En direct
Best of
Best Of
En direct
Chronique de la haine ordinaire
Soumission : pas besoin d’attendre le 2022 de Michel Houellebecq, la France s’y est déjà mise
Publié le 10 février 2015
On peut appeler ça comme on veut : peur, trouille, pétoche. Mais comme on a un peu honte, on préfère dire "pas d'amalgame".
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On peut appeler ça comme on veut : peur, trouille, pétoche. Mais comme on a un peu honte, on préfère dire "pas d'amalgame".

En 1938 le président du Conseil de l'époque, Édouard Daladier, était dans l'avion qui le ramenait de Munich où il avait signé des accords passablement honteux avec le chancelier Hitler. Son chef de cabinet s'approcha de lui : "Monsieur le Président, une foule vous attend au Bourget". Pas très fier de lui Daladier lâcha : "c'est pour me lyncher ?". "Non, monsieur le Président, c'est pour vous acclamer". "Ah les cons !" s' exclama Daladier qui savait à quoi s'en tenir sur ce qu'il avait signé pour gagner quelques mois de paix. Un an après c'était la guerre avec Hitler.

Ils sont nombreux, de plus en plus nombreux, ceux qui en France veulent la paix. Il veut la paix le sénateur UDI Pozzo di Borgo qui demande qu'on déprogramme "American sniper", le dernier Clint Eastwood, au motif qu'on y voit des Américains tuer des Irakiens et que ça pourrait heurter les sensibilités de la communauté musulmane. Il veut la paix Gilles Catoire, le maire de Clichy, qui a tenté de déprogrammer – à la demande d'une association très respectueuse de l'Islam - une exposition montrant des escarpins de femmes sur des tapis de prière. Il veut la paix la maire de Grigny qui (dixit Malek Boutih) achète cette paix à coup de subventions et de dons faits aux associations de "jeunes" et musulmanes de sa ville.

Ils sont nombreux, de plus en plus nombreux, ceux qui en France veulent la paix. Et cette paix, qui ne durera pas plus que celle de Daladier, a un prix : la soumission. Ils veulent la soumission ceux qui hurlent à l'islamophobie dès la moindre remarque concernant une religion obligatoirement "compatible avec la démocratie" (François Hollande). Le concept d'islamophobie est en effet devenue une arme de soumission massive. Ils veulent la paix tous ces pseudo intellectuels et écrivassiers qui – de Mediapart aux Inrocks – se prosternent religieusement devant la statue de Sainte Padamalgame. Ils veulent la soumission ceux qui partent faire le djihad en Irak et en Syrie et en reviennent très aguerris.

Ils veulent la soumission les cagoulés qui tirent à la kalachnikov sur les flics à Marseille au moment même où s'y trouve Manuel Valls. Il veut la soumission ce prof de philo musulman qui insulte un autre prof musulman qu'il faut faire taire. Ce dernier, Slimane Zitouni, a démissionné du lycée Averroes de Lille en dénonçant l'islamisation forcenée qui y régnait et la pesante haine anti-juive qui y prospérait. Mais son contradicteur dispose d'un argument imparable : en 2013 le lycée Averroes a été premier au palmarès du bac ! Comme quoi l'antisémitisme n’empêche en rien l’obtention de ce précieux brevet. Peut-être même que ça aide ! On se demande d'ailleurs comment font les Juifs pour avoir le bac.

Le discours de la servitude volontaire a de nombreux récitants. Ils ont pignon sur rue, c'est à dire dans les médias. On les entend. Même que parfois on n'entend qu'eux. Et donc on les écoute. Ainsi après les assassinats de janvier un sondage a indiqué que - paradoxalement ? - le nombre de Français estimant que l'islam était une religion pacifique comme les autres était en augmentation. Au même moment un autre sondage  montrait – curieusement ? - une progression certaine du nombre de ceux qui ne souhaitaient plus qu'on caricature Mahomet. Curieux ? Paradoxal ? Non. Cela s’appelle la peur. Mais c'est Cassandre, seule contre tous les Troyens qui avait raison en annonçant que la guerre de Troie aurait lieu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AgentDevlin
- 10/02/2015 - 22:52
Bourreaux en victimes.
On a pleuré quelques jours, les victimes, puis par le miracle de la rhétorique, ils sont devenus bourreaux. Maintenant, pour accommoder, les vrais bourreaux, devenus, par le même mécanisme, victimes, nous censurons. Dans 10 ans, que restera t'il de nos libertés? Pas grand chose.
Enjoy
- 10/02/2015 - 22:03
Effectivement la tendance idéologique française
sur le vivre en semble au forceps risque de nous coûter très cher un jour , pas en argent (ça ça a commencé depuis longtemps ) mais pour la paix sociale .Nos élus depuis 1946 en porteront la responsabilité et les français également puisque ces élus ont été élus par les veaux , le français (dont je fais parti hélas)

Les peuples ont les gouvernants qu'ils méritent et le destin qui va avec . aléa jacta est
Haddock36
- 10/02/2015 - 21:05
Les Chinois à Paris
Ce film de Jean Yann avait été assez mal reçu par la critique car la tendance devenue légendaire des élites française à se transformer en carpette dès que le pays est envahi y était clairement dénoncée. Il est même regrettable que nous n'ayions pas eu l'Armée Rouge pendant quelques temps; ainsi aurions nous pu voir à l'oeuvre ceux qui furent les plus féroces contre les collabos de 40. Mais si la collaboration dans ces deux cas put se justifier pour des raisons idéologiques autant qu'opportunistes, on ne peut trouver de mot durs pour qualifier l'avilissante soumission de certains de nos élus, à une secte qui ne vise qu'à la destruction pure et simple de notre civilisation.