En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 2 sec
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 36 min 8 sec
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 51 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 5 heures 43 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 7 heures 32 sec
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 17 heures 38 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 15 min 50 sec
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 1 heure 13 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 5 heures 52 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 7 heures 29 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 17 heures 53 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 21 heures 4 min
© Reuters
Lionel Jospin.
© Reuters
Lionel Jospin.
Bilans chiffrés

Les espoirs de sauver le quinquennat Hollande mesurés à l’aune de la jurisprudence Jospin

Publié le 09 décembre 2014
Au regard de l'Histoire de la Vème République, les bilans chiffrés occupent une place toujours moins importante que celle de l'incarnation du président. En témoigne le cas de l'échec de Lionel Jospin à la présidentielle de 2002, malgré un bon bilan économique, une gauche relativement unie derrière son candidat et un adversaire usé.
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au regard de l'Histoire de la Vème République, les bilans chiffrés occupent une place toujours moins importante que celle de l'incarnation du président. En témoigne le cas de l'échec de Lionel Jospin à la présidentielle de 2002, malgré un bon bilan économique, une gauche relativement unie derrière son candidat et un adversaire usé.
  • Ce week-end, un sondage Ifop pour le Journal du dimanche sur les leviers d'amélioration de l'opinion montrait que 65% des sondés seraient prêts à réviser leur opinion sur François Hollande si la courbe du chômage s'inversait. 
  • En 2002, Lionel Jospin pouvait prétendre à un bilan économique plutôt positif, marqué par un million de chômeurs en moins, et une croissance supérieure d'un demi-point par rapport à la zone euro (voir ici).
  • Comme nous le savons, Lionel Jospin n'est pas arrivé au second tour des élections présidentielles.

 

Atlantico : De manière générale, quelle importance les Français accordent-ils au bilan économique d'un candidat à une élection présidentielle ?

Jean Garrigues : La capacité à redresser un pays économiquement et socialement demeure un argument déterminant dans la crédibilité d'un président. Cependant, il n'est pas le seul. Beaucoup d'autres facteurs ont un rôle important dans la crédibilité d'un futur président. Par exemple, dans le cas de Nicolas Sarkozy, l'image d'hyperprésident et de président des plus riches lui a sans doute été aussi néfaste que son relatif échec en matière économique et social. Il semblerait que finalement, dans les enquêtes de notoriété, c'est davantage cette image qui était source de malaise chez les électeurs. Les Français ont intégré qu'un contexte de crise économique internationale implique des marges de manœuvre relativement restreintes, et peut donc concevoir des défauts de résultats.

On le voit également avec Valéry Giscard D'Estaing, l'autre président qui a échoué à se faire réélire en temps de crise, et qui doit une partie de son échec à son image qui manquait d'une certaine hauteur. L'affaire des diamants l'avait d'ailleurs beaucoup fragilisé. Je dirais donc que la situation économique et sociale plante un décor qui n'est pas déterminant dans l'esprit des Français.

L'échec de Lionel Jospin en 2002 que vous évoquez, malgré un bilan économique positif l'illustre parfaitement. Il faut sans doute ajouter à ce cas précis le fait qu'il n'était que Premier ministre, et que la réussite de ce quinquennat a pu être partagée dans les esprits entre lui et Jacques Chirac.

François Hollande pourrait-il réellement se reconstruire une image de "père protecteur" à partir de résultats économiques satisfaisants ? En quoi l'exemple des débats de campagnes des élections de 2002 nous apprennent-ils que les attentes des Français sont ancrées dans une dimension supérieure à un simple bilan chiffré ?

Bien que le chômage soit un des enjeux principaux dans l'esprit des Français depuis la crise de 1973, les campagnes se sont quasiment toujours déroulées sur d'autres thèmes majeurs. Lionel Jospin n'a pas pu profiter de son bilan positif car les thèmes abordés ont déviés de ce terrain qui lui était favorable.

On peut se référer au passé pour tenter de répondre à cette question. Pour les deux présidents qui ont réussi à se faire réélire -François Mitterrand en 1988 et Jacques Chirac en 2002-, le soucis de paraître comme rassembleur, comme père protecteur a été à la fois déterminant et bien réalisé. De manière assez paradoxale, c'est bien en situation de crise que François Mitterrand a été réélu. On voit bien qu'au fond, le succès en matière de politique économique et sociale n'est pas une condition unique, ni indispensable à la réélection.

L'Histoire nous apprend que les Français souhaitent un président qui rassure et qui sécurise face aux enjeux extérieurs et aux problèmes auxquels ils sont confrontés.

Ainsi, on en retient une campagne maladroite politiquement, parce que minée par les défections de plusieurs éléments de la gauche plurielle (comme Jean-Pierre Chevènement, Christiane Taubira ou encore Noël Mamère).

Mais aussi la question sécuritaire qui a remplacé la question économique et sociale, et a pénétré le cœur des questionnements du fait de la montée dans les sondages de Jean-Marie Le Pen. Il est d'ailleurs tout à fait concevable que cette question sécuritaire revienne au coeur des débats de la campagne présidentielle à venir, ce qui impliquera pour François Hollande d'être crédible sur le sujet, et d'incarner le rassemblement des Français. 

Qu'impliquerait ce changement pour François Hollande, quels éléments de sa personnalité sont donc à remettre en cause ?

Une différence subsiste effectivement entre François Hollande et François Mitterrand : ce dernier avait réussi à gagner une légitimité au cours de son mandat, par son image de monarque républicain, il était rassurant. Au regard des enquêtes d'opinion actuelles, François Hollande est beaucoup moins crédible sur cet aspect pourtant essentiel. Son image de molesse, d'homme hésitant, parfois même de ridicule aura du mal à être retirée. S'il veut incarner cette image de rassemblement et d'autorité, il faut absolument qu'il réussisse à coller aux vêtements présidentiels. Encore une fois, nous sommes dans une société où l'image est bien déterminante.

Étonnamment, la même terminologie que celle utilisée par Lionel Jospin pour attaquer Jacques Chirac (voir l'interview accordée à la Dépêche en 2002), lorsque le Premier ministre de l'époque avait estimé que le président était "fatigué par une certaine usure du pouvoir", l'est envers Nicolas Sarkozy aujourd'hui. Cette attaque pourrait-elle être pertinente en 2017 ? 

Disposant déjà d'une légitimité présidentielle, cette attaque s'est plutôt retournée contre son envoyeur. Jacques Chirac a en effet bénéficié d'un courant de sympathie et d'affection lorsque Lionel Jospin a évoqué son grand âge. Et cela lui a couté cher. 

L'Histoire ne se répète pas toujours de la même manière, et peut-être que le jugement des Français pourrait prendre en compte les résultats socio-économiques. Mais l'image de sécurisation a toujours été préférée au bilan chiffré.

Il est vrai qu'il y a une incitation d'usure qui est peut-être contradictoire avec une autre qualité qu'on connaît à Nicolas Sarkozy qui est l'énergie, le volontarisme. Une grande partie de l'opinion le voit ainsi, et cette qualité-là reste un des marqueurs de sa personnalité, et l'avantage indéniablement vis à vis de François Hollande par exemple. Le seul qui pourrait se positionner pour le concurrencer sur ce terrain à gauche, c'est incontestablement Manuel Valls qui dégage tout comme Nicolas Sarkozy une autorité certaine.

En revanche, ce rapport à l'ancienneté est plus parlant si nous faisons un rapprochement avec Alain Juppé, critiqué sur son âge jusque dans son camp.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 09/12/2014 - 16:19
Ha ha
Oui, il n'est pas jeune, oui il est rigide, oui il est de gauche , mais il n'y a plus de gauche ni de droite à présent, comme c'est un homme intègre , pour un conseil constitutionnel, il serait à sa place ou du moins autant que d'autres !
attila
- 09/12/2014 - 16:04
non, non
on ressort les vieilles badernes !!! au secours !!! faire du neuf avec les vieux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Geolion
- 09/12/2014 - 15:08
Je n'oublierai jamais....
Je n'oublierai jamais ses "lapsus" révélateurs : "Nous les stroskystes....Euh ! Non : nous les socialistes..."

Comme quoi, c'est bien vrai : Chassez le naturel, il revient au galop !

Et aussi :
"J'appelle de mes yeux....Heu! Non : j'appelle de mes voeux.."