En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 2 min 47 sec
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 53 min 34 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 35 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 31 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 19 heures 2 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 19 heures 14 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 47 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 21 heures 3 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 16 min 16 sec
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 24 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 49 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 59 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 44 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 19 heures 13 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 45 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 52 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 21 heures 16 min
© Reuters
Liliane Bettencourt, la femme la plus riche de France, actionnaire principale de l’Oréal.
© Reuters
Liliane Bettencourt, la femme la plus riche de France, actionnaire principale de l’Oréal.
Dallas-sur-Seine

Procès de l’affaire Bettencourt : petite généalogie d’une incroyable histoire française

Publié le 26 janvier 2015
De Balzac aux enregistrements clandestins en passant par les “révélations” de l’ex-comptable... Au menu du procès de l’affaire Bettencourt, règlements de compte, jalousies, haines et mensonges - partie 1
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De Balzac aux enregistrements clandestins en passant par les “révélations” de l’ex-comptable... Au menu du procès de l’affaire Bettencourt, règlements de compte, jalousies, haines et mensonges - partie 1
  • Le 26 janvier devrait démarrer pour un mois, devant le Tribunal correctionnel de Bordeaux, le procès de l’affaire Bettencourt… sauf si François-Marie Banier obtient son report
  • Outre Banier, seront présents sur le banc des prévenus,  l’ancien gestionnaire de fortune de Mme Bettencourt, Patrice de Maistre et Eric Woerth, ancien trésorier de l’UMP
  • Ils sont soupçonnés d’avoir profité  de la vulnérabilité de Liliane Bettencourt, principale actionnaire de l’Oréal, et femme la plus riche de France avec une fortune estimée à plus de 20 milliards d’euros
  • Ces accusations reposent en grande partie sur les témoignages de  membres du personnel de Mme Bettencourt, notamment de son ex-comptable, Claire Thibout…
  • Or cette dernière se trouve mise en examen pour faux témoignage dans une procédure suivie par le  juge parisien Roger Le Loire. Un casse-tête pour le Tribunal correctionnel de Bordeaux ?
  • Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy avait  été entendu comme témoin assisté, puis mis en examen avant de bénéficier d’un non-lieu. Après un bras de fer musclé avec le juge d’instruction bordelais.

 

Le procès, à Bordeaux, de l’une des plus  médiatiques affaires politico-financières de la Vème République doit s’ouvrir à partir de ce lundi 26 janvier. D’entrée de jeu, les débats risquent d’être tendus. L’un des principaux prévenus, le photographe-écrivain François-Marie Banier demandera le report du procès. Pour cause de mensonge de sa principale accusatrice, Claire Thibout, l’ex-comptable de Liliane Bettencourt… Il  n’est pas certain que le Tribunal correctionnel accepte sa requête. Plongée au cœur d’une histoire balzacienne…

C’est un procès hors norme qui doit s’ouvrir ce lundi 26 janvier devant le tribunal correctionnel de Bordeaux présidé par Denis Roucou. Un magistrat réputé pour son urbanité et sa fermeté.  Aux cours de ces audiences, il sera beaucoup question d’argent.  De jalousie. De politique. De règlements de compte. De mesquinerie. Et aussi d’une instruction controversée. A l’issue du procès destiné à durer un mois, le tribunal devra répondre à cette question : les prévenus  ont-ils oui ou non abusé de la faiblesse de Liliane Bettencourt, la femme la plus riche de France, actionnaire principale de l’Oréal ? Le juge d’instruction bordelais Jean-Michel Gentil  qui a instruit cette histoire balzacienne a, par avance, dans son ordonnance de renvoi de 264 pages -qu’Atlantico a lue- rendue le 7 octobre 2013, répondu : c’est oui. Une réponse qui ne satisfait pas, mais pas du tout, les avocats des prévenus, notamment Mes Laurent Merlet et Pierre Cornut-Gentille pour François-Marie Banier ainsi que  Mes Jacqueline Laffont et Pierre Haïk pour Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane jusqu’en 2010.  Aussi, d’entrée de jeu, dès 10 heures du matin, ce lundi 26 janvier, les avocats de Banier, l’écrivain- photographe qui sera malgré lui la vedette de ces trente jours d’audience soulèveront-ils une QPC (Question prioritaire de constitutionnalité), estimant qu’une personne, en l’espèce Banier ne peut  se livrer à une opération d’auto-blanchiment telle que le juge le croit- ce qui est inconstitutionnel.*

Mais surtout,  ils demanderont un sursis à statuer  au tribunal. Pour une raison simple : étant donné que  les charges contre Banier reposent  en grande partie sur les affirmations de l’ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout, et que celles-ci  viennent d’être sérieusement écornées –par sa mise en examen à Paris pour faux témoignage -révélée par Atlantico le 28 novembre 2014 (voir ici)- il n’est pas possible qu’un Tribunal juge Banier. Un argument fort et de bon sens. Le président fera-t-il droit à cette requête ? Tout pronostic serait hasardeux…

Liliane Bettencourt comparée  à la mythique actrice italienne Silvana Mangano

Durant ces audiences, on parlera beaucoup d’une femme aujourd’hui âgée de 92 ans, l’élégance même - que Banier, son ami, son confident, comparait à la mythique Silvana Mangano-… C’est Liliane Bettencourt, veuve d’André, ancien ministre du général de Gaulle. Aujourd’hui sous tutelle- son tuteur,  Olivier Pelat, est le fils d’un très proche de François Mitterrand, impliqué dans la célèbre affaire Péchiney-  Mme Bettencourt sera absente. A travers elle, on évoquera pêle-mêle, la vie publique de ces cinquante dernières années, les amitiés diverses et variées du couple, Pierre Mendès-France, François Mitterrand et bien sûr Nicolas Sarkozy, soupçonné par le magistrat d’avoir bénéficié de quelques libéralités de Liliane. Libéralités finalement non démontrées puisque l’ancien chef de l’Etat a bénéficié d’un non- lieu…

Seront évoquées aussi les relations conflictuelles entre une mère et sa fille Françoise Meyers, à l’origine de toute cette affaire qui depuis 7 ans passionne journaux et opinion publique. Seront évoquées encore ces courtisans flatteurs virevoltant autour de la vieille dame. Et aussi ce personnel, jaloux  de Banier, souvent très bien rémunéré, n’hésitant pas à mentir et à jouer les Fouquier-Tinville dans l’hôtel particulier de la rue Delabordère de Neuilly-sur-Seine… Balzac au XXIème siècle. Ce n’est pas pour rien que défileront  devant le tribunal, Mes Patrice Bonduelle et Jean-Michel Normand, deux notaires soupçonnés de vilénies…Convoqué aussi l’infirmier de nuit de Liliane, Alain Thurin peu regardant sur les principes. Il connait mieux que quiconque l’état de Liliane. Eh bien, il accepte être bénéficiaire, par testament, d’une assurance-vie de 10 millions d’euros ! Balzac encore. Et l’argent. Omniprésent. Oui, un feuilleton extraordinaire qui n’aurait jamais dû franchir les portes de l’hôtel particulier de Neuilly. Jusqu’à ce que le majordome de Liliane Bettencourt, Pascal Bonnefoy, prenne une initiative folle : en 2009,  il pose un dictaphone dans le salon où Mme Bettencourt reçoit ses invités. Pendant un an. Toutes les conversations de la vieille dame avec ses avocats, son gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre font l’objet d’un enregistrement sauvage. Un voyage au cœur de la famille Bettencourt. Où l’on découvre une atmosphère surprenante débouchant sur des haines. Comme celle dont fait l’objet François-Marie-Banier de la part de membres de l’entourage de la vieille dame. Mais surtout on apprend que les Bettencourt financeraient Nicolas Sarkozy, qu’ils possèdent une île aux Seychelles, l’île d’Arros, qu’ils détiennent des comptes coquets en Suisse (environ 100 millions d’euros) appelés à être déplacés du côté de Singapour… On y apprend encore que Liliane Bettencourt et sa fille Françoise Meyers  entretiennent des relations disons médiocres… 

Les enregistrements sauvages du majordome qui déclenchent tout

Quelques jours après avoir été remis à la Brigade financière, ces enregistrements sauvages fuitent opportunément dans la presse, notamment au Point et à Mediapart. Tout au long du mois de juin 2010, les plaintes pour atteinte à la vie privée se multiplient. Que ce soit celles de François-Marie Banier, Patrice de Maistre, Liliane Bettencourt… Et de Xavier Monnet, médecin personnel de Liliane, qui selon Le Point, "accompagne cette dernière en vacances et reçoit 55 000 euros en espèces." Dans la moiteur de cet été 2010, le procureur de Nanterre, Philippe Courroye ouvre une enquête préliminaire. L’affaire Bettencourt commence avec le placement en garde à vue de Pascal Bonnefoy, l’homme des écoutes.  D’emblée il explique avoir agi ainsi pour dénoncer les agissements de Banier qui "commençait à épurer le personnel" tout en devenant le maitre de maison. Ce qui déplaisait            à Françoise Meyers… Bonnefoy  avoue encore avoir été aidé dans son "travail" par un informaticien, Philippe Dunan, qui n’est autre que le mari de Claire Thibout, comptable de Liliane jusqu’en 2008. Claire Thibout. Retenez bien son nom. Elle va être l’actrice clé de cette ahurissante histoire. Le 18 juin 2010, l’ex-comptable est placée en garde à vue pour atteinte à la vie privée. A cette occasion, elle révèle, qu’à titre d’indemnités de licenciement elle a perçu, le 5 décembre 2008, 491 000 euros de la société Clymène, son employeur et gestionnaire de la fortune de Mme Bettencourt. Rien à dire, a priori. Sauf qu’elle ne dit pas un mot sur deux chèques, d’un montant global de 400 000 euros que lui a versés François Meyers-Bettencourt quelques jours plus tard.  Intrigant. La fille de Liliane justifiera ces versements par respect pour l’engagement pris avant sa mort par André Bettencourt. Scepticisme des enquêteurs. Lesquels pencheront pour le monnayage d’un témoignage dans le cadre de la plainte pour abus de faiblesse déposée par Françoise Meyers. Une plainte visant avant  tout François Marie-Banier.

Les révélations de Claire Thibout, l’ex-comptable de Liliane Bettencourt

Nous sommes en juillet 2010. L’affaire Bettencourt, commence à passionner les gazettes. Si ce n’est pas Dallas-sur-Seine, tous les ingrédients d’une saga pour midinettes sont réunis : une vieille dame riche qui connait le tout Paris. Un mari ministre. Un mondain jadis ami d’Aragon, photographe des stars. Un personnel à l’affût de tout ce qui passe. De l’argent qui se balade avec une facilité déconcertante… Quand le 8 juillet 2010 survient un coup de théâtre : Claire Thibout révèle que Patrice de Maistre lui aurait demandé en avril 2007, en pleine campagne présidentielle, de retirer 150 000 euros en espèces, destinés  à être remis à Eric Woerth, trésorier de l’UMP et de la campagne du candidat Nicolas Sarkozy. Jusqu’alors, on nageait dans le people. D’un seul coup, on plonge dans les eaux troubles de la politique. Illico, Eric Woerth porte plainte pour dénonciation calomnieuse à la suite des allégations de Claire Thibout relayées par Mediapart. Cette enquête commence à agiter le monde judiciaire. Aucune information n’est ouverte. Le procureur de Nanterre est montré du doigt. Un conflit l’oppose à une présidente de chambre du tribunal. La situation devient difficile. La justice, prise en otage. Tant est si bien que le dossier est dépaysée pour être confiée au tribunal de Bordeaux. C’est un ancien juge d’instruction de Nanterre, Jean-Michel Gentil qui en est chargé. Il revoit tout le dossier transmis par le procureur de Nanterre. Il en fait une toute autre lecture. Il attache une grande importance aux témoignages de Claire Thibout et à une partie du personnel de Liliane Bettencourt, notamment celui de l’infirmière Henriette Youpatchou et de la femme de chambre, Dominique Gaspard, laissant de côté d’autres témoignages infirmant les allégations de ce trio. Témoignages accablants pour François-Marie Banier qui sera ce 26 janvier sur le banc des prévenus. Même sort infligé à Patrice de Maistre qui, selon le juge Gentil a bien reçu quelques espèces – grosses- sonnantes et trébuchantes de la part de Liliane. Eric Woerth sera lui aussi présent. Pour le même motif. Renvoyé lui aussi, le discret Stéphane Courbit qui a demandé à Liliane Bettencourt d’investir 140 millions d’euros dans une de ses boîtes de production, dont l’une spécialisée dans le poker en ligne. Devant le tribunal encore, Me Pascal Wilhelm, avocat de Courbit et successeur de Patrice de Maistre pour gérer les avoirs de la riche héritière…

>>> Lire la Partie 2 : Affaire Bettencourt : le petit monde gâté et chouchouté par l'héritière l'Oréal devant la justice

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 26/01/2015 - 10:32
Fin des Verdicts...
...après cascades de procédures en appel : second semestre 2032 .
Mamounette
- 25/01/2015 - 17:44
La faiblesse de Liliane Bettencourt est à géométrie variable !!!
09/06/2011, Le Monde" révèle que F. Bettencourt-Meyers a saisi la juge des tutelles de Courbevoie, le 7 juin, afin de mieux assurer la protection juridique de sa mère". Décembre 2010, la mère et la fille avait conclu un pacte secret, à la suite de la requête de sa fille : "L'héritière de L'Oréal a par ailleurs transmis un document à l'AFP mercredi, révélant une partie de l'accord secret conclu en décembre avec Françoise. La milliardaire déclare avoir versé 12 millions d'euros à sa fille pour frais d'avocats dans le cadre des différentes procédures contre F-M Banier". Lors de l'AG du groupe le 22 avril, "le mandat d'administratrice de l'héritière de L'Oréal avait été renouvelé pour 4 ans. Les Bettencourt, premiers actionnaires de L'Oréal devant Nestlé, avaient voté le renouvellement du mandat de L Bettencourt, qui avait été approuvé par plus de 97 % des votants". "L'association Appac s'étonne des actions judiciaires diligentées par [la fille de Liliane Bettencourt] en vue d'une mise sous tutelle et ce pour des raisons médicales mises en évidence bien avant l'AG sans que les actionnaires en soient tenus informés", écrit l'association dans un communiqué". Bizarre, c'est bizarre.
myc11
- 25/01/2015 - 11:36
Cette affaire est une affaire politique.
Il faut svoir et garder en tête que le mari de Françoise Bettencourt était un proche de DSK. L'est-il toujours? Et c'est lui qui gère actuellement la fortune de Bettencourt. Une affaire familiale qui aurait pu servir à faire le vide politique visant Nicolas Sarkozy, afin de libérer la route pour DSK. Un juge anti-sarkozyste, avec une atmosphère anti-sarkozyste ambiante ne pouvait qu'instruire l'affaire dans le sens du poil de l'opinion politique générale. Rien que le fait d'user des enregistrements sauvages avec le concours de la comptable dont la seule parole est argent comptant, soyons sérieux, c'est une drôle de justice qui entache à jamais notre confiance dans la justice quand elle est politique.