En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

03.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

04.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

05.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

06.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

07.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 2 heures 44 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 7 heures 14 min
light > Insolite
Psychose ?
Coronavirus : le jeu vidéo "Plague Inc." rencontre un franc succès
il y a 8 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la souris fait un sourire et quand le soleil fait sa ronde : c’est l’actualité des montres garantie sans coronavirus
il y a 9 heures 21 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les chrétiens d'Afrique subsaharienne menacés par le terrorisme islamiste
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Politique
Objectif 2022 ?

Ségolène Royal ou le retour d’un fervent désir d’avenir (personnel)

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Economie
C'est gonflé quand même…

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Revue stratégique

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

il y a 15 heures 32 min
décryptage > France
Pression

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

il y a 16 heures 5 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 7 heures 5 min
pépites > Politique
Violence
Elections municipales : la permanence de l'ancien candidat Pierre-Yves Bournazel a été vandalisée
il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > Santé
Grands moyens
Lutte contre le coronavirus : la Chine va construire un hôpital en dix jours afin de faire face à l'épidémie
il y a 9 heures 4 min
pépites > Faits divers
Enquête en cours
Plusieurs morts dans une fusillade en Allemagne à Rot am See
il y a 9 heures 56 min
pépites > Politique
Confidences du chef de l'Etat
Violences en France, communautarisme, islam : Emmanuel Macron se confie aux médias après son déplacement en Israël
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Economie
Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Politique
Revanche de la Ligue ?

Matteo Salvini, chronique d’un retour annoncé

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Politique
Echiquier politique

Mais que prépare pour 2022 le "bordel" politique sans précédent des municipales ?

il y a 15 heures 51 min
décryptage > High-tech
Intrusion malveillante et vol de données

Comment protéger votre smartphone d’un piratage à la Jeff Bezos

il y a 16 heures 28 min
© Reuters
Les Japonais, peu enclins au mélange
© Reuters
Les Japonais, peu enclins au mélange
Ninjapartheid

Le Japon saisi par des pulsions d’apartheid

Publié le 15 février 2015
Au Japon, le racisme s'exprime ouvertement dans les colonnes de l'un des plus gros journaux du pays, qui n'hésite pas à appeler à créer un apartheid afin de conserver une "distance respectueuse" entre les population immigrées et les population locales. Et pourtant, les conditions de vie des immigrés dans le pays, sont déjà loin d'être un long fleuve tranquille.
DAVID MALINAS est maître de conférences (LCAO) et directeur des études japonaises (EILA) à l'Université Paris Diderot. Il a vécu 10 ans au Japon, et a publié de nombreux travaux sur la société japonaise et ses inégalités.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Malinas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
DAVID MALINAS est maître de conférences (LCAO) et directeur des études japonaises (EILA) à l'Université Paris Diderot. Il a vécu 10 ans au Japon, et a publié de nombreux travaux sur la société japonaise et ses inégalités.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au Japon, le racisme s'exprime ouvertement dans les colonnes de l'un des plus gros journaux du pays, qui n'hésite pas à appeler à créer un apartheid afin de conserver une "distance respectueuse" entre les population immigrées et les population locales. Et pourtant, les conditions de vie des immigrés dans le pays, sont déjà loin d'être un long fleuve tranquille.

Atlantico: L'éditorialiste Ayako Sono propose, dans un article publié dans le Sankei Shimbuns, de faire venir une main d'œuvre immigrée afin de répondre au très faible taux de natalité de l'archipel et au vieillissement de la population, mais de cantonner cette main d'œuvre dans des espaces séparés de la population japonaise. D'après vous, cette prise de position est-elle en phase avec la société japonaise contemporaine?

David Malinas: Le Japon n'a jamais eu de politique définie en matière d'immigration. Les gouvernements ont toujours fonctionné avec des flux minimums de migration répondant à des besoins spécifiques ou temporaires et ils tiennent à le conserver. Le Japon est une société comparativement renfermée sur elle-même et est structurellement peu ouverte aux étrangers.

Pour démontrer que les "humains peuvent travailler ensemble" mais qu'il "est préférable qu'ils ne vivent pas ensemble, Ayako Sono prend l'exemple d'un immeuble en Afrique du sud, après l'apartheid, dans lequel une famille de Noirs aurait emménagé dégradant les lieux jusqu'à engendrer le départ des Blancs. Outre, l’impossibilité de le vérifier, qu'est-ce que cet exemple révèle ?

Bien sûr, le travail d'un journaliste est de provoquer des réactions, et dans une société du non-dire, cette éditorialiste prend une position volontairement provocatrice. Cependant, c'est exact que les étrangers sont mal acceptés au Japon, et depuis toujours ! Récemment, on note que les Japonais ont, dans leur premiers flux migratoires, fait appel à des descendants de Japonais établis à l'étranger, afin de faciliter leur intégration. Mais on a observé malgré tout le regroupement en communautés linguistiques, avec un Bresiltown par exemple. Ainsi on a assisté à l'apparition de quartiers, chinois, coréens, hispanophones qui sont séparés spatialement et qui font l'objet de réelles discriminations.

L'éditorialiste en question est une proche de Shinzo Abe, le Premier ministre. Sa prise de position traduit-elle celle du gouvernement sur la question de l'immigration et du vivre-ensemble au Japon ? 

Le gouvernement d'Abe est un gouvernement de droite, assez conservateur. Mais les problématiques gouvernementales sont autres, puisqu'elles doivent prendre en compte les problèmes de main-d'œuvre et le recours à l'immigration. Ainsi le gouvernement évite de crisper les populations qui pourraient être appelées à venir travailler, et ne s'exprime pas publiquement sur ces sujets.

Comment expliquer cette méfiance et ce rejet des populations immigrées?

Après la Seconde guerre mondiale, les Japonais se sont refermés sur eux-mêmes, et les étrangers, en louant leurs méthodes de management, les ont renforcés dans leur sentiment d'appartenance à une "race supérieure". Depuis les années 90, ils doivent ouvrir leurs frontières mais les idées reçues perdurent : un immigré blanc sera bien vu, tandis que les immigrés asiatiques souffrent de discrimination. Les populations noires souffrent d'une réputation de "gangster" des Etats-Unis. Les immigrés répondant à des problèmes temporaires, les Japonais n'ont jamais eu à les intégrer durablement et donc à essayer de les comprendre.

Aujourd'hui, dans quel environnement social vivent les populations immigrées au Japon?

Les populations immigrées dépendent de leur visa de travail et ne sont sur place que si elles ont un emploi. Lorsque le gouvernement n'a plus besoin de ces populations, elles sont raccompagnées à la frontière. Il n'y a donc pas de situation de misère. En revanche les problèmes se posent réellement pour les enfants issus de familles mixtes qui souffrent d'un rejet de leur camarade, et parfois d'un vide juridique concernant leur statut, si le père japonais ne reconnaît pas la paternité par exemple.

 Quelles ont été les réactions de la population ? En somme, la vision d'Ayaoko est-elle représentative ?

Bien sûr, de plus en plus de jeunes partent faire des études à l'étranger et ont donc une approche différente de la situation. La position de cette éditorialiste est bien sûr extrême, alors que la population est plus équilibrée. Mais il existe, notamment en cas de crise,  une discrimination des étrangers et cet article permet d'ouvrir un débat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

03.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

04.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

05.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

06.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

07.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
de20
- 15/02/2015 - 20:38
mais non ! mais non ! nous
mais non ! mais non ! nous sommes tous frères sur la terre. Regardez donc chez nous comme tout est merveilleux et tout le monde veut vivre ensemble comme dans les feuilletons crétins de france 2 et 3
langue de pivert
- 15/02/2015 - 17:59
Charbonnier est maître chez lui !
C'est un fait que les Japonais n'aiment pas se "mélanger" : et alors ? C'est quoi le problème ? Il faut connaitre l'histoire du Japon pour mieux comprendre cette légitime méfiance. Plus précisément à l'ère Meiji, Quand les pays occidentaux (principalement U.S.A. ; G-B ; F) par la "diplomatie de la canonnière" obligèrent le Japon à signer des accords commerciaux humiliants.
assougoudrel
- 15/02/2015 - 16:06
Lire
ils auraient tort de changer leur façon de faire. Pardon pour l'erreur. Comme dit Henrik Jah, nos bien-pensant sont bien pressés de voir les autres se mélanger (le font ils eux même?). Aux Antilles, à la Réunion, Maurice etc., après l'esclavage, les békés ont fait venir des Indes une main d'œuvre à bon marché. Ces gens sont restés entre eux pendant plusieurs générations, pratiquant leur religion, leur culture. Ce n'est que depuis peu que le métissage a commencé aux Antilles et très lentement. Chacun vivait de son côté, sans se soucier de l'autre et il n' avait jamais de problème.