En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Dis-moi combien tu consommes et je te dirai qui tu es

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 9 heures 38 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 10 heures 41 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 12 heures 23 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 15 heures 14 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 19 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 10 heures 3 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 11 heures 7 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 11 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 12 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 14 heures 42 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 18 heures 46 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 10 heures
© BFM
Le ministre du Travail François Rebsamen a assuré mardi 16 décembre que le gouvernement allongerait, si nécessaire, la durée de cotisation requise pour toucher une retraite à taux plein.
© BFM
Le ministre du Travail François Rebsamen a assuré mardi 16 décembre que le gouvernement allongerait, si nécessaire, la durée de cotisation requise pour toucher une retraite à taux plein.
Réalité économique

Réforme ou pas d’ici 2017, le gâchis socialiste sur les retraites

Publié le 19 décembre 2014
Le ministre du Travail François Rebsamen a assuré mardi 16 décembre que le gouvernement allongerait, si nécessaire, la durée de cotisation requise pour toucher une retraite à taux plein, ce que la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a aussitôt démenti. Une proposition désastreuse pour les entreprises, dont les conséquences bénéfiques tarderaient à se faire sentir.
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre du Travail François Rebsamen a assuré mardi 16 décembre que le gouvernement allongerait, si nécessaire, la durée de cotisation requise pour toucher une retraite à taux plein, ce que la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a aussitôt démenti. Une proposition désastreuse pour les entreprises, dont les conséquences bénéfiques tarderaient à se faire sentir.

Atlantico : Les promesses de campagne électorale qui assuraient une retraite à taux plein à 60 ans pour celles et ceux qui auraient cotisé 41 ans se sont-elles finalement heurté à la réalité économique ? Du bon sens que la proposition de la Cour des comptes ou celle de François Rebsamen ?

Jacques Bichot : L’article 2 de la loi retraite du 20 janvier 2014 a pour objet de porter en six étapes la durée de cotisation requise pour le taux plein au premier âge légal de 166 trimestres à 172 trimestres. Je ne sais pas ce que F. Rebsamen entend faire de plus.

Les promesses de campagne, dans notre pays, se heurtent assez souvent à la réalité économique. Ce fut déjà le cas de la promesse de retraite à 60 ans faite durant la campagne de 1981 : une fois au pouvoir, l’union de la Gauche l’a vidée en partie de sa substance en introduisant des conditions de durée d’assurance, qui ont peu touché les hommes, mais très fortement impacté les femmes. L’augmentation de cette durée est une mesure franchement antiféministe, mais comme il faut regarder un peu attentivement pour s’en rendre compte, les machos de gauche comme de droite peuvent y avoir recours impunément.

La durée de cotisation est le pire des outils disponibles. Il est injuste : une année à mi-temps compte autant qu’une année passée à travailler 60 heures par semaine. Il pénalise gravement les femmes, comme nous l’avons vu plus haut.

Et, cerise sur le gâteau, son usage rend particulièrement difficile la réforme systémique qui serait indispensable, comportant notamment un passage aux points. Rebsamen, comme la plupart des hommes politiques, ne semble pas avoir conscience du fait que le système actuel est complètement vermoulu et qu’il faut donc le rénover complètement en faisant une réforme systémique.

La réforme socialiste des retraites ne date toutefois pas d'aujourd'hui, puisqu'une première version avait été proposée par la gauche et définitivement adoptée par le Parlement fin 2013. Qu'est-il advenu depuis ? Le rappel à l'ordre de la Cour des comptes sonne-t-elle pour le gouvernement le tocsin de réformes inutiles ?

Le compte pénibilité, qui tient une place importante dans la loi du 20 janvier 2014 (la promulgation est arrivée nettement après le vote du 16 décembre 2013, il fallait que le Conseil constitutionnel se prononce), est une complication désastreuse pour les entreprises, mais les conséquences financières pour l’équilibre financier des retraites ne se feront sentir que dans longtemps. C’est d’ailleurs la raison d’être de cette mesure : la générosité sociale est au crédit de l’équipe actuelle, le prix à payer sera au débit des successeurs. C’est un procédé typiquement "normal" !

L’inquiétude manifestée par la Cour des comptes est surtout relative aux régimes complémentaires ARRCO et AGIRC. En théorie ces régimes ont un moyen infaillible d’équilibrer leurs comptes, et cela de façon très rapide : il suffit de diminuer la valeur de service du point. Bien entendu, pour ce faire il faut avoir du courage, qualité assez rare chez les partenaires sociaux comme dans le monde politique. L’ARRCO-AGIRC a donc les outils requis, le seul problème est la volonté nécessaire pour en faire un usage franc et massif (voir ici).

Augmentation des cotisations retraite, gel des pensions des retraités jusqu’au 1er octobre 2015 et augmentation de leurs impôts... Sans réels effets bénéfiques non plus ? L'absence d'inflation a-t-elle joué ?

L’effet fiscal est loin d’être nul, mais l’augmentation des impôts va dans la poche de l’État, pas dans celle de la CNAV et de l’ARRCO-AGIRC.

Quant au gel des pensions, limité à 6 mois, il aurait eu de l’effet en période de hausse des prix ; malheureusement pour le gouvernement et pour l’équilibre financier des retraites, l’inflation fait défaut.

Pareils allers-retours sur la question des retraites ont-ils aussi semé dans les esprits une confusion quant à la nécessité de pousser plus loin les réformes engagées ?

Certes oui ! Les Français savent que la situation est grave, mais ils n’y comprennent rien de précis, et ils ont l’impression (assez fondée hélas) qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion – ou un pilote amateur.

Cela accroît leur inquiétude au-delà de ce qu’elle serait si la situation était moins confuse.

Confusion également avec la mise en place du compte pénibilité ? L'idée selon laquelle tout un chacun pourrait bénéficier de plus de revenus a-t-elle été faussement instiguée ? 

Le compte pénibilité répond à une préoccupation raisonnable en employant des moyens de type paternalisme étatique complètement surannés. Il est exact que la pénibilité doit faire l’objet d’une compensation, et que le salaire direct n’est pas forcément la meilleure compensation possible.

Mais une fois ce principe acté par le législateur, à chaque entreprise de se débrouiller, en effectuant des versements à un organisme capable de fournir une rente temporaire permettant de cesser le travail un peu plus tôt, ou de financer une formation pour se reconvertir, ou un autre avantage encore. L’étatisme ambiant a transformé ce juste principe en un cauchemar de bureaucratie, qui plombera les comptes de la branche vieillesse dans quelques décennies.

Balladur serrait la vis en 1993. En 2003, Fillon s'attaquait au secteur public. En 2008, les régimes spéciaux étaient visés. En 2010, l'âge du départ à la retraite reculait, principe encore appliqué aujourd'hui. Quels enseignements pourraient en tirer le gouvernement et les partenaires sociaux ? 

La réforme Balladur a été puissante, mais réservée au régime général. La réforme Fillon a surtout servi à faire monter la retraite des fonctionnaires dans le train des ajustements paramétriques que l’on appelle réformes sans qu’ils le méritent vraiment. Pour le reste, elle a d’abord servi à aggraver le déficit, avant de produire de modestes effets. La réforme 2010, en touchant aux âges légaux, a enfreint le tabou qui pesait depuis 1982 sur ce paramètre, bravo, mais c’est encore une fois un simple ajustement, une mesure de gestion courante, dont le Législateur n’aurait pas dû avoir à s’occuper.

En effet, l’un des vices fondamentaux de nos retraites par répartition est la confusion des rôles de législateur et de gestionnaire. Il faudrait que le Parlement arrête de voter des textes qui relèvent en fait du directeur de la CNAV, qu’il fasse son travail en créant un cadre législatif cohérent comportant une stricte obligation d’équilibre budgétaire, et qu’il laisse les gestionnaires se débrouiller pour atteindre cet objectif. L’introduction en 1996 des lois de financement de la sécurité sociale est une erreur à peu près aussi grave que la réforme des retraites de 1982 : Alain Juppé a parachevé l’étatisation de la sécurité sociale, étatisation qui a transposé à la Sécurité sociale, et donc à notre système de retraites par répartition, tous les vices de la gestion de l’État. L’État ne sait pas gérer, il l’a démontré en long, en large et en travers, et en voyant que la sécurité sociale avait des problèmes Juppé a dit en quelque sorte : "confions sa gestion à l’État". Autant confier la tutelle d’une belle jeune fille à un obsédé sexuel !

Reste donc à réformer nos retraites par répartition, c’est-à-dire à fusionner les trois douzaines de régimes qui le composent actuellement en un régime unique, par points, où les points seraient attribués au prorata de la contribution de chacun à l’investissement dans la jeunesse (et non plus au prorata des cotisations vieillesse, qui ne préparent pas l’avenir), dont les recettes viendraient exclusivement des cotisations sur les revenus professionnels, et qui serait dirigé sans aucune interférence de l’État par un Conseil d’administration et une direction ayant pour devoir impératif de ne pas dépenser plus que ne rapportent les cotisations.

Propos recueillis par Franck Michel / sur Twitter

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Dis-moi combien tu consommes et je te dirai qui tu es

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
john mac lane
- 17/12/2014 - 21:23
La pénibilité par points ou l'incitation a travailler pénible
Le compte pénibilité fonctionne comme une carte de fidélité de supermarché. Plus tu fais des travaux pénibles, plus t'as des points, plus le cadeau est gros. C'est pas génial un encouragement incitateur a faire des travaux pénibles?
http://lequidampost.fr/penibilite-fidelisee-ou-faire-lapologie-du-travail-penible/
Hugues de Jouvenel
- 17/12/2014 - 18:50
L'avenir des retraites
Jacques Bichot a parfaitement raison. Son analyse est très juste et ses propositions fort pertinentes. Le problème est que nous savons depuis longtemps que "le système" actuel est intenable et les réformes paramétriques totalement insuffisantes mais que personne n'a le courage d'entreprendre la réforme structurelle qui s'impose. Hugues de Jouvenel
Jardinier
- 17/12/2014 - 16:36
La retraite par point, ou comment faire trimmer les pauvres.
Parce que ceux qui pourront avec ce système partir plus tôt, ce seront ceux qui pourront accepter une baisse de leur revenus, pas les plus faibles, qui sont aussi les plus usés, et qui eux continueront. L'injustice totale. Il vaut bien mieux assoir sur la durée de cotisation, c'est plus juste, compréhensible par tous, sans échappatoire, et surtout beaucoup moins manipulable. Quand au points distribués au prorata de l'investissement dans la jeunesse, ça veut dire quoi ? Même si on est pour des raisons de facilité dans un régime par répartition, ce sont les cotisations qui donnent des droits.