En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 2 heures 2 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 3 heures 13 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 4 heures 1 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 4 heures 30 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 20 heures 33 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 22 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 46 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 3 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 3 heures 52 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 4 heures 23 sec
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 4 heures 44 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 21 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 33 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
Les Japonais, peu enclins au mélange
© Reuters
Les Japonais, peu enclins au mélange
Ninjapartheid

Le Japon saisi par des pulsions d’apartheid

Publié le 15 février 2015
Au Japon, le racisme s'exprime ouvertement dans les colonnes de l'un des plus gros journaux du pays, qui n'hésite pas à appeler à créer un apartheid afin de conserver une "distance respectueuse" entre les population immigrées et les population locales. Et pourtant, les conditions de vie des immigrés dans le pays, sont déjà loin d'être un long fleuve tranquille.
DAVID MALINAS est maître de conférences (LCAO) et directeur des études japonaises (EILA) à l'Université Paris Diderot. Il a vécu 10 ans au Japon, et a publié de nombreux travaux sur la société japonaise et ses inégalités.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Malinas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
DAVID MALINAS est maître de conférences (LCAO) et directeur des études japonaises (EILA) à l'Université Paris Diderot. Il a vécu 10 ans au Japon, et a publié de nombreux travaux sur la société japonaise et ses inégalités.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au Japon, le racisme s'exprime ouvertement dans les colonnes de l'un des plus gros journaux du pays, qui n'hésite pas à appeler à créer un apartheid afin de conserver une "distance respectueuse" entre les population immigrées et les population locales. Et pourtant, les conditions de vie des immigrés dans le pays, sont déjà loin d'être un long fleuve tranquille.

Atlantico: L'éditorialiste Ayako Sono propose, dans un article publié dans le Sankei Shimbuns, de faire venir une main d'œuvre immigrée afin de répondre au très faible taux de natalité de l'archipel et au vieillissement de la population, mais de cantonner cette main d'œuvre dans des espaces séparés de la population japonaise. D'après vous, cette prise de position est-elle en phase avec la société japonaise contemporaine?

David Malinas: Le Japon n'a jamais eu de politique définie en matière d'immigration. Les gouvernements ont toujours fonctionné avec des flux minimums de migration répondant à des besoins spécifiques ou temporaires et ils tiennent à le conserver. Le Japon est une société comparativement renfermée sur elle-même et est structurellement peu ouverte aux étrangers.

Pour démontrer que les "humains peuvent travailler ensemble" mais qu'il "est préférable qu'ils ne vivent pas ensemble, Ayako Sono prend l'exemple d'un immeuble en Afrique du sud, après l'apartheid, dans lequel une famille de Noirs aurait emménagé dégradant les lieux jusqu'à engendrer le départ des Blancs. Outre, l’impossibilité de le vérifier, qu'est-ce que cet exemple révèle ?

Bien sûr, le travail d'un journaliste est de provoquer des réactions, et dans une société du non-dire, cette éditorialiste prend une position volontairement provocatrice. Cependant, c'est exact que les étrangers sont mal acceptés au Japon, et depuis toujours ! Récemment, on note que les Japonais ont, dans leur premiers flux migratoires, fait appel à des descendants de Japonais établis à l'étranger, afin de faciliter leur intégration. Mais on a observé malgré tout le regroupement en communautés linguistiques, avec un Bresiltown par exemple. Ainsi on a assisté à l'apparition de quartiers, chinois, coréens, hispanophones qui sont séparés spatialement et qui font l'objet de réelles discriminations.

L'éditorialiste en question est une proche de Shinzo Abe, le Premier ministre. Sa prise de position traduit-elle celle du gouvernement sur la question de l'immigration et du vivre-ensemble au Japon ? 

Le gouvernement d'Abe est un gouvernement de droite, assez conservateur. Mais les problématiques gouvernementales sont autres, puisqu'elles doivent prendre en compte les problèmes de main-d'œuvre et le recours à l'immigration. Ainsi le gouvernement évite de crisper les populations qui pourraient être appelées à venir travailler, et ne s'exprime pas publiquement sur ces sujets.

Comment expliquer cette méfiance et ce rejet des populations immigrées?

Après la Seconde guerre mondiale, les Japonais se sont refermés sur eux-mêmes, et les étrangers, en louant leurs méthodes de management, les ont renforcés dans leur sentiment d'appartenance à une "race supérieure". Depuis les années 90, ils doivent ouvrir leurs frontières mais les idées reçues perdurent : un immigré blanc sera bien vu, tandis que les immigrés asiatiques souffrent de discrimination. Les populations noires souffrent d'une réputation de "gangster" des Etats-Unis. Les immigrés répondant à des problèmes temporaires, les Japonais n'ont jamais eu à les intégrer durablement et donc à essayer de les comprendre.

Aujourd'hui, dans quel environnement social vivent les populations immigrées au Japon?

Les populations immigrées dépendent de leur visa de travail et ne sont sur place que si elles ont un emploi. Lorsque le gouvernement n'a plus besoin de ces populations, elles sont raccompagnées à la frontière. Il n'y a donc pas de situation de misère. En revanche les problèmes se posent réellement pour les enfants issus de familles mixtes qui souffrent d'un rejet de leur camarade, et parfois d'un vide juridique concernant leur statut, si le père japonais ne reconnaît pas la paternité par exemple.

 Quelles ont été les réactions de la population ? En somme, la vision d'Ayaoko est-elle représentative ?

Bien sûr, de plus en plus de jeunes partent faire des études à l'étranger et ont donc une approche différente de la situation. La position de cette éditorialiste est bien sûr extrême, alors que la population est plus équilibrée. Mais il existe, notamment en cas de crise,  une discrimination des étrangers et cet article permet d'ouvrir un débat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
de20
- 15/02/2015 - 20:38
mais non ! mais non ! nous
mais non ! mais non ! nous sommes tous frères sur la terre. Regardez donc chez nous comme tout est merveilleux et tout le monde veut vivre ensemble comme dans les feuilletons crétins de france 2 et 3
langue de pivert
- 15/02/2015 - 17:59
Charbonnier est maître chez lui !
C'est un fait que les Japonais n'aiment pas se "mélanger" : et alors ? C'est quoi le problème ? Il faut connaitre l'histoire du Japon pour mieux comprendre cette légitime méfiance. Plus précisément à l'ère Meiji, Quand les pays occidentaux (principalement U.S.A. ; G-B ; F) par la "diplomatie de la canonnière" obligèrent le Japon à signer des accords commerciaux humiliants.
assougoudrel
- 15/02/2015 - 16:06
Lire
ils auraient tort de changer leur façon de faire. Pardon pour l'erreur. Comme dit Henrik Jah, nos bien-pensant sont bien pressés de voir les autres se mélanger (le font ils eux même?). Aux Antilles, à la Réunion, Maurice etc., après l'esclavage, les békés ont fait venir des Indes une main d'œuvre à bon marché. Ces gens sont restés entre eux pendant plusieurs générations, pratiquant leur religion, leur culture. Ce n'est que depuis peu que le métissage a commencé aux Antilles et très lentement. Chacun vivait de son côté, sans se soucier de l'autre et il n' avait jamais de problème.