En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 37 min 33 sec
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 1 heure 48 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 3 heures 40 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 17 heures 58 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 20 heures 1 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 20 heures 59 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 22 heures 42 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 1 heure 5 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 1 heure 39 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 1 heure 59 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 2 heures 52 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 18 heures 44 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 20 heures 33 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 22 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 22 heures 55 min
© Reuters
Chauffage : à quelle facture s’attendre cet hiver ?
© Reuters
Chauffage : à quelle facture s’attendre cet hiver ?
Météo des prix

Vague de froid : ce que risque de vous coûter l’hiver 2015 en fonction de votre chauffage

Publié le 27 décembre 2014
La grande vague de froid est prévue pour lundi 29 décembre. Que vous vous chauffiez au fioul, au gaz ou à l'électricité, Atlantico vous livre les prévisions météo de cet hiver et les répercussions sur votre facture énergétique.
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Frédéric Decker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Voir la bio
Rémy Prud'homme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La grande vague de froid est prévue pour lundi 29 décembre. Que vous vous chauffiez au fioul, au gaz ou à l'électricité, Atlantico vous livre les prévisions météo de cet hiver et les répercussions sur votre facture énergétique.

Atlantico : Selon une enquête de l’Ifop, la facture de chauffage des Français s’élève en moyenne à 897 euros par an. A quelle facture de chauffage les Français doivent-ils s’attendre cet hiver ?

Stephan Silvestre : Le prix du pétrole est actuellement en chute libre. Il a perdu 40% en dollars depuis juin dernier, ce qui représente 33% en euros. Pour que cette baisse se fasse sentir, il faut qu’elle soit durable et non ponctuelle. Pour le moment, les prix restent bas et cela devrait durer jusqu’à la fin de l’hiver. La répercussion de cette baisse sur la facture énergétique des ménages dépend bien sûr du mode de chauffage.

Ce sont les foyers utilisant le chauffage au fioul qui ressentiront le plus cette baisse. En effet, le pétrole représente plus de 40% du prix TTC du fioul. Ainsi, la baisse du pétrole a déjà entraîné mécaniquement une baisse de 12% de ce combustible depuis juin dernier. Si cette tendance se maintient durant l’hiver, la facture des foyers devrait se situer entre 15% et 20% au-dessous de celle de l’hiver dernier, à conditions climatiques équivalentes.

Pour les foyers ayant opté pour le gaz, il y aura aussi un impact, mais moindre. Le prix du gaz est indexé pour partie sur celui du pétrole. C’est pourquoi il a déjà baissé de 2% depuis juin dernier et devrait continuer de baisser encore un peu.

Enfin, pour le chauffage électrique, il ne faut pas attendre de baisse. Une très faible part de l’électricité est produite à partir de fioul, mais elle n’est pas suffisamment significative pour impacter le prix de gros du kWh.

Rémy Prud’homme : Ceux qui se chauffent au fioul vont voir leur facture diminuer, du fait de la baisse importante du prix du pétrole. Ceux qui se chauffent à l'électricité vont voir au contraire leur facture augmenter, à cause du surcoût croissant de l'électricité éolienne et solaire.

Pour ceux qui se chauffent au gaz, l'évolution du prix du gaz est assez incertaine, même pour le court terme ; d'un côté la baisse du prix du pétrole et la disponibilité du gaz de schiste aux Etats-Unis exercent des pressions à la baisse ; d'un autre côté, nos contrats à long terme nous empêchent de bénéficier pleinement d'un éventuel prix mondial plus faible.

Au total, la facture moyenne de chauffage ne devrait pas augmenter. Mais les moyennes ne racontent qu'une partie des réalités.

Les prévisionnistes annoncaient un hiver globalement doux et humide sur la France. Or, une grande vague de froid doit s'abattre sur la France lundi 29 décembre. Dans quelle mesure est-il possible de prévoir la météo à un mois, même dans les grandes lignes ?

Stephan Silvestre : Il faut prendre ce type de prévision avec beaucoup de circonspection. La météo n’est pas encore prévisible à l’échelle de plusieurs mois. Mais, si cela se produisait, ce serait bien sûr une bonne nouvelle pour les consommateurs.

Le facteur climatique est largement prépondérant sur le prix des combustibles. Un hiver rude peut impacter la facture de chauffage de 30 à 40%, toutes énergies confondues, alors que l’impact de la chute du prix du pétrole est moitié moindre, et encore pour le seul tiers de foyers chauffés au fioul.

Rémy Prud’homme : Les prévisionnistes, qui ont déjà du mal avec les températures de la semaine prochaine, sont assez démunis devant celles des mois prochains (ils n'ont de certitudes que pour les températures de la fin du siècle).

Un hiver plus doux qu'à l'accoutumé réduirait les dépenses de chauffage des consommateurs, ce qui augmenterait leurs dépenses d'autres biens. D'un autre côté, la nature a besoin des hivers froids, qui détruisent je ne sais quelles bactéries. 

Constate-t-on des variations sur la facture ces dernières années ?

Stephan Silvestre : L’effort de budget de chauffage des foyers français est orienté plutôt à la hausse durant la dernière décennie. Cette hausse est grandement due à celle de la pression fiscale et des contributions liées à la règlementation (financement des énergies vertes via la Contribution au serive public de l'électricité (CSPE), du réseau via le tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricté (TURPE) ou encore nouvelles normes sur l’électronucléaire).

Toutefois, si on considère une plus longue période, les Français ont déjà connu de pires périodes : l’effort des foyers pour le chauffage n’excède pas 4% de leur budget, quand il culminait à 8% en 1985.

Rémy Prud’homme : Au cours des années passées les factures de chauffage ont augmenté pour les trois sources. Le prix de l'électricité a augmenté sous l'effet des taxes qui financent les subventions à l'éolien et au solaire.

Le prix du fioul a augmenté avec le prix du baril de pétrole, et avec certaines taxes. Le prix du gaz a longtemps été indexé sur le prix du pétrole.

Une chute durable des cours du pétrole doit-elle à l’avenir inciter les gens à se chauffer au fioul ?

Stephan Silvestre : Non. En dépit de cette baisse spectaculaire du fioul, le gaz reste l’énergie la plus compétitive au kWh et continuera de le rester. Si le pétrole connaît une chute conjoncturelle, celle-ci ne sera pas durable et les prix repartiront à la hausse l’année prochaine. Les consommateurs en sont conscients.

En revanche, le gaz naturel est sur une baisse structurelle due à l’augmentation de l’offre, sous l’impulsion du gaz de schiste américain, mais aussi du développement du gaz naturel liquéfié.

Au-delà du prix, le gaz bénéficie d’autres atouts : les chaudières sont plus propres, plus faciles d’entretien et moins odorantes. Enfin, elles sont moins nocives pour la santé et l’environnement en raison de leurs plus faibles émissions de particules fines.

Rémy Prud’homme : A court terme : non. Un changement de mode implique de lourds investissements, et dans certains cas n'est même pas faisable (pensez à un petit appartement chauffé à l'électricité). De plus, on ne peut pas être certain que la chute des cours constatée dans la deuxième moitié de 2014 va être durable. A long terme : un peu.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ALUN
- 27/12/2014 - 21:08
cout de l'installation
comparer le coût du chauffage sur la base du coût du combustible est un non sens. Quid du coût de l'installation, de son entretien et de sa durée d'amortissement ? Sans parler du confort, des contraintes d'installation, du renouvellement du matériel...
30 ans que j'entends les mêmes conneries ! rire