En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Google accuse la Chine de bloquer Gmail

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 23 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 1 heure 40 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 2 heures 12 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 4 heures 41 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 5 heures 48 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 6 heures 53 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 8 heures 53 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 1 heure 52 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 3 heures 5 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 5 heures 26 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 6 heures 26 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 7 heures 13 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 13 heures 36 min
Les derniers événements à Charlie Hebdo ont aussi entraîné des dérapages de la part des professeurs.
Les derniers événements à Charlie Hebdo ont aussi entraîné des dérapages de la part des professeurs.
0/20 !

Valeurs républicaines à l’école : quand le problème vient aussi des profs

Publié le 21 janvier 2015
Propagande politique, caricatures de Mahomet exhibées, théorie du complot : les derniers événements à Charlie Hebdo ont aussi entraîné des dérapages de la part des professeurs. Une attitude déplacée directement héritée des réformes successives de l'éducation nationale qui placent le "débat" avant la transmission de connaissances, et qui a commencé par la réforme Jospin en 1989.
Jean-Paul Brighelli est professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français. Il est l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment  La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) et La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français. Il est l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment  La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) et La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Propagande politique, caricatures de Mahomet exhibées, théorie du complot : les derniers événements à Charlie Hebdo ont aussi entraîné des dérapages de la part des professeurs. Une attitude déplacée directement héritée des réformes successives de l'éducation nationale qui placent le "débat" avant la transmission de connaissances, et qui a commencé par la réforme Jospin en 1989.

Atlantico :Les professeurs sont-ils aussi responsables du non-respect des valeurs républicaines dans le contexte ultérieur aux attentats de Charlie Hebdo ?

Jean-Paul Brighelli : Dans leur quasi totalité les profs ont fait ce qu’ils ont pu pour orchestrer des débats cohérents — avec des fortunes diverses. Partout où des élèves musulmans étaient présents se sont élevées des voix pour dire que certes un meurtre ce n’est pas joli-joli, mais qu’il fallait comprendre, qu’on ne s’en prend pas à la religion, qu’ils l’avaient bien cherché. Le pire, c’est qu’au fil de la semaine ces réactions se sont faites plus violentes, au fur et çà mesure que s’établissaient diverses théories du complot. Nombre d’enseignants se sont d’ailleurs réfugiés derrière leur spécialité disciplinaire pour n’ouvrir aucun débat, quelles que soient les demandes des élèves.

Il en a été de même entre enseignants. Les salles de profs ont résonné de débats parfois houleux.

Et puis certains ont porté le fer dans la plaie en exhibant les caricatures incriminées — autant parler de choses précises. On a vu (à Mulhouse, par exemple) que ce n’était pas ce qu’attendait l’administration centrale.

Le comportement de certains élèves est-il le résultat d'une faillite de l'enseignement français ?

Moins de l’enseignement que du système lui-même. La loi Jospin, depuis 1989, autorise les élèves à donner leur avis sur tout et sur rien. Et la plupart du temps, ce qui est exprimé est de la bouillie de communication, qui reprend jusqu’à la caricature les avis entendus à la maison, dans la rue, entre copains ou sur le Net. Vous savez, quand un enseignant, traditionnellement, demande le silence en classe, c’est parce qu’il sait que les élèves n’ont rien à dire de très constructif. Les Francs-maçons exigent un an de silence au nouveau Frère, Pythagore en réclamait cinq à ses nouveaux disciples. Mais les néo-pédagogues qui ont massacré l’Education sont plus malins.

Une mienne collègue a excellemment formulé le problème : "Par pitié, il faudrait arrêter de croire qu'on enseigne par le débat ! La liberté d'expression, c'est d'abord pouvoir être libre dans son expression mais parce qu'on est capable de penser par soi-même. La liberté d'expression n'est pas la liberté de répéter n'importe quoi sans avoir conscience de ce que l'on raconte ou de ce que cela implique."

Bien sûr qu'il faut entendre la parole des élèves, mais ce n'est pas ainsi, en débattant, fût-ce de laïcité et de citoyenneté que l'on apprend à penser. On conforte la bêtise: non que ce soit une bêtise innée et incurable, mais la bêtise naturelle tout simplement d'un cerveau que l'on n'aide pas à se développer.

"La pensée passe par des outils dont il faut connaître l'emploi, en commençant par le vocabulaire, la syntaxe, en continuant par la formation que donne l'habitude de fréquenter des pensées construites et élaborées, celles des écrivains, des philosophes, des penseurs. Ceux qui n'invitent pas à réciter leur "mantra" mais justement à s'interroger, s'inquiéter, douter, choisir. Penser est le résultat d'une éducation, en somme, ce n'est pas une donnée immédiate !"

"L'école a laissé se fabriquer des ados incultes, confondant opinion et pensée, essentiellement préoccupés par l'expression de leur Moi, avec des cerveaux "inoutillés". Et on s'étonne de la monstruosité des résultats..."

Je ne saurais mieux dire.

Les cours d'éducation civique existent déjà, mais sait-on vraiment comment s'y prendre ?

Il y a un programme d’Education civique, entre autres pour faire comprendre le fonctionnement des institutions. La morale civique, c’est autre chose, et ça ne s’enseigne pas en soi. Ça se transmet par l’ensemble des Savoirs enseignés — la philosophie bien sûr, les Lettres aussi, c’est évident, mais aussi (et surtout, à mon sens), l’Histoire — parce que la France est le produit de son histoire avant même d’être le produit de sa contemporanéité.

Or, l’enseignement de l’Histoire a été sans cesse chamboulé ces deux dernières décennies. On a contourné l’Histoire chronologique, on a voulu faire confiance aux élèves pour qu’ils interprètent des documents qui les dépassaient, on a fait du débat et de la discussion le centre d’une pédagogie des "compétences" qui donne… ce que nous voyons aujourd’hui. Quand on lit sur certains sites d’enseignants d’Histoire-Géographie (qui ont tous plus ou moins tendance à se prendre pour des historiens, alors même que les profs de maths ne se prennent pas du tout pour des mathématiciens, ni les profs de Lettres — moi-même — pour des écrivains) des horreurs pédagogiques. Jetez donc un œil sur celui-ci par exemple... 

C’est le credo pédagogiste, c’est le degré zéro de la pensée — et ça se croit historien, et ça construit, dans les cervelles adolescentes, la possibilité de l’horreur.

Comment doit-on réformer le système éducatif pour transmettre au mieux les valeurs de la République ?

Cessons de mettre "l’élève au centre". Ce qui est central, c’est la transmission des savoirs — et il serait sain que la formation des maîtres s’articule à nouveau principalement sur l’acquisition de ces savoirs savants, et non sur la bouillie pédagogico-didactico-nigologique en vogue dans les ESPE (Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation ndlr), comme elle l’était dans les IUFM (Instituts universitaires de formation des maîtres ndlr). Rétablissons aussi des horaires réalistes — on n’a pas cessé de grignoter des centaines d'heures de cours dans toutes les matières depuis vingt ans, pour faire des économies : on trouvait que l’école coûtait cher, on a essayé l’ignorance, on voit ce que ça donne. Les djihadistes d’aujourd’hui étaient à l’école dans les années 90-2000. Après la loi Jospin. Concluez vous-même. Et au lieu d’ouvrir sur le monde contemporain, si difficile à maîtriser, reversons de larges rasades de culture classique : le meilleur antidote aux dérives idéologiques, ce n’est pas un nouveau cours de morale laïque, c’est l’apprentissage réel de la laïcité, via Voltaire et Condorcet — et les autres, tous les autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Google accuse la Chine de bloquer Gmail

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Newdawn
- 22/01/2015 - 09:43
Bravo, Mr Brighelli
Résumé parfait de la situation.
Heureusement que vous êtes là - vous étiez dans le vrai depuis des années, aujourd'hui les événements vous donnent raison.
Continuez à dénoncer ce naufrage, moi je ne me lasse pas de vous lire.
jmpbea
- 21/01/2015 - 23:03
Les socialistes ont transformé l'école en une tour de babel
Où plus rien n'a de valeur et d'importance....plus de respect, les profs ont démissionné de toute gestion des enfants depuis longtemps, ils viennent faire leurs cours et se tirent le plus vite possible, laissant un semblant de discipline aux mains des surveillants qui constatent leur demission...à leur décharge, il faut dire qu'aucune formation aux conflits ne leur a été enseignée comme elle l'est des le privé...encore une fois, l'Etat n'a pas fait son travail....
lexxis
- 21/01/2015 - 22:58
LA PRIME A L'INEFFICACITE!
Quand on voit le résultat consternant de l'oeuvre de démolition à laquelle se sont livrés pendant plusieurs décennies nos pédagogues en chef, il ne faut plus espérer aucun sursaut, ils en sont incapables. Changer de méthode? ils seraient perdus…De la discipline, on rigole!

La solution: la grande lessive, mais cela suppose du courage, vertu fort rare de nos jours. Donc on n'en a pas fini avec cette dérive croissante qui voit la France s'enfoncer sans cesse dans les classements, avec pour seule solution toujours plus de profs, toujours plus de crédits, alors que ce n'est pas la quantité, mais la qualité qui est en cause. Il est vrai aussi que l'Education Nationale ne vote pas majoritairement à droite!

Par ailleurs à la lumière des derniers événements, comment ne pas remarquer que c'est la Défense Nationale à qui l'on a rien à reprocher dont on exige pourtant constamment les plus lourds sacrifices, alors que toutes les Administrations qui ont failli et souvent lourdement (Justice, Renseignement, Education Nationale, Rénovation urbaine etc) montent au créneau pour faire croire que la solution tient à une augmentation de leurs crédits.

A vous dégoûter de bien faire le job