En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Charles Platiau / Reuters
Silence, on s’écharpe !
L’UMP déboussolée face au cas FN : “ni-ni”, “non-non” ou alors “oui-oui” et même “oui-non”…
Publié le 05 février 2015
Abondance de choix ne nuit, paraît-il, jamais. Mais s’agissant de l’UMP, ça peut être dévastateur.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Abondance de choix ne nuit, paraît-il, jamais. Mais s’agissant de l’UMP, ça peut être dévastateur.

"Ni-ni", c’est ni FN ni PS. "Non-non", c’est non et non au FN. "Oui-oui", c’est oui et oui au FN. Et "oui-non", c’est oui à la liberté de vote et non au Front National (une trouvaille sarkozyste). Ainsi débattaient les hiérarques du parti, s’interrogeant comme les empereurs byzantins sur le sexe des anges alors que l’ennemi ottoman était aux portes de la Cité. D’après tous les sondages, y compris celui particulièrement éclairant publié par Atlantico, une grande majorité des électeurs et des sympathisants de l’UMP serait très favorable au "oui-oui". En 1987, alors que le Front Républicain que le PS appelle de ses vœux n’était pas encore atteint par la limite d’âge, Michel Noir, ministre du Commerce Extérieur de Jacques Chirac et farouchement opposé au parti de Jean-Marie Le Pen, eût cette phrase célèbre : "plutôt perdre une élection que perdre son âme". Une formule qui a fait date.

Mais en 2015, la question de l’âme se pose un peu autrement. L’UMP a-t-elle encore une âme ? Au regard des débats sanglants et sans pitié qui ont agité sa direction, on peut en douter. Ou alors elle a – soyons charitables – plusieurs âmes. L’âme de Sarkozy, qui n’est pas celle d’Alain Juppé. L’âme de Juppé, qui n’est pas celle de Fillon, qui n’est pas celle de NKM, qui n’est pas celle de Laurent Wauquiez, qui n’est pas… Pour le PS, la question ne se pose pas, puisque depuis Hollande, il n’a plus d’âme : un coup "je fais la bise à Macron", un coup "j’embrasse Tsipras "…

L’Histoire nous enseigne deux ou trois choses sur ce que peuvent être les alliances politiques ou géopolitiques. En 1939, personne ne haïssait plus le communisme et l’Union Soviétique qu’Adolf Hitler. Pour pouvoir écraser tranquillement la France et la Pologne, il s’allia pourtant avec un diable nommé Joseph Staline. Personne ne détestait plus Hitler et les Nazis que ce dernier. Il signa un pacte avec lui pour avoir sa part du gâteau polonais.

En 1941, tout change. Hitler se souvient que Staline, c’est Belzébuth, et attaque son allié. C’est alors que les démocraties occidentales – les Etats-Unis en tête – qui détestaient autant le communisme que le nazisme, contractèrent un PACS avec Staline devenu soudainement fréquentable. Après la victoire sur Hitler, l’Occident redécouvrit que Staline était un être méchant et monstrueux.

Parmi ceux qui criaient le plus fort contre l’ex-allié de la guerre contre Hitler, il y eut un certain général de Gaulle. Ses discours contre le PC et son mentor soviétique furent d’une violence extrême. Puis, une fois au pouvoir, volte-face, il trouva des vertus insoupçonnées à l’Union Soviétique. Pour De Gaulle, il convenait à tout prix de libérer la France de la tutelle américaine. L’ennemi principal, c’était Washington. Pas Moscou.

La France de Charles de Gaulle se retira de l’OTAN. Une gifle pour Washington. De Gaulle trouva une formule aussi détestable que cynique : "L’Europe de l’Atlantique à l’Oural", donc avec le Goulag. Il fut applaudi à Moscou. Et pour bien marquer qui était son ennemi du moment, il jugea utile de reconnaître la Chine communiste, adversaire juré des Etats-Unis.

Ainsi se font et défont les alliances. Les alliés de circonstance sont choisis en fonction des ennemis de l’heure. Car la raison (politique) a des raisons que le cœur ignore. Et elle se rit de la morale et de l’éthique s’interdisant tout interdit. Ce qui nous ramène à un petit coin de France appelé le Doubs…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 05/02/2015 - 18:10
cloette 05/02/2015 - 17:36 N'importe quoi car aux USA les riches
investissent mais c'est une vraie économie Libérale. En UK de même, en Allemagne de même etc. Moins en en France car il faut bien payer les impôts pour pouvoir payer les 57% du PIB et encore malgré la ponction de l’État Français la plus forte du Monde après le Danemark et bien il faut encore emprunter.
cloette
- 05/02/2015 - 17:36
Pour conclure
Anguerrand et Benvoyons, le système liberal c'est bien quand les gens réinvestissent , mais on voit bien que ce n'est plus le cas et que l'enrichissement de certains se fait sans réinvestissement , par plus-value d'actions rentables à court terme , et s'il y a encore une industrie en Allemagne il n'y en a plus chez nous , est ce que plus de liberal dans les lois changera quelque chose ? Ce n'est pas sûr, et si les gens sont moins protégés et si leur salaires baissent trop ça explosera
Bjorn borg non je n'ai pas fait l'ENA hi hi !
ISABLEUE
- 05/02/2015 - 17:17
Dans le Doubs abstiens toi...
M'en fous, j'espère que le PS se prendra une claque. Ces fonctionnaires m'écoeurent, ils partent tous là bas pour essayer de faire la morale aux votants....