En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
La France est-elle islamophobe ?
Exception culturelle ?

Les Français, ces islamophobes ? Et pourtant toujours pas de Pegida à l’horizon et des indicateurs qui montrent que l’islam inquiète moins ici que chez nos voisins

Publié le 18 janvier 2015
Le mouvement "Pegida" fait débat en Allemagne, par son positionnement rejetant radicalement l'islam et ses valeurs. Malgré les tensions communautaires en France, aucun mouvement d'une telle ampleur n'a vraiment réussi à émerger, malgré des tentatives. La "faute" à des divergences entre les groupuscules qui ne parviennent pas à se fédérer.
Bernard Godard a été fonctionnaire jusqu'en 2008 au ministère de l'intérieur : d'abord officier de police aux RGX jusqu'en 1997, puis chargé de mission en cabinet ministériel (1997-2002) puis au Bureau central des cultes en charge des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Godard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Godard a été fonctionnaire jusqu'en 2008 au ministère de l'intérieur : d'abord officier de police aux RGX jusqu'en 1997, puis chargé de mission en cabinet ministériel (1997-2002) puis au Bureau central des cultes en charge des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement "Pegida" fait débat en Allemagne, par son positionnement rejetant radicalement l'islam et ses valeurs. Malgré les tensions communautaires en France, aucun mouvement d'une telle ampleur n'a vraiment réussi à émerger, malgré des tentatives. La "faute" à des divergences entre les groupuscules qui ne parviennent pas à se fédérer.

Atlantico : Alors que la France connaît depuis plusieurs années – avant même le traumatisme du 7 janvier 2015 – des frictions marquées avec l'islam, il n'existe pas comme en Allemagne des mouvements de type "Pegida" se revendiquant d'un rejet radical de l'islam, et enclenchant surtout une vraie dynamique. Pourquoi cette "spécificité" française ?

Bernard Godard : En France, l'expression anti-islam, ou ce qui s'en rapproche, existe déjà à travers plusieurs courants politiques comme le Front national ou la Droite populaire, ce qui n'est pas forcément le cas en Allemagne. Et si en France, il n'existe pas de Pegida, c'est surtout par manque de fédération de groupes se positionnant contre l'islam, et qui eux existent bel et bien. Ils se divisent en trois mouvances : la première, c'est celle des identitaires d'extrême droite, parfois proche des chrétiens intégristes, héritiers des "nationalistes-révolutionnaires".  Ils sont assez anciens et assez structurés. La seconde mouvance, c'est le "bloc identitaire", beaucoup plus "franchouillard" ; ce sont typiquement ceux qui ont organisé les "apéros saucisson-pinard". Ils se déclinent beaucoup en province, et ont récupéré une bonne partie des proches de "Chasse, Pêche, Nature et tradition". Il faut faire d'ailleurs attention de ne pas les confondre avec la première mouvance que j'ai évoqué, on est loin ici des idéaux de Charles Maurras. Le dernier groupe enfin, c'est typiquement celui de "Riposte laïque", dont certains membres viennent de la gauche ou de la libre-pensée, et qui ont un discours sur "l'universalisme" et un "néo-républicanisme" qui s'accompagne d'une défiance vis-à-vis de l'islam. Il existe aussi une dernière mouvance, moins connue, plus réduite et plus transversale, qui est issue du néo-conservatisme américain et qui craint le "choc des civilisations". Ces groupes ont tous en commun leur rejet de l'islam, mais contrairement à ce que l'on peut voir en Allemagne avec Pegida, ils ne sont absolument pas fédérés.

Lire également : "C’est dur d’être élu par des cons" : quand la dénonciation obsessionnelle de l’islamophobie cache surtout un incroyable mépris pour le peuple en général et les musulmans en particulier

 

Pegida se revendique aussi, sur le papier, d'un dépassment des clivages droite/gauche. Qu'est-ce qui rend en France le clivage indépassable sur la fédération des différents groupuscules ? 

Il y a eu des tentatives de rapprochement car l'anti-islam reste un élément vraiment fédérateur. Mais ces groupes ne peuvent pas contourner leurs divergences qui sont elles aussi énormes. Je pense notamment au positionnement sur la question de l'Etat d'Israël. Et les républicanistes de gauche ne peuvent pas franchir le pas de l'alliance avec l'extrême droite.

En Allemagne, le contexte est différent. Le vrai parti d'extrême droite, avant l'apparition d'Alternativ für Deutschland (AFD) plus "soft'", était le Parti national-démocrate (NPD). Il était le seul qui osait braver un interdit, que tous les autres respectent : la référence au nazisme. Et cela permet au mouvement Pegida de ne pas avoir une coloration politique trop forte, et de ne pas pouvoir être taxé de "nazisme".

Ces blocages en France sont-ils partis pour durer ? Peut-on un jour assister à une fédération des différents mouvements ?

Riposte laïque est admiratif devant Pegida et voudrait impulser un mouvement similaire. Les jeunes identitaires, de leur côté, sont jeunes, bien structurés, et générateur d'idées. A un moment donné, un rapprochement avec certains républicanistes est possible – mais avec la totalité cela me semble exclu. Cela dépendra sans doute beaucoup aussi des prochains positionnements politiques de la droite française, et du signal qui sera envoyé. Avec ce qui vient d'arriver, ce n'est pas complètement impossible.

Malgré la colère et l'effroi généré par les attentats d'islamistes radicaux, et la crainte "d'amalgames", peu de colère a réellement été émise à l'encontre de l'islam en général. La France est-elle moins "islamophobe" que les autres ?

J'en doute. En 2012, un sondage avait montré la défiance des Français à l'encontre des journalistes, de l'islam ou des élites politiques. Il y a peut-être même un contexte plus favorable qu'en Allemagne à l'émergence de tels sentiments. Environ 30% de l'opinion allemande comprend ce qu'exprime Pegida, je ne suis pas certain qu'en France ce serait beaucoup moins.

Et je pense que c'est vraiment la dépolitisation relative des mouvements en Allemagne, comme Pegida dans ce cas précis, qui permet son succès. En France, comme les choses sont plus politisées, et que les gens qui sont anti-islam le sont pour des raisons plus complexes, cela empêche l'alliance des mouvements. Mais cela ne veut pas dire que la France est moins "islamophobe" que l'Allemagne.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 20/01/2015 - 10:19
rappel
Une manifestation contre l'islamisation de la France a été interdite le 18 janvier dernier pour protéger la liberté d'expression
Texas
- 18/01/2015 - 23:19
Comment..
...nos Socialistes pourraient tolérer un PEGIDA dans sa version française , sans détruire ce couteau suisse que représente le F.N pour diviser la Droite en géneral ?. Nous serions assurés d' interdictions préfectorales et d' une dénonciation unanime , orchestrée et massive des Médias complaisants au pouvoir .
de20
- 18/01/2015 - 12:35
Entre croire ceux que l'on
Entre croire ceux que l'on voit et ce qu 'on voit, cette deuxième hypothèse retient toute mon attention. Regarder autour de soi répond partialement en fonction de sa propre sensenbilité sur le mode de vie que l'on souhaite ou par défaut rejette symétriquement dans un silence tabou.