Ma retraite a 29 ans
LA bonne idée pour créer sa boîte
Publié le 03 octobre 2011
Pour Nicolas Trüb, la création d'entreprise est à la fois une pulsion de vie et un véritable engagement politique contre l'absurde et l'inertie. Mais avant de se lancer, il faut l'idée... Extraits de "Ma retraite a 29 ans" (1/2).
Détenteur d'un DEA de Sciences physiques et d'un diplôme d'ingénieur, Nicolas Trüb est également professeur vacataire au sein du Groupe ESIEE (École d'ingénieurs des sciences et technologies de l'information et de la communication) en algèbre, ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Trüb
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Détenteur d'un DEA de Sciences physiques et d'un diplôme d'ingénieur, Nicolas Trüb est également professeur vacataire au sein du Groupe ESIEE (École d'ingénieurs des sciences et technologies de l'information et de la communication) en algèbre, ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Nicolas Trüb, la création d'entreprise est à la fois une pulsion de vie et un véritable engagement politique contre l'absurde et l'inertie. Mais avant de se lancer, il faut l'idée... Extraits de "Ma retraite a 29 ans" (1/2).

Dans l’imagerie populaire, largement véhiculée par la presse chargée de transformer la frustration des citoyens-salariés en magazines à 4,50 euros, le point de départ de toute création d’entreprise est une idée spectaculaire. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de vérifier le contraire : une bonne idée est une idée qui ne se voit pas. C’est une règle paradoxale qui connaît peu d’exception. Dès lors qu’un client potentiel examine votre produit et vous déclare « c’est une bonne idée », vous pouvez être absolument sûr qu’il ne vous achètera jamais ce produit. Il se cantonnera au rôle d’observateur amusé : un client n’achète jamais une idée en tant que telle, il achète un produit, ou un service qui lui semble être conforme à la perception qu’il a de son intérêt.

D’ailleurs, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise idée, il n’y a que des idées qui ont été testées, et d’autres non. Le boulot de l’entrepreneur est donc de trouver le moyen de tester ses idées pour le coût minimum, dans le temps minimum et dans les conditions les plus vraisemblables possible. Son but permanent est de se tenir à l’écart des vues de l’esprit : on ne voit pas bien avec l’esprit, d’ailleurs il ne sert pas à ça. Comme Sophocle le formulait déjà bien avant l’invention du pistolet à gaufres, il nous faut régulièrement désintellectualiser notre appréciation du monde réel en confrontant en permanence nos conjectures à cette réalité : « L’homme est devenu savant grâce aux ressources de ses techniques procurées par la main. » L’idée brillante ne peut naître que dans ces conditions. Elle est anti-idéologique par construction, l’idéologie se définissant par cet amalgame de pensées « sourdes aux complexités du réel », suivant la formulation de l’oncle Paul-François.

 

Il me semble réaliste de déposer des marques et des modèles, ou au moins de marquer l’antériorité de votre idée pour qu’on ne vous accuse pas de l’avoir piquée. Ceci peut être fait sur Internet pour 10 euros par dépôt, ou 15 euros par enveloppe Soleau, sorte de ceinture de chasteté délivré par l’INPI. Pour une marque, déposez juste l’URL (dans une adresse Internet, c’est le nom qui se glisse entre www et .com) de la marque géniale que vous avez trouvée sous la forme www.mamarquegeniale.com. Il vous en coûtera 12 euros par an : un rapport qualité/prix imbattable. Vous déposerez votre marque pour de vrai quand vous serez riche. (…)

 

On peut toujours copier votre idée, ou croire la copier, mais l’énergie que vous lui accordez, l’intelligence avec laquelle vous dialoguez avec vos clients et vos fournisseurs, la subtilité de l’organisation que vous mettez au service de cette vision, elles, sont inimitables. Et il est très légitime de créer une entreprise simplement parce qu’un jour on a cherché un produit ou un service et que l’on ne l’a pas trouvé.

La beauté et la performance du geste créatif n’ont pas seulement pour objet le produit ou le service proposé par votre entreprise mais bien son fonctionnement tout entier.

__________________________________

Extraits de Ma retraite à 29 ans (im)précis de création d'entreprise à l'usage du salarié, MICHALON (septembre 2011)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean LEGRAND
- 04/10/2011 - 13:12
Bon billet
Cet extrait me donne vraiment envie de me procurer le livre. L'idée ne fait pas tout, et certains misent trop sur une idée qu'ils pensent géniale mais qui s'avère douteuse ! Au sujet de la fameuse "idée", j'ai rédigé une fiche pratique que voici : http://www.youscribe.com/catalogue/manuels-et-fiches-pratiques/ressources-professionnelles/creation-d-entreprise/creation-entreprise-idee-271621