En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 49 min 10 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 2 heures 13 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 4 heures 23 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 37 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 7 heures 9 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 8 heures 16 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 9 heures 9 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 1 heure 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 59 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 55 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 6 heures 26 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 38 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 8 heures 12 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 8 heures 27 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 47 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 9 heures 14 min
© HBO
Des personnages de la série Game of Thrones.
© HBO
Des personnages de la série Game of Thrones.
Adaptation

Quand les séries deviennent intelligentes et trouvent un modèle économique autre que la télé décérébrée à audience de masse

Publié le 08 février 2015
Alors que les séries comme "Game of Thrones" ou "Orange is the new black", aux intrigues de plus en plus élaborées, se développent sur la base d'un public exigeant et fidélisé, l'audience des divertissements plus légers ne pâlit pas pour autant. Chaque secteur a su trouver son propre modèle pour exister.
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Pierre-Jean Benghozi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Jean Benghozi est professeur à Polytechnique, et directeur de recherche au CNRS. Il est spécialiste de l'économie des industries culturelles.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les séries comme "Game of Thrones" ou "Orange is the new black", aux intrigues de plus en plus élaborées, se développent sur la base d'un public exigeant et fidélisé, l'audience des divertissements plus légers ne pâlit pas pour autant. Chaque secteur a su trouver son propre modèle pour exister.

Atlantico : La série Plus Belle la vie rassemblait en France au mois de septembre 2014 plus de 4 millions de téléspectateurs face au JT de France 2 et de TF1 et au même moment Cyril Hanouna avec Touche pas à mon poste réunit parfois jusqu'à 1,5 million de téléspectateurs. Qu'est ce qui explique, malgré l'existence d'une offre de plus en plus en sophistiquée, le succès de programmes plus "légers" ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Le succès de programmes plus "légers" s’explique majoritairement de deux façons. La première est la  recherche de divertissement. Pour la comprendre, on peut utiliser l’exemple suivant : on rentre du lycée, de la fac ou du travail ; fatigué, on se fait une boisson chaude et on cherche un moyen à la fois de décompresser et de marquer une coupure avec sa journée. Pour ce faire, de nombreuses personnes vont se tourner vers des programmes de télévision plus "légers".

La seconde explication est le fait que, dans la journée, la télévision sert d’accompagnement lorsque l’on accomplit différentes activités, comme le ménage ou la préparation des repas. On va privilégier les programmes qui ne demandent pas une attention importante. Car d’une part, il faut pouvoir faire deux choses en même temps, et d’autre part, souvent on l’écoute plus qu’on ne la regarde. C’est principalement vrai pour les personnes qui travaillent en décalé ou qui sont au foyer.  

Selon Steven Johnson, l'auteur de Tout ce qui est mauvais est bon pour vous, Pourquoi les séries télé et les jeux vidéo rendent intelligent, la culture de masse exigerait de plus en plus d'efforts intellectuels, notamment pour comprendre des séries comme 24h chrono, Game of Thrones ou encore les Soprano. Contrairement aux programmes plus légers, quelles sont les motivations qui poussent les téléspectateurs à regarder des divertissements qui demandent plus de réflexion ?

Nathalie Nadaud-Albertini : On regarde les divertissements qui demandent plus de réflexion principalement parce que ce sont des récits qui plongent dans la complexité de l’être humain. Par exemple, Game of Thrones plaît notamment parce qu’en dépit du contexte historique et de l’univers de science-fiction qui semblent a priori tirer l’intrigue vers un monde éloigné de ce que l’on vit, on y retrouve les ingrédients des motivations humaines : le pouvoir, le sexe, l’argent, la cruauté, mais aussi l’amour, etc. De plus, les personnages apparaissent comme humains, avec leurs qualités et leurs défauts, de sorte que les téléspectateurs s’y attachent plus qu’à des personnages ayant moins de profondeur ou semblant plus stéréotypés.

Il y a aussi des programmes qui jouent sur les deux niveaux (la "légèreté" et la réflexion). Je pense à une série sur laquelle j’ai travaillé au début des années 2000 : Ally Mc Beal. En apparence, c’est une série "légère" qui retrace les péripéties d’une avocate célibataire un peu déjantée. Mais, si l’on prend la peine de s’intéresser vraiment aux thèmes traités, on s’aperçoit que c’est un programme qui questionne les rapports sociaux de sexe et qui est fait pour renvoyer le téléspectateur à ses propres catégories de pensées et contradictions de façon à l’amener à les dépasser pour se faire une opinion. Certains téléspectateurs aiment pouvoir choisir entre les deux niveaux de lecture. L’un permettant de rire, l’autre de réfléchir aux normes de notre société et de questionner sa propre façon de les appréhender.

L'avenir des séries "légères" est-il plus incertain que celui des divertissements de "qualité" en raison d'une fidélité du public et d'une implication plus importante ?

Pierre-Jean Benghozi : Il faut relativiser la coupure entre séries "légères" d’un côté et divertissements "de qualité" de l’autre. Cette alternative existe de longue date, sous des dénominations diverses (fictions lourdes ou légères par exemple). Cela démontre que toutes deux répondent à des stratégies de production variées autant qu’à des attentes différentes de la part du public : il n’y a donc pas de raison que l’avenir des unes soit plus menacé ou plus rose que celui des autres.

Sur le fond des spécificités de ces deux programmes, elles tiennent à plusieurs facteurs. Il y a d’une part une logique d’offre, répondant à des besoins différents de programmation : d’un côté, "remplir à un coût raisonnable des case de programmation" à faible potentiel publicitaire mais permettant de fidéliser les spectateurs et de préparer les audiences des créneaux à plus forte audience, de l’autre construire une image de marque, bâtir une audience sur des prime time et disposer de programmes à fort potentiel de rediffusion.

Chacun de ces programmes correspond aussi à des stratégies différentes des producteurs : prestations spécifiquement adaptés à un diffuseur (créneau, type de public, durée…) ou bien programmes à épisodes  à vocation potentielle de coproduction, de commercialisation en VOD ou SVOD, et de revente à l’international (d’où la question du format 52’ v. 90’ ou de la langue).

Il faut ajouter que les formes nouvelles de consommation (SVOD) poussent à une forme de convergence d’usage entre les types de programmes. Au départ les fictions légères étaient plutôt dans une logique feuilletonnesque de flux et les séries lourdes dans la perspective d’épisodes autonomes "autoporteurs". La capacité désormais de visionner d’un bloc l’ensemble des saisons a sans doute stimulé de nouvelles formes d’écriture inscrivant ces fictions lourdes dans des formes sérialisées (cf. Lost ou 24 heures )

Game of Thrones serait la série la plus piratée au monde. Qu'est-ce que cela dit de la façon dont nous consommons ces différents types de divertissement ? 

Nathalie Nadaud-Albertini : Cela montre que les divertissements qui demandent de l’attention sont choisis et surtout que les téléspectateurs n’ont pas envie de couper le lien avec ces programmes. S’ils ne sont pas disponibles immédiatement dans leur pays, ils se les procurent par le piratage. Autrement dit, cela montre un attachement fort et une implication importante dans ces programmes. A contrario, les téléspectateurs acceptent beaucoup mieux l’interruption de programmes "plus légers" parce qu’ils sont moins impliquants, et donc davantage interchangeables. L’important est que l’attente de lâcher-prise soit satisfaite.

Qu'est-ce qui différencie un divertissement dit léger et un divertissement demandant plus d'attention ?

Nathalie Nadaud-Albertini : La différence tient principalement à la complexité de l’intrigue. Souvent dans les divertissements qui requièrent plus d’attention, on a affaire à des intrigues croisées incorporant de nombreux ingrédients. Par exemple, Marina, une afficionada de Games of Thrones âgée de 22 ans, m’a récemment expliqué que cette série était passionnante en partie à cause de son intrigue "haletante", mêlant des ingrédients multiples et propres à satisfaire "tous les goûts" : "la lutte pour le trône de fer, les complots, la menace des marcheurs blancs, etc.".

De plus, les personnages sont rarement manichéens. Ils ont des motivations complexes qui demandent de la réflexion pour bien les cerner et les comprendre. Le fait que les motivations des personnages n’aillent pas de soi donne lieu sur Internet à des discussions de fans qui se demandent pourquoi untel agit de telle ou telle façon. Les points de vue échangés sont riches et argumentées, souvent très différents les uns des autres. Cette activité réflexive commune en dehors du moment où l’on regarde fait aussi partie de ce que les téléspectateurs apprécient dans ces programmes. Certains prolongent même la réflexion en utilisant des ambiguïtés de l’intrigue et du comportement des personnages pour proposer leur version sous forme "littéraire" à travers des fanfictions.

Quels sont les effets de ces deux types de divertissements sur "l'évolution mentale" du spectateur ?

Nathalie Nadaud-Albertini : En d’autres termes, est-ce qu’il y a des programmes qui rendent idiots ou d’autres intelligents ? Non. C’est vraiment une question d’attente du moment. Lorsque l’on recherche le lâcher-prise, on se tourne vers des programmes "légers" ; lorsque l’on recherche plus de profondeur, on privilégie d’autres émissions. Mais, supposons que la télévision et tout ce qui permet d’accéder aux programmes soient en panne, les gens se tourneront vers d’autres divertissements répondant à ces attentes différentes.

Le profil des différents téléspectateurs varie-t-il ou peut-on passer de l'un à l'autre ?

Nathalie Nadaud-Albertini : On peut passer de l’un à l’autre. Tout à l’heure, à propos des programmes misant sur la "légèreté", je vous parlais des actifs qui recherchent un lâcher-prise et des personnes au foyer qui cherchent davantage un accompagnement de leurs tâches quotidiennes. Mais, le soir ou à un autre moment de la journée, les personnes au foyer peuvent privilégier des programmes demandant plus d’attention. Tout comme les actifs peuvent le faire le week-end. Il en est de même concernant les professions et les niveaux d’études : ce ne sont pas des critères déterminants. En fait, tout est fonction du moment dans la journée et de l’attente qui y est liée.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 08/02/2015 - 15:13
vangog!!!
et dire que vangog n'aime pas Poutine! Pourtant Vladimir n'a rien fait de mal? Pourquoi vous obstinez-vous à lui faire du mal? J'avoue que là, je ne vous comprend pas! Poutine n'a jamais envahi l'Ukraine, pourquoi vouloir le tuer? Vous êtes déjà monté dans un tank? Vous avez fait la campagne de Russie? Alors là, ça me la coupe. Poutine est un fabuleux joueur d'échecs. Vous n'arrivez même pas à sa cheville! Alors vangog, pour la dernière fois: taisez-vous bordel!!