En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 5 heures 9 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 6 heures 24 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 7 heures 5 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 7 heures 20 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 10 heures 31 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 10 heures 44 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 6 heures 13 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 7 heures 8 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 7 heures 40 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 10 heures 21 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 10 heures 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Racisme : la police au banc des accusés ?

il y a 10 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Colère, joie, peur et compagnie

Saurez-vous deviner l’émotion qui se propage le plus vite de manière virale ?

Publié le 17 février 2015
Alors que plus personne ne peut prétendre ignorer l'influence grandissante de Twitter, de Facebook ou même de Whatsapp dans la diffusion des informations, nous observons que certaines expressions se partagent mieux, plus vite et a un plus grand nombre de personnes que d'autres, et en premier lieu la colère et la peur. Maîtriser ces éléments donne une force considérable à qui veut le pouvoir.
Stéphane Rusinek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
STEPHANE RUSINEK  est professeur de psychologie cognitive et comportementale à l'université Lille 3 et président de l'AFTCC. Il est l'auteur de l'ouvrahe Les émotions: du normal au pathologique (Dunod, 2014).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que plus personne ne peut prétendre ignorer l'influence grandissante de Twitter, de Facebook ou même de Whatsapp dans la diffusion des informations, nous observons que certaines expressions se partagent mieux, plus vite et a un plus grand nombre de personnes que d'autres, et en premier lieu la colère et la peur. Maîtriser ces éléments donne une force considérable à qui veut le pouvoir.

Atlantico : Une récente étude montre que certaines émotions se partagent mieux que d'autres: alors que la joie se diffuse plus que la tristesse, on sait aussi que la colère est le sentiment qui se transmet le mieux et le plus rapidement. Comment expliquer cette disparité?

Stéphane Rusinek: Alors que la colère est un sentiment de partage, qu'on expose à un interlocuteur, qui appelle une réaction et une action, on constate que la tristesse est une émotion de la sphère privée, qui va chercher le réconfort de personnes proches et qui touche l'intime. On voit très bien alors la disparité de ces émotions quant à leur possibilité de diffusion: alors que certaines émotions dépendent de la sphère personnelle comme l'amour, la tristesse ou la honte, certaines sont au contraires tournées vers l'extérieur, telles la peur, la colère ou le rire. Ainsi, bien qu'on ne puisse pas "chiffrer" ces disparités, il faut bien distinguer les émotions de groupe, qui s'affirment lorsqu'elles sont portées par un grand nombre, et celles dont la pudeur n'admet pas la diffusion. 

Il y a aussi des émotions plus "dignes" à porter que les autres: la colère peut être le fruit de la lutte contre l'injustice, alors que l'abattement est l'expression d'une faiblesse de caractère. Elles ne portent pas en leur sein la même acceptation sociale.

Connaissant aujourd'hui le rôle des réseaux sociaux en tant que vecteurs d'émotion, observe-t-on des phénomènes de joie ou de rage partagés mondialement ?

Les réseaux sociaux nous apprennent quelque chose de très important dans la différence entre le ressenti des émotions et leur expression: lorsque l'on voit par exemple le grand mouvement noble de colère après les attentats de Charlie Hebdo, il est légitime de se demander combien de personne se sont outragées tout en mangeant un sandwich devant une série télé. Il ne faut bien sûr pas nier la réaction sincère et réelle de la majorité des Français, mais pour beaucoup, il s'agissait d'une règle de bienséance plutôt que d'un vrai ressenti. Aujourd'hui il importe plus de dire, et il convient de dire ce que la majorité dit, car on est toujours potentiellement écouté et regardé: l'expression d'une émotion de groupe a un effet incluant et ne pas réagir pourrait être excluant. Ainsi, alors que beaucoup d'internautes ont pris position sur les révélations de Snowden, peut d'entre eux ont réellement réagi en arrêtant d'envoyer des e-mails par exemple. Ce qui comptait était d'être du bon côté au bon moment.

Est-ce qu'aujourd'hui certains médias (journaux, publicités, films) utilisent ce mécanisme de propagation pour augmenter leur visibilité ?

Les médias ont toujours utilisé la gestion des émotions pour se vendre: le principe de la publicité est de donner une aura positive à un produit. L'acheteur, en possédant le produit, aura l'impression de posséder un peu de cette lumière. D'autres ressorts fonctionnent bien comme la culpabilité: si vous n'utilisez pas ce produit, votre enfant sera malade et vous serez une mauvaise mère!  C'est le "conditionnement évaluatif". De même, les médias utilisent souvent la peur pour vendre: identifier une menace sera pour le lecteur la justification de toutes ses peurs naturelles, et trouvera un écho à ce qu'il ressent. Le journal sera ainsi un outil de miroir qui légitimera les pensées intimes de celui qui le lit. Donc bien sûr, les émotions sont monnayables et tous les médias, politiques, cinéastes les utilisent.

Peut-on craindre une récupération politique de ces effets de propagation d'émotions ?

Les politiques ont toujours joué sur les émotions de l'électorat pour cristalliser leur message politique. La peur est le principal allié des politiciens, bien qu'ils ne jouent pas sur les mêmes: ainsi les partis de droite libérale sont dans le registre de la peur de l'avenir alors que les partis d'extrême droite sont dans la peur de l'autre, de l'étranger. Mais ce qui aujourd'hui prend une ampleur qu'on ne connaissait pas auparavant, c'est la diffusion massive de ces émotions auprès de gens auparavant épargnés. Avant l'ère internet, les politiques avaient du mal à parler aux jeunes, ou aux personnes isolées; mais aujourd'hui grâce à internet et au réseau sociaux, toute la population est touchée, même dans les régions les plus reculées. Paradoxalement, on assiste à l'aboutissement du processus de démocratisation du peuple, puisque tout le monde peut s'informer, rêve cher aux fondateurs de la République, mais dans le même temps on assiste à une mise en danger de cette dernière, car les citoyens ne reçoivent pas d'informations raisonnées mais un condensé d'émotions qui amène des réactions de peur.

Donc bien sûr, aujourd'hui la manipulation des masses est beaucoup plus facile et rapide qu'auparavant et on pourrait voir monter tous les partis extrêmistes tant est qu'ils savent gérer les réseaux sociaux! Plus les réactions provoquées seront fortes, plus l'électorat sera incité à voter.

Enfin quelle émotion se partage le moins bien et pourquoi ?

Les émotions du privé se partagent mal: l'amour par exemple se communique à la personne aimée mais pas nécessairement au reste du monde! Les sentiments liés à l'amour, comme la tendresse ou l'attention n'ont pas la côte dans une société masculine, donc on n'en parle pas, mais on regarde chez soi des comédies romantiques.

La honte et la culpabilité sont aussi des émotions que l'on garde pour soi, et dont il est même mal-aisé de parler: les personnalités publiques prises sur le fait d'actions peu louables préfèrent disparaître des médias que de s'exprimer publiquement sur le sujet. Et afin de rester en vie publiquement, il faut pouvoir effacer le souvenir de ces émotions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires