En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

03.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

04.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

05.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Combien de temps dure le coronavirus sur les surfaces?

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 16 min 2 sec
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 47 min 9 sec
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 1 heure 43 min
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 16 heures 19 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 23 heures 18 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 23 heures 30 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 23 heures 47 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 1 jour 19 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 24 min 16 sec
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 1 heure 19 min
décryptage > France
Vers une pénurie?

L‘agriculture cherche 200 000 saisonniers pour éviter une pénurie alimentaire et surtout une rupture de Vitamine C. Et ça n’est pas à l’Etat de trouver une solution ..

il y a 1 heure 57 min
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 19 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 21 heures 33 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 23 heures 24 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 23 heures 39 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 1 jour 4 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 1 jour 36 min
© Reuters
Dieudonné a écrit sur sa page Facebook "Je me sens Charlie Coulibaly".
© Reuters
Dieudonné a écrit sur sa page Facebook "Je me sens Charlie Coulibaly".
"Je suis Charlie Coulibaly"

Apologie du terrorisme : Dieudonné, son habileté diabolique et le piège mortel dans lequel on tombe en ouvrant des poursuites

Publié le 13 janvier 2015
L'humoriste n'en a pas fini de tourmenter le gouvernement, qui au passage, le lui rend bien. Cependant son dernier "coup" contre Bernard Cazeneuve, la lettre ouverte en réponse aux menaces du ministre, lui donne une bonne longueur d'avance.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'humoriste n'en a pas fini de tourmenter le gouvernement, qui au passage, le lui rend bien. Cependant son dernier "coup" contre Bernard Cazeneuve, la lettre ouverte en réponse aux menaces du ministre, lui donne une bonne longueur d'avance.

L’humoriste Dieudonné fait de nouveau parler de lui. Voici ce qu’il a écrit sur sa page Facebook à son retour de la marche républicaine en mémoire des victime des frères Kouachir et de Medi Coulibaly :

"Après cette marche héroïque, que dis-je… Légendaire ! Instant magique égal au Big Bang qui créa l'Univers… Ou dans une moindre mesure (plus locale) comparable au couronnement de Vercingétorix, je rentre enfin chez moi. Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly."

Des mots qui lui ont valu lundi 12 janvier l’ouverture par le parquet de Paris d’une enquête pour apologie du terrorisme, et des propos particulièrement durs de la part de Bernard Cazeneuve, qui a déclaré avoir donné "des instructions à la direction juridique et des libertés publiques du ministère de l'intérieur pour examiner immédiatement la suite qui peut être examinée en droit", et d’envisager "de donner les suites les plus sévères à cette déclaration qui, après la manifestation d'hier, témoigne d'une irresponsabilité, d'un irrespect et d'une propension de cet individu à attiser la haine et la division".

L’humoriste a répondu par un courrier adressé au ministre, et rendu public sur son site "Quenel+" : 

"Hier, nous étions tous Charlie, à marcher, à se tenir debout, pour les libertés. Pour que l’on continue de rire de tout. Tous les représentants du gouvernement, vous compris, marchaient ensemble dans cette direction. Au retour, je me suis senti bien seul. […] Depuis un an, je suis traité comme l’ennemi public numéro 1, alors que je ne cherche qu’à faire rire. […] On me considère comme un Amedy Coulibaly alors que je ne suis pas différent de Charlie. […] A croire que mes propos ne vous intéressent que lorsque vous pouvez les détourner pour mieux vous indigner."

Atlantico : Le gouvernement n’a eu de cesse ces derniers jours d’insister sur le caractère essentiel de la liberté d’expression. Dieudonné, qu’on l’apprécie ou non, n’a-t-il pas mis l’exécutif face à ses contradictions ?

Vincent Tournier : Il fallait s’y attendre. Quelle belle occasion pour Dieudonné de se rappeler au bon souvenir du gouvernement. Il a raison de ne pas se gêner. Tout le monde vient de clamer son amour pour la liberté d’expression et le droit à l’humour. Il lui suffit donc de renvoyer l’ascenseur et de dire : vous aimez ça, la liberté, eh bien chiche ! Dieudonné joue sur du velours, surtout lorsqu’on se souvient que, l’an dernier, la justice s’en est pris à lui avec des arguments pour le moins étonnants, comme le fameux arrêt du Conseil d’Etat sur le lancer de nain. De plus, quand on regarde dans la ribambelle des chefs d’Etat qui sont venus manifester à Paris aux côtés de François Hollande, il n’est pas sûr que tous soient des parangons de vertus démocratiques.

>> Lire également notre article publié il y a un an à ce sujet : Quels effets juridiques secondaires pour la jurisprudence Dieudonnée ?

C’est tout le problème de la liberté d’expression. On veut en faire un principe absolu, mais on oublie que cette liberté a ses limites, lesquelles sont fixées par l’Etat en fonction des circonstances. L’an dernier, l’Etat a considéré que Dieudonné constituait une menace pour l’ordre public parce qu’il entraîne sur son nom une dynamique qui se nourrit de la détestation des juifs et du système politique. La contradiction entre l’annulation des spectacles et la proclamation de la liberté est flagrante, mais elle est logique si l’on admet que la liberté est d’abord une notion politique. Chacun revendique la liberté pour soi, mais pas pour ses adversaires. Le chanteur Médine est aujourd’hui pointé du doigt parce qu’il vient de sortir sur Youtube une chanson assez dure (Don’t Laïk). Pour se justifier, il revendique comme Dieudonné sa liberté d’expression, son droit de critiquer et de caricaturer. Mais les attentats de la semaine dernière changent la donne. La liberté d’expression a beau être sacralisée, elle peut difficilement s’abstraire d’un clivage politique qui devient aujourd’hui structurant, notamment sur la laïcité. La question est désormais : de quel côté es-tu ? Cette injonction risque maintenant de conditionner tout le reste.

Son argumentaire correspond-il effectivement à ce qu’est, et devrait être, la liberté d’expression ?

Avec son talent et son sens tactique, Dieudonné cherche à exploiter les failles de la démocratie pour développer son discours antisioniste et antisystème. Il sait très bien que la liberté d’expression est le talon d’Achille des démocraties. Les mouvements extrémistes ont toujours tenté d’exploiter cette faille en revendiquant pour eux-mêmes une liberté qu’ils méprisent par ailleurs.

L’argument est toujours le même : il y a deux poids deux mesures, donc votre liberté est hypocrite. Ce n’est pas totalement faux : Charlie Hebdo, qui est pourtant assez exhaustif dans ses critiques, a lui-même fait le ménage dans ses rangs lors de l’affaire Siné.

De son côté, la justice est loin d’être très claire sur les limites de la liberté d’expression. Lorsque Christiane Taubira est comparée à un singe par une militante du Front national, la sanction est très lourde (9 mois de prison ferme en première instance) ; mais lorsque Charlie Hebdo compare Bruno Megret à un "petit rat", il est relaxé. Nicolas Bedos a également été relaxé lorsqu’il a traité Marine Le Pen de "salope fascisante". Par contre, l’assistant parlementaire d’un sénateur socialiste a été condamné pour avoir traité Marion Maréchal-Le Pen de "salope", et on verra ce qu’il adviendra pour Guy Bedos pour avoir utilisé le même qualificatif à l’égard de Nadine Morano. Bref, on voit bien que la subjectivité reste très forte. Les tribunaux tiennent manifestement compte des caractéristiques du locuteur (qui parle ?) et du contexte (d’où parle-t-il ? à qui ? quand ?). Les intellectuels et les artistes bénéficient d’un statut particulier. Lorsque Jean Baudrillard, au lendemain des attentats du 11-Septembre, parle de la "jubilation prodigieuse de voir détruire cette superpuissance mondiale" (Le Monde, 2 novembre 2001), ne fait-il pas l’apologie du terrorisme ? Lorsque Edgar Morin, Danièle Sallenave et Sami Naïr écrivent que "les juifs qui furent humiliés, méprisés, persécutés, humilient, méprisent, persécutent les palestiniens" (Le Monde, 4 juin 2002), n’incitent-ils pas à la haine religieuse ? Dans cette dernière affaire, les auteurs ont d’ailleurs été relaxés en première instance, condamnés en appel, puis définitivement blanchis en cassation, ce qui montre les hésitations de la justice.

Est-ce le gouvernement qui s’est laissé prendre à son propre piège, ou a-t-il été quelque peu "aidé" par Dieudonné ? Cela pourrait-il jeter un fort discrédit sur l’exécutif ?

Si le gouvernement pensait en avoir terminé avec Dieudonné, il se trompe. Il va au contraire revenir encore plus fort car il peut enfoncer le doigt là où ça fait mal. Il peut jouer les naïfs en réclamant pour son propre compte les grands principes de la démocratie qui viennent d’être consacrés dans une sorte de plébiscite improvisé. Son statut d’artiste-humoriste lui fournit un autre argument particulièrement puissant.

Le gouvernement aura donc beaucoup de mal à répondre à Dieudonné et à ses soutiens. C’est assez paradoxal parce que, finalement, la sacralisation de Charlie Hebdo n’était nullement donnée d’avance. On a même le sentiment que les attentats ont quelque peu forcé la main des élites, contraintes de délaisser une stratégie qui visait plutôt à gagner les faveurs de la population musulmane, gauche et droite confondues. Souvenons-nous en effet que, en 2006, lors de la première affaire des caricatures, puis en 2011-2012 lorsque Charlie Hebdo a décidé d’en remettre une couche, les hauts responsables politiques étaient très critiques à l’égard des caricatures. En 2006, Jacques Chirac condamnait les "provocations manifestes" et, en septembre 2012, le premier ministre Jean-Marc Ayrault, après avoir rappelé son attachement à la liberté d’expression, faisait part de "sa désapprobation face à tout excès". Dans le film La Marche, sorti fin 2013, le chanteur Nekfeu avait appelé à "un autodafé contre ces chiens de Charlie Hebdo" sans que cela ne provoque une levée de boucliers.

En réalité, Charlie Hebdo était donc bien seul dans cette critique des religions en général, et de l’islam en particulier. Les responsables politiques préfèrent rester prudents : d’une part les musulmans constituent un enjeu électoral, d’autre part il y a toujours le risque de déclencher de nouvelles violences collectives. C’est un équilibre difficile à trouver. En tout cas, c’est ce qui me paraît expliquer la déclaration assez étonnante de François Hollande qui appelle à "refuser les surenchères les stigmatisations, les caricatures les plus désolantes". L’utilisation de ce terme "caricature" est particulièrement surprenante dans le contexte actuel, où le mot est sur toutes les lèvres et a pris au contraire une signification très positive, devenant presqu’un étendard. Que veut-il dire ? Comment interpréter cette déclaration ? Envoie-t-il un message pour faire comprendre que le temps des caricatures est terminé, et qu’il faut maintenant faire place au principe de réalité ?

A Toulouse un homme a été condamné à trois mois ferme pour apologie d'acte terroriste sur Facebook. Où la limite de la liberté d'expression se situe-t-elle ? Quand elle permet d'appeler à la violence, ou quand elle la provoque ?

Cela montre en tout cas que la justice sait être ferme à l’occasion. Cela dit, manifestement, les trois personnes qui viennent d’être condamnées ont un dossier assez lourd, y compris de récidivistes, ce qui explique la dureté des sanctions. Dans leur cas, on est évidemment très loin de la liberté d’expression puisqu’ils ont appelé au meurtre pur et simple, quelques heures à peine après les attentats.

Cette condamnation est aussi une bonne nouvelle pour le gouvernement. Cela va lui permettre de montrer qu’il n’a pas été inactif dans la lutte contre le terrorisme puisque les individus en question ont été condamnés en vertu de la nouvelle loi de novembre 2014. Ce n’est qu’un petit succès, mais qui n’est pas négligeable compte tenu du fiasco monumental qui vient de se produire avec les attaques de Paris.

Néanmoins, ces condamnations sont aussi des signaux inquiétants. Elles rappellent que le contexte unanimiste de ce dimanche ne doit pas faire illusion. Il est clair que, pour une partie significative de la population, Charlie Hebdo n’est pas dans le camp du bien. Or, si ces trois hommes se sont faits attraper, c’est parce qu’ils ont été particulièrement maladroits et démonstratifs dans leur envie de meurtre. Mais à côté d’eux, combien n’en pensent pas moins tout en restant discrets ?

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

03.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

04.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

05.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Combien de temps dure le coronavirus sur les surfaces?

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 13/01/2015 - 21:09
Dieudonné
Cette dernière accusation est tellement peu en phase avec les propos tenus que l'on se demande si ce n'est pas fait uniquement pour le défoulement de Valls qui le déteste foncièrement.
cloette
- 13/01/2015 - 20:46
On ne peut pas
tout accepter de Charlie et rien de Dieudonné , c'est évident .
cloette
- 13/01/2015 - 20:46
On ne peut pas
tout accepter de Charlie et rien de Dieudonné , c'est évident .