En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 42 min 19 sec
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 1 heure 16 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 50 min 28 sec
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 3 heures 37 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 18 heures 37 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 19 heures 37 min
© Reuters
Plusieurs enseignants ont fait face à des élèves qui ne voulaient pas rendre hommage à Charlie Hebdo (photo d'archive).
© Reuters
Plusieurs enseignants ont fait face à des élèves qui ne voulaient pas rendre hommage à Charlie Hebdo (photo d'archive).
Y'a du boulot

Prof d’histoire en banlieue : “pour certains élèves, la liberté d’expression est un accessoire de bourgeois”

Publié le 16 janvier 2015
Avec Anne Onyme
Plusieurs professeurs ont fait face à des comportements hostiles à Charlie Hebdo et à des remarques bien loin des valeurs que tente de leur inculquer l’Éducation nationale, après les attentats de cette semaine.
Anne Onyme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'auteur de ce témoignage, qui préfère rester anonyme, est professeur d'histoire dans un lycée professionnel de la commune du Raincy (Seine-Saint-Denis).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs professeurs ont fait face à des comportements hostiles à Charlie Hebdo et à des remarques bien loin des valeurs que tente de leur inculquer l’Éducation nationale, après les attentats de cette semaine.
Avec Anne Onyme

Atlantico : L’attentat contre Charlie Hebdo a eu lieu mercredi en fin de matinée. A partir de quel moment avez-vous commencé à entendre des réactions ?

Le lycée ferme à midi le mercredi, pour les activités sportives. J’étais donc absente le mercredi après-midi.

Mais le lendemain, une minute de silence était proposée. Je ne l’ai pas faite en classe. Très honnêtement, il s’agissait plus d’une question logistique : les cours se terminent à 11h55 et la minute de silence était prévue à midi. Il aurait donc fallu garder les élèves quelques minutes de plus, et je m’attendais à un refus, tout simplement.

Par contre, j’ai prévu d’en parler dans deux classes différentes, puisque ça rejoint le programme de français sur la liberté de la presse et la construction de l’information. J’ai trouvé qu’il fallait travailler une heure entière là-dessus plutôt que de faire une minute de silence. Et là, j’ai eu des réactions, disons… compliquées à gérer.

J’ai tenté l’expérience dans des classes de seconde et terminale, en filière professionnelle.

A lire aussi : "Je n'ai aucune compassion pour les personnes qui sont mortes et qui dessinaient le prophète"

Comment avez-vous introduit le sujet ?

En seconde, j’ai essayé de le ranger dans le programme, avec la problématique "peut-on vivre dans un monde où l’on ne peut pas s’informer ?" Je leur ai photocopié la première page du Parisien, je leur ai fait lire l’édito, nous avons étudié la façon dont c’était écrit, et chacun a pu me dire comment il avait vécu les évènements de la veille. J’ai été très surprise de voir que tout de suite, ils se sont mis à comparer avec des réactions qui n’ont pas eu lieu suite à des évènements en Palestine, en Syrie, etc.

L'édito, très opposé aux attentats les a vraiment choqués, ils y ont vu une attaque contre tous les musulmans. J'ai passé l'heure à expliquer qu'il ne s'agissait pas d'une guerre des civilisations entre chrétiens et musulmans, mais ils n'écoutaient pas vraiment cette opinion. Ils sont obsédés par les juifs, croient qu'ils ont le contrôle des médias, et rejettent tout ce que l'on peut trouver dans la presse traditionnelle.

Avez-vous pu ramener le débat sur la question de la liberté de la presse ?

Il y a eu un gros souci, plus de génération je pense. Ça m’est difficile de répéter leurs propos, mais l’idée était qu’on ne touche pas à la religion. Les plus virulents ont pu dire que lorsqu’on provoque, voilà ce qui se passe.

Il y avait une légitimisation de l’acte ?

De la part des plus virulents, oui.  Mais les autres, qui sont plus calmes et s’expriment moins fort mais existent aussi, m’ont posé des questions sur le passé de Charlie Hebdo. Ils m’ont demandé si la voie juridique avait déjà été utilisée, puisqu’ils pensaient qu’un procès aurait été plus approprié. Je leur ai donc parlé de celui qui a eu lieu.

Quand je leur ai appris que le procès avait eu lieu, ils ont été surpris par la relaxe dont avait bénéficié le magazine. Ils ne s’attendaient à ce que ça soit autorisé, légitimé par la justice de leur pays. Je les ai sentis assez désemparés.

Les valeurs de la République sont, pour eux, moins importantes que le respect de la religion ?

Oui. Le lendemain, j’ai fait un cours sur la définition de la liberté d’expression, les exceptions – les propos diffamatoires, l’insulte, les appels à la haine – et ils étaient extrêmement surpris que tout le reste soit autorisé. "La caricature ce n’est pas drôle", "c’est choquant", "c’est de la provocation", etc.

Qu’en est-il des évènements de vendredi, notamment les prises d’otages ?

J’ai revu cette même classe. Ils étaient excités, ils étaient sur leurs smartphones pour avoir des infos. Lors de la prise d’otage à Vincennes, ils ne comprenaient plus grand-chose, ne voyaient plus le lien avec la cause, avec Charlie Hebdo. Pour eux, il ne s’agissait plus que d’un groupe de forcenés.  A aucun moment je n’ai entendu dire que les preneurs d’otages pouvaient être des héros.

Comment avez-vous vécu cette semaine, en tant qu’enseignante ? Vous êtes-vous sentie investie d’une mission de transmission des valeurs de la république, et vous êtes-vous donc sentie désemparée face à leurs réactions ?

Oui, car je n’imaginais pas qu’il y avait un si grand fossé avec leur système de valeurs, ce par rapport à quoi ils mesuraient la gravité des évènements. Pour eux, la liberté d’expression est un accessoire de bourgeois. Ils placent au-dessus le respect de la religion. Par exemple, je ne leur ai pas dit, mais ils considèreraient choquant – voire impossible – le fait que je suis athée. Je leur ai dit que les gens de Charlie Hebdo étaient athées, qu’ils se moquaient de toutes les religions et n’avaient pas à respecter les préceptes de l’islam ou de n’importe quelle religion.

La transmission de valeurs et la construction du débat est d'autant plus difficile que je représente pour eux la "voix officielle", et qu'on ne peut donc pas vraiment me faire confiance.

Au plus loin que j'ai pu aller, avec ceux qui voulait comprendre la situation, ça a été la comparaison avec l'affaire Dieudonné. Il était impossible de leur faire comprendre les différences entre les deux affaires "Dieudonné aussi, c'était juste des blagues".

Ce qui est paradoxal, c'est qu'ils avaient la crainte d'être assimilés à des terroristes, et en même temps, ils étaient tous d'accord pour dire qu'ils n'avaient pas à se démarquer des attentats, qu'ils n'étaient pas d'accord pour se désolidariser, ou qu'un porte-parole le fasse pour eux, parce qu'ils ne s'en sentent pas solidaires malgré tout. Je pense qu'il y a une partie de provocation, de ce qu'ils entendent dans le cercle familial.

On s'est retrouvés avec plusieurs collègues le jeudi soir, et nous avons tous exprimés le même sentiment de découragement dans un premier temps. et puis dans un deuxième temps, nous avons adapté nos cours pour essayer de faire passer des messages autrement, de trouver des lucarnes pour leur faire comprendre la situation dédramatisée. Je crois que la meilleure réponse, c'est de leur montrer des dessins de presse qui les fassent sourire et réfléchir en même temps. Parler n'est pas efficace. Faire la minute de silence au lendemain des attentats me semblait improductif. Mais pendant les semaines qui arrivent, il me paraît judicieux de faire des "passerelles" avec ce qui s'est passé, de ramener subrepticement les questions importantes.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 11/01/2015 - 20:17
Pathétique cette prof
Il est loin le temps où les profs s interdisaient toute politique en classe.... il est vrai qu a l epoque ils etaient la pour instruire. et les voilà ces gros couillons qui se font renvoyer à la figure leur moraline à deux balles. Les pauvres choux , ça fait 40 ans qu ils tentent de formater les esprits et la patatras ça ne marche pas .... Ah bon elle est surprise de constater un fossé , pauvrette , c est bien de découvrir la roue , mais c est un peu tard ....
cloette
- 11/01/2015 - 19:31
Aristote
Peut-être aurait-Il aurait conseillé un aumônier, un rabbin, et un clergé musulman dans les établissements scolaires pour une heure par semaine ou quinzaine , en lieu et place de l'animateur en activité créative d'éveil comme le rap ( par exemple ) ?
langue de pivert
- 11/01/2015 - 18:55
Génération ? J'crois pas non !
"Il y a eu un gros souci, plus de génération je pense. Ça m’est difficile de répéter leurs propos, mais l’idée était qu’on ne touche pas à la religion. Les plus virulents ont pu dire que lorsqu’on provoque, voilà ce qui se passe." Le représentant officiel de la secte islamiste en France laissait entendre la même chose cette semaine sûr je sais plus quel plateau de télé ! En gros et de mémoire "quand Charlie Hebdo a sorti les caricatures nous avons respecté les lois républicaines, nous avons porté plainte, nous avons été débouté. Nous en sommes resté là...) Trop malin pour dire "voila ce qui arrive" mais il l'a pensé très fort ! La fatwa a pris le relais et il est resté là aussi ! ☺ Si la république autorise le blasphème la charia prend le relais et c'est bien là le problème !