En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 1 heure 20 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 9 heures 33 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 10 heures 36 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 23 heures 6 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 9 heures 13 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 4 heures 27 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 10 heures 52 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 22 heures 32 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Une récente étude de l'Institut de Veille Sanitaire tend à prouver que les particules fines ont un effet immédiat et à court terme sur la mortalité.
© Reuters
Une récente étude de l'Institut de Veille Sanitaire tend à prouver que les particules fines ont un effet immédiat et à court terme sur la mortalité.
De l'air !

Alerte aux particules fines tueuses, dernières oubliées en date d’un principe de précaution rarement utilisé à bon escient

Publié le 07 janvier 2015
Une récente étude de l'Institut de Veille Sanitaire tend à prouver que les particules fines ont un effet immédiat et à court terme sur la mortalité. L'Etat, d'habitude si prompt à invoquer le principe de précaution, ne semble pas pressé de prendre des mesures pour les limiter.
Arnaud Gossement est avocat associé, gérant et fondateur du Cabinet Gossement Avocats, spécialisé dans le droit de l'environnement- Chroniqueur juridique sur BFM radio.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Gossement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Gossement est avocat associé, gérant et fondateur du Cabinet Gossement Avocats, spécialisé dans le droit de l'environnement- Chroniqueur juridique sur BFM radio.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une récente étude de l'Institut de Veille Sanitaire tend à prouver que les particules fines ont un effet immédiat et à court terme sur la mortalité. L'Etat, d'habitude si prompt à invoquer le principe de précaution, ne semble pas pressé de prendre des mesures pour les limiter.

Atlantico : Des études scientifiques prouvent régulièrement la dangerosité de la pollution aux particules fines, et son rôle dans le développement de maladies graves (cancer …). Pourtant les pouvoirs publics n'appliquent pas le fameux "principe de précaution", et ne prennent pas vraiment de mesures fortes contre ce phénomène. Pourquoi ?

Arnaud Gossement : Premièrement, il est vrai que les rapports se suivent et sont de plus en plus précis. Le lien entre certaines pathologies, maladies, morts et la pollution de l'air est maintenant établi. La pollution de l'air est donc dangereuse, pas seulement pour l'environnement, mais aussi pour notre santé.

Deuxièmement, dans ce cas précis on ne va plus parler de "principe de précaution", celui-ci s'applique quand on est en situation d'incertitude, de doute. Ici, on vient de le dire, il n'y a plus de doute. C'est donc le "principe de prévention" qui va s'appliquer, la question est donc la suivante : les pouvoirs publics appliquent-ils suffisamment le principe de prévention ? Lorsqu'on constate la résurgence d'épisodes de pollution de plus en plus importants, on voit bien que ce n'est pas le cas. Le principe de prévention est défini dans la Charte de l'environnement, un texte adossé à la Constitution, dédiée spécifiquement aux problèmes environnementaux, mais on trouve également sa trace dans de nombreux textes du Code de la santé. Il s'agit d'une obligation d'action des pouvoirs publics quand ils sont face à des situations où le risque est bien identifié et qui engage la responsabilité de l'Etat, voire de responsables politiques en particulier. Ce principe interdit la passivité. Quant au principe de précaution, il est également inscrit dans la Charte de l'environnement et dans le premier article du Code de l'environnement, mais n'oublions pas que c'est un principe de droit international, contenu dans la déclaration de Rio (celle du sommet de la Terre de 1992) mais également dans les traités européens. C'est un principe international, européen et national.

Ce qui frappe c'est que d'autres phénomènes de santé publique d'envergure moindre, comme par exemple les ondes électromagnétiques ou le Bisphénol A, font l'objet d'une application plus stricte des principes de précaution et de prévention. Pourquoi cette "géométrie variable" ?

Il y a plusieurs raisons à l'action rapide ou lente de l'Etat. La première c'est évidemment la complexité : un phénomène comme la pollution atmosphérique contient des enjeux économiques, industriels, d'emplois, ainsi que la volonté de ne pas fragiliser des constructeurs automobiles mal en point. Parfois l'économie l'emporte sur le sanitaire et l'écologique. Après, il peut y avoir bien sûr la pression des différents lobbys. Certains groupes d'intérêt sont plus ou moins influents, organisés, se font connaître … Il y a également l'opinion publique qui s'alerte et s'émeut plus facilement sur certains sujets, plus couverts par les médias ou plus diffusés sur les réseaux sociaux. Il ne faut pas accabler le seul politique car les citoyens ont également une grande responsabilité contre certains risques.

On fantasme beaucoup sur l'action des lobbys et leurs supposé pouvoir caché. Est-ce que l'on exagère leur importance ?

Je pense que oui. Le lobbying est une nécessité démocratique. Il est normal que des entreprises, des syndicats ou des ONG puissent se faire entendre des pouvoirs publics, s'organisent pour formaliser leur message. C'est normal que des groupes d'intérêts puissent être épaulés par des agences de lobbying. Ce qui n'est pas normal c'est lorsque leur action s'effectue en dehors de la loi. Il peut y avoir des phénomènes de corruption qui doivent être condamnés. Il faut que les différents lobbys soient placés à égalité et que les élus puissent tous les écouter et pas seulement quelques-uns. Il y a un encadrement du lobbying à faire, cela serait plus fin que la politique de l'autruche qui consiste à dire que cela n'existe pas.

Pour ce qui est de la pollution de l'air, je ne pense pas que si les pouvoirs publics sont si timorés ce soit à cause du lobbying. Je pense sincèrement que c'est lié au fait que les politiques ont peur des conséquences économiques des mesures de prévention, des destructions d'emploi dans l'automobile. Mais aussi que certains élus minorent ces risques, par exemple en ce qui concerne le diesel, on entend des élus qui remettent en cause ces problématiques. Il y a un problème culturel bien plus grave que celui du lobbying. Pendant des années la voiture a été considérée comme une source de liberté, de confort et de bien-être, on a mis uniquement l'accent pendant des décennies sur les avantages de la voiture. Il y a donc des responsables politiques bercés par ce discours positif et qui aujourd'hui ont du mal à considérer qu'elle est aussi un danger pour la santé et l'environnement.

Vous avez dit que les principes de précaution et de prévention sont inscrits dans le droit national, communautaire et international. La France viole donc la loi lorsqu'elle ne fait pas assez pour protéger ces citoyens. C'est plutôt grave non ?

Sur la pollution de l'air effectivement, l'absence d'action de la part des pouvoirs publics est grave et viole le principe de prévention. Il faut aujourd'hui une véritable prise de conscience. On ne peut pas simplement se limiter à faire de la circulation alternée. Il faut prévenir ces épisodes de pollution, notamment par la fiscalité et encourager des véhicules propres, des transports en commun. Quand on voit qu'en ce moment le prix du billet  de train augmente alors qu'on vit un épisode de pollution automobile on a du mal à comprendre. Mais quand on parle de violer ce principe, on ne peut pas accuser seulement le gouvernement, c'est une responsabilité collective incluant les élus locaux etc. Après, c'est vrai que le gouvernement n'agit pas assez fermement sauf pendant les épisodes de pollution. Il y a bien sûr des dossiers similaires : celui des pesticides par exemple.

Existe-il un moyen de pression qui permettrait de faire changer les choses ?

J'ai tendance à considérer que c'est un problème générationnel. Les jeunes élus sont beaucoup plus sensibilisés aux questions d'écologie et de santé, et ont compris que protéger l'environnement et la santé est aussi une source d'emplois et de richesse. Les générations antérieures ont été élevées pendant les 30 Glorieuses et donc l'écologie reste un luxe pour elles. C'est un problème culturel mais j'ai confiance en l'avenir. Il y a également un problème de pédagogie, hier j'ai entendu que la fiscalité écologique pesait sur le pouvoir d'achat, c'est faux !

Parleriez-vous d'une application à deux vitesses des principes de précaution/prévention ?

Oui, tout à fait. S'agissant du principe de précaution, il est peu utilisé et très critiqué, ce qui est dommage. Au niveau de la prévention c'est pareil. Une réforme serait par exemple de relier le ministère de la santé et le ministère de l'écologie, car les atteintes à l'environnement sont quasi-systématiquement des atteintes à la santé humaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/01/2015 - 13:54
Erreur M. Gossement!
l'activité des lobbies n'est pas nécessaire, excepté lorsque la démocratie est faible et plombée par un technostructure de type gauchiste et archaique! Dans ce cas seulement, les lobbies prennent le pas sur la représentation populaire, sur laquelle ils font pression pour imposer leurs orientations stratégiques et normes qui ne sont favorables qu'à eux-même. Voilà le problème majeur de l'UE et le problème de la gauche en géneral: une faiblesse paralysante qui la rend dépendante des minorités de pression! le FN veut rétablir la démocratie et le plein pouvoir de la représentation nationale. Autre erreur: l'écologie; elle est un luxe que la France ne peut se payer actuellement, surtout gerée par des gauchistes qui reviennent sur les décisions prises quelques mois auparavant et font payer leurs erreurs très cher à la France. une vraie écologie ne doit pas être couteuse, mais rationelle; pour cela, elle doit être extirpée des mains des pseudo-écolgistes de salon qui en font un camouflage de leurs revendications extrêmement gauchistes, et elle doit être rendue à ses véritables acteurs, les marins, les paysans, les sylviculteurs, exploitants des montagne et la représentation populaire!