En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
La Maire socialiste a notamment déclaré vouloir la fin du diesel à Paris en 2020 et au-delà du périphérique si possible.
Le diesel, c'est tabou

Les 5 raisons pour lesquelles il est permis de douter du plan anti-pollution d’Anne Hidalgo

Publié le 09 décembre 2014
Anne Hildalgo a dévoilé son plan anti-pollution pour Paris dimanche 7 décembre. La Maire socialiste a notamment déclaré vouloir la fin du diesel dans la capitale en 2020 et au-delà du périphérique si possible.
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Hildalgo a dévoilé son plan anti-pollution pour Paris dimanche 7 décembre. La Maire socialiste a notamment déclaré vouloir la fin du diesel dans la capitale en 2020 et au-delà du périphérique si possible.

1) Le rôle joué par les automobiles dans les rejets de particules fines

La part de l'automobile ou des véhicules à moteur dans les rejets de particules est faible. On l'estime entre 10 à 12%. Cela signifie que 80% des émissions de particules fines sont liées à d'autres sources. Se focaliser uniquement sur les véhicules à moteur est exagéré. D'autres sources sont au moins aussi, voire bien plus, préoccupantes que les véhicules. Par exemple, l'industrie, la combustion du bois ou encore les produits de nettoyage.

2) Les véhicules récents produisent de moins en moins de particules

La pollution par les particules est une affaire du passé qui est en train de disparaitre car l'Union européenne a fixé des normes sévères pour les véhicules particuliers et les poids, 10 à 30 fois plus sévères que ce qui était en vigueur il y a 20 ans. La pollution à particules provenant des véhicules est à 95% le fait des véhicules de plus de 3 ans d'âge. Donc dans 5 ans cette pollution aura diminué de manière considérable. On peut dire qu'elle aura diminué de ¾ en raison de l'effet de stock. Les véhicules les plus vieux, les plus polluants vont sortir du stock pour laisser place aux plus récents. La pollution à particules fines émanant des véhicules est une affaire du passé plus que du présent et encore moins du futur.

 

3) Le rôle des poids lourds n'est pas suffisamment pris en compte

1/3 des rejets de particules est le fait des poids lourds. L'interdiction du diesel est justifiée par le fait que des véhicules légers roulant au diesel peuvent être remplacés par des véhicules à essence. Ce n'est pas le cas pour les poids lourds dont on ne peut pas se passer pour acheminer des biens. Et nous en avons besoin pour que la machine économique française puisse tourner car le transport routier représente 90% de l'acheminement des biens. Il n'y pour le moment pas grand-chose à espérer du report sur le transport ferroviaire. Par ailleurs celui-ci ne pourra être total car il n'y a pas une gare devant chaque magasin qui permettrait de se passer de camions. On n'éliminerait pas l'utilisation du camion en particulier dans les zones urbaines où cette utilisation est le pus critiquable. D'ailleurs, dans ce débat on fait comme s'il n'y avait pas de camion, on ne parle que des particuliers. Et il sera difficile d'avoir des mesures que pour les voitures et pas pour les camions, on ne peut pas dire qu'il s'agit d'une question de vie ou de mort et laisser faire les camions.

 

4) Les voitures à essence émettent beaucoup plus de CO2

Un transfert du diesel vers l'essence soulève la question de l'émission de CO2. Cette mesure augmenterait les rejets de CO2, principal gaz à effet de serre. Après avoir dit et répété que le CO2 était l'ennemi numéro 1, on s'apprête donc à lui faire un cadeau. Il y a là un vrai problème que l'on ne peut pas passer sous silence. 

 

5) Supprimer le diesel ? Une mesure régressive d'un point de vue social

 

Les voitures qui fonctionnent au Diesel et principalement les plus vieilles sont utilisées par des personnes à revenu bas. Cette mesure est régressive car elle frappera d'avantage les pauvres que les riches. Autant de raisons de ne pas applaudir ce plan. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vet of Psychic Wars
- 10/12/2014 - 20:54
Dans ce cas pourquoi autorise-t-on à fumer sur le trottoir ?
D'autant plus que la cigarette électronique ne procure aucune gène ni danger pour les autres. Quand on voit le nombre de fumeur dans les rues de Paris, et plus encore sur les terrasses, tous ces bobos et enfants de bobos qui semblent passer le plus clair de leur temps à pourrir leur vie et celle des autres avec le tabac, les mêmes qui votent écolos pour se donner une conscience à bon compte, on voit clairement que le Diesel n'est qu'un prétexte de s'en prendre au symbole du capitalisme qu'est l'automobile, et pratiquement uniquement cela. Nous avons affaire aux pires fascistes qui soient car par ailleurs sur l'écologie, ils refusent la simple évocation du problème de l'explosion démographique du tiers-monde.
vangog
- 09/12/2014 - 23:54
Et si on prenait le problème dans l'autre sens...pour varier les
plaisirs? Si on analysait que la concentration outrancière des services publics, des commerces et des points de jonction des grands axes autoroutiers des quarante dernières années avait abouti à une dystrophie considérable entre campagnes désertées, villes moyennes en survie et grands centres urbains hypertrophiés? Une analyse plus intelligente aboutirait aussi à des solutions plus intelligentes que ces éternelles interdictions et mesures restrictives gauchistes, contre-productives et aboutissant à toujours moins de liberté et toujours plus de normes paralysantes? Car il suffirait alors de déplacer le problème des villes vers les campagnes...et, pour ainsi dire, le diluer dans de l'air pur, car pollué par aucune idéologie...en redonnant leur vrai pouvoir aux municipalités et en régénérant leurs services publics asphyxiés par les couches du gras mille-feuille socialiste, on parviendrait peut-être à recréer un équilibre que nos anciens avaient su trouver entre villes et campagnes, mais que l'idéologie gauchiste (UMP et UDI inclus) a volé aux Français...un rêve, quoi!
Anouman
- 09/12/2014 - 22:37
Quand on veut tuer son chien...
Les points 4 et 5 sont des plus discutables.
S'il est vrai que les moteurs essence émettent plus de CO2 (environ 30 à 40 % pour un modèle équivalent) il faut se poser la question s'il est préférable de protéger aujourd'hui les populations de l'asthme et du cancer ou de les protéger des conséquences d'un réchauffement en 2100, époque sur laquelle toute spéculation (même avec un réchauffement certain) relève de la science fiction.
Sur le point 5 il en va de même. Sur le marché de l'occasion un véhicule essence ne côte actuellement quasiment rien. De ce point de vue on se demande pourquoi les gens ne pourraient pas changer leur poubelle diesel pour une poubelle essence moins chère (qui bien sur polluera quand même comme toutes les poubelles). Mais à défaut de rendre les pauvres un peu moins pauvres (comme en les payant mieux ou en leur évitant le chômage) il en sera toujours ainsi.
Quant aux camions on peut en limiter l'usage mais c'est un vaste débat.