En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 41 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 3 heures 2 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 50 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 52 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 19 heures 30 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 20 heures 8 min
Bonnes feuilles

Comment vaincre la voix intérieure qui sabote vos bonnes résolutions pour 2015

Publié le 12 janvier 2015
Vous avez tous en vous un Grand Moi qui ne demande qu'à s'exprimer, alors que votre saboteur intérieur veut vous limiter et vous culpabiliser. Extrait de "Libérez votre Grand Moi !", de Pauline Charneau, publié aux Editions Du Moment (2/2).
Pauline Charneau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pauline Charneau est Coach Professionnelle Certifiée (ACC, CPCC) et partage ses découvertes sur son blog Passion Coaching (paulinecharneau.com). Elle collabore aussi à plusieurs projets de l'Université Paris-Dauphine. Elle a auparavant occupé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vous avez tous en vous un Grand Moi qui ne demande qu'à s'exprimer, alors que votre saboteur intérieur veut vous limiter et vous culpabiliser. Extrait de "Libérez votre Grand Moi !", de Pauline Charneau, publié aux Editions Du Moment (2/2).

Entrée en scène du saboteur

 

En coaching, nous appelons cette voix le « saboteur ». J’aime que cette voix soit personnifiée, car si vous l’écoutez bien, elle a, en effet, une personnalité complète, distincte de la vôtre, qui, une fois que vous en avez appréhendé les caractéristiques, peut être mise à distance et observée sereinement. Je demande donc souvent à mes clients d’en faire le portrait – vous pourrez en retrouver certains sur mon blog[1]. Mais avant de lui donner forme, il est utile de comprendre comment il est né en nous. Et j’insiste une fois encore sur le fait qu’il est distinct de nous, comme une sorte de parasite qui se nourrit de nos talents depuis toujours. Certains coaches aiment d’ailleurs à parler des saboteurs, au pluriel. Quant à moi, je le vois unique, mais doté d’un grand pouvoir d’adaptation, qui le rend pareil au caméléon. Il est cohérent, constant, il grandit avec nous, se renforce par nos échecs et nos victoires, s’adapte à chaque situation nouvelle en se nourrissant de la connaissance qu’il a de nous. Il ne peut donc être qu’un.

Attention ! Vous qui allez penser, à la lecture de ce chapitre, que vous n’avez pas de saboteur, sachez déjà que sa grande ruse lui permet souvent de ne pas être démasqué. Et comme il a été nourri au même lait que vous, c’est un merveilleux rhétoricien qui a votre intelligence et votre brillance.

La meilleure façon de comprendre de quoi est fait votre saboteur est de l’observer depuis sa naissance, c’est-à-dire la vôtre. Avant de commencer cette exploration dans le temps, je vous propose un petit exercice :

Rappelez-vous la dernière fois que vous avez renoncé à une entreprise, aussi modeste soit-elle : changer de coupe de cheveux, créer une société, repeindre votre salon, organiser un voyage pour les prochaines vacances, demander une augmentation à votre patron ou vous mettre à un nouveau sport.

Notez sur un papier ce à quoi vous avez renoncé, et les raisons qui vous y ont poussé, avec le plus de détails possible, et en toute honnêteté. Vous êtes en conversation avec vous-même, personne ne vous jugera. Gardez ces notes, nous y reviendrons.

Avant de vous parler plus de votre saboteur, je voudrais partager avec vous quelques réflexions liminaires.

Pour notre éducation, nos parents ont été mus par des motivations conscientes et inconscientes qu’il ne m’appartient ni d’analyser ni de juger et que je considère comme données. Chacun est libre de creuser l’histoire familiale, au travers par exemple d’un travail psychanalytique mais, en tant que coach et que personne, je considère que cette démarche, aussi intéressante soit-elle intellectuellement, n’est que d’un faible secours pour avancer sur le chemin de l’épanouissement. Ma posture de coach, qui correspond à ma philosophie, est de considérer qu’il n’y a rien à réparer dans nos vies. Il y a à les prendre là où elles sont, avec leurs bagages plus ou moins lourds, plus ou moins utiles, que l’on peut choisir d’alléger, et à les mener sur le bon chemin. Je vais donc évoquer l’enfance en ce qu’elle explique l’enfance de notre saboteur. Je vais parler de nos parents, de nos enseignants et montrer comment ils ont participé à la bonne santé de ce saboteur. Mais cela sans jugement, et sans même l’idée qu’ils auraient pu faire autrement. Ce que je vais évoquer fait tout simplement partie de notre culture, et l’accepter est un premier pas vers la conscience de l’existence du saboteur.

L’universalité du saboteur est discutable. Aux coaches, on apprend qu’il est en chaque être humain. Le concept est né aux États-Unis et les coaches européens avec qui j’ai pu échanger sont très familiers du concept. En revanche, je ne pourrais affirmer que cette notion soit communément admise, même sous une autre appellation, chez certains peuples asiatiques. J’ai lu sous la plume de Jon Kabat-Zinn la narration d’une scène au cours de laquelle il avait fait allusion à notre manque d’estime de soi-même – self-esteem en anglais – dans une conversation avec le Dalaï-lama. Alors que celui-ci parle un anglais parfait, il s’est fait traduire la phrase plusieurs fois en tibétain, comme s’il n’en comprenait pas le sens. Quand il l’eut finalement saisi, il sembla très attristé d’apprendre que tant de gens en Amérique se tenaient en si peu d’estime 1. Il semblerait que pour les Tibétains l’amour de soi soit une évidence. Dans ces conditions, sans doute très peu de place est faite au saboteur, et voilà de quoi nous réjouir : des peuples entiers vivent sans lui, même dans la plus grande adversité !

Ce que notre société « développée » ne nous a pas permis d’atteindre spontanément, nous pouvons sans doute l’obtenir par l’observation, la réflexion et la volonté, puisque cela existe ailleurs.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires