En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 9 min 10 sec
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 2 heures 25 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 3 heures 58 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 5 heures 40 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 8 heures 2 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 8 heures 47 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 9 heures 27 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 9 heures 48 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 1 heure 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 3 heures 24 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 5 heures 10 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 8 heures 13 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 8 heures 28 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 9 heures 12 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 9 heures 45 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 10 heures 9 min
© Reuters
La crise économique a eu un impact négatif sur la natalité.
© Reuters
La crise économique a eu un impact négatif sur la natalité.
Une crise pas seulement économique

Comment la grande crise de 2008 a durablement changé les familles françaises

Publié le 26 décembre 2014
Si la crise n'a pas eu d'impact notable ou mesurable sur la courbe des mariages et des divorces, la natalité française a en revanche enregistré une baisse, qui ne sera pas compensée à l'avenir.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la crise n'a pas eu d'impact notable ou mesurable sur la courbe des mariages et des divorces, la natalité française a en revanche enregistré une baisse, qui ne sera pas compensée à l'avenir.

Depuis l’année 2008, La France est, comme ses pairs européens, confrontée à une situation de crise exceptionnelle, historique, aujourd’hui appelée Grande récession. Faible croissance, hausse du chômage, précarisation de la société, endettement etc. Les séries statistiques permettent de mesurer les effets de la crise sur la situation économique et financière du pays et de sa population. Mais après 6 années, il reste à en évaluer les conséquences sur les familles, et ce, à travers le nombre de mariages, de pacs, de divorces, et principalement sur les naissances.

Le Mariage, le PACS

Nombre de mariages. France (Les mariages de personnes de même sexe sont inclus pour 2013). INSEE

Ici, le constat n’est pas significatif, le nombre de mariages baissait déjà avant la crise et la tendance semble s’être simplement poursuivie. Il reste à noter que l’accélération de la croissance à la fin des années 90 a été concomitante à une forte hausse du nombre de mariages durant cette période.

De plus, l’apparition du PACS au début des années 2000, les différentes modifications législatives (fiscales) qui y ont été apportées, ont produit une importante volatilité des chiffres qui ne permettent pas de tirer quelque conclusion que ce soit de l’impact de la crise. Si la baisse du nombre de mariage depuis l’entrée en crise est supérieure à 10%, il serait abusif d’en tirer un lien de cause à effet.

Le divorce

Ici encore, la tendance semble se figer dans le temps. La progression du nombre de divorces est ininterrompue depuis les années 60, soit une hausse de plus de 300% alors que le nombre de couples mariés ne progressait que de 14% dans le même temps. Si la France a connu un pic du nombre de divorces en 2005 en raison de la nouvelle simplification du divorce par consentement mutuel, la baisse opérée depuis lors obéit plus une logique de tendance qu’à un impact réel de la crise. Le nombre de divorces baisse, mais le nombre de couples mariés baisse également. Le ratio de divorces par couple mariés n’opère pas de bouleversement significatif.

Nombre de divorces pour 1000 couples mariés. Source INED

Naissances

La question du lien entre natalité et récession a récemment pu être traitée pour le cas américain, dans une étude menée par l’Université de Princeton. Et les conclusions sont claires:

"Leurs calculs démontrent qu’une hausse d’un point du taux de chômage entre 20 et 24 ans réduit la fertilité à court terme de 6 naissances pour 1000 femmes. Lorsque l’on suit ces femmes jusqu’à l’âge de 40 ans, une même hausse du taux de chômage provoque une perte de 14.2 naissances pour 1000 femmes.(…). Ces femmes ne font pas que renoncer aux premières naissances, elles renoncent également aux naissances ultérieures".

Il est alors assez tentant de rétorquer que les différences de dépenses publiques entre la France et les Etats-Unis suffiraient à justifier un contexte différent. Une position soutenue notamment par le centre d’observation de la société, dans un article intitulé "Une crise sans impact sur la fécondité".

"Plus de chômage et de précarité = moins d'enfants ? Non. En France, comme  en Europe, la crise n'a pas un impact majeur sur la fécondité"Pourtant, le nombre de naissances est bien à la baisse depuis l’entrée en crise, et notamment depuis 2010 :

Nombre de naissances. France. INSEE

Mais ces chiffres ignorent l’impact de trop nombreux facteurs. Afin de se faire une idée plus précise des conséquences que pourrait avoir la crise sur la fécondité, il est préférable de s’intéresser plus particulièrement au cas des femmes de 25 à 34 ans, ou plus spécifiquement au cas des femmes de 25 à 29 ans et de celles de 30 à 34 ans.

Pour les première, la fécondité a été plutôt stable, malgré quelques pics, au cours des 20 dernières années, mais 2010 marque une réelle rupture à la baisse :

Nombre de naissances pour 1000 femmes de 25 à 29 ans. INSEE

Ici, pour les jeunes femmes, le lien entre grande récession et natalité semble se matérialiser. De la même façon, alors que la fécondité des femmes de 30 à 34 ans était en constante progression depuis les 20 dernières années, 2009 et 2010 semblent enclencher une nouvelle période de stabilisation :

Nombre de naissances pour 1000 femmes de 25 à 29 ans. INSEE

Il reste à rechercher le lien qui pourrait exister entre cette modification des tendances préexistantes et la crise. Car il est tentant de conclure qu’il se "passe quelque chose".

Pour cela, il suffit d’aller confronter ces chiffres avec ceux d’un taux de chômage plus serré, c’est-à-dire sur la classe d’âge des 25 et 49 ans :

Naissance par femmes de 25 à 29 ans (échelle inversée) et taux de chômage au sens du BIT des 25-49 ans. INSEE

La corrélation semble forte. Baisse du taux de chômage concomitante avec une hausse de la natalité des 25-29 ans à la fin des années 90, puis inversion des deux variables jusqu’à  2005, puis un nouveau revirement, puis dès 2008 hausse du chômage et baisse de la fécondité. Le nombre de naissances augmente avec la baisse du taux de chômage.

Et comme l’indique le centre d’observation de la société :

"Reste que si la crise se prolonge et prend de l'ampleur, l'effet de calendrier va continuer à jouer pour une partie des jeunes couples et il continuera à faire fléchir la fécondité conjoncturelle. C'est clairement ce qui se passe dans les pays qui ont été les plus marqués par la crise, comme la Grèce et l'Espagne. Cela pourrait être le cas demain dans d'autres pays."

Une hypothèse qui a été validée par l’étude américaine citée plus haut :

"Nous trouvons remarquable que l'évolution des conditions macroéconomiques au moment du jeune âge adulte ait un effet profond sur la vie future de chaque femme". Car la problématique mise en cause par les auteurs de l’étude est que le retard pris par cette génération en termes de revenus va persister dans le temps. Ce qui aura des répercussions, sur le long terme, sur la natalité. La grande récession ne fait pas que "mordre" sur les revenus, ses conséquences sur la population sont bien plus lourdes à long terme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Henrik Jah
- 22/12/2014 - 21:28
Au secours
Grosso modo en France, la vie est tellement chère et les salaires tant taxés, qu'offrir une bonne éducation à ses enfants est devenu un privilège. Les familles doivent travailler plus et ont de fait moins le temps et les moyens de faire des enfants. Dans le même temps, la plupart des familles immigrées font beaucoup d'enfants car beaucoup moins exigeantes sur le niveau de revenu exigible pour bien éduquer ses enfants, les incitations sont telles qu'il devient lucratif de se reproduire. Sans parler du fait que cette sur-natalité prend le dessus sur la natalité du vieux peuple de France qui est donc voué, si rien ne change, à disparaitre (c'est mathématique je dirais même plus arithmétique). Vous voyez bien que le grand remplacement c'est pas un fantasme.
Alain Proviste
- 22/12/2014 - 18:54
Oui...
...ces études corroborent le bons sens et l'observation personnelle.
Pas évident de faire un enfant quand on enchaine les stages gratuits et les CDD à la c.., sans pouvoir évidemment se loger décemment. Pour en rester aux raisons économiques.
Mon petit doigt me dit toutefois que certains ne raisonnent pas DU TOUT suivant ces critères.