En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
En un an le nombre de fonctionnaires a augmenté de 0,7 %.
Où cela s'arrêtera-t-il ?
Encore plus de fonctionnaires en 2014, ou comment le gouvernement a oublié de s’attaquer à la rente qui plombe véritablement l’économie française
Publié le 26 décembre 2014
En un an le nombre de fonctionnaires a augmenté de 0,7 %, selon les chiffres publiés par l'Insee jeudi 18 décembre. Des données officielles qui se situent en deçà de la réalité, et qui prouvent que François Hollande n'a pas tenu sa promesse de campagne sur le maintien de la stabilité des effectifs dans la fonction publique.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En un an le nombre de fonctionnaires a augmenté de 0,7 %, selon les chiffres publiés par l'Insee jeudi 18 décembre. Des données officielles qui se situent en deçà de la réalité, et qui prouvent que François Hollande n'a pas tenu sa promesse de campagne sur le maintien de la stabilité des effectifs dans la fonction publique.

Atlantico : Le gouvernement a décidé de mener la fronde contre les rentes en s'attaquant aux professions réglementées, or d'après les calculs de la Cour des Comptes la hausse de 1% du nombre d'agents représente près de 560 millions d'euros de dépenses supplémentaires pour l'Etat. Avec l'augmentation du nombre de fonctionnaires cette année, le gouvernement ne prouve-t-il pas qu'il a oublié de s'attaquer à la seule vraie rente en France?

Eric Verhaeghe : Je crains que le problème ne soit pire que vous ne le dites. En réalité, les effectifs qui ont augmenté sont "hors bilan", comme on dirait dans une entreprise, c'est-à-dire hors plafonds d'emplois discutés en loi de finances et hors effectifs comptabilisés. Ce sont surtout des emplois aidés, très précaires, très peu payés. Si je plonge dans mes souvenirs de fonctionnaire, je dirais que j'ai toujours connu cela. Il y a vingt ans, les services faisaient des efforts d'imagination pour occuper ces emplois aidés. Aujourd'hui, il est manifeste que les titulaires n'ont plus de problème d'imagination: ils y recourent à tour de bras pour combler les manques créés par les mesures de réductions de moyens récentes, sans accompagnement managérial au changement. En réalité, l'Etat n'a pas de politique de restructuration interne. Il se contente de diminuer les moyens de façon autoritaire et souvent aveugle en faisant -1% ici, -3% là (souvent au gré de la faiblesse des responsables qui doivent les gérer) et il attend que ça passe. Le recours aux emplois aidés comme "petites mains" est l'une des stratégies de survie utilisées pour renouer les bouts de ficelles. Il témoigne des résistances "locales" au changement, de ces façons de trouver des dérivatifs pour continuer comme avant malgré les changements qui s'imposent. Autrement dit, cette augmentation d'effectifs montre bien que la machine publique n'est plus sous contrôle et que les managers ont pris le pouvoir et ont décidé de ne pas appliquer les politiques officielles.

Atlantico : Le gouvernement a décidé de mener la fronde contre les rentes en s'attaquant aux professions réglementées, or d'après les calculs de la Cour des Comptes la hausse de 1% du nombre d'agents représente près de 560 millions d'euros de dépenses supplémentaires pour l'Etat. Avec l'augmentation du nombre de fonctionnaires cette année, le gouvernement ne prouve-t-il pas qu'il a oublié de s'attaquer à la seule vraie rente en France?

Eric Verhaeghe : Je crains que le problème ne soit pire que vous ne le dites. En réalité, les effectifs qui ont augmenté sont "hors bilan", comme on dirait dans une entreprise, c'est-à-dire hors plafonds d'emplois discutés en loi de finances et hors effectifs comptabilisés. Ce sont surtout des emplois aidés, très précaires, très peu payés. Si je plonge dans mes souvenirs de fonctionnaire, je dirais que j'ai toujours connu cela. Il y a vingt ans, les services faisaient des efforts d'imagination pour occuper ces emplois aidés. Aujourd'hui, il est manifeste que les titulaires n'ont plus de problème d'imagination: ils y recourent à tour de bras pour combler les manques créés par les mesures de réductions de moyens récentes, sans accompagnement managérial au changement. En réalité, l'Etat n'a pas de politique de restructuration interne. Il se contente de diminuer les moyens de façon autoritaire et souvent aveugle en faisant -1% ici, -3% là (souvent au gré de la faiblesse des responsables qui doivent les gérer) et il attend que ça passe. Le recours aux emplois aidés comme "petites mains" est l'une des stratégies de survie utilisées pour renouer les bouts de ficelles. Il témoigne des résistances "locales" au changement, de ces façons de trouver des dérivatifs pour continuer comme avant malgré les changements qui s'imposent. Autrement dit, cette augmentation d'effectifs montre bien que la machine publique n'est plus sous contrôle et que les managers ont pris le pouvoir et ont décidé de ne pas appliquer les politiques officielles.

Atlantico : Le gouvernement a décidé de mener la fronde contre les rentes en s'attaquant aux professions réglementées, or d'après les calculs de la Cour des Comptes la hausse de 1% du nombre d'agents représente près de 560 millions d'euros de dépenses supplémentaires pour l'Etat. Avec l'augmentation du nombre de fonctionnaires cette année, le gouvernement ne prouve-t-il pas qu'il a oublié de s'attaquer à la seule vraie rente en France?

Eric Verhaeghe : Je crains que le problème ne soit pire que vous ne le dites. En réalité, les effectifs qui ont augmenté sont "hors bilan", comme on dirait dans une entreprise, c'est-à-dire hors plafonds d'emplois discutés en loi de finances et hors effectifs comptabilisés. Ce sont surtout des emplois aidés, très précaires, très peu payés. Si je plonge dans mes souvenirs de fonctionnaire, je dirais que j'ai toujours connu cela. Il y a vingt ans, les services faisaient des efforts d'imagination pour occuper ces emplois aidés. Aujourd'hui, il est manifeste que les titulaires n'ont plus de problème d'imagination: ils y recourent à tour de bras pour combler les manques créés par les mesures de réductions de moyens récentes, sans accompagnement managérial au changement. En réalité, l'Etat n'a pas de politique de restructuration interne. Il se contente de diminuer les moyens de façon autoritaire et souvent aveugle en faisant -1% ici, -3% là (souvent au gré de la faiblesse des responsables qui doivent les gérer) et il attend que ça passe. Le recours aux emplois aidés comme "petites mains" est l'une des stratégies de survie utilisées pour renouer les bouts de ficelles. Il témoigne des résistances "locales" au changement, de ces façons de trouver des dérivatifs pour continuer comme avant malgré les changements qui s'imposent. Autrement dit, cette augmentation d'effectifs montre bien que la machine publique n'est plus sous contrôle et que les managers ont pris le pouvoir et ont décidé de ne pas appliquer les politiques officielles.

Atlantico : Le gouvernement a décidé de mener la fronde contre les rentes en s'attaquant aux professions réglementées, or d'après les calculs de la Cour des Comptes la hausse de 1% du nombre d'agents représente près de 560 millions d'euros de dépenses supplémentaires pour l'Etat. Avec l'augmentation du nombre de fonctionnaires cette année, le gouvernement ne prouve-t-il pas qu'il a oublié de s'attaquer à la seule vraie rente en France?

Eric Verhaeghe : Je crains que le problème ne soit pire que vous ne le dites. En réalité, les effectifs qui ont augmenté sont "hors bilan", comme on dirait dans une entreprise, c'est-à-dire hors plafonds d'emplois discutés en loi de finances et hors effectifs comptabilisés. Ce sont surtout des emplois aidés, très précaires, très peu payés. Si je plonge dans mes souvenirs de fonctionnaire, je dirais que j'ai toujours connu cela. Il y a vingt ans, les services faisaient des efforts d'imagination pour occuper ces emplois aidés. Aujourd'hui, il est manifeste que les titulaires n'ont plus de problème d'imagination: ils y recourent à tour de bras pour combler les manques créés par les mesures de réductions de moyens récentes, sans accompagnement managérial au changement. En réalité, l'Etat n'a pas de politique de restructuration interne. Il se contente de diminuer les moyens de façon autoritaire et souvent aveugle en faisant -1% ici, -3% là (souvent au gré de la faiblesse des responsables qui doivent les gérer) et il attend que ça passe. Le recours aux emplois aidés comme "petites mains" est l'une des stratégies de survie utilisées pour renouer les bouts de ficelles. Il témoigne des résistances "locales" au changement, de ces façons de trouver des dérivatifs pour continuer comme avant malgré les changements qui s'imposent. Autrement dit, cette augmentation d'effectifs montre bien que la machine publique n'est plus sous contrôle et que les managers ont pris le pouvoir et ont décidé de ne pas appliquer les politiques officielles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 22/12/2014 - 12:11
La règle est incontournable !
Un fonctionnaire embauché = trois emplois détruits dans le privé !
Un fonctionnaire viré = trois emplois créés dans le privé !
Comme la courbe de Laffer pour les impôts !
Le fossoyeur Hollande n'a pas compris ça. Ni HEC ni l'ENA ne savent décrotter le cerveau des ânes comme lui !
Texas
- 22/12/2014 - 12:06
Avant 2017
sera peut-être crée la " Régie Françaises des Chanvres indiens et du Haschich de l' Atlas " , entreprise d' Etat susceptible de créer 150000 postes dès son ouverture , dont le personnel devrait être rattaché au Ministère de l' écologie et du développement durable . Les écologistes ont une experience reconnue en matière de substances hallucinogènes .
bjorn borg
- 22/12/2014 - 11:32
Benvoyons
Tout à fait en accord avec toi pour les fonctionnaires. Il y a tellement d'élus fonctionnaires qu'ils ne le proposeront jamais! Quant aux hôpitaux ou autres, il faut, de toute urgence, passer à la semaine de 39 heures payées 35. Martine Aubry a ruiné le pays par cette funeste décision. Il y en a beaucoup qui vont regretter leur RTT, mais c'est un passage obligé pour rester dans la course.