En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 min 10 sec
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 1 heure 34 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 3 heures 25 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 18 heures 18 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 19 heures 26 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 20 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 23 heures 31 sec
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 23 heures 57 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 3 heures 12 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 3 heures 41 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 18 heures 47 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 19 heures 56 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 21 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 23 heures 6 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 1 jour 42 min
© Reuters
La Russie est-elle la victime des spéculateurs américains?
© Reuters
La Russie est-elle la victime des spéculateurs américains?
Menace fantôme

Le rouble sous attaque de fonds d’investissement américains ? Des craintes russes sans fondement

Publié le 19 décembre 2014
Oui, des fonds spéculent sur la baisse du rouble. Non, ce n'est en rien une machination venue de l'extérieur, contrairement à ce que voudrait faire croire une certaine presse russe. C'est tout simplement la loi du marché qui est à l’œuvre.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Oui, des fonds spéculent sur la baisse du rouble. Non, ce n'est en rien une machination venue de l'extérieur, contrairement à ce que voudrait faire croire une certaine presse russe. C'est tout simplement la loi du marché qui est à l’œuvre.

La Russie est-elle la victime des spéculateurs du monde entier ? Des Américains en particulier ? En quelque sorte oui. Mais cette "spéculation" n’est rien d’autre que la mise en évidence d’une réalité. Elle n’est qu’une action ayant pour objectif de fixer un juste prix sur un actif. Et l’actif en question, c’est le rouble.

Dans un tel contexte, les premiers points à contrôler sont les fondamentaux de l’économie russe. C’est à dire le pétrole, qui représente jusqu’à 30% du PIB du pays ou 50% du revenu de ses exportations. Ainsi, lorsque le budget de l’Etat a été bâti sur l’hypothèse d’un prix du baril à 96 dollars pour cette année 2014, alors que le prix actuel est de 60 dollars, le problème d’équilibre financier, de solvabilité, devient évident. Déjà, en 2008, lorsque le prix du baril s’était effondré de plus de 100 dollars (de 147 à 34$), l’économie russe avait vu son PIB se contracter de 8%. Le risque est donc réel.

Mais le prix du baril n’explique pas tout. Les sanctions financières qui ont pu être mises en place à la suite de la crise ukrainienne y sont également pour quelque chose. En effet, ces sanctions consistent à priver l’économie russe d’un accès aux marchés financiers, c’est-à-dire d’un accès vers des sources de financement extérieures.

Perte de revenus d’une part, impossibilité d’accéder à du financement d’autre part, l’économie russe se trouve prise dans un étau qui va susciter un réel intérêt de la part des marchés financiers. La vulnérabilité du pays est évidente et la spéculation contre le rouble peut commencer. Pour les "spéculateurs", il s’agit d’imprimer cette nouvelle réalité dans le cours du rouble, et en toute logique, celui-ci doit baisser. Avant même de penser à un "complot antirusse" il suffit de comprendre qu’il y a de l’argent à gagner, ce qui est un argument largement suffisant pour que les fonds d’investissements, aussi américains soient-ils, puissent participer au festin.

Et lorsque vient le temps d’une crise monétaire, c’est à la Banque centrale qu’il revient de réagir. Mais si une autorité monétaire ne connait aucune limite d’intervention lorsque sa monnaie est propulsée vers le haut (puisqu’elle peut créer autant de monnaie qu’elle le souhaite et ainsi en faire baisser le cours, de façon ininterrompue, ce qui rend son action imbattable) elle est par contre bien plus fragile lorsque sa monnaie est attaquée "à la baisse". Ce qui est le cas en l’espèce pour la Russie.

Car si la Banque de Russie dispose à ce jour de 400 milliards de dollars de réserve pour pouvoir lutter, le simple fait d’annoncer que le montant n’est pas illimité présente un risque. Les "opposants" connaissent par avance les limites de l’adversaire et une stratégie d’épuisement peut parfaitement voir le jour. Et permettre de faire éclater la réalité au grand jour. Il suffit de se souvenir de l’attaque menée contre la livre sterling par Stanley Druckenmiller et George Soros le 16 septembre 1992.

Si elle acceptait le combat, la Banque de Russie perdrait ses 400 milliards, pour rien. Non pas parce que le combat est déséquilibré, mais parce qu’une telle action aurait pour objectif de masquer la réalité de la fragilité russe actuelle. Car le marché agit ici comme un révélateur. Si le rouble continue de baisser, c’est que les fondamentaux le justifient. Si ce n’était pas le cas, d’autres investisseurs identifieraient l’opportunité et viendraient se positionner en sens inverse.

De la même façon, lorsque la Banque de Russie a décidé de relever ses taux directeurs de 10.5 à 17% dans la nuit du 16 au 17 décembre, ce sont les effets contraires à ceux qui étaient escomptés qui se sont produit. Comme cela était notamment expliqué en 2002 par les économistes  Chiodo et Owyang de la Réserve fédérale de Saint Louis :

'"Un utilisant l’exemple de la Russie de 1998, nous avons démontré qu’une solution de contraction monétaire en réponse à une crise de la devise, sous certaines conditions, accélère la dévaluation."

C’est exactement ce qui s’est produit lors de la séance du 16 décembre. L’action désespérée de la Banque de Russie a fini d’attirer les spéculateurs par l’odeur du sang. Car le relèvement des taux d’intérêts n’aura pour effet que de frapper l’économie intérieure russe, fragilisant encore un peu plus l’ensemble. Voilà pourquoi La matinée du 16 décembre a été si violente et si volatile.

Lorsque Vladimir Poutine fut interrogé le 17 octobre dernier sur l’existence d’une "conspiration" contre la Russie, sa réponse fut claire :

"Les conspirations sont toujours possibles. Mais, dans ce cas, elles frapperaient les conspirateurs en premier lieu, s’ils existent."(….) "Les taux de profits sont très élevés dans ce secteur (pétrolier), et la chute des prix sur les marchés mondiaux aura également pour effet de réduire ce type d’activité aux Etats-Unis. Je ne crois pas qu’une telle action puisse intéresser l’industrie pétrolière américaine."

Le Président russe ne fait que rappeler que la crise du rouble était, à l’origine, une crise du pétrole. Il ne s’est pas non plus replié derrière une trop facile accusation de "l’étranger" lors de son intervention de ce 18 décembre :

"Cependant, nous partons de l'idée que nous avons échoué à atteindre un grand nombre des choses qui ont été planifiées et qui devaient être faites pour diversifier l'économie au cours des 20 dernières années."

C’est bien la trop grande dépendance de l’économie russe à un prix aussi volatil que celui du pétrole qui est la cause du problème actuel. Les sanctions financières en sont une autre. C’est ce que le marché est venu sanctionner en Russie.  Il n’est pas nécessaire d’en appeler à la conspiration pour tout expliquer, comme le fait la pravda.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 20/12/2014 - 08:50
Probablement..
...que la Pravda en rajoute , mais la proximité de fonds d' investissements est hautement probable...! Le Quantum Fund du milliardaire Georges Soros est très impliqué dans ce type d' action , pour des raisons purement liées à l' expansion des démocraties , bien sûr ( Son CV explique cela ) .
Leucate
- 20/12/2014 - 01:11
@vangog - comparer ce qui est comparable
La Russie a abandonné le socialisme scientifique il y a maintenant 22 ans et a redémarré il y a 16 ans (1998) De par son passé socialiste où la propriété privée n'existait pas et donc la propriété intellectuelle également, elle n'a pas encore acquis la culture du brevet à l'occidentale mais les choses évoluent avec de nouvelles lois qui organisent le dépôt de brevet.
Ce qu'il faut par contre savoir, c'est que la Russie à un très fort pourcentage de sa population titulaire d'un diplôme de l'enseignement supérieur, c'est même le plus fort: les indicateurs des ressources humaines en science et technologie (RHST) du pays révèlent à la fois des forces et des faiblesses. En 2008, la Russie a enregistré un taux élevé de titulaires d’un premier diplôme universitaire de type A, à savoir 53 %, bien supérieur à la moyenne de 38 % dans l’OCDE. Le pays comptait également 451 000 chercheurs et le personnel de R-D le plus nombreux au monde. Par comparaison, Israel et le Japon sont à 42%, les EUA à 41%, le RU à 33% et le Bresil que vous avez cité à 11%, la Chine étant à 9%.
En 2008, la Russie représentait 0.13 % des familles triadiques de brevets, Le pays se reconstruit et il a du potentiel.
vangog
- 19/12/2014 - 23:30
@Leucate rappelez-moi qu'elle été la dernière invention russe
en matière de nano technologies ou d'l’ingénierie électrique?... Pour les dépôts de brevets, la Russie a été dépassée par le Brésil récemment, et les pays leaders restent les USA et le Japon, malgré une montée en puissance de la Chine. Il est relativement aisé de faire un parallèle entre le degré de démocratie (et son corollaire inverse, la corruption) et la créativité d'un pays. Tant que la Russie n'aura pas tranché définitivement avec son passé socialiste, et la corruption du pouvoir qui l'accompagnait, elle sera dépendante des technologies du monde libre! Et c'est bien les conséquences de cette attitude dictatoriale archaïque, que doit supporter l'Ukraine. Si la Russie n'avait pas besoin de l'occident pour l'exploitation de ses matières premières, comme pour sa diversification alimentaire, elle ne ressentirait pas le besoin d'envahir l'Ukraine. Car la Russie n'aurait aucune paranoïa vis à vis du monde libre...ou de la surpuissante armée européenne (sic)...