En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 6 heures 51 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 7 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 11 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 12 heures 33 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 13 heures 38 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 14 heures 31 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 15 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 15 heures 59 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 6 heures 32 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 12 heures 13 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 12 heures 49 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 14 heures 18 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 14 heures 45 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 15 heures 28 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 16 heures 10 sec
© Reuters
Le Obama 2015 n'a plus rien à voir avec celui qu'il a été pendant ses 6 premières années de mandat.
© Reuters
Le Obama 2015 n'a plus rien à voir avec celui qu'il a été pendant ses 6 premières années de mandat.
Super Barack

Yes he can, c'est maintenant : pourquoi le Obama 2015 n'a plus rien à voir avec celui qu'il a été pendant ses 6 premières années de mandat

Publié le 20 janvier 2015
Il n'a pas encore prononcé le traditionnel discours de l'Etat de l'Union que ses annonces font déjà trembler les Etats-Unis. Barack Obama s'apprête à lancer une vague de réformes inédites depuis son entrée à la Maison Blanche. Des promesses que le président américain assume enfin.
Patrick Chamorel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Chamorel est professeur à l'université de Stanford.Il y enseigne les sciences politiques, à l'aulne des relations transatlantiques et des différences de systèmes politiques européens et français. Il collabore réguliérement au Wall Street Journal...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il n'a pas encore prononcé le traditionnel discours de l'Etat de l'Union que ses annonces font déjà trembler les Etats-Unis. Barack Obama s'apprête à lancer une vague de réformes inédites depuis son entrée à la Maison Blanche. Des promesses que le président américain assume enfin.

 

Atlantico : Fermeture annoncée de la prison de Guantanamo, rétablissement des relations avec Cuba, intensification de la confrontation contre Vladimir Poutine... Depuis plusieurs mois, Barack Obama prend des positions d'aucuns qualifieront de courageuses comparativement aux six premières années de son mandat. Comment l'expliquer ?   

Patrick Chamorel : Barack Obama n'est pas vraiment un "homme nouveau", ni peut-être même un president nouveau; mais il s'est adapté a un contexte politique : 

- Après la Chambre des Représentants, c'est le Sénat qui est passé a son tour dans le camp républicain en 2014. Bien qu'il n'était pas candidat, Barack Obama a été la cible privilegiée de l'opposition, et a été sanctionné lors de ces élections en forme de referendum.  Les Démocrates eux-memes avaient été contraints de faire campagne contre un Président impopulaire.  

Barack Obama a surpris par son activisme, son audace et même sa vision depuis la sévère defaite electorale qu'il a enregistrée en Novembre dernier.  Il a su saisir l'opportunité que lui offrait sa liberté retrouvée par rapport à son ex-majorité au Congrès.  Pour transformer l'essai au regard de la posterité, il doit encore obtenir un accord nucléaire avec l'Iran, des traités de libre-echange avec l'Asie-Pacifique, et si possible l'Europe, et peser positivement sur un accord climatique a Paris en decembre prochain. En revanche, il lèguera probablement à son successeur une situation incertaine dans la guerre contre Daech...et sur l'avenir des classes moyennes americaines.  Ces enjeux seront au centre de la campagne presidentielle qui commence et qui va de plus en plus eclipser le president sortant.

Le président américain a quand même réussi à signer un accord sur le changement climatique avec la Chine et à normaliser les relations avec Cuba. A l'étranger, il est aussi très ferme, notamment avec la Russie. Ne prend-il pas trop de risques ?

En fin de second mandat, les présidents americains sont incités a se focaliser encore plus sur la politique étrangère. C'est là qu'ils peuvent laisser les marques les plus durables pour leur posterité.  C'est aussi dans ce domaine que l'exécutif dispose des marges de manoeuvre juridiques et constitutionnelles les plus larges par rapport au législatif et au judiciaire, à un moment où l'assise partisane du président est fortement réduite, suite a leur érosion au cours des échéances électorales successives.  Il n'est donc pas étonnant que Barack Obama ait choisi les deux dernières années de son mandat pour prendre des initiatives audacieuses et inattendues telles que le dégel diplomatique avec Cuba (qui restera a jamais à son bilan, à moins que le soufflet ne retombe rapidement), et du réchauffement climatique (accord avec la Chine). Sur ces dossiers, les controverses sont fortes, mais soutiens et critiques se comptent dans les deux partis.  

La fermeté de Barack Obama vis-à-vis de la Russie s'explique par des raisons de politique intérieure -Obama a été très critiqué pour avoir été trop "mou" en politique étrangère, notamment dans les dossiers du Moyen-Orient mais aussi dans sa replique face à Daech... Et les Americains sont, en raison de la guerre froide, enclins à la méfiance vis-a-vis de la Russie. Cette fermeté s'explique aussi par la pression des pays americanophiles d'Europe de l'Est, membres de l'OTAN , et par le fait que l'Amerique est moins exposée que l'Europe aux conséquences politiques et économiques (exportations vers la Russie, importation d'énergie) d'une déterioration des relations avec la Russie. Il s'agit d'une posture géopolitique que seuls les Etats-Unis peuvent se permettre en tant qu'unique super-puissance. Un des risques principaux pour les Etats-Unis est de bénéficier d'une moindre coopération russe sur des dossiers comme le terrorisme et l'Iran. Un autre risque d'un excès de  fermeté avec la Russie est de créer des tensions avec l'Europe de l'Ouest.  Les Etats-Unis ont assez du problème russe, il n'est pas bon d'en ajouter un deuxième, celui de relations plus difficiles avec l'Europe, principale alliée des Etats-Unis dans le dossier russe et les autres. 

Alors que le Président a perdu sa majorité au profit des républicains, comment ses relations avec le Congrès s'annoncent-elles ?

Paradoxalement, Barack Obama est aujourd'hui libéré de l'ancienne majorité démocrate au Congrès. Il n'a donc plus à composer, avant de prendre des initiatives, avec les multiples intérêts éléctoraux et corporatistes de son ancienne majorité.  La vision d'ensemble du Président s'en trouve aussi plus forte et cohérente. A ce facteur essentiel s'ajoute une 2ème "libération" politique et electorale puisqu'il ne peut pas être candidat a sa propre succession. Les initiatives recentes annoncées par Obama (sur l'immigration, le climat, Cuba...) et qui seront détaillées dans son discours sur l'état de l'Union, sont un moyen, pour le President, de continuer à exister politiquement à l'approche de la fin de son mandat et face à une majorite républicaine au Congrès ainsi que dans la plupart des 50" Etats.

De plus, la situation économique et de l'emploi s'est fortement améliorée au cours des trois dernières années, sans que les classes moyennes n'en ressentent tous les effets.  D'où le paradoxe de l'impopularité d'Obama et de la defaite des Democrates en 2014. Au même moment, les "riches" ont, eux, pleinement profité de la reprise economique, notamment de la hausse de la bourse.  

Qu'en est-il de son action en termes de politique intérieure ?

La veritable confrontation partisane concerne effectivement les enjeux de politique intérieure, où le Congrès retrouve toute sa place. Certes, Barack Obama aurait pu choisir de donner au Congrès une dernière chance de légiferer sur l'immigration, plutot que de choisir l'option des decrets. Mais il a cherché à souligner l'indécision du Congrès et les divisions des Républicains, ainsi qu'a signaler qu'il n'était pas encore mort politiquement. Dans le cas du pipeline Keystone, il a là aussi cherché à utiliser tous les moyens constitutionnels à sa disposition, en l'occurence son droit de veto. Cette arme exige, pour être surmontée, de reunir contre elle la majorite considérable des 2/3 des parlementaires: une majorite de Démocrates suffit au President pour l'emporter face aux Republicains et quelques allies democrates !  

Barack Obama n'a donc pas à redouter les confrontations avec la majorité républicaine. S'il peut gagner contre les Républicains, il peut aussi gagner avec eux, contre son propre parti, auquel il n'est plus lié étroitement, du moins dans sa représentation au Congrès. C'est ce qui devrait se produire avec l'autorisation de ratifier les traités commerciaux. Obama souhaite fortement obtenir les moyens législatifs de ratifier les accords de libre-échange avec l'Asie-Pacifique et peut-etre L'Europe, quitte à trouver l'essentiel de ses soutiens dans les rangs républicains (et a relativiser la priorite accordee a la réduction des inégalités, et peut-être même au niveau de vie des classes moyennes). L'annonce de hausses d'impots sur les riches (surtout des plus-values au moment des successions) et les banques devraient aider Obama à faire "avaler" aux Démocrates et aux syndicats la "pilule" de la loi permettant de ratifier facilement les traités de libre-échange, d'abord avec 12 pays d'Asie-Pacifique, et peut-être plus tard avec l'Europe. Obama soutient qu'avec le traité de libre-échange avec l'Asie (qui implique aussi le Canada et le Mexique), il tient sa promesse electorale de 2008 de renegocier l'ALENA (NAFTA) de 1994.  Peu sont dupes..

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
perceval
- 20/01/2015 - 11:19
je suis désolé
mais je trouve cet article particulièrement confus.
Texas
- 20/01/2015 - 10:13
Le discours..
...sur l' Etat de l' Union concerne plus des mesures fiscales sur la taxation des profits du Capital , la gratuité des collèges pendant 2 ans , la semaine de congé maladie annuelle , les nouvelles obligations municipales pour des programmes publics-privés sur l' environnement , et des incitations financières pour l' accès à la proprièté . Un programme très socialiste , en somme , dont le coût total reste pour l' instant non déclaré . Une préparation à sa succession par Hillary Clinton .