En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 8 heures 19 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 9 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 18 heures 42 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 20 heures 41 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 22 heures 30 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 8 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 17 heures 53 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 22 heures 52 sec
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 10 heures
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 11 heures
© DR
© DR
Bonnes feuilles

Comment j’ai décidé de me mettre au service du Maréchal, les mémoires du secrétaire particulier de Pétain

Publié le 16 janvier 2015
Paul Racine entre en 1941 au secrétariat particulier du chef de l'État français. Il s'y occupe, entre autres, des prisonniers de guerre. Quatre années durant, il vivra au rythme des intrigues, des conflits, des soubresauts de Vichy. Il y partagera le quotidien de Pétain et y croisera toutes les figures de la collaboration, de Laval à Darlan. Premier extrait de l'ouvrage de Paul Racine et d'Arnaud Benedetti "J'ai servi Petain" aux éditions du Cherche-Midi (2014)
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Paul Racine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Racine, patriote laissé presque mort sur le champ de bataille lors de l'offensive allemande de juin 1940, il se met au service du Maréchal Pétain à partir de 1941.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Racine entre en 1941 au secrétariat particulier du chef de l'État français. Il s'y occupe, entre autres, des prisonniers de guerre. Quatre années durant, il vivra au rythme des intrigues, des conflits, des soubresauts de Vichy. Il y partagera le quotidien de Pétain et y croisera toutes les figures de la collaboration, de Laval à Darlan. Premier extrait de l'ouvrage de Paul Racine et d'Arnaud Benedetti "J'ai servi Petain" aux éditions du Cherche-Midi (2014)

"Arnaud Benedetti : En avril 1941, vous décidez de vous mettre au service du Maréchal. Comment vous prenez cette décision ? Quelles sont vos motivations ?

Paul Racine : C’est au mois d’avril, quatre mois après mon retour de captivité que je décide d’aller à Vichy. Pourquoi aller à Vichy ? Parce que je veux servir mon pays et que mon pays s’incarne selon moi dans la personnalité qui est à sa tête. Je voulais essentiellement travailler dans le cadre de la propagande et utiliser les rudiments qu’on m’avait enseignés à l’École technique de publicité. Je me souviens que l’un de mes amis m’avait conseillé de tenter ma chance discrètement auprès des services du gouvernement à Vichy. Arrivé à Vichy, je vais à l’Hôtel du parc muni d’un courrier de recommandation de ma tante qui avait connu le Maréchal alors qu’il était capitaine à Marseille. Un huissier me reçoit et me conduit jusqu’au docteur  Ménétrel qui n’est autre que le médecin personnel ainsi que le secrétaire particulier de Pétain. Je ne savais pas vraiment qui il  était. Je  monte le voir. Il me reçoit, me fait parler un moment, entend mes désirs de travailler pour la propagande, m’interroge sur mes états de service – on venait de me donner une décoration militaire, la croix de guerre, à un degré d’ailleurs très disproportionné avec ce que j’avais effectué.

Le docteur Ménétrel me fait plancher, m’interroge sur mon cursus, les Arts déco, la publicité, Saint-Maixent, etc. Il m’écoute et au bout d’un moment me dit : "Voilà, j’ai deux secrétaires, un petit gars de chez moi, de l’Est, qui fait très bien mon affaire et l’autre, un fils de famille qui s’imagine que… Je  vais m’en séparer et je vous propose de le remplacer." Je lui réponds : "Mais, docteur, je ne veux mettre à la porte personne." Il me rétorque : "De toute façon, je vais m’en séparer ; il ne me convient pas du tout. Je vous préviens, poursuit-il, il ne s’agit pas d’un travail intéressant ; vous ne recevrez que des lettres, beaucoup de lettres de maintes familles qui n’ont pas assez de tickets de lait pour les enfants ou des tickets de tissu pour leur acheter du linge…" Car c’est cela, l’Occupation ! La guerre. C’est affreux ! On avait peut- être 100 grammes de viande par mois ! Vous entendez ? De cet ordre. Et pour tout ! Y compris pour les vêtements, les chaussures, tout était à l’identique. Et moi, j’aurais fait n’importe quoi pour travailler pour le Maréchal. Ce n’est qu’après un certain temps que je serai amené à m’occuper d’autre chose, en accord avec le docteur. C’est en conséquence presque une candidature spontanée, à ceci près que ma famille n’était pas inconnue du Maréchal. J’avais, je le répète, essentiellement la volonté de me mettre à son service. Donc, les ressorts de mon engagement, ce sont l’homme qui dirige le pays, éventuellement le renouveau qu’il incarne, et bien évidemment la France blessée. Mais je ne suis pas attaché au régime. J’insiste : je veux travailler pour la France qui a maintenant pour chef une personnalité comme le Maréchal. Et je suis maréchaliste, mais certainement pas pétainiste. La  nuance est importante. J’adhère à l’homme, à ce qu’il représente d’abnégation aux yeux de millions de Français mais pas à un courant dont certains veulent faire une idéologie. J’avais une grande admiration pour le Maréchal. Je trouvais qu’après le dévergondage politique de la France de l’entre-deux-guerres il convenait de stabiliser la nation autour de l’autorité d’une grande figure. Nous avions connu une telle instabilité. Il y avait parfois presque jusqu’à cinq gouvernements en une année. Cela, selon moi, démontrait que les hommes politiques se foutaient du pays. C’est ainsi que j’ai pris la décision de me rendre à Vichy et que j’arrive à l’Hôtel du parc, réquisitionné par le gouvernement au moment de l’armistice. L’édifice avait été transformé en centre du gouvernement et d’une partie des services de l’administration. C’était un grand hôtel face au parc de Vichy ; d’où son nom. Je neveux pas dire de bêtises, mais il est très long. Il était occupé sur tous ses étages soit par le Maréchal, soit par le chef du gouvernement. Je vais rencontrer immédiatement le docteur Ménétrel, sans autre forme de procès. J’ai 26 ans et je suis passablement impressionné. Ménétrel était de taille moyenne, costaud, très costaud, rapide, très rapide. Et fort intelligent. Il était cordial. Sachant l’être en tout cas. Il prit le temps de m’écouter et il sentit sans doute chez moi une forte motivation. D’où sa décision de retenir ma candidature et de m’engager. Au début, mon travail se limitera à des tâches rédactionnelles, d’assistanat, de réponse à des courriers nom breux et divers. Ce n’est que petit à petit que je vais m’occuper d’autre chose avec une activité qui va changer progressivement de nature, devenir en quelque sorte plus politique, notamment quand il s’est agi des prisonniers.

Tout mon objectif dans cette mission consistera à faire comprendre aux prisonniers rapatriés, et par voie de conséquence, dans la mesure du possible, dans les milieux des camps, que le Maréchal, malgré les déclarations gouvernementales, n’était pas, lui, pour la collaboration 1. Mais c’était très difficile, j’en conviens, parce qu’il fallait en même temps défendre la pensée du Maréchal, tout en dénonçant implicitement, sans en avoir l’air, la démarche du gouvernement. 1. Affirmation que l’entrevue de Montoire avec Hitler tend à nuancer, voire à infirmer. (Toutes les notes sont d’Arnaud Benedetti.) C’est là toute la complexité, toutes les ambiguïtés, les ambivalences de l’époque, mais j’y reviendrai. Ainsi me voilà à Vichy, reçu par Ménétrel. Nous sommes le 28 ou le 29 avril. Tout juste après mon entretien avec le docteur, je me suis retrouvé face à Pétain pour la première fois de ma vie. Le jour même. N’est-ce pas extraordinaire, cette accélération soudaine de mon existence ? J’avais dit au docteur : "Ma famille a bien connu le Maréchal quand il était capitaine à Marseille, etc." En outre, il se trouve qu’en décembre 1940, lors de l’un de ses déplacements à Marseille, mes parents et ma tante s’étaient rendus à la préfecture pour le saluer. Et ils firent à cette occasion furtivement la connaissance de Ménétrel qui l’accompagnait. Alors que l’entretien s’achevait, celui-ci a franchi la porte qui le séparait de la chambre, puis du bureau du Maréchal. J’entends encore sa voix s’adressant au Maréchal : "Il y a un jeune garçon qui est blessé et qui veut travailler à la propagande ; je vais sans doute le prendre, il s’appelle Racine." Le Maréchal s’est très bien rappelé mon nom et ma famille. Il m’a invité à déjeunerle jour même. C’est extraordinaire pour un jeune homme impatient de se rendre utile. D’abord, il  était beau, le Maréchal ! Il  avait une allure, un port superbes. Sa figure était aimante, très vivante et noble. Il était calme et dénué de toute forme de pessimisme. Et très pince-sans-rire comme peuvent l’être les hommes du Nord.

Dans les circonstances que traversait alors le pays, voir tout d’un coup le maréchal Pétain face à moi, voilà qui me transporte dans un étatinsoupçonné. J’aurais fait n’importe quoi. Nous étions douze à déjeuner. Une tradition à sa table : toujours douze. Je ne me rappelle plus vraiment quels étaient les convives ce jour-là. J’étais totalement fasciné, absorbé par le Maréchal, lequel, d’emblée, m’a adressé des mots aimables, très cordiaux. J’ai pris mon poste dans les huit jours. J’ai demandé au docteur un peu de temps, juste pour préparer mes affaires, retourner à Marseille, prendre mes dispositions. Ménétrel a bien sûr accepté. On  m’a fait un contrat pour que je sois rémunéré sur les fonds du cabinet. Au tout début, je fus engagé sans titre particulier ; j’étais l’un des deux secrétaires du docteur Ménétrel. Jusqu’au jour où j’ai été nommé, je ne sais plus comment, chargé de mission. On m’a octroyé une chambre qui était à la fois mon bureau et le bureau de mon collègue, qui lui n’habitait pas au Parc, car il était marié, père d’un enfant, et résidait en ville. Il s’appelait Charles Goudard, un proche de Ménétrel, originaire, comme lui, de l’Est. Dans la configuration générale des lieux, mon bureau est très proche, à trois pièces précisément, de celui du maréchal Pétain. La première pièce étant le bureau-chambre du docteur Ménétrel ; la deuxième un prolongement du secrétariat… Et après mon bureau, celui du Maréchal qui est à l’angle, puis vient sa chambre, puis celle du docteur. Après le 126 et le 127, je suis installé pièce 128. Le décor est planté. C’est l’environnement immédiat, sans faste particulier, où je vais demeurer et œuvrer pendant plus de trois ans."

Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires