En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
Persécutions ?

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

il y a 3 min 33 sec
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 36 min 31 sec
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 16 heures 53 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 18 heures 55 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 23 heures 43 min
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 19 min 37 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 9 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 18 heures 59 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 21 heures 15 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 22 heures 17 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 22 heures 43 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 23 heures 49 min
© Reuters
Plusieurs enseignants ont fait face à des élèves qui ne voulaient pas rendre hommage à Charlie Hebdo (photo d'archive).
© Reuters
Plusieurs enseignants ont fait face à des élèves qui ne voulaient pas rendre hommage à Charlie Hebdo (photo d'archive).
Y'a du boulot

Prof d’histoire en banlieue : “pour certains élèves, la liberté d’expression est un accessoire de bourgeois”

Publié le 16 janvier 2015
Avec Anne Onyme
Plusieurs professeurs ont fait face à des comportements hostiles à Charlie Hebdo et à des remarques bien loin des valeurs que tente de leur inculquer l’Éducation nationale, après les attentats de cette semaine.
L'auteur de ce témoignage, qui préfère rester anonyme, est professeur d'histoire dans un lycée professionnel de la commune du Raincy (Seine-Saint-Denis).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Onyme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'auteur de ce témoignage, qui préfère rester anonyme, est professeur d'histoire dans un lycée professionnel de la commune du Raincy (Seine-Saint-Denis).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs professeurs ont fait face à des comportements hostiles à Charlie Hebdo et à des remarques bien loin des valeurs que tente de leur inculquer l’Éducation nationale, après les attentats de cette semaine.
Avec Anne Onyme

Atlantico : L’attentat contre Charlie Hebdo a eu lieu mercredi en fin de matinée. A partir de quel moment avez-vous commencé à entendre des réactions ?

Le lycée ferme à midi le mercredi, pour les activités sportives. J’étais donc absente le mercredi après-midi.

Mais le lendemain, une minute de silence était proposée. Je ne l’ai pas faite en classe. Très honnêtement, il s’agissait plus d’une question logistique : les cours se terminent à 11h55 et la minute de silence était prévue à midi. Il aurait donc fallu garder les élèves quelques minutes de plus, et je m’attendais à un refus, tout simplement.

Par contre, j’ai prévu d’en parler dans deux classes différentes, puisque ça rejoint le programme de français sur la liberté de la presse et la construction de l’information. J’ai trouvé qu’il fallait travailler une heure entière là-dessus plutôt que de faire une minute de silence. Et là, j’ai eu des réactions, disons… compliquées à gérer.

J’ai tenté l’expérience dans des classes de seconde et terminale, en filière professionnelle.

A lire aussi : "Je n'ai aucune compassion pour les personnes qui sont mortes et qui dessinaient le prophète"

Comment avez-vous introduit le sujet ?

En seconde, j’ai essayé de le ranger dans le programme, avec la problématique "peut-on vivre dans un monde où l’on ne peut pas s’informer ?" Je leur ai photocopié la première page du Parisien, je leur ai fait lire l’édito, nous avons étudié la façon dont c’était écrit, et chacun a pu me dire comment il avait vécu les évènements de la veille. J’ai été très surprise de voir que tout de suite, ils se sont mis à comparer avec des réactions qui n’ont pas eu lieu suite à des évènements en Palestine, en Syrie, etc.

L'édito, très opposé aux attentats les a vraiment choqués, ils y ont vu une attaque contre tous les musulmans. J'ai passé l'heure à expliquer qu'il ne s'agissait pas d'une guerre des civilisations entre chrétiens et musulmans, mais ils n'écoutaient pas vraiment cette opinion. Ils sont obsédés par les juifs, croient qu'ils ont le contrôle des médias, et rejettent tout ce que l'on peut trouver dans la presse traditionnelle.

Avez-vous pu ramener le débat sur la question de la liberté de la presse ?

Il y a eu un gros souci, plus de génération je pense. Ça m’est difficile de répéter leurs propos, mais l’idée était qu’on ne touche pas à la religion. Les plus virulents ont pu dire que lorsqu’on provoque, voilà ce qui se passe.

Il y avait une légitimisation de l’acte ?

De la part des plus virulents, oui.  Mais les autres, qui sont plus calmes et s’expriment moins fort mais existent aussi, m’ont posé des questions sur le passé de Charlie Hebdo. Ils m’ont demandé si la voie juridique avait déjà été utilisée, puisqu’ils pensaient qu’un procès aurait été plus approprié. Je leur ai donc parlé de celui qui a eu lieu.

Quand je leur ai appris que le procès avait eu lieu, ils ont été surpris par la relaxe dont avait bénéficié le magazine. Ils ne s’attendaient à ce que ça soit autorisé, légitimé par la justice de leur pays. Je les ai sentis assez désemparés.

Les valeurs de la République sont, pour eux, moins importantes que le respect de la religion ?

Oui. Le lendemain, j’ai fait un cours sur la définition de la liberté d’expression, les exceptions – les propos diffamatoires, l’insulte, les appels à la haine – et ils étaient extrêmement surpris que tout le reste soit autorisé. "La caricature ce n’est pas drôle", "c’est choquant", "c’est de la provocation", etc.

Qu’en est-il des évènements de vendredi, notamment les prises d’otages ?

J’ai revu cette même classe. Ils étaient excités, ils étaient sur leurs smartphones pour avoir des infos. Lors de la prise d’otage à Vincennes, ils ne comprenaient plus grand-chose, ne voyaient plus le lien avec la cause, avec Charlie Hebdo. Pour eux, il ne s’agissait plus que d’un groupe de forcenés.  A aucun moment je n’ai entendu dire que les preneurs d’otages pouvaient être des héros.

Comment avez-vous vécu cette semaine, en tant qu’enseignante ? Vous êtes-vous sentie investie d’une mission de transmission des valeurs de la république, et vous êtes-vous donc sentie désemparée face à leurs réactions ?

Oui, car je n’imaginais pas qu’il y avait un si grand fossé avec leur système de valeurs, ce par rapport à quoi ils mesuraient la gravité des évènements. Pour eux, la liberté d’expression est un accessoire de bourgeois. Ils placent au-dessus le respect de la religion. Par exemple, je ne leur ai pas dit, mais ils considèreraient choquant – voire impossible – le fait que je suis athée. Je leur ai dit que les gens de Charlie Hebdo étaient athées, qu’ils se moquaient de toutes les religions et n’avaient pas à respecter les préceptes de l’islam ou de n’importe quelle religion.

La transmission de valeurs et la construction du débat est d'autant plus difficile que je représente pour eux la "voix officielle", et qu'on ne peut donc pas vraiment me faire confiance.

Au plus loin que j'ai pu aller, avec ceux qui voulait comprendre la situation, ça a été la comparaison avec l'affaire Dieudonné. Il était impossible de leur faire comprendre les différences entre les deux affaires "Dieudonné aussi, c'était juste des blagues".

Ce qui est paradoxal, c'est qu'ils avaient la crainte d'être assimilés à des terroristes, et en même temps, ils étaient tous d'accord pour dire qu'ils n'avaient pas à se démarquer des attentats, qu'ils n'étaient pas d'accord pour se désolidariser, ou qu'un porte-parole le fasse pour eux, parce qu'ils ne s'en sentent pas solidaires malgré tout. Je pense qu'il y a une partie de provocation, de ce qu'ils entendent dans le cercle familial.

On s'est retrouvés avec plusieurs collègues le jeudi soir, et nous avons tous exprimés le même sentiment de découragement dans un premier temps. et puis dans un deuxième temps, nous avons adapté nos cours pour essayer de faire passer des messages autrement, de trouver des lucarnes pour leur faire comprendre la situation dédramatisée. Je crois que la meilleure réponse, c'est de leur montrer des dessins de presse qui les fassent sourire et réfléchir en même temps. Parler n'est pas efficace. Faire la minute de silence au lendemain des attentats me semblait improductif. Mais pendant les semaines qui arrivent, il me paraît judicieux de faire des "passerelles" avec ce qui s'est passé, de ramener subrepticement les questions importantes.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 11/01/2015 - 20:17
Pathétique cette prof
Il est loin le temps où les profs s interdisaient toute politique en classe.... il est vrai qu a l epoque ils etaient la pour instruire. et les voilà ces gros couillons qui se font renvoyer à la figure leur moraline à deux balles. Les pauvres choux , ça fait 40 ans qu ils tentent de formater les esprits et la patatras ça ne marche pas .... Ah bon elle est surprise de constater un fossé , pauvrette , c est bien de découvrir la roue , mais c est un peu tard ....
cloette
- 11/01/2015 - 19:31
Aristote
Peut-être aurait-Il aurait conseillé un aumônier, un rabbin, et un clergé musulman dans les établissements scolaires pour une heure par semaine ou quinzaine , en lieu et place de l'animateur en activité créative d'éveil comme le rap ( par exemple ) ?
langue de pivert
- 11/01/2015 - 18:55
Génération ? J'crois pas non !
"Il y a eu un gros souci, plus de génération je pense. Ça m’est difficile de répéter leurs propos, mais l’idée était qu’on ne touche pas à la religion. Les plus virulents ont pu dire que lorsqu’on provoque, voilà ce qui se passe." Le représentant officiel de la secte islamiste en France laissait entendre la même chose cette semaine sûr je sais plus quel plateau de télé ! En gros et de mémoire "quand Charlie Hebdo a sorti les caricatures nous avons respecté les lois républicaines, nous avons porté plainte, nous avons été débouté. Nous en sommes resté là...) Trop malin pour dire "voila ce qui arrive" mais il l'a pensé très fort ! La fatwa a pris le relais et il est resté là aussi ! ☺ Si la république autorise le blasphème la charia prend le relais et c'est bien là le problème !