En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Zone franche
Procès en lepénisme d’Élisabeth Badinter : la bêtise gagne du terrain
Publié le 05 octobre 2011
N'en déplaise aux passeurs de sentences express, Élisabeth Badinter n’est pas plus lepéniste que ma grand-mère n'est championne cycliste.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
N'en déplaise aux passeurs de sentences express, Élisabeth Badinter n’est pas plus lepéniste que ma grand-mère n'est championne cycliste.

Fréquemment critique de notre univers binaire, où le commentateur qui n’est pas pour ceci est immédiatement accusé de rouler pour cela, je me suis bien douté qu’il y avait un os quelque part en entendant qu’Élisabeth Badinter était devenue lepéniste…

Oui, la philosophe de l’instinct maternel, théoricienne majeure du féminisme français, spécialiste des Lumières et, accessoirement, épouse de Robert « Abolition » Badinter, serait désormais perméable aux crétineries professées de plateaux de télé en studios de radio par l’héritière du seigneur de Montretout !

On peut d’ailleurs s'en assurer sur Rue89 [« On croit être en plein cauchemar (...) malheureusement, il ne s'agit nullement d'un dérapage »] si on apprécie la démagogie lapidaire. On peut le vérifier chez Politis si on est plutôt jeu de mot vaseuxÉlisabeth Badinter en séance pénière »]. Mais surtout, on peut finir de s'en convaincre via la tripotée de notes de blogs et autres messages Twitter confirmant la dérive fasciste terminale de l’auteur de XY, l’identité masculine

Et d’où sort donc cette conviction si universelle de la trahison idéologique et intellectuelle d’une femme encore à peu près honorable la semaine dernière ? Mais d’une interview accordée au Monde des religions, interview accessible d’un clic de souris et dont l’URL voyage malheureusement (et curieusement) moins facilement que celle des articles en décrivant le terrifiant contenu !

Bon, parce que cliquer sur les bons liens semble être un tel effort, je vous résume le message on ne peut plus clair de la dame :

« La laïcité est une valeur majeure d’une France que l’on croyait débarrassée de l’impérium de la loi religieuse. Le retour de pratiques ultra-orthodoxes, plus spécifiquement chez les musulmans et les juifs puisque le catholicisme traditionnel est plutôt en perte de vitesse, autant que l’individualisme extrême et le recul du sentiment collectif, interrogent notre société qui doit réagir ».

Wow ! Effectivement, elle débloque totalement, cette pauvre Élisabeth... Les propos extrémistes de ce genre sont absolument intolérables !

« La gauche a laissé s’installer l’équation suivante : défense de la laïcité égale racisme »

Et ce n'est pas tout. Car là où elle nous rappelle vraiment les heures les plus sombres de notre histoire, cette fille de juif spolié et résistant médaillé, c’est lorsqu’elle ose lâcher, en fin d’entretien, combien elle déplore l’abandon par la gauche de la laïcité à l’extrême droite (ici, je vous la cite mot pour mot plutôt qu’en substance histoire de mesurer à quel point elle est effectivement passée du côté obscur de la force) :

« En dehors de Marine Le Pen, plus personne ne défend la laïcité. Au sein de la gauche, le combat a été complètement abandonné, si ce n’est par Manuel Valls. La gauche a laissé s’installer l’équation suivante: défense de la laïcité égale racisme. Cela est tragique. Je me bats aussi pour l’égalité des sexes, la gestation pour autrui, l’adoption par les couples homosexuels. Le retard de nos représentants sur ces questions est d’une part lié à la sacralisation de la nature et, d’autre part, à la vitesse des changements sociétaux ».

Lepéniste, on vous dit ! Comme cette Caroline Fourest, dont la dénonciation inlassable de tous les intégrismes religieux ne trompe pas les progressistes authentiques à la Pascal Boniface… Comme cet affreux Philippe Val, dont le soi-disant combat pour la liberté d’expression camoufle mal la proximité avec les cercles ultra-droitiers les moins recommandables !

Tiens, je me demande qui sera le prochain à franchir le Rubicon, à ce stade. Restons vigilants car le coup peut vraiment venir de n'importe où. Hey, dites-donc, Mélenchon, il ne serait pas un peu lepéniste sur les bords ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (37)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Nico Pedia
- 09/10/2011 - 22:27
Pas du tout!
Avez vous lu l'article de Askolovitch?
http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/claude-askolovitch/elisabeth-badinter-laique-mais-pas-mariniste-03-10-2011-1380318_417.php
C'est tout le contraire d'un procès d'intention...
Un discours aussi limpide qu'il paraisse se traduit dans un contexte.
"C'était ironique et c'était un regret, précise Élisabeth Badinter."
Vous n'aviez pas compris?
Carcajou
- 09/10/2011 - 21:11
Clarté de l'expression
@Nico Pedia

Certes, certes, mais ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément. Les propos de Badinter sont parfaitement clairs, si clairs qu'elle a été obligée de les expliquer parce que des "intellos" subtil comme Askalovitch lui faisaient un procès.
Nico Pedia
- 07/10/2011 - 13:35
Déjà dit...
Badinter est trop subtile...sans doute parce que c'est une intellectuelle. Ce qui n'est vraissemblablement pas le cas de tous ceux qui n'ont rien compris à ce qu'elle disait...
CQFD