En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 2 heures 26 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 4 heures 5 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 6 heures 58 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 9 heures 45 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 11 heures 1 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 11 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 3 heures 6 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 4 heures 20 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 8 heures 24 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 8 heures 56 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 10 heures 44 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 11 heures 9 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 11 heures 34 min
© REUTERS/Ints Kalnins
Les pays baltes, entre deux Europe
© REUTERS/Ints Kalnins
Les pays baltes, entre deux Europe
Double approche

La Lettonie présidente de l'UE : 25 ans après la chute du mur de Berlin, les 2 Europe sont toujours largement différentes

Publié le 01 janvier 2015
C'est au tour du pays Balte, entré il y a un an dans la zone euro, de prendre la présidence semestrielle de l'UE. Entre les Etats fondateurs et les nouveaux arrivés de l'ancien bloc soviétique, les approches et l'état d'esprit sur les questions économiques, politiques et diplomatiques restent contrastées, pour des raisons d'héritage historique.
David Engels
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Engels est historien et professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Il est notamment l'auteur du livre : Le déclin. La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine. Quelques analogies, Paris, éditions du Toucan,...
Voir la bio
Pierre Verluise
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en géopolitique de l’Université de Paris IV – Sorbonne, Pierre Verluise est fondateur du premier site géopolitique francophone, Diploweb.com. Il en est le directeur des publications. Producteur géopolitique (articles, études, livres, conférences...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est au tour du pays Balte, entré il y a un an dans la zone euro, de prendre la présidence semestrielle de l'UE. Entre les Etats fondateurs et les nouveaux arrivés de l'ancien bloc soviétique, les approches et l'état d'esprit sur les questions économiques, politiques et diplomatiques restent contrastées, pour des raisons d'héritage historique.

Atlantico :  La chute du mur de Berlin, il y a 25 ans, a donné la possibilité aux pays de l'est d’adhérer à l'Union européenne. Bien que la plupart d'entre eux aient attendu la période 2003-2005 pour entrer dans l’Union, dans quelle mesure peut-on dire que la dynamique d'ouverture au marché libéral qui a succédé à l'effondrement de l'appareil soviétique est toujours d'actualité ? Quelles différences observe-t-on entre les pays de l’est et ceux comme la France, l’Allemagne ou bien l’Espagne, dans leur rapport au libéralisme ?

David Engels : Comme toujours, la clef de compréhension de la situation est dans l’histoire. Les pays de l’ancien bloc de l’Est vivaient dans l’illusion que le capitalisme en tant que système non seulement économique, mais aussi politique, allait forcément de pair avec la richesse et la liberté ; c’est en tout cas l’image que nos hommes politiques ont tenté, par tous les moyens, de produire. C’est ce qui explique qu’après la chute du mur, nos concitoyens de l’Est se soient jetés corps et âme dans cette voie-là, d’autant plus que la libéralisation du marché était un prérequis pour l’entrée dans l’Union européenne et qu’il fallait donc procéder à un revirement économique radical si l’on voulait adhérer le plus vite possible à cette Union et se mettre dans les bonnes grâce de Washington afin de rentrer dans l’OTAN. Or, l’Europe orientale est tombée, involontairement, dans un genre de piège, car depuis la chute du Mur, l’histoire nous montre tous les jours que la « richesse pour tous » tout comme la liberté démocratique n’étaient que des concessions temporaires accordées provisoirement aux citoyens par des élites économiques et politiques soucieuses de contrecarrer l’attractivité que le socialisme pouvait avoir pour les plus démunis. Une fois le « danger rouge » écarté, nous assistons, partout, à une polarisation massive de la société occidentale et à une déconstruction de la démocratie au profit des lobbys financiers et d’institutions internationales opaques. Certes, l’écart des salaires et donc l’attractivité de l’Est pour des investisseurs étrangers a réconforté ces nouvelles démocraties dans leur choix économique, mais on voit déjà maintenant que cette compétitivité ne se maintient que par la déconstruction du volet social, des cadeaux fiscaux pour les plus riches et de l’austérité. Au fond, l’Europe de l’Est, en quelques années, vient de répéter, bien que de manière plus atténuée, ce que l’Occident a vécu ces derniers 70 années : reconstruction, boom économique, libéralisme, dépression, austérité et ultra-libéralisme. Bientôt, nous aurons atteint une convergence complète, car l’écart subsistant se réduit de jour en jour par le déclin infrastructurel de l’Ouest et la paupérisation des masses. Pas besoin de pointer du doigt la Grèce ou l’Espagne : même en Belgique, au cœur de l’Europe, un enfant sur quatre grandit désormais dans la précarité !

Quelle est l'attitude des pays de l'Est vis-à-vis de l'Union européenne ? Peut-on parler d’euro-optimisme, notamment en matière de lutte contre la corruption, alors que parallèlement, le vote populiste anti-européen gagne du terrain dans les "vieux" pays de l’UE que sont la France, l’Allemagne, la Suède, et tout particulièrement, la Grèce ?

David Engels :Je viens justement de participer, avec Alain Finkielkraut et Alexandra Laignel-Lavastine, à un colloque sur la crise de l’Union européenne organisé par Drazen Katunaric à Zagreb, et j’ai été très favorablement impressionné par l’idéalisme et l’enthousiasme qui y régnait face à l’idée européenne – et je dis bien « idée européenne », car l’attitude face à l’Union européenne est aussi critique que chez nous, sans pour autant que l’on commette l’erreur de penser que l’échec de l’Union implique l’échec du projet européen tout court. Au contraire, j’ai été ravi de voir que pour la plupart des collègues venant de l’Est, l’Europe reste, avant tout, une grande idée métaphysique, basée sur un ensemble de valeurs éthiques (et esthétiques !) et une loyauté face à l’histoire commune, et n’est pas – ou n’est pas encore – réduite, comme chez nous, à un monstre bureaucratique produisant à tour de bras des directives sur tout et rien, et qui ne font que précipiter la polarisation du continent et la déconstruction de notre identité culturelle. De plus, la proximité géographique et historique avec la Russie a sensibilisé les Européens de l’Est à un fait souvent oublié en Occident : que la Russie (contrairement à la Turquie…) fait partie intégrante de l’Europe et que le processus d’unification du continent ne sera véritablement terminé qu’avec l’intégration durable de l’espace russe et ainsi de tous les peuples slaves à l’Europe, comme l’avait d’ailleurs déjà rêvé de Gaulle.

Les pays de l'est ont une connaissance concrète des bénéfices et des coûts de l'influence russe. Comment expliquer l’atlantisme qui prévaut au sein des pays de l’Est ? Celui-ci est saillant en Pologne, par exemple. De quels enjeux ce sentiment est-il né, et comment évolue-t-il ?

Pierre Verluise : Nous ne pouvons pas balayer d'un revers de la main les quatre décennies que les anciennes républiques socialistes soviétiques (Estonie, Lettonie, Lituanie) et les pays satellites (Pologne, RDA, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie) ont vécu sous le communisme. Ce serait insultant. Une visite des prisons du KGB à Vilnius (Lituanie) fera une excellente "leçon de choses" à qui en a besoin. Quatre décennies, cela représente plus de la moitié de la vie d'un homme dans ces pays, compte tenu d'une espérance de vie réduite par rapport à l'Ouest. Ceux qui sont nés avant la fin des années 1980 ont une expérience personnelle de ce que c'est que la menace russe, ce qui n'empêche évidemment pas une diversité des perceptions, des ambivalences et des contradictions. Globalement, les habitants des pays d'Europe centrale et orientale voient dans la Russie une menace, et dans les Etats-Unis une garantie de sécurité via l'OTAN. Cela veut dire que l'UE a été incapable de faire une offre de sécurité suffisante à leurs yeux durant les années 1990. Il faut bien admettre que l'expérience historique de l'UE dans les Balkans peut en inquiéter plus d'un. Il y avait une "faim de l'OTAN" en Europe centrale et orientale au lendemain de la guerre froide. Membres de l'OTAN depuis 1999, la Pologne a été très fière de participer en 2003 à l'opération militaire des Etats-Unis en Irak, avec le succès que l'on sait. Depuis, l'échec de cette opération sur la durée a conduit les pays d'Europe centrale et orientale a revoir à la baisse leur alignement sur Washington. Il faudrait différencier les positions des uns et des autres, les Polonais ne sont pas les Bulgares. Reste à savoir si il serait possible d'impliquer davantage ces pays d'Europe centrale et orientale dans une politique européenne de sécurité et de défense que Paris porte depuis si longtemps, avec des résultats si modestes. Il serait contre-productif de jeter à la tête de ces pays l'adjectif d'"atlantistes", mieux vaudrait leur faire des propositions et entendre les leurs. La politique orientale a déjà montré que l'UE à 27 puis 28 ce n'est plus l'UE à 12 de "grand papa". Sauf erreur de ma part, les gouvernements des anciens membres ont acceptés ces élargissements, qu'ils en tirent les conséquences de façon constructive. C'est leur responsabilité historique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 01/01/2015 - 21:18
Vangog et bjorn
Vos arguments sont bien pauvres, la Lettonie n'adopte pas l'euro pour s' ouvrir au marché européen puisque qu'il lui était déjà ouvert sans limite, l'euro ne change rien. Les pays du Nord de l'Europe n'ont pas de problèmes avec cette monnaie, ce sont même les plus prospères. La ou je vous rejoint c'est que la France n'a fait aucune réforme économique donc pas la moindre économie, elle continue à dépenser chaque année un peu plus alors que l'inflation est quasi nulle, le PS et le FN ont le même programme économique qui nous assure une augmentation de la dette. Les experts et l'état de notre économie nous assure une perte de 30 à 40% de la valeur du franc si l'on revient à cette monnaie, donc un appauvrissement rapide des français . Quand a ma haine supposée contre MLP elle est due à sa traîtrise contre la droite historique du FN. J'ai de l'estime pour Marion et les opposants internes de plus en plus nombreux ( voir Valeurs Actuelles et Minute). Je n'ai pas comme vous d'oeillerres pour MLP, je suis d'une vraie droite qui ne louche pas à gauche, et mes idées rejoignent aussi bien certaines idées de MLP ( immigration) que Marion, NS ou Lemaire quand me paraissent pertinentes.
bjorn borg
- 01/01/2015 - 15:59
Anguerrand
ne peut cacher sa haine de MLP. C'est bien dommage pour lui car ça l'empêche d'avoir des idées claires. Parlez nous plutôt de votre poulain le Sarkosy nouveau!
vangog
- 01/01/2015 - 15:40
@Anguerrand Sans réformes courageuses, aucune baisse
de la monnaie, aucune baisse du pétrole ne peut avoir un impact sur l'économie! Ces baisses ne font que compenser, un peu , les pertes de compétitivité passées et les augmentations de taxes, passées et concomitantes... Voilà pourquoi un pays comme la GB, qui a réussi à rompre avec son passé socialiste et immigrationniste, par des réformes courageuses, une dévaluation de 20% et une fermeté nouvelle à ses frontières, renoue avec la croissance et le plein emploi...
L'intérêt que voit la Lettonie dans l'UE n'est pas l'Euro, mais le marché unique. Perdre l'Euro n'est pas perdre. Le marché unique, c'est gagner la souplesse monétaire qui permet à tous les pays souverains de s'adapter à la globalisation, par la maîtrise de leur monnaie et de leurs frontières...et leur permettre une croissance triple ou même sextuple de l'UE...et un chômage diminué d'autant!