pour notre société et notre économie, elles, pourraient être bien plus graves que l'on ne le croit.
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Touzé est économiste senior au département des études de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Vincent Touzé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Touzé est économiste senior au département des études de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Institution en déshérence, le mariage traverse une grave crise en France : selon les chiffres de l'INSEE l'année 2013 a même été celle où le moins de couples se sont mariés depuis 1945. Concurrence d'autres contrats d'union, crise de confiance, hausse des divorces ... les causes sont multiples. Mais les conséquences, pour notre société et notre économie, elles, pourraient être bien plus graves que l'on ne le croit.

 

Atlantico : Selon l'INSEE, le nombre de mariages enregistrés en 2013 a été le plus bas depuis l’après-guerre, avec 231.225 unions célébrées entres personnes de sexes différents. Un chiffre en baisse de 6 % par rapport à 2012. Selon vous, à quoi cette baisse historique du nombre de mariages est-elle due ?

Bertrand Vergely : Cette baisse s’explique pour trois raisons :

  • Depuis longtemps déjà le mariage est rejetée par ceux et celles qui refusent l’idée de se marier à l’Église. L’idée du mariage comme sacrement et donc comme sacré choque leur aspiration à une humanité et non à une sacralité du mariage.
  • Par ailleurs, plus récemment, le mariage est  refusé par ceux et celles qui voient dans le mariage à la mairie une intrusion du publique dans le privé, le maire leur donnant l’impression de politiser une affaire de sentiment personnel. 
  • Enfin, il existe un effet pervers du Pacs. Si ce dernier permet d’avoir des droits et des aides habituellement alloués au mariage, pourquoi se marier ? Pourquoi passer par une procédure renvoyant au  sacré religieux ou au sacré républicain ? Pourquoi ne pas carrément désacraliser celui-ci et le ramener à sa dimension pratique, économique et juridique ?

 

La hausse de l'individualisme dans notre société est régulièrement pointée du doigt. L'individualisation de la société a-t-elle fait éclater le mariage ? L'évolution du statut de la femme, laquelle a acquis un rôle autonome et égal à celui de l'homme, a-t-elle eu une influence ?

Bertrand Vergely : Il faut comprendre le sens de la "révolution individualiste". Auparavant, c’était l’individu qui obéissait à la loi, à la morale et au mariage. À ce titre, l’individu était fait pour le mariage et non le mariage pour l’individu. Avec la "révolution individualiste", c’est l’inverse qui se passe. Le mariage doit être fait pour l’individu. Résultat : puisque l’individu est la règle de tout, ne perdons pas de temps. Que l’individu se marie avec lui-même. La question du mariage sera résolue, le sens du mariage étant non plus le mariage avec un autre mais avec soi.

Ce n’est pas la libération de la femme qui est, en tant que telle, la cause de cette baisse, mais ce qu’il y a autour d’elle, à savoir la liberté sexuelle. Comme la femme possède la contraception, la vie sexuelle s’est libérée. Comme la vie sexuelle s’est libérée, se marier n’est plus une nécessité pour avoir une vie sexuelle. Le féminisme doit se comprendre comme un phénomène parmi d’autres à l’intérieur d’un vaste mouvement d’émancipation.  Comme notre monde veut tout libérer, notamment la femme, il se libère du mariage. Si la femme doit se libérer de la Nature, le mariage doit se libérer du droit et du contrat. Plus de Nature, plus de Droit et de contrat, même combat !

Le mariage suppose un engagement fidèle et durable, donc beaucoup de responsabilités. Dans quelle mesure la crise du mariage est-elle le corollaire d'une crise de confiance dans la société française ?

Bertrand Vergely : La responsabilité signifie le fait de répondre à l’appel d’un autre. Dès lors, qu’il n’y a plus d’autre, parce que cet Autre avec un grand A qu’est Dieu n’existant plus et parce que l’important n’est plus autrui mais soi, il n’est guère étonnant que la confiance disparaisse. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le monde dans lequel nous vivons n’est pas un monde qui a peur. C’est un monde qui n’a plus peur de rien parce qu’il se moque de tout, de Dieu comme d’autrui. D’où la crise de confiance que l’on note aujourd’hui. Il y a du sens à faire confiance quand l’autre existe, mais quand il n’existe plus, cela devient un faux problème. Dieu ? Autrui ? Mais, on s’en moque. L’important c’est nous. Donc ayons confiance en nous et non la foi en Dieu ou la confiance en autrui. Ils viennent à notre secours quand cela ne va pas ? Non. Alors ne comptons que sur nous-mêmes et n’ayons confiance qu’en nous.  

La baisse du nombre de mariages s’accompagne d’une augmentation du nombre de familles monoparentales, avec quelles conséquences pour les parents comme pour les enfants ? Dans 85 % des cas de monoparentalité, l’adulte célibataire est la mère. Quels problèmes l’absence de père pose-t-elle ?

Bertrand Vergely : Une mère seule, un père seul, cela veut dire un échec sentimental, une rupture, de la solitude, donc un drame. Donc de la souffrance et un drame pour l’enfant qui le sent et qui va se sentir coupable et responsable. Ma mère, mon père sont seuls ? C’est que nous sommes tous coupables. C’est que je suis coupable. Donc, il faut qu’on répare. Donc, il faut que je répare. Et nous allons réparer. Et je vais réparer. En assumant le couple qui n’a pas eu lieu et qui aurait dû avoir lieu ou en partant ailleurs.

Symboliquement le père incarne l’autorité et la loi. Plus de père ? Cela veut dire quelque chose qui n’aura pas été nommé dans l’ordre de l’autorité et de la loi et qui va, de ce fait, chercher à se nommer d’une façon ou d’une autre. Beaucoup de jeunes livrés à eux-mêmes, sans père, bravent l’autorité et la loi pour que celle-ci se dévoile et se révèle dans leur existence. La haine de la police cache souvent un désir de père. Le père qu’ l’on n’a jamais eu entraîne la haine-amour du père. Cela donne le paradoxe du paumé pathétique qui crie : "Tout ce que je fais, je le fais parce que je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui m’aime asse pour me flanquer la paire de baffes que je mérite et que je n’ai jamais eue".

L'éclatement de la famille et le développement de ces familles monoparentales représente également un coût économique. Quel est-il ?

Vincent Touzé : Sur 2,228 millions de bénéficiaires du RSA, il y a 699.000 femmes seules avec enfants contre 51.000 hommes seuls avec enfants. Les hommes sont plus de 12 fois moins nombreux. Les parents isolés représentent donc près d’un tiers des bénéficiaires du RSA.

D’un point de vue économique, la famille forme une communauté qui permet de mutualiser certains risques. Par exemple, avoir deux parents actifs garantit une meilleure sécurité financière au cas où l’un des deux perd son emploi.La solidarité est la base de la famille. Ainsi, lorsque l’un des deux époux est malade ou devient dépendant, l’autre est là pour lui apporter son soutien gratuit. La société n’est pas mise à contribution ou seulement à la marge. Pour un parent isolé, l’assistance ne pourra venir que de la société.

La transmission de capital humain est un élément clé pour le développement de l’enfant. Avoir plusieurs adultes (en général les parents) disponibles, à l’écoute et éduqués augmente indéniablement les chances de réussite de l’enfant.

Des enfants en échec scolaire, affectif et sans repère pour devenir des adultes autonomes sont des drames individuels dont la société doit particulièrement se préoccuper. A un niveau collectif, les enfants représentent l’avenir de la société, en ce sens ils sont ce qu’elle a de plus précieux. La société doit donc être très attentive à lutter contre la pauvreté des familles et la reproduction de la pauvreté. A ces malheurs individuels, s’ajoutent de nombreux coûts pour la société tels que la délinquance ainsi que la perte de richesse liée au fait que certains enfants une fois devenus adultes n’auront pas les qualifications suffisantes pour obtenir un emploi et donc produire.

Alors qu'il est aujourd'hui beaucoup question de la crise économique, avons-nous pris la mesure de la "crise du mariage" dans notre pays ? Quelles peuvent être ses conséquences sur le court et le long terme ?

Bertrand Vergely : La société repose sur trois choses : le mariage, la propriété et le contrat, le mariage permettant aux êtres humains de se lier aux autres êtres humains pour reproduire l’humanité, la propriété permettant de se lier aux choses et le contrat de se lier aux êtres humains et aux choses pour créer des richesses. Plus de mariage ? Un jour ou l’autre, la société va s’en ressentir, la question de sa survie se posant. On ne touche pas à un des piliers de la société comme ça ! Il faut se marier avec la vie pour vivre. Quand le mariage est malade, c’est le mariage avec la vie qui est malade

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 19/02/2015 - 08:13
égoïsme
quand tu nous tiens. Les gens sont de plus en plus égoïstes. Les femmes préfèrent rester entre elles que de devoir supporte un homme qui est traité comme un chien. Ecoutez donc les chroniques d'Eric Zemmour quand il dit que l'homme se féminise et devient une sous femme! Au file du temps la perte d'autorité de l'homme est incontestable. Il y a de plus en plus des groupes de femmes féministes à outrance qui ne veulent pas entendre parler d' homme! L' homme est devenu un pelé, un gâteux tout juste bon à être esclave de sa compagne. Nous vivons dans un drôle de monde ma pove dame et il va falloir s'y faire avec les socialistes qui ont inventé une parité qui est insensé à plusieurs égards. Vive la socialie de mimolette 1er !!
Anouman
- 18/02/2015 - 19:50
Baisse du nombre de mariage
Quel galimatias. Rarement vu des raisonnement aussi incohérents. L'un se dit philosophe et l'autre économiste. Quelle misère intellectuelle. Les familles monoparentales découlent souvent d'un mariage raté et si ce sont les femmes les plus nombreuses c'est qu'elles ont la plupart du temps la garde des enfants, souvent à leur insistance. Et si leur situation financière est mauvaise c'est que les salaires minimaux sont insuffisants pour assurer l'existence correcte d'une personne seule, encore plus avec un enfant.
Rien à voir avec le mariage.
Bretondesouche
- 18/02/2015 - 07:49
Le mariage pour tous
Aura dure une saison
Amen