En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
En un an le nombre de fonctionnaires a augmenté de 0,7 %.
Où cela s'arrêtera-t-il ?
Encore plus de fonctionnaires en 2014, ou comment le gouvernement a oublié de s’attaquer à la rente qui plombe véritablement l’économie française
Publié le 26 décembre 2014
En un an le nombre de fonctionnaires a augmenté de 0,7 %, selon les chiffres publiés par l'Insee jeudi 18 décembre. Des données officielles qui se situent en deçà de la réalité, et qui prouvent que François Hollande n'a pas tenu sa promesse de campagne sur le maintien de la stabilité des effectifs dans la fonction publique.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En un an le nombre de fonctionnaires a augmenté de 0,7 %, selon les chiffres publiés par l'Insee jeudi 18 décembre. Des données officielles qui se situent en deçà de la réalité, et qui prouvent que François Hollande n'a pas tenu sa promesse de campagne sur le maintien de la stabilité des effectifs dans la fonction publique.

Atlantico : Le gouvernement a décidé de mener la fronde contre les rentes en s'attaquant aux professions réglementées, or d'après les calculs de la Cour des Comptes la hausse de 1% du nombre d'agents représente près de 560 millions d'euros de dépenses supplémentaires pour l'Etat. Avec l'augmentation du nombre de fonctionnaires cette année, le gouvernement ne prouve-t-il pas qu'il a oublié de s'attaquer à la seule vraie rente en France?

Eric Verhaeghe : Je crains que le problème ne soit pire que vous ne le dites. En réalité, les effectifs qui ont augmenté sont "hors bilan", comme on dirait dans une entreprise, c'est-à-dire hors plafonds d'emplois discutés en loi de finances et hors effectifs comptabilisés. Ce sont surtout des emplois aidés, très précaires, très peu payés. Si je plonge dans mes souvenirs de fonctionnaire, je dirais que j'ai toujours connu cela. Il y a vingt ans, les services faisaient des efforts d'imagination pour occuper ces emplois aidés. Aujourd'hui, il est manifeste que les titulaires n'ont plus de problème d'imagination: ils y recourent à tour de bras pour combler les manques créés par les mesures de réductions de moyens récentes, sans accompagnement managérial au changement. En réalité, l'Etat n'a pas de politique de restructuration interne. Il se contente de diminuer les moyens de façon autoritaire et souvent aveugle en faisant -1% ici, -3% là (souvent au gré de la faiblesse des responsables qui doivent les gérer) et il attend que ça passe. Le recours aux emplois aidés comme "petites mains" est l'une des stratégies de survie utilisées pour renouer les bouts de ficelles. Il témoigne des résistances "locales" au changement, de ces façons de trouver des dérivatifs pour continuer comme avant malgré les changements qui s'imposent. Autrement dit, cette augmentation d'effectifs montre bien que la machine publique n'est plus sous contrôle et que les managers ont pris le pouvoir et ont décidé de ne pas appliquer les politiques officielles.

François Hollande s'était engagé à maintenir la stabilité des effectifs de la fonction publique pendant son mandat. Comment expliquer que cet engagement n'ait pas été tenu?

A mon avis pour deux raisons. La première est qu'obtenir une stabilisation des effectifs dans les services suppose une guerre de tous les jours contre les réflexes des services. L'énergie nécessaire, en l'état des protections dont les hauts fonctionnaires bénéficient, pour obtenir la stabilisation est très peu rentable : beaucoup de temps passé pour un bénéfice très maigre. Pour remédier à ce problème, il faudrait une fois pour toutes prévoir la possibilité de licencier effectivement les hauts fonctionnaires qui ne tiennent pas leurs objectifs financiers. Aujourd'hui, la seule possibilité d'un ministre est de reclasser ces hauts fonctionnaires dans des corps d'inspection où ils sont payés entre 5.000 et 10.000 euros nets par mois pour un emploi qui représente souvent à peine un quart temps.

Une deuxième raison tient aussi aux choix stratégiques du gouvernement. En principe, c'est la direction générale de la fonction publique qui devrait piloter la réforme de l'Etat. Cette direction générale a rarement été vaillante et s'est souvent battue pour neutraliser au maximum les réformes. Depuis que la gauche est au pouvoir, la direction de la fonction publique s'est vidée de sa substance et se contente de comptabiliser le naufrage sans apporter la moindre idée pour l'éviter. Là encore, il faudrait prendre une mesure forte. Par exemple, il faudrait confier la gestion de carrière des hauts fonctionnaires à des opérateurs privés qui proposeraient des choix sur des critères de compétence et non de subordination politique.

Cette augmentation est-elle à mettre sur le compte d'un trop grand optimisme du candidat Hollande ou bien y a-t-il eu "tromperie" dès le départ?

Hollande est d'abord le candidat de la fonction publique. Il est fonctionnaire, n'a jamais travaillé dans une entreprise et a passé toute sa carrière professionnelle dans les allées du pouvoir. Assez naturellement, il est trop "collé" au modèle dont il vient pour vouloir le réformer effectivement. Derrière lui, on trouve l'armée des hauts fonctionnaires europhiles, adeptes de la pensée unique et convaincus que la crise est un épisode transitoire qui ne doit pas appeler de réforme structurelle. Pour les hauts fonctionnaires français, il faut faire le dos rond en attendant un retour à meilleure fortune, et cantonner réformes et économies le plus loin possible des centres de gravité qui les font vivre. C'est pourquoi une grande partie des efforts rendus incontournables par le Pacte de responsabilité reposent sur la sécurité sociale ou sur les collectivités locales. L'Etat s'organise pour préserver ses moyens malgré tout. Cette logique découle naturellement de la pensée hollandienne, telle qu'exprimée avant mai 2012 : la crise est un fantasme, il suffit d'attendre pour que ça revienne...

Dans quelles branches de la fonction publique les effectifs ont-ils le plus augmenté ? En quoi les contrats aidés ont-ils contribué à gonfler le nombre de fonctionnaires pour l'année 2014?

Ce sont les communes et la fonction publique hospitalière qui ont le plus "consommé" d'emplois. Mais l'INSEE reste très avare de détails, ce qui est un signe. Une fois de plus, l'INSEE fait écran sur les données publiques et empêche les citoyens de savoir ce qui se passe effectivement dans les administrations. Comme d'habitude, l'INSEE protège les services de l'Etat et préfère désigner les coupables dans les collectivités et les hôpitaux. Il n'en reste pas moins que, en 2013, au global, les effectifs ont augmenté y compris dans les services de l'Etat, alors qu'ils avaient baissé auparavant. En soi, cette évolution n'est pas surprenante. Nicolas Sarkozy avait eu besoin d'annoncer une baisse des effectifs pour les stabiliser. La gauche a annoncé une simple stabilisation globale des effectifs : sans surprise, elle récolte une hausse...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
05.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
06.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 22/12/2014 - 12:11
La règle est incontournable !
Un fonctionnaire embauché = trois emplois détruits dans le privé !
Un fonctionnaire viré = trois emplois créés dans le privé !
Comme la courbe de Laffer pour les impôts !
Le fossoyeur Hollande n'a pas compris ça. Ni HEC ni l'ENA ne savent décrotter le cerveau des ânes comme lui !
Texas
- 22/12/2014 - 12:06
Avant 2017
sera peut-être crée la " Régie Françaises des Chanvres indiens et du Haschich de l' Atlas " , entreprise d' Etat susceptible de créer 150000 postes dès son ouverture , dont le personnel devrait être rattaché au Ministère de l' écologie et du développement durable . Les écologistes ont une experience reconnue en matière de substances hallucinogènes .
bjorn borg
- 22/12/2014 - 11:32
Benvoyons
Tout à fait en accord avec toi pour les fonctionnaires. Il y a tellement d'élus fonctionnaires qu'ils ne le proposeront jamais! Quant aux hôpitaux ou autres, il faut, de toute urgence, passer à la semaine de 39 heures payées 35. Martine Aubry a ruiné le pays par cette funeste décision. Il y en a beaucoup qui vont regretter leur RTT, mais c'est un passage obligé pour rester dans la course.