En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 5 heures 49 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 7 heures 20 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 9 heures 57 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 10 heures 44 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 12 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 24 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 10 heures 28 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 11 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 13 heures 26 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 14 heures 9 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 17 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Œil pour œil

Et l’autorité religieuse musulmane la plus respectée appela à "tuer, crucifier les terroristes de l’EI ou amputer leurs mains et leurs pieds" : et qu’en pensent ceux qui ne voient en l’islam “qu’une religion de paix" ?

Publié le 06 février 2015
Le Coran n’exige, ni ne prohibe, la violence de manière générale. Celle-ci est ou non appropriée selon à qui on a affaire. Les Occidentaux tendent à projeter sur l’islam une vision, inspirée du christianisme, selon laquelle une religion est porteuse de valeurs.
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe d'Iribarne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Coran n’exige, ni ne prohibe, la violence de manière générale. Celle-ci est ou non appropriée selon à qui on a affaire. Les Occidentaux tendent à projeter sur l’islam une vision, inspirée du christianisme, selon laquelle une religion est porteuse de valeurs.

Atlantico : Suite à l'exécution du pilote jordanien par l'Etat islamique mardi 3 février, le grand Imam d'al-Azhar, une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite en Egypte a appelé à appliquer la punition prévue par le Coran à l'encontre des assassins : "la mort, la crucifixion ou l'amputation de leurs mains et de leurs pieds". Qu'est-ce qu'al-Azhar et qu'est-ce que ces déclarations révèlent de l'islam que d'aucuns décrivent uniquement comme une religion de paix ? 

Philippe d’Iribarne : Le grand imam d’al-Azhar est une haute autorité morale de l’islam sunnite. Ses propos, qui concernaient les membres du groupe Etat islamique, constituent une réaction à l’assassinat du pilote jordanien. Le verset du Coran auquel il se réfère appartient à un ensemble qui comporte également un verset couramment cité pour affirmer que l’islam est une religion de paix :

"Celui qui a tué un homme qui lui-même n’a pas tué, ou qui n’a pas commis de violence sur la terre est considéré comme s’il avait tué tous les hommes" (V 32).

"Telle sera la rétribution de ceux qui font la guerre contre Dieu et contre son Prophète, et de ceux qui exercent la violence sur terre : Ils seront tués ou crucifiés, ou bien leur main droite et leur pied gauche seront coupés, ou bien ils seront expulsés du pays. Tel sera leur sort : la honte en ce monde et le terrible châtiment dans la vie future - sauf pour ceux qui se sont repentis avant d’être tombé sous votre domination" (V 33-34).

L’horreur suscitée, au sein du monde musulman, par les images du pilote jordanien brûlé vif par l’Etat islamique a incité à regarder ceux qui ont agi ainsi comme des ennemis d’Allah et de son Prophète, et donc comme relevant du verset vengeur.

Plus précisément, quel rapport entretient l'islam avec violence ? Et pourquoi refuser de voir cet aspect là de la religion ? 

Certains affirment que l’islam est, de manière tout à fait générale, une religion de paix. Ils présentent ce trait comme relevant d’une position de principe, indépendante des circonstances, et professent que ceux qui tuent en son nom n’ont rien à voir avec lui. Ils citent à l’appui de leurs dires une version tronquée du verset V 32 qu’ils réduisent à : "Celui qui a tué un homme est considéré comme s’il avait tué tous les hommes"  (V 32). En fait, ce n’est pas un homme quelconque dont la vie est sacrée mais seulement "un homme qui lui-même n’a pas tué, ou qui n’a pas commis de violence sur la terre". Le verset suivant précise bien que ennemis d’Allah et de son Prophète n’en font pas partie.

Le Coran n’exige, ni ne prohibe, la violence de manière générale. Celle-ci est ou non appropriée selon à qui on a affaire : "Muhammad est le Prophète de Dieu. Ses compagnons sont violents envers les impies, bons et compatissants entre eux" (XLVIII 29).

Les Occidentaux, me semble-t-il, tendent à projeter sur l’islam la vision, inspirée du christianisme, selon laquelle une religion est porteuse de valeurs qui concernent les rapports de chacun à autrui en général, quel qu’il soit, bon ou mauvais, proche ou étranger, ami ou ennemi. De ce fait, ils ont du mal à donner sens à l’opposition, centrale dans le Coran, entre les manières de regarder et de traiter les bons musulmans d’un côté et les mécréants de l’autre. De ce fait l’islam leur paraît contradictoire, alors que c’est eux qui ont du mal à saisir sa logique.

Alors qu'al-Azhar est une des institutions religieuses les plus  respectées, comment expliquer qu'elle en appelle à faire appliquer le Coran à lettre ? 

Là encore, il faut éviter de projeter sur le monde de l’islam l’opposition chrétienne entre l’esprit et la lettre. Sans doute, nombre de musulmans modernistes, en fait inspirés par la culture occidentale, sont-ils prêts à faire cette distinction. Mais ils n’appartiennent justement pas à une institution religieuse respectée. 

Qui aurait la légitimité de faire évoluer l'islam et à quelles conditions une évolution est-elle possible ?  

Il y a des islams, entre sunnites et chiites, islam légaliste et islam mystique, islam indonésien métissé d’hindouisme et islam africain métissé d’animisme. Tous ne sont pas susceptibles d’évoluer de la même façon. A voir l’accueil qui leur est réservé, les tentatives de réformer l’islam pour l’accorder à la raison critique ne risquent guère, à vue humaine, de conduire à un islam renouvelé. Mais une autre voie, plus prometteuse sans doute, paraît se dessiner - une voie qui, à l’opposé de celle empruntée par les islamistes, plonge dans la tradition mystique de l’islam et n’accorde qu’une importance relative à l’organisation de la société.

Par ailleurs, sans mettre en cause les orientations fondamentales de l’islam, on peut attendre des autorités musulmanes qu’elles s’emploient à montrer que le contexte actuel est tel qu’il justifie, en particulier dans les rapports des musulmans à l’Occident, d’appliquer les prescriptions coraniques favorables à la paix et non celles qui sont favorables à la guerre. 

Quelles sont les raisons théologiques et historiques qui explique la difficulté à réformer l'islam ? 

Le Coran est considéré comme étant la parole même de Dieu dans la forme précise, littérale, qui nous est parvenue. L’âge d’or de l’islam est perçu comme se situant dans le passé, du temps des pieux ancêtres et des califes bien guidés. Dans ces conditions, la réforme qui est bienvenue est un surcroît de fidélité aux origines. Et la soif de certitude et d’unanimité qui est au cœur de l’islam incite à faire rejeter comme apostats ceux qui se présentent ouvertement comme des novateurs. 

Propos recueillis par Carole Dieterich

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bretondesouche
- 06/02/2015 - 12:49
Une chance pour la france
Avant un siècle la France sera musulmane,simple question de demographie
jean-marc.fournier@oobien.com
- 06/02/2015 - 12:15
Les Occidentaux, bobos ou non, ....
Se font tout un cinéma de la religion de l'Islam et rêvent d'un bobohistan pacifique et épris d'amour fraternel pour les populations sous sa coupe, qui ne veut pas conquérir le Monde, mais non, mais non !!!
Mais il suffit de lire quelques études, textes ou sourates issues du Coran, il suffit de refaire l'Histoire de l'Egire jusqu'à nos jours, pour constater que les Musulmans, n'ont passé leur temps, depuis l'an 620-630, qu'à la conquête de territoires et des populations, que ce soit en Asie Mineure, en Afrique du Nord, Sub-saharienne, en Sud Europe et Europe centrale. Quand ce n'était pas par les armes et les massacres, c'était de manière plus insidieuse, mais c'était toujours de la conquête, avec la complicité passive de leurs coréligionnaires
MIMINE 95
- 05/02/2015 - 21:51
"BONS ET COMPATISSANTS ENTRE EUX", TOUT EST DIT.
le verset 32 que vous citez fait suite au verset 31 de la sourate V qui fait référence à la version coranique de l'histoire biblique de Caïn et Abel et le verset 32 débute par :"c'est pourquoi nous avons prescrit au fils d'Israël que quiconque tuerait un homme.......et se termine par l'affirmation que malgré les preuve apportés par "nos prophètes"les hommes sont restés "excessifs" ( l'islam considérant les grandes figures de l'ancien testament ( Adam, Moïse, Abraham, Noé etc etc comme étant de fait musulmans). Le verset 33 détaille les peines échuent aux "excessifs" c'est à dire à ceux qui ne se soumettent pas à Allah et Mahomet( peine encore en vigueur aujourd'hui et pas seulement chez DAESH ou boko haram). La sourate 48 que vous citez s'appelle Al Fath ( traduit par, la victoire ou la conquête....) Le verset 29 qui n'hésite pas à se servir de la bible pour "alibi" suit un verset qui affirme que l'islam est la seule "vérité". Même plongé dans la tradition mystique, les textes de cette religion portent en eux en eux les germes de la violence et de l'intolérance et l'islam ne serait alors qu'un volcan endormi jusqu'au jour où.......du mystique il repassera au fanatisme.