En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

07.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

03.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Coronavirus
Virus en Chine : l’OMS prolonge sa réunion d’urgence d’une journée, les transports publics suspendus à Wuhan
il y a 2 heures 32 min
pépites > International
Soupçons
Piratage du téléphone de Jeff Bezos par l'Arabie saoudite : des experts de l'ONU réclament une enquête
il y a 5 heures 47 min
pépite vidéo > International
Tension
Incident entre Emmanuel Macron et des policiers israéliens au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" de Arnaud Viard : l'amour, la tendresse et la nostalgie en partage...

il y a 11 heures 39 min
pépite vidéo > Europe
Vigilance
Les images impressionnantes de la tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales et en Espagne
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

L’affaire des "médecins empoisonneurs" : quand Staline inventait des complots imaginaires contre les Juifs

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Economie
Larmes de crocodile

Inégalités : et le choeur des pleureuses milliardaires repris à Davos

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Social
France

Les cercles vicieux du modèle social français

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 16 heures 48 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 17 heures 2 min
pépites > Justice
Ultimes mystères
Affaire Benalla : le témoin-clé Chokri Wakrim met en cause des membres de l’Elysée sur la question de la disparition des coffres-forts
il y a 3 heures 22 min
pépites > Politique
L'heure du bilan
69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022
il y a 6 heures 34 min
light > Culture
"Always look on the bright side of life"
Mort de Terry Jones, membre des Monty Python et réalisateur de "La Vie de Brian"
il y a 10 heures 46 min
pépites > Politique
Bataille de chiffres
L'Association des maires de France souhaite obtenir une modification de la "circulaire Castaner" pour les municipales
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Santé
Industrie pharmaceutique

Autorisation de médicaments : les consommateurs ont droit à la transparence

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Social
Surtout que Martinez ne se fâche pas !

CGT : Cancer Généralisé du Travail

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Social
Réforme

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 17 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Colosse aux pieds d'argile ?

Pourquoi Google n'est plus le géant hors de portée du moindre concurrent

Publié le 31 janvier 2015
Le mastodonte Google continue d'afficher des performances financières satisfaisantes. Pourtant, la firme semble moins hégémonique qu'auparavant et, malgré son image de modernité, commence à être doucement distancée dans certains domaines.
Frédéric Fréry est professeur à ESCP Europe où il dirige le European Executive MBA.Il est membre de l'équipe académique de l'Institut pour l'innovation et la compétitivité I7.Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont Stratégique, le manuel...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Fréry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Fréry est professeur à ESCP Europe où il dirige le European Executive MBA.Il est membre de l'équipe académique de l'Institut pour l'innovation et la compétitivité I7.Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont Stratégique, le manuel...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mastodonte Google continue d'afficher des performances financières satisfaisantes. Pourtant, la firme semble moins hégémonique qu'auparavant et, malgré son image de modernité, commence à être doucement distancée dans certains domaines.

Atlantico : Les bénéfices de Google ont eu beau augmenter en 2014, ses  résultats sont moins bons qu'attendu. En effet le bénéfice trimestriel par action, qui sert de référence à Wall Street, est venu se fixer à 6,88 dollars au lieu de 7,11 dollars. A quoi cette perte d'élan est-elle due ?

Frédéric Fréry : Le bénéfice par action est inférieur à ce qui était attendu car la croissance a été moindre que prévue. Il faut toujours se rappeler que la valeur d'une action est une anticipation des résultats futurs, actualisée avec le taux de croissance attendu. Par conséquent, lorsque la croissance est inférieure à ce qui était prévu, mécaniquement la valeur de l'action diminue. Soulignons tout de même qu'au dernier trimestre de 2014, la croissance du bénéfice net de Google a été de 41%. La baisse implique donc que le marché attendait encore plus, ce qui est tout de même particulièrement gourmand.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Google croît moins que prévu. En 2012, la cotation du titre a même été suspendue car la capitalisation boursière s'était effondrée de 24 milliards de dollars en seulement deux jours, suite à l'annonce d'une baisse de 15 % du montant que les annonceurs étaient disposés à payer pour chaque clic. A l'époque, le résultat trimestriel avait diminué de 20 %. Cette année, nous sommes dans une configuration beaucoup moins brutale. Comme l'a souligné le directeur financier de Google, la croissance moins vive que prévue s'explique notamment par la hausse du dollar.

Les publicités ciblées ne représentent plus que 50% des revenus de Google, selon une étude de Baird Equity Research. D'après les projections du cabinet d'expertise, les revenus devraient baisser de manière continue jusqu'en 2016. Chez Facebook, c'est exactement l'inverse qui se produit au niveau de la publicité. La concurrence devient-elle plus forte, ou bien Google est-il en train de faire évoluer  son modèle ?

C'est une des questions essentielles qui restent posées : les annonceurs vont-ils toujours accepter de payer pour des clics de moins en moins rentables ? Parallèlement, alors que Facebook réalise désormais 70% de son chiffre d'affaires sur mobile, Google, né à une époque où le smartphone et la tablette n'existaient pas, n'a pas encore totalement démontré sa capacité à y gagner l'essentiel de ses revenus. Fondamentalement, par-delà ses projets enthousiasmants et ses services du quotidien, par delà son projet de rendre accessible toute l'information du monde, par-delà YouTube et Android, Google reste une entreprise de publicité, qui vit de la vente de clics. C'est d'ailleurs un des paradoxes de Google : beaucoup de jeunes diplômés la rejoignent, attirés par son extraordinaire aura de modernité et d'élitisme, mais beaucoup la quittent, déçus par la banalité de son activité quotidienne : vendre des clics à des annonceurs. En dehors des ingénieurs chargés de développer les nouveaux projet en Californie, la réalité du travail chez Google est moins flatteuse que son image.

Facebook est en train de développer son propre système de vidéos, parallèlement à  Youtube, qui appartient à Google. Amazon, Apple et Microsoft rachète par ailleurs de nombreuses start-up dans la très haute technologie. Google est-il toujours ce géant absolument inatteignable par ses concurrents ?

S'il est bien une chose que nous apprend l'histoire des entreprises, c'est que personne n'est inatteignable. Des géants supposés éternels comme TWA, Panam ou Kodak ont disparu, et même General Motors n'a dû son salut qu'à l'intervention massive du gouvernement américain. Comme on dit souvent, l'affirmation "Nous n'avons pas de concurrents" est une épitaphe : ceux qui l'affichent sont déjà virtuellement morts.

Il est donc tout à fait normal que Facebook cherche à concurrencer Google sur la vidéo, tout comme le font Amazon sur les services web, Apple sur les systèmes d'exploitation ou Microsoft sur les moteurs de recherche. Sur le cas spécifique de Facebook, l'archétype du réseaux social, on peut souligner que Google, qui est né à l'époque du Web 1.0, n'a jamais réussi à imposer une offre crédible de réseau social, avec les échecs successifs de Wave, Jaiku, Buzz et Google+.

En termes de parcours, peut-on dire que Google est le Microsoft des années 90 ?

Le parallèle est intéressant : un leader mondial, disposant d'un quasi monopole et menacé par sa propre supériorité, c'est un portrait qui s'applique à la fois à Microsoft il y a vingt ans et à Google aujourd'hui. Cela dit, n'oublions pas que même s'il est de bon ton de railler Microsoft et d'annoncer son épuisement, c'est faire preuve de bien peu de réalisme. La puissance et la rentabilité de Microsoft sont en effet encore stupéfiantes: en 2014, son résultat net a été 22 milliards de dollars pour un chiffre d'affaires de 86,8 milliards, soit par exemple plus du double du taux de rentabilité de LVMH et de quoi faire rêver n'importe quelle société du CAC40. Etre comparé à Microsoft, c'est flatteur Plus largement, dans l'histoire de l'informatique, on a vu des générations se succéder et les champions de chacune ont souvent peiné à passer à la suivante : Microsoft n'est pas encore devenu une société Internet, Google n'est pas devenu un réseau social, Facebook a failli rater le passage au mobile. Cependant, rien n'est écrit et la grande question pour Google est certainement de savoir, parmi les multiples projets en cours (voiture autonome, réseau Internet par ballons, santé, etc.) lequel constituera un véritable relai de croissance pour les dix prochaines années.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

07.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

03.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires