En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 7 heures 57 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 8 heures 44 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 10 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 11 heures 29 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 14 heures 7 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 14 heures 50 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 16 heures 17 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 16 heures 52 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 17 heures 12 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 8 heures 25 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 9 heures 48 sec
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 10 heures 39 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 11 heures 37 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 17 heures 12 sec
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 7 heures
© Ministère de l'intérieur
La nouvelle carte de France ne présente plus que treize régions
© Ministère de l'intérieur
La nouvelle carte de France ne présente plus que treize régions
Bonnes feuilles

“La Nouvelle France” : redonner le pouvoir aux élus de terrain

Publié le 14 février 2015
Haut fonctionnaire et passionné du Tour de France, Jean-Luc Bœuf a choisi d'évoquer les saisons et son expérience au niveau local pour décrire des territoires en pleine mutation. Extrait de "La Nouvelle France - Quatre Saisons Dans Les Territoires" aux éditions Primset (1/2).
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Haut fonctionnaire et passionné du Tour de France, Jean-Luc Bœuf a choisi d'évoquer les saisons et son expérience au niveau local pour décrire des territoires en pleine mutation. Extrait de "La Nouvelle France - Quatre Saisons Dans Les Territoires" aux éditions Primset (1/2).

Une nouvelle carte administrative de la France se dessine après des décennies de stabilité. Tout a été dit et écrit quant à la nécessité de clarifier les compétences des collectivités locales, d’économiser la ressource financière, devenue rare, et d’en simplifier les procédures. En revanche, un sentiment d’abandon et de déshérence parcourt les territoires, devant la disparition d’entreprises et le départ de services publics. En raison de la complexité du système local, il est nécessaire d’appréhender différemment nos territoires et nos collectivités locales, en partant du quarteron de la décentralisation. Qu’est-ce que ce quarteron ? C’est cet ensemble constitué d’habitants qui sont, tour à tour, ou successivement, des citoyens, des contribuables, des usagers des services publics et des électeurs. C’est donc chacune et chacun d’entre nous, à différents moments de notre vie. 

Historiquement, l’Etat central a toujours eu du mal à composer avec le local. Se rajoute à cette alchimie difficile entre le local et le central une vague condescendance à l’égard de la "province", quel que soit d’ailleurs le pouvoir en place. Il y a un peu plus de cent ans, à l’aube du XXème siècle, le Président de la République réunit à Paris l’ensemble des maires, à l’occasion de l’exposition universelle de 1900. Plus de 22000 sur les 38000 maires que comptait la France à l’époque firent le déplacement parisien ! Aujourd’hui, le maire demeure ce référent parce que, chaque jour, il représente celui vers lequel on peut se tourner, quels que soient sa condition, son âge, sa situation.

Alors que nos sociétés sont ouvertes, désenchantées et désacralisées, chacun perçoit bien que le maire est cette personne à son écoute, à l’occasion des drames personnels, professionnels. Un incendie ? Des licenciements ? Un drame de la route ? Le maire est encore et toujours là. Alors que les pouvoirs publics ont déserté les territoires, que les entreprises voient leurs liens se distendre, le maire reste quasiment le seul interlocuteur pérenne. Cessons alors de comparer le nombre de nos communes avec le reste de l’Union européenne ! Notre pays est un vieux pays, avec ses racines, et dans lesquelles le maire figure au tout premier plan. 

Les budgets des collectivités sont construits et réalisés chaque année à l’équilibre, à la différence de l’Etat. Les recettes des collectivités reposent sur trois éléments que sont la fiscalité, les dotations et les emprunts. Les dotations sont en diminution. La fiscalité locale n’est plus à la fête. Il est plus difficile désormais d’aller chercher l’emprunt. Ce dernier ne peut servir qu’à financer des dépenses d’investissement. Mais l’on ne peut faire aux collectivités un procès de déficit, ni de surendettement d’ailleurs puisque, en trente ans, le poids de la dette locale cumulée de tous les échelons de collectivités a diminué par rapport au Produit intérieur brut (PIB). Il représente aujourd’hui moins de 10% du PIB, contre un chiffre légèrement supé- rieur en 1982. La donne budgétaire a changé, aussi bien pour l’Etat que pour les collectivités locales, et notamment les conditions d’investissement des projets.

À une France corsetée par l’Etat durant les Trente Glorieuses (1945-73), en termes d’initiatives publiques, ont succédé les très riches heures de la France décentralisée, où tout a pu sembler simple : les collectivités locales (régions, départements et communes) se sont mises à investir massivement puisque l’accès à l’emprunt était facile. En effet, les banques elles-mêmes avaient intérêt à financer les collectivités sur du long terme, tout en se refinançant elles-mêmes à court terme. Dans ces conditions, les collectivités sont le premier investisseur public, réalisant plus des trois quarts des investissements publics civils. Les citoyens doivent accepter aujourd’hui que l’état de la France et de ses finances publiques ne permettent plus de continuer sur le rythme que nous connaissons depuis cinquante ans. En veillant à ce que les dépenses de fonctionnement s’adaptent à la baisse des recettes, ce changement de système nécessite de redéfinir les priorités. Dans le même temps, il convient de poursuivre les investissements. 

Nous assistons à un changement d’époque complet. Auparavant, les élus pouvaient décider des besoins pour leurs territoires. Ils allaient chercher ensuite les financements. Ce mode de fonctionnement est devenu inopérant car la crise de 2008 est passée par là. Cessons donc de nous abriter derrière un vocabulaire aseptisé où il serait question d’une "proximité de la reprise" ou du "bout du tunnel". L’économie française est, au mieux, étale depuis plusieurs années. Stagnation, risque de retournement des taux d’intérêt anormalement bas et endettement, voilà les trois mots qui forment en quelque sorte le triangle maudit. Ils aboutissent à une nouvelle augmentation des prélèvements obligatoires et des dépenses publiques. Cette situation rend nécessaire la participation des collectivités locales à l’effort de redressement des finances publiques. Les maires et les élus locaux doivent proposer une nouvelle façon de fonctionner, en expliquant à leurs concitoyens que ce changement de modèle nécessite d’agir différemment avec le choix entre la diminution des services rendus à fiscalité constante d’une part, et la nécessité d’augmenter la fiscalité pour maintenir les services rendus, d’autre part ; le tout en raison des baisses de dotations. S’engager aujourd’hui sur la stabilisation de la fiscalité locale est un signal fort à donner aux citoyens. En effet, si à l’avenir les contribuables ne pouvaient plus payer leurs impôts locaux, cela obligerait aussi les élus à redéfinir les services rendus par leur collectivité. 

 

"La Nouvelle France Quatre saison dans les territoires" de Jean-Luc Boeuf aux éditions Primset.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires