En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 35 min 17 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 1 heure 7 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 2 heures 21 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 4 heures 42 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 5 heures 42 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 6 heures 29 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 55 min 55 sec
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 1 heure 27 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 3 heures 57 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 5 heures 4 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 6 heures 8 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 8 heures 9 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 13 heures 5 min
© flickr / pasukaru76
© flickr / pasukaru76
Le mur de la réalité

Pourquoi renforcer les crédits aux associations pour renforcer la cohésion sociale est malheureusement un investissement à fonds perdus

Publié le 11 mars 2015
François Hollande a déclaré lors de sa conférence de presse de ce jeudi 5 février que les crédits associatifs seraient "augmentés" pour faire face à la situation sociale que Manuel Valls avait décrite comme un "apartheid". Difficile cependant de s'assurer du bon emploi de ces sommes.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a déclaré lors de sa conférence de presse de ce jeudi 5 février que les crédits associatifs seraient "augmentés" pour faire face à la situation sociale que Manuel Valls avait décrite comme un "apartheid". Difficile cependant de s'assurer du bon emploi de ces sommes.

Atlantico : Répondant à une question sur "l'apartheid" que "vivent" certaines banlieues lors de sa conférence de presse du jeudi 5 février, François Hollande a déclaré que les crédits associatifs seraient "augmentés et préservés" pour répondre à la situation. Que nous disent les études, les rapports sur la question des associations ?

Jean-Yves Archer : La gestion publique suppose la rigueur par ces temps de crise économique. Or, le monde associatif est fort disparate en matière de qualité de gestion. Enoncer, comme l'a fait le Chef de l'Etat, que les associations allaient davantage être soutenues soulève plusieurs questions.

Tout d'abord, il est clair que cet effort budgétaire se coulera parfaitement dans le moule légal des associations dont l'agrément est issu du respect des trois critères suivants :

- Répondre à un intérêt général.

- Présenter un mode de fonctionnement démocratique.

- Respecter les règles garantissant la transparence financière.

( Loi du 12 Avril 2000 ).

Cela étant, si l'on veut être assuré (ou rassuré...) du sérieux de ce projet à destination des associations, il me semble qu'il ne faudrait le réserver qu'aux seules associations reconnues d'utilité publique (RUP).

Une association RUP doit avoir un objet statutaire revêtant un caractère général et mener des actions pertinentes dans au moins un des domaines suivants : social, éducatif, culturel, sanitaire, scientifique, environnemental, humanitaire international, etc.

Ceci exclut les associations à dominante politique (Avis du Conseil d'Etat du 13 Juin 1978), confessionnelle (Avis CE du 26 Février 1980), économique, etc.

S'agissant du domaine confessionnel nécessairement sensible, il faut savoir qu'une association philanthropique peut se voir reconnaître d'utilité publique quand bien même elle situerait son action sous un libellé confessionnel explicite. Tel est le cas, depuis 1962, du "Secours catholique".

Autrement dit, la RUP n'exclut pas de financer des associations indirectement confessionnelles, ce qui est loin du rappel à la laïcité que le Président Hollande a effectué hier. Chacun mesure les enjeux voire les risques.

Une association RUP doit comporter un minimum d'adhérents fixé à 200 et présenter une activité significative (qui est évaluée lors de la demande de RUP) ainsi que présenter des comptes fiables et dont les résultats des trois derniers exercices doivent être bénéficiaires.

Mais surtout – et c'est le centre de la question pour la gestion publique – une association RUP "ne doit pas risquer de tomber sous le contrôle de personnes publiques. Cependant cela n'interdit pas la participation de personnes publiques à la création, à l'organisation et au fonctionnement de l'association si cette participation n'altère pas le caractère privé et autonome de l'association" ( Avis CE du 25 septembre 1979, extrait du Francis Lefebvre Associations, 2013 ).

Tout contribuable lecteur aura compris le risque de voir les circuits de financement s'entremêler et aussi les circuits de décision.

Pour être clair, seule la RUP protège de dérives mais pas totalement.

On peut sérieusement craindre que la politique présidentielle ne se transforme, ici ou là, en "open bar" par des fondateurs opportunistes d'associations officiellement chargées du redoutable défi du lien social, du vivre ensemble.

Alors que de multiples actions leur sont attribuées, quelle est leur efficacité réelle ? Celle-ci est-elle mesurée ?

L'efficacité sociale associative est un patchwork et aucune étude d'ensemble n'a réuni des gestionnaires, des politiques, des sociologues, etc. Il y a eu des travaux épars mais qui ne permettent pas d'élaborer un barème d'efficience.

On voit les flux financiers engagés, on discerne mal le véritable impact (spontané ou de simple entraînement) de leur action. Voir les propos des dirigeants "d'Action contre la Faim " sur l'évaluation de l'efficacité.

Quelles peuvent-être les dérives concernant les objectifs finaux des financements de ces associations ? 

Les dérives peuvent être de plusieurs types. Il y a bien évidemment l'enrichissement personnel des dirigeants ou de leurs proches. Cela existe, le nier serait trahir le lecteur et verser dans un angélisme qui aurait oublié le nom de Jacques Crozemarie, président funeste de l'ARC.

Une autre dérive peut venir de l'incompétence relative des dirigeants. En tant qu'ancien Commissaire aux comptes, j'ai hélas rencontré plus d'un cas où l'honnêteté était là mais pas la rigueur gestionnaire. Tout cela a un coût qui, là encore, est quasiment impossible à consolider au niveau national.

Parallèlement, la dérive qui peut se dresser sur la route des missions d'une association (RUP ou non) est le clientélisme, la propension pour un certain favoritisme. Nous avons tous quelques exemples en-tête.

La Justice est d'ailleurs assez fréquemment saisie. Ainsi, en 2009, suite à l’ouverture d’une information judiciaire pour escroquerie et abus de confiance concernant 17 associations caritatives, la Cour des comptes, a préconisé  "la suppression des avantages fiscaux liés aux dons lorsqu’il est avéré que la traçabilité de l’utilisation des dons n’est pas garantie par les organismes sollicitant la générosité publique".

On arrive ici à un premier point de finances publiques. L'idée du président Hollande peut paraître séduisante mais elle aura un premier coût public issu de la défiscalisation partielle des dons des associations RUP. Si la reconnaissance d'utilité publique présente des avantages, elle porte en elle cet inconvénient potentiel.

Surtout si les membres des équipes de direction sont d'anciens élus battus par le suffrage universel municipal (2014) ou départemental.... Des esprits taquins pourraient en effet voir une ficelle de ressources humaines dans cette relance associative. Des esprits chagrins y verraient, pour leur part, un clientélisme hors comptabilisation des personnels relevant de la Fonction publique.

Les associations théoriquement chargées du bel et noble projet de "faire France" et du "vivre ensemble" auraient alors une fonction mesquine – mais politiquement habile – de recyclage en tous genres.

Comment alors pourrait-on palier ce problème de financement d'associations qui ont un objet, des résultats peu vérifiés ?

Le contrôle de légalité des associations investies d'une mission de service public (ce qui ne se superpose pas à la RUP) relève du Préfet. Normalement, cette fonction est efficacement exécutée.

Parallèlement, toute association ayant manié des fonds publics est astreinte aux contrôles périodiques de l'Inspection générale des finances (IGF) qui analyse finement les modalités d'emploi de l'aide perçue en mettant ces modalités en lien avec les motifs publics d'octroi de ladite aide. L'IGF est un grand corps de l'Etat mais on ne peut pas omettre de dire que ses effectifs (et leur gestion) ne sont pas toujours en adéquation avec les besoins protéiformes de contrôle, in situ, des associations visées.

Enfin, les Chambres régionales des comptes vérifient les comptes de toute association qui a été bénéficiaire d'une subvention supérieure à 1500 euros : on situe immédiatement l'étendue de la tâche prescrite par l'article L 211-4 du Code des juridictions financières.

L'article L 111-7 dudit Code donne à la Cour des comptes le pouvoir de contrôler toute association qui a bénéficié de concours et subventions de l'Union européenne, de l'Etat ou d'une autre personne soumise à son contrôle.

Sur le plan textuel, on pourrait être tenté de conclure que les choses sont bien " bordées ". En fait, des exemples récents ont montré qu'à l'aide de structures gigognes, le monde associatif peut parfois continuer à faire prospérer des pratiques financières répréhensibles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/02/2015 - 20:52
@Anguerrand Car nous ne sommes pas sectaires, nous, au FN...
mais nous considérons que tous les partis qui ont participé aux gouvernements, de prêt ou de loin, depuis quarante ans, sont responsables de la situation actuelle...responsables et coupables!
Rassemblant près de 40% des suffrages nationaux ( et oui, ça va vite! même les sondeurs gauchistes sont largués...), nous accueillons tout le monde quelque soit son parti d'origine, à la seule condition que ce Français se sente patriote...car nous sommes le seul parti d'avenir de la France. Perdez vos fantasmes sur le FN et vous comprendrez pourquoi autant de Français nous rejoignent...
dav4abe
- 06/02/2015 - 15:13
Hollande applique des
Hollande applique des propositions de droite, la droite n'a plus de programme et le FN a un programme équivalent à celui du parti communiste des années 80.Donc je pense pouvoir affirmer sans crainte qu'en 2015 il n'y a plus de gauche ou de droite, seuls les dinosaures croient encore à ces vieux clivages.
Anguerrand
- 06/02/2015 - 12:31
À vangog
Bien d'accord avec vous, en France vous créez une ONG, vous demandez des subventions en faisant un peu pleurer, et surtout vous vous faites un joli salaire. J'en connais personnellement. Juste une remarque, je ne comprend pas que vous attaqueriez systématiquement l'extrême gauche, vous seriez responsable FN et pourtant votre parti soutient entre autres Siryza, la CGT, la grève de la SNCF, et Philippot vient tout droit de la gauche. Sincèrement et sans malice aucune, je ne comprend pas votre raisonnement.