En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
La vie chère
Doper le pouvoir d'achat ? C'est possible, en favorisant la concurrence !
Publié le 12 octobre 2011
Pour rendre la vie chère moins chère, Emmanuel Combe propose de "faire baisser les prix en injectant de la concurrence". "Une solution efficace qui ne coûte rien budgétairement", selon lui.
Emmanuel Combe est vice-président de l'Autorité de la concurrence et professeur affilié à ESCP-Europe. Il est également professeur des universités.Spécialiste des questions de concurrence et de stratégie d’entreprise, il a publié de nombreux articles et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Combe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Combe est vice-président de l'Autorité de la concurrence et professeur affilié à ESCP-Europe. Il est également professeur des universités.Spécialiste des questions de concurrence et de stratégie d’entreprise, il a publié de nombreux articles et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour rendre la vie chère moins chère, Emmanuel Combe propose de "faire baisser les prix en injectant de la concurrence". "Une solution efficace qui ne coûte rien budgétairement", selon lui.

Face à l’inquiétude des Français sur leur pouvoir d’achat, les candidats à la primaire socialiste ont rivalisé de propositions, toutes plus inefficaces ou coûteuses les unes que les autres : “double coup de pouce” sur le SMIC pour Martine Aubry, blocage des loyers pour Arnaud Montebourg, etc. La palme d’or revient sans conteste à Ségolène Royal qui a proposé ni plus ni moins que de revenir au blocage des prix… pour 50 produits essentiels : une solution qui relève de la politique de l’autruche puisqu’elle ne s’attaque en rien aux racines du mal mais se contente de reporter dans le temps la résolution du problème.

Peut-on proposer une véritable politique du pouvoir d’achat qui aille au-delà des effets de manche ? Dans une récente note publiée par la Fondapol, nous montrons qu’il existe une solution efficace et qui ne coûte rien budgétairement : faire baisser les prix, en injectant de la concurrence. Il ne s’agit pas de tomber dans le dogmatisme du « tout concurrence » mais d’identifier, au cas par cas, les secteurs dans lesquels un renforcement de la concurrence serait bénéfique pour le porte-monnaie des Français, sans porter atteinte à la qualité et à l’emploi.

Pour ceux qui doutent des gains de la concurrence, il suffit de regarder ce qui se passe  actuellement sur le marché de la téléphonie mobile. Bercy avait estimé en 2009 que l’entrée de Free conduirait à une baisse générale du prix des forfaits de 7%, soit un gain annuel de pouvoir d’achat de plus d’1,2 milliards d’euros. A vrai dire, la réalité a dépassé toutes les prévisions : redoutant l’arrivée de Free, les trois opérateurs ont lancé une véritable    « guerre des prix », en créant des filiales low-cost (Sosh pour Orange ; B&You pour Bouygues Telecom), en dynamisant leurs opérateurs virtuels (entrée du groupe La Poste sur le réseau SFR), en innovant sur le plan commercial (forfaits sans engagements et sans mobile, etc…). Bref, la concurrence a tiré tous les prix vers le bas, a élargi l’offre, sans jamais nuire à la qualité des produits ou à l’emploi.

Ce qui a marché dans la téléphonie mobile peut fonctionner dans d’autres secteurs, encore très fermés à la concurrence. Prenons un exemple parmi d’autres : celui des médicaments à « prescription médicale facultative » comme l’aspirine, qui ne nécessitent pas la consultation préalable un médecin. Il s’agit d’un marché de 5  milliards d’euros dont 2 milliards ne font l’objet d’aucun remboursement. Pourquoi des médicaments comme l’aspirine ne pourraient-ils être vendus en dehors des pharmacies puisqu’ils peuvent être utilisés de manière autonome par le patient ? Dans les pays nordiques, la Belgique, l’Italie ou le Royaume-Uni, l’ouverture à la concurrence s’est accompagnée de fortes baisses de prix, de l’ordre de 20% en Italie, sans pour autant que  la sécurité des patients n’ait été mise en danger.

Lorsque l’on évoque la concurrence, la crainte qui s’exprime aussitôt est celle du bon curseur, du bon dosage : jusqu’où peut-on aller pour faire baisser les prix ? Si la concurrence doit se traduire par une diminution de la qualité intrinsèque du produit –la sécurité par exemple- ou par une application au rabais du droit du travail, il s’agit d’une politique en trompe l’œil : ce que les consommateurs gagnent en prix, ils le perdent en tant que salariés ou en terme de qualité. Mais le renforcement de la concurrence n’implique pas nécessairement de sacrifier la qualité ou le droit des salariés sur l’autel des prix bas : à l’État de jouer pleinement son rôle de régulateur du marché, en fixant les règles du jeu. Par exemple, sur le marché des médicaments sans ordonnance, l’État pourrait ouvrir à la concurrence, tout en imposant aux nouveaux distributeurs la présence d’un diplômé en pharmacie sur le lieu de vente ou on-line pour garantir un service de conseil au patient. Entre l’immobilisme total et un libéralisme débridé, il y a place pour une voie médiane : la concurrence oui, mais pas … à n’importe quel prix !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 12/10/2011 - 23:54
Pas crédible...
Les entreprises s'arrangent entre elles pour maintenir les prix artificiellement hauts: il y a eu des procès qui l'ont prouvé. Autre exemple: lorsque l'état a baissé les taxes sur les climatisations en Guadeloupe, les entreprises ont augmenté leur prix pour gagner plus. La seule solution c'est le contrôle, d'une façon ou d'une autre...
rue102361
- 12/10/2011 - 13:19
j'en été sur avant de tomber
j'en été sur avant de tomber sur l'exemple des abonnements mobiles, enfin y a quelque chose de plus simple, l'autorisation du roaming sur du wifi, SIP+data gratos par sont abonnement ADSL.
martel
- 12/10/2011 - 11:26
@iznogoud
quel rapport avec les monopoles?
Au contraire, prenez l'exemple d'EDF qui avec ses prix bas tue la concurrence...
les libéraux qui pronnent la concurrence devraient s'opposer au low cost qui encourage une politique fictive de la demande au détriment d'une poliique de l'offre basée sur des produits de qualité...made in france...