En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 6 min 15 sec
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 32 min 33 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 57 min 51 sec
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 14 heures 59 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 15 heures 46 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 17 heures 47 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 20 heures 50 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 25 min 21 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 32 min 38 sec
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 12 heures 57 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 15 heures 21 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 16 heures 35 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 19 heures 12 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 20 heures 11 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 20 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 21 heures 26 min
© Getty image
Selon une étude, la ménopause aurait des conséquences physiques et mentales chez les femmes.
© Getty image
Selon une étude, la ménopause aurait des conséquences physiques et mentales chez les femmes.
Turbulence hormonale

Quand la ménopause rend (cliniquement) folle

Publié le 02 février 2015
Selon le Professeur John Studd, un gynécologue de la Clinique PMS à Londres, la ménopause agît aussi bien sur le physique des femmes que sur leur mental. Dans certains rares cas, elle peut même être synonyme des troubles mentaux, d'hystérie et d'hallucinations.
Alain Tamborini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Docteur Alain Tamborini est gynécologue
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le Professeur John Studd, un gynécologue de la Clinique PMS à Londres, la ménopause agît aussi bien sur le physique des femmes que sur leur mental. Dans certains rares cas, elle peut même être synonyme des troubles mentaux, d'hystérie et d'hallucinations.

Atlantico :  En quoi la ménopause peut-elle avoir une incidence sur l'humeur d'une femme ? 

Alain Tamborini : Les témoignages cités par John Studd me semblent excessifs et ne reflètent pas les cas que l’on rencontre habituellement en consultation pour ménopause.  Cependant, il peut exister des relations entre les hormones et l’humeur ou le comportement… On le constate dans le syndrome prémenstruel (SPM) où les modifications de l'humeur peuvent s'exprimer de différentes façons. Le plus souvent, il s'agit d'une irritabilité, voire d'une agressivité. A l'opposé, ce peut être une certaine forme de lassitude, de déprime, de désespoir, avec l'envie de rester chez soi, dans son coin, tranquille; les idées noires, voire suicidaires, ne sont pas rares. Avant les règles, une hyperémotivité, une hypersensibilité aux événements extérieurs, est courante.

La période de préménopause (qui dure en moyenne 3 à 4 années) est la période la plus inconfortable de la vie d’une femme car c’est une période de turbulence hormonale avec des dénivellations hormonales brutales et d’intensité inconnue jusqu’alors. Elle peut aussi réaliser des périodes semblables au syndrome prémenstruel mais de (très) longues durées. En fonction des fluctuations hormonales anarchiques de cette période, humeur et caractère peuvent aussi varier rapidement d'un jour à l'autre, le meilleur alternant avec le pire. Des phases d'énervement et d'excitation succèdent à des périodes de déprime et de lassitude. Les dérèglements hormonaux jouent un rôle d’ampli, de caisse de résonnance de la personnalité, des problèmes, des conflits de chaque femme. L’entourage subit ces modifications apparemment incompréhensibles du comportement et ne réagit pas toujours très bien.

Pour les femmes au terrain psychique déjà fragile ou qui ont déjà fait une dépression, les perturbations hormonales de la ménopause peuvent constituer une épreuve redoutable, pouvant déstabiliser un équilibre psychologique déjà précaire.

Cette ménopause qui "transforme" le mental des femmes est-elle suffisamment connue des médecins ? Quelles sont les difficultés rencontrées pour la diagnostiquer et la traiter ?

Evelyne Sullerot disait : "une femme vit sa ménopause avec son corps mais aussi avec son cœur". C’est vrai qu’à la ménopause peuvent survenir des altérations de l'humeur et du comportement mais elles seront majorées ou atténuées par la qualité de l'environnement conjugal, familial et socioprofessionnel. Une fatigue, une lassitude physique, accompagnent souvent les troubles psychologiques de la ménopause : "dès le réveil, je suis fatiguée", "je n'ai plus goût à rien", "je n'ai envie de rien entreprendre" entend‑on souvent. Parfois, les troubles de l'humeur peuvent se traduire par une irritabilité, voire une agressivité. Médicalement, il n’est donc pas toujours aisé de s’y retrouver devant cette symptomatologie fluctuante et protéiforme. Le médecin traitant qui connait bien la femme dans son environnement est bien placé pour l’identification, l’évaluation et la prise en charge de ces troubles.

Pour les femmes qui connaissent une ménopause douloureuse, le traitement recommandé reste le THS (Traitement Hormonal Substitutif). Quels sont les risques de ce traitement, ainsi que des autres alternatives ? Doit-on remplacer le THS par des antidépresseurs ?

La ménopause résulte d’un tarissement des sécrétions hormonales ovariennes et il semble donc logique que son traitement de choix consiste à prescrire ces hormones manquantes. Depuis Décembre 2003, la prescription de THS est encadrée par des recommandations des autorités de santé, régulièrement rappelées aux praticiens, la dernière fois en Juillet 2014. Le THS peut être prescrit aux femmes gênées par les troubles climatériques, à la dose minimale efficace et pour une durée limitée à la durée des symptômes gênant et altérant la qualité de vie.    

Les traitements de rééquilibration hormonale peuvent apporter une certaine réponse aux troubles de l'humeur de la pré- et de la ménopause, si toutefois ces derniers ne peuvent être expliqués par des problèmes personnels conjugaux, familiaux et/ou socioprofessionnels. On ne peut pas demander aux traitements hormonaux de résoudre un problème personnel et un THS ne peut jamais remplacer un traitement anti-dépresseur quand existe une vraie dépression.  Le laisser croire serait imprudent et dangereux.

Quant aux symptômes physiques d'une ménopause, ils sont désormais bien connus : sueur, insomnie, bouffée de chaleurs… Comment peut-on les expliquer ?

Dans la même région de l'hypothalamus, se trouvent, côte à côte, le centre de commande de la fonction ovarienne et le centre de la thermorégulation destiné à contrôler la température de notre corps. Quand arrive la ménopause, le centre hypothalamique se dérègle et fonctionne de façon anarchique; il entraîne alors dans son dérèglement, par voisinage, le centre de thermorégulation, déclenchant ainsi les fameuses bouffées de chaleur. L'équilibre des neurotransmetteurs cérébraux à ce niveau est complètement perturbé.

Les bouffées de chaleur et les sueurs, souvent nocturnes avec des troubles du sommeil et de la fatigue, débutent dès la préménopause quand les cycles deviennent irréguliers. Ces troubles dits vasomoteurs vont concerner 75% des femmes. Dans 50% des cas, les bouffées vont durer plus de 5 ans et même plus de 10 ans une fois sur 4.

Le traitement hormonal substitutif (THS) de la ménopause supprime les bouffées de chaleur dans la très grande majorité des cas et arrive rapidement à bout des bouffées de chaleur les plus intenses et les plus nombreuses. Ainsi, il améliore considérablement la qualité de vie des femmes.

Des traitements non hormonaux peuvent être employés mais leur efficacité est beaucoup plus inconstante et moindre que celle du THS.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires