En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

05.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

07.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Où est-ce qu’on en est de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 8 min 31 sec
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 48 min 34 sec
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 2 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 3 heures 9 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 17 heures 10 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 17 heures 38 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 39 min 18 sec
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 1 heure 12 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 2 heures 58 min
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 16 heures 53 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 17 heures 28 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 21 heures 7 min
© DR
© DR
Bonnes feuilles

Comment j’ai décidé de me mettre au service du Maréchal, les mémoires du secrétaire particulier de Pétain

Publié le 16 janvier 2015
Paul Racine entre en 1941 au secrétariat particulier du chef de l'État français. Il s'y occupe, entre autres, des prisonniers de guerre. Quatre années durant, il vivra au rythme des intrigues, des conflits, des soubresauts de Vichy. Il y partagera le quotidien de Pétain et y croisera toutes les figures de la collaboration, de Laval à Darlan. Premier extrait de l'ouvrage de Paul Racine et d'Arnaud Benedetti "J'ai servi Petain" aux éditions du Cherche-Midi (2014)
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Racine, patriote laissé presque mort sur le champ de bataille lors de l'offensive allemande de juin 1940, il se met au service du Maréchal Pétain à partir de 1941.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Paul Racine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Racine, patriote laissé presque mort sur le champ de bataille lors de l'offensive allemande de juin 1940, il se met au service du Maréchal Pétain à partir de 1941.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Racine entre en 1941 au secrétariat particulier du chef de l'État français. Il s'y occupe, entre autres, des prisonniers de guerre. Quatre années durant, il vivra au rythme des intrigues, des conflits, des soubresauts de Vichy. Il y partagera le quotidien de Pétain et y croisera toutes les figures de la collaboration, de Laval à Darlan. Premier extrait de l'ouvrage de Paul Racine et d'Arnaud Benedetti "J'ai servi Petain" aux éditions du Cherche-Midi (2014)

"Arnaud Benedetti : En avril 1941, vous décidez de vous mettre au service du Maréchal. Comment vous prenez cette décision ? Quelles sont vos motivations ?

Paul Racine : C’est au mois d’avril, quatre mois après mon retour de captivité que je décide d’aller à Vichy. Pourquoi aller à Vichy ? Parce que je veux servir mon pays et que mon pays s’incarne selon moi dans la personnalité qui est à sa tête. Je voulais essentiellement travailler dans le cadre de la propagande et utiliser les rudiments qu’on m’avait enseignés à l’École technique de publicité. Je me souviens que l’un de mes amis m’avait conseillé de tenter ma chance discrètement auprès des services du gouvernement à Vichy. Arrivé à Vichy, je vais à l’Hôtel du parc muni d’un courrier de recommandation de ma tante qui avait connu le Maréchal alors qu’il était capitaine à Marseille. Un huissier me reçoit et me conduit jusqu’au docteur  Ménétrel qui n’est autre que le médecin personnel ainsi que le secrétaire particulier de Pétain. Je ne savais pas vraiment qui il  était. Je  monte le voir. Il me reçoit, me fait parler un moment, entend mes désirs de travailler pour la propagande, m’interroge sur mes états de service – on venait de me donner une décoration militaire, la croix de guerre, à un degré d’ailleurs très disproportionné avec ce que j’avais effectué.

Le docteur Ménétrel me fait plancher, m’interroge sur mon cursus, les Arts déco, la publicité, Saint-Maixent, etc. Il m’écoute et au bout d’un moment me dit : "Voilà, j’ai deux secrétaires, un petit gars de chez moi, de l’Est, qui fait très bien mon affaire et l’autre, un fils de famille qui s’imagine que… Je  vais m’en séparer et je vous propose de le remplacer." Je lui réponds : "Mais, docteur, je ne veux mettre à la porte personne." Il me rétorque : "De toute façon, je vais m’en séparer ; il ne me convient pas du tout. Je vous préviens, poursuit-il, il ne s’agit pas d’un travail intéressant ; vous ne recevrez que des lettres, beaucoup de lettres de maintes familles qui n’ont pas assez de tickets de lait pour les enfants ou des tickets de tissu pour leur acheter du linge…" Car c’est cela, l’Occupation ! La guerre. C’est affreux ! On avait peut- être 100 grammes de viande par mois ! Vous entendez ? De cet ordre. Et pour tout ! Y compris pour les vêtements, les chaussures, tout était à l’identique. Et moi, j’aurais fait n’importe quoi pour travailler pour le Maréchal. Ce n’est qu’après un certain temps que je serai amené à m’occuper d’autre chose, en accord avec le docteur. C’est en conséquence presque une candidature spontanée, à ceci près que ma famille n’était pas inconnue du Maréchal. J’avais, je le répète, essentiellement la volonté de me mettre à son service. Donc, les ressorts de mon engagement, ce sont l’homme qui dirige le pays, éventuellement le renouveau qu’il incarne, et bien évidemment la France blessée. Mais je ne suis pas attaché au régime. J’insiste : je veux travailler pour la France qui a maintenant pour chef une personnalité comme le Maréchal. Et je suis maréchaliste, mais certainement pas pétainiste. La  nuance est importante. J’adhère à l’homme, à ce qu’il représente d’abnégation aux yeux de millions de Français mais pas à un courant dont certains veulent faire une idéologie. J’avais une grande admiration pour le Maréchal. Je trouvais qu’après le dévergondage politique de la France de l’entre-deux-guerres il convenait de stabiliser la nation autour de l’autorité d’une grande figure. Nous avions connu une telle instabilité. Il y avait parfois presque jusqu’à cinq gouvernements en une année. Cela, selon moi, démontrait que les hommes politiques se foutaient du pays. C’est ainsi que j’ai pris la décision de me rendre à Vichy et que j’arrive à l’Hôtel du parc, réquisitionné par le gouvernement au moment de l’armistice. L’édifice avait été transformé en centre du gouvernement et d’une partie des services de l’administration. C’était un grand hôtel face au parc de Vichy ; d’où son nom. Je neveux pas dire de bêtises, mais il est très long. Il était occupé sur tous ses étages soit par le Maréchal, soit par le chef du gouvernement. Je vais rencontrer immédiatement le docteur Ménétrel, sans autre forme de procès. J’ai 26 ans et je suis passablement impressionné. Ménétrel était de taille moyenne, costaud, très costaud, rapide, très rapide. Et fort intelligent. Il était cordial. Sachant l’être en tout cas. Il prit le temps de m’écouter et il sentit sans doute chez moi une forte motivation. D’où sa décision de retenir ma candidature et de m’engager. Au début, mon travail se limitera à des tâches rédactionnelles, d’assistanat, de réponse à des courriers nom breux et divers. Ce n’est que petit à petit que je vais m’occuper d’autre chose avec une activité qui va changer progressivement de nature, devenir en quelque sorte plus politique, notamment quand il s’est agi des prisonniers.

Tout mon objectif dans cette mission consistera à faire comprendre aux prisonniers rapatriés, et par voie de conséquence, dans la mesure du possible, dans les milieux des camps, que le Maréchal, malgré les déclarations gouvernementales, n’était pas, lui, pour la collaboration 1. Mais c’était très difficile, j’en conviens, parce qu’il fallait en même temps défendre la pensée du Maréchal, tout en dénonçant implicitement, sans en avoir l’air, la démarche du gouvernement. 1. Affirmation que l’entrevue de Montoire avec Hitler tend à nuancer, voire à infirmer. (Toutes les notes sont d’Arnaud Benedetti.) C’est là toute la complexité, toutes les ambiguïtés, les ambivalences de l’époque, mais j’y reviendrai. Ainsi me voilà à Vichy, reçu par Ménétrel. Nous sommes le 28 ou le 29 avril. Tout juste après mon entretien avec le docteur, je me suis retrouvé face à Pétain pour la première fois de ma vie. Le jour même. N’est-ce pas extraordinaire, cette accélération soudaine de mon existence ? J’avais dit au docteur : "Ma famille a bien connu le Maréchal quand il était capitaine à Marseille, etc." En outre, il se trouve qu’en décembre 1940, lors de l’un de ses déplacements à Marseille, mes parents et ma tante s’étaient rendus à la préfecture pour le saluer. Et ils firent à cette occasion furtivement la connaissance de Ménétrel qui l’accompagnait. Alors que l’entretien s’achevait, celui-ci a franchi la porte qui le séparait de la chambre, puis du bureau du Maréchal. J’entends encore sa voix s’adressant au Maréchal : "Il y a un jeune garçon qui est blessé et qui veut travailler à la propagande ; je vais sans doute le prendre, il s’appelle Racine." Le Maréchal s’est très bien rappelé mon nom et ma famille. Il m’a invité à déjeunerle jour même. C’est extraordinaire pour un jeune homme impatient de se rendre utile. D’abord, il  était beau, le Maréchal ! Il  avait une allure, un port superbes. Sa figure était aimante, très vivante et noble. Il était calme et dénué de toute forme de pessimisme. Et très pince-sans-rire comme peuvent l’être les hommes du Nord.

Dans les circonstances que traversait alors le pays, voir tout d’un coup le maréchal Pétain face à moi, voilà qui me transporte dans un étatinsoupçonné. J’aurais fait n’importe quoi. Nous étions douze à déjeuner. Une tradition à sa table : toujours douze. Je ne me rappelle plus vraiment quels étaient les convives ce jour-là. J’étais totalement fasciné, absorbé par le Maréchal, lequel, d’emblée, m’a adressé des mots aimables, très cordiaux. J’ai pris mon poste dans les huit jours. J’ai demandé au docteur un peu de temps, juste pour préparer mes affaires, retourner à Marseille, prendre mes dispositions. Ménétrel a bien sûr accepté. On  m’a fait un contrat pour que je sois rémunéré sur les fonds du cabinet. Au tout début, je fus engagé sans titre particulier ; j’étais l’un des deux secrétaires du docteur Ménétrel. Jusqu’au jour où j’ai été nommé, je ne sais plus comment, chargé de mission. On m’a octroyé une chambre qui était à la fois mon bureau et le bureau de mon collègue, qui lui n’habitait pas au Parc, car il était marié, père d’un enfant, et résidait en ville. Il s’appelait Charles Goudard, un proche de Ménétrel, originaire, comme lui, de l’Est. Dans la configuration générale des lieux, mon bureau est très proche, à trois pièces précisément, de celui du maréchal Pétain. La première pièce étant le bureau-chambre du docteur Ménétrel ; la deuxième un prolongement du secrétariat… Et après mon bureau, celui du Maréchal qui est à l’angle, puis vient sa chambre, puis celle du docteur. Après le 126 et le 127, je suis installé pièce 128. Le décor est planté. C’est l’environnement immédiat, sans faste particulier, où je vais demeurer et œuvrer pendant plus de trois ans."

Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

05.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

07.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires