En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 2 min 2 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 25 min 2 sec
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 41 min 42 sec
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 11 heures 55 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 14 heures 57 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 15 heures 48 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 17 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 19 heures 5 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 21 heures 15 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 18 min 50 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 35 min 57 sec
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 1 heure 7 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 12 heures 20 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 15 heures 22 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 17 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 18 heures 50 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 19 heures 23 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 20 heures 49 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 21 heures 25 min
Editorial

Charlie ou pas Charlie : comment la France doit trouver sa voie entre l'angélisme des uns et la récupération des autres

Publié le 20 janvier 2015
Dix jours après la marche historique en hommage aux victimes des attentats islamistes de Paris et pour les libertés d’expression et de conscience, les calculs électoraux des politiques et les balbutiements des religieux – en bref , les bégaiements de l’Histoire - ne laissent déjà plus d’autres solutions pour agir que les initiatives citoyennes.
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dix jours après la marche historique en hommage aux victimes des attentats islamistes de Paris et pour les libertés d’expression et de conscience, les calculs électoraux des politiques et les balbutiements des religieux – en bref , les bégaiements de l’Histoire - ne laissent déjà plus d’autres solutions pour agir que les initiatives citoyennes.

Alors, on en est là. Moins de deux semaines après les tueries de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher, après les meurtres de policiers et alors que Frédéric Boisseau, l’agent de maintenance qui travaillait dans le bâtiment du journal satirique le jour de l’attentat, n’a pas encore été mis en terre par ses proches, nous voilà déjà pris en tenaille.

D’un côté, il y a ces responsables politiques qui se vautrent dans l’angélisme qui a permis aux frères Kouachi et à leur mentor de prier en pleine rue à Paris sans qu’aucun pouvoir public n’y trouve à redire. Ce sont ceux-là même qui depuis des années, sous prétexte d’intégration mais surtout pour s’offrir bonne conscience et s’épargner de voir que certains quartiers devenaient des zones de misère et de non-droit, ont accepté de séparer hommes et femmes dans les piscines municipales, laissé les chefs d’établissements scolaires se débrouiller seuls, sans consigne claire, face aux élèves qui arrivaient en cours voilées et prétendaient créer, pour cimenter la cohésion nationale, des instances représentatives des musulmans en donnant les clés de la gestion de l’Islam de France à des lobbys étrangers, trop heureux de faire main basse sur la patate chaude.

De l’autre côté, on entend encore une fois l’habituelle litanie de ceux qui hurlent contre l’immigration et les immigrés et qui oublient, ou plutôt font semblant d’oublier, que Mohamed Merah, l’auteur des attentats de Toulouse en 2012, Mehdi Nemmouche, le criminel qui a tué quatre personnes au musée juif de Bruxelles l’année dernière ou les frères Kouachi et Amedy Coulibaly étaient tous nés en France et avaient tous la nationalité française. Peu leur importe, à ceux-là, que parmi les Français musulmans dont le pays retiendra le nom après ces quelques jours d’effroi, il y a aussi celui d’un fonctionnaire de la police nationale qui fit face aux tueurs ou celui d’un magasinier qui cacha des clients juifs de la supérette de la Porte de Vincennes pour les protéger. Peu importe la réalité et la complexité des faits, pourvu que l’Histoire - fût-il la réécrire - serve des desseins politiques. Et les échéances électorales ne manquent pas dans les mois qui arrivent !

Et puis il y a tous ceux qui déjà profitent de l’occasion pour reprendre un peu de terrain à la laïcité. Tous ces militants du "oui, mais…", qui après avoir défilé parmi les millions de marcheurs du dimanche 11 janvier dernier, commencent déjà à appuyer le doigt sur le ventre mou de notre République malade pour voir à quel moment elle dira « aïe », jusqu’où les évènements que nous traversons peuvent leur permettre d’aller trop loin. Ce sont les religieux de tous poils qui reprennent aujourd’hui en chœur les déclarations du pape François expliquant "qu’ on ne peut provoquer, insulter la foi de l’autre" ni "la tourner en dérision". Ce sont les musulmans qui condamnent les meurtres mais affirment dans le même temps que le blasphème leur est insupportable et donc pas tolérable.

En fait, tous ces scénarios sont déjà connus. Il y a celui de la longue et parfois très douloureuse Histoire commune de la République française et de l’Eglise. La France est parvenue à une concorde nationale il y a plus d’un siècle, qui permet à tous la liberté de conscience et de culte, mais contre laquelle les religieux n’ont jamais cessé d’espérer regagner du terrain et retrouver leur pouvoir politique d’antan.

Il y a aussi celui du feuilleton que nous avons commencé à écrire il y a vingt-cinq ans en France lors de la fatwa de l’ayatollah Khomeiny contre les "Versets sataniques", le roman de Salman Rushdie que l’éditeur français refusa de publier par peur des représailles. Un livre interdit par crainte des religieux, au pays de Voltaire et d’Hugo ! Ce scénario est également celui des épisodes qui suivirent les attentats de Khaled Kelkal en 1995, des attentats du 11 septembre à la portée internationale, de ceux de Londres, de Madrid, de Toulouse… Si on ferme très fort les paupières, on est sûr de ne pas voir le problème.

En fait, l’absence de réponses des responsables politiques, les réactions des religieux, parfois aussi le traitement de ces sujets par les médias, tout cela est à pleurer de rage et de désespoir. Sauf qu’après ces deux dernières semaines, certains d’entre nous n’ont plus beaucoup de larmes à verser. J’aime à penser que ceux-là vont maintenant préférer agir.

La voie de la politique traditionnelle est possible, à condition de proposer une alternative réellement nouvelle. Les mouvements "Podemos" en Espagne ou "Syriza" en Grèce montrent que de nouveaux partis peuvent émerger, mais souvent en réaction et avec des programmes trop radicaux pour être appliqués. Reste l’initiative citoyenne. En quelques jours, des collectifs d’avocats se sont constitués et offrent d’intervenir dans les classes pour discuter avec les élèves et expliquer ce que sont les droits constitutionnels. Un groupe de journaliste propose d’en faire autant en se mettant à la disposition des enseignants et venir témoigner de la nécessité de la liberté d’expression. Des rencontres multiconfessionnelles s’organisent spontanément autour de dîners ou d’un café. Des citoyens musulmans affirment leur désir d’expliquer publiquement la manière sereine et cohérente avec les valeurs de la République française avec laquelle ils vivent leur foi. D’autres exigent un combat public et collectif contre les prêches obscurantistes dans certaines mosquées.

On en est là et tout espoir n’est pas perdu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 20/01/2015 - 22:17
Mr Guyot
Vous avez bien écrit : zone de non-droit ? . Une erreur de frappe très certainement ? .
jurgio
- 20/01/2015 - 19:30
Dialogues sans fin (2)
Secondo, la notion courante de liberté est un gargarisme démocratique qui fait du bien à la gorge ! Surtout quand on crie ! La vraie notion de la liberté est définie par ses contraires et permet de dire ce qu'il n'y faut pas faire en en fixant les limites. Sinon, comme disait la mère Roland, c'est un fatras où l'on met n'importe quoi : ses instincts, ses envies, ses haines, ses illusions, etc. Quelqu'un qui a la liberté d'entreprendre devra donc en passer obligatoirement par des règles de commerce, des lois qui le protègeront mais aussi qui protégeront ses concurrents. Un joueur d'échec doit connaître comment fonctionnent ses pièces, et non les avancer à sa fantaisie, sinon il n'y a plus de jeu possible. Ce qui tombe pourtant sous le sens commun, ne semble pas être compris en plusieurs circonstances !
jurgio
- 20/01/2015 - 19:16
Dialogues sans fin
D'abord, que valent ces « nationalisations » d'individus nés « sur le sol » ? C'est un concept purement administratif car, autrefois, les gens attendaient de s'être naturalisés pour demander la nationalité, c'est à dire d'avoir assimilé les mœurs et la culture du pays d'immigration (le sens premier du mot) Aujourd'hui, on importe de la main d'œuvre mais ensuite on ne sait pas vraiment si, par gratitude, on veut en leur accordant automatiquement les privilèges d'un citoyen les récompenser de leurs efforts ou en faire rapidement de perpétuels contribuables pour grossir le budget de l'État. Il faudrait déjà qu'ils puissent ou veuillent travailler pour s'intéresser au sort de la République ! Or, une bonne partie parlent un français sommaire (un dialecte de survie, en somme) mais gardent leurs habitudes originelles, se contentent du statut de métèque et se maintiennent en retrait de la société (que souvent ils n'aiment pas pour diverses raisons). C'est définir en aveugle une pratique fondée seulement sur une idéologie. On voit les discours impuissants des politiques de tous bords ! On sent qu'on va commencer à endoctriner dans les écoles ! Est-ce vraiment sérieux ?