En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Vian Dakhil vient en aide des femmes et jeunes filles yazidies victimes des attaques de l'Etat islamique.
Marianne
Vian Dakhil, la femme la plus recherchée d'Irak pour avoir osé défier l'Etat islamique
Publié le 20 janvier 2015
Depuis quelques mois, les terroristes du groupe sèment la terreur parmi la communauté kurdophone des Yézidis, victime d'enlèvements, de viols et de persécutions. Une femme en Irak a osé s'élever contre ces massacres, ce qui fait d'elle une cible toute trouvée pour les djihadistes.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques mois, les terroristes du groupe sèment la terreur parmi la communauté kurdophone des Yézidis, victime d'enlèvements, de viols et de persécutions. Une femme en Irak a osé s'élever contre ces massacres, ce qui fait d'elle une cible toute trouvée pour les djihadistes.

Vian Dakhil, un nom presque inconnu mais qui en Irak est synonyme de lutte. En Occident, elle est la voix pour dénoncer les exactions commises contre la communauté yazidie par l'organisation Etat islamique dans le nord-ouest du pays. En octobre dernier, l'organisation Raw in War lui remettait même le prix Anna Politkovskaïa, du nom de la journaliste d'investigation russe tuée en 2006 à Moscou, et qui récompense l'action de femmes pour défendre les droits des victimes en zone de conflit.

Cet engagement, Vian Dakhil, 43 ans, seule représentante politique des Yézidis au Parlement irakien, pourrait aujourd'hui le payer de sa vie. "S'ils me capturent, ils m'exécuteront immédiatement", résume-t-elle simplement. Ils? Les djihadistes de l'EI qui en ont fait leur principale cible alors que l'élue s'est engagée à coups de discours émouvants devant la représentation étatique, notamment après le massacre du Mont Sinaj en août dernier où elle finissait en larmes sa déclaration. Elle y dénoncait "la campagne génocidaire mise en place contre les Yazidis". "J'ai reçu des avertissements des autorités pour me signaler que j'étais désormais la femme la plus recherchée en Irak par l'EI", rapporte-t-elle.

Elue au Parlement pour la première fois en 2010, Vian Dakhil a été réélue pour un second mandat de quatre ans en avril dernier, faisant d'elle la seule femme représentante de la minorité yazidie. Son attachement à cette province, elle la tient de sa famille. Née au Mont Sinjar, elle avait émigré en 1974 à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. Dans sa jeunesse, elle décide de ne pas emprunter le parcours familial qui aurait dû faire d'elle un médecin. Elle décide de se consacrer  aux "droits des minorités".

Début août, les Yézidis, considérés par les uns comme des adorateurs du diable ou par les autres comme des païens, était victime d'un véritable massacre perpétré par l'organisation Etat islamique. Vian Dakhil n'hésite alors pas à monter dans un hélicoptère de l'armée irakienne pour venir en aide aux rescapés, assiégés par les terroristes de l'EI. Dans la détresse, ces populations ont tenté de s'accrocher à l'appareil, provoquant son crash, dans lequel la femme politique a été blessée. Pas question pour elle de cesser pour autant son combat: "Dans cette situation, je ne peux pas penser aux menaces contre ma propre vie", confie-t-elle. 

197 #Yezidi libérés de #EI (contre rançon ?)Des personnes âgées & quelques enfants. Vian Dakhil avec eux à #Kirkouk. pic.twitter.com/nIPTDYugZg

— Yol (@Yollar9) 18 Janvier 2015
 
Selon, l'ONU recense entre 5 000 et 7 000 femmes yézidies enlevées et soumises à des viols, à la torture et aux mariages forcés. "L'Etat islamique a même lancé des marchés aux esclaves pour vendre ces jeunes filles âgées, pour certaines, d'à peine 12 ans. D'autres ont été envoyées en Syrie comme récompense", rapporte Vian Dakhil. Selon ses contacts, environ 70 femmes se seraient suicidées. 

 

Vian Dakhil a fait circuler son numéro de téléphone privé pour que des victimes d'enlèvements puissent tenter de la joindre. A chaque appel, elle essaie de déterminer leur emplacement puis alerte les Peshmergas, ces combattants kurdes en Irak. Elle prévient également un petit réseau de résistants qui oeuvrent à la libération des Yazidis aux mains de l'Etat islamique. Même si l'élue s'agace de ces libérations au cas par cas, elle peut tout de même se satisfaire du sauvetage de 200 jeunes filles parfois grâce à son aide.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
04.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
05.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 21/01/2015 - 14:25
Vian Dakhil
Quel courage! Notre glorieux Président s'honorerait et honorerait la France en proposant aux Irakiens de lui fournir des gardes du corps français. N4X a malheureusement raison, elle risquerait gros en venant en France.
N4X
- 21/01/2015 - 11:43
Nul n'est prophète en France
Honneur et fierté. Deux qualités dont on manque chez nos députés français comme dans l'ensemble de la classe politique. Cette femme mérite estime et respect. Mais son message et son combat laissent froid nos gouvernants, quand bien même il prend la forme d'une inquiétante prophétie pour le fruit pourri qu'est notre société.
Si Mme Dakhil venait en France plaider la cause de son peuple, nul doute qu'elle encourrait un double risque : d'assassinat par les séides de l'EI qui ont toute liberté d'agir, de mise en examen par un juge pour de multiples chefs d'accusation. Car il se trouverait nécessairement des groupes d'intérêt et des juges pour voir dans ses propos une incitation à la haine, de l'islamophobie, du racisme, ou tout autre crime contre la bien-pensance.
Au moins en Irak elle est soutenue et protégée...
vangog
- 21/01/2015 - 03:48
Une horreur abjecte!
Seule solution pour que cette monstruosité islamiste ne soit pas introduite en France par les gauchistes: PEGIDA! Tic-tac, tic-tac...