En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 4 heures 2 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 4 heures 58 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 5 heures 54 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 10 heures 10 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 10 heures 54 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 3 heures 51 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 4 heures 36 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 5 heures 19 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 6 heures 49 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 10 heures 2 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 10 heures 37 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 10 heures 58 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 13 heures 23 min
Bonnes feuilles

"L'Europe est de retour" : le prix Nobel de l'économie Paul Krugman en est-il vraiment un ?

Publié le 17 janvier 2015
Économistes, financiers, ministres… les experts n’ont rien vu venir, et pourtant ils continuent de nous asséner leurs prévisions avec un aplomb incroyable. Plus grave encore, ils persistent dans l’erreur. Extrait de "Le bal des aveugles", de Michel Turin, publié aux éditions Albin Michel (2/2).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Économistes, financiers, ministres… les experts n’ont rien vu venir, et pourtant ils continuent de nous asséner leurs prévisions avec un aplomb incroyable. Plus grave encore, ils persistent dans l’erreur. Extrait de "Le bal des aveugles", de Michel Turin, publié aux éditions Albin Michel (2/2).

« L’Europe est de retour » : bonne nouvelle ! C’est écrit dans le New York Times. L’éditorial du 11 janvier 2008 autorise tous les espoirs : non seulement « l’économie européenne se porte bien », mais les États-Unis seraient bien inspirés de prendre l’Europe pour modèle.

L’auteur de l’article n’est pas un simple rubricard de service. Il s’agit de Paul Krugman, autre Prix Nobel (en 2008), professeur d’économie et de relations internationales de renom à l’université de Princeton aux États-Unis. Penseur influent (son compte Twitter est suivi par plus d’un million de « followers »), il tient une tribune dans le New York Times depuis 1999. Ses commentaires sur son blog, The Conscience of a Liberal, ainsi que ses nombreux articles, constituent la bible des économistes libéraux, au sens américain du terme. Aux États-Unis, un libéral se situe à gauche.

Mais patatras, tout s’effondre : quelques mois après la parution de l’éditorial emphatique, le Premier ministre grec Georges Papandréou arrive au pouvoir, en octobre 2009. Il découvre que la dette publique du pays équivaut à 115 % du PIB. La Grèce est en faillite. C’est le point de départ de la crise dite de la dette « souveraine ». Elle n’a pas été loin d’emporter la zone euro. Quant à l’expression utilisée par le chroniqueur vedette du New York Times, le comeback, elle paraissait beaucoup mieux décrire six ans après la situation de l’économie américaine que celle de l’économie européenne. Le taux de croissance des États-Unis était, début 2014, de 2,8 %, tandis que celui de la zone euro ne dépassait pas 1,1 %. La Commission européenne, fin 2013, table, dans un élan d’optimisme, sur une croissance de 1,5 % en 2015.

En octobre 2011, Paul Krugman change brutalement son fusil d’épaule : « La triste vérité est que le système euro semble de plus en plus voué à l’échec. Et une vérité encore plus triste est que, vu comme le système se comporte, l’Europe se porterait sans doute mieux s’il s’écroulait plutôt aujourd’hui que demain. » En fait, Krugman n’a jamais rien compris à l’Europe. Il a prédit le retour du vieux continent et s’est trompé. Il a alors prédit la dissolution de la zone euro et s’est de nouveau trompé. L’historien britannique Niall Ferguson, professeur à l’université Harvard et à l’université d’Oxford, lui reproche de ne pas avoir vu venir « la réaction en chaîne qui a donné lieu à la crise mondiale ». Il relève que Paul Krugman a pronostiqué « l’explosion imminente de la zone euro à onze reprises entre le mois d’avril 2010 et le mois de juillet 2012, alors que non seulement l’explosion ne s’est pas produite, mais que la zone euro a accueilli la Slovaquie en 2009, l’Estonie en 2011 et la Lettonie en janvier 2014 ».

L’affrontement idéologique permanent entre les deux hommes, par sites Internet interposés, tourne au crêpage de chignon. Les noms d’oiseaux pleuvent dans les tribunes où chacun dit tout le mal qu’il pense des analyses de l’autre. Paul Krugman traite le professeur de Harvard de « poseur », de « geignard », de « troll ». Niall Ferguson se moque de « l’invincible Krugtron », faisant référence au film de science-fiction américain Tron. Les précédentes prophéties de Paul Krugman ont beau avoir été démenties par les faits, il ne se décourage pas pour autant. Il ne rate pas une occasion de se livrer à une nouvelle prédiction. Début janvier 2014, réagissant au virage social-démocrate de François Hollande, il prononce la faillite de la gauche et du centre-gauche dans les pays européens. Il écrit que le président de la République française s’est rangé à « des politiques économiques de droite pourtant discréditées ». François Hollande, disait-il alors, est « tombé dans la posture habituelle, une posture qui se transforme désormais en effondrement intellectuel. Et c’est ainsi que la seconde grande dépression de l’Europe va continuer ». Ce qui a suivi – une reprise réelle en Europe et une dépression persistante chez nous – lui a d’ores et déjà donné à nouveau tort.

Lors du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, rendez-vous annuel incontournable des grands patrons et des dirigeants politiques du monde entier, le PDG français du cabinet de conseil Accenture, Pierre Nanterme, évoquait, début 2014, un calendrier très différent de celui arrêté par Paul Krugman six ans auparavant : « Si l’Europe ne prend pas des positions radicales dans les douze ou vingt mois, ce ne sont pas cinq ou dix ans de croissance atone que nous aurons, mais vingt ou vingt-cinq ans2. »

Extrait de "Le bal des aveugles", de Michel Turin, publié aux éditions Albin Michel, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 18/01/2015 - 09:11
Économie et philosophie
Dans une intéressante lettre à Claude Bernard, le grand savant Pasteur opposait ainsi la science et la philosophie : « Je les admire, tous nos grands philosophes ! Nous avons, nous autres, l'expérience qui redresse et modifie sans cesse nos idées, et nous voyons constamment, pour ainsi dire, que la nature, dans la moindre de ses manifestations, est autrement faite que nous ne l'avions pressenti. Et ceux qui devinent toujours, placés qu'ils sont derrière ce voile épais du commencement et de la fin de toutes choses, comment donc font-ils pour savoir ? » N’hésitons pas à dire que nos économistes sont bien des philosophes : ils se bornent à échafauder des théories que l’expérience vient à chaque fois contredire mais ils ne s’en portent pas plus mal, ils continuent à divaguer à nos frais dans leurs chaires, et au besoin ils reçoivent des Prix Nobel. Je me suis toujours demandé ce que peuvent d’apprendre d’utile les étudiants qui écoutent un Paul Krugman ou un Piketty, mis à part les opinions politiquement correctes qu’il faut professer si l’on veut faire une carrière administrative dans un monde dominé par la Gauche.