En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 2 min 27 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 24 min 39 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 59 min 39 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 10 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 4 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 43 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 31 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 37 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 min 27 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 47 min 56 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 13 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 36 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 17 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 53 min
© Flickr/myahya
Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, selon un article du Telegraph.
© Flickr/myahya
Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, selon un article du Telegraph.
Haute suspicion !

Cette curieuse passion de la Société générale pour la politique économique de François Hollande et Manuel Valls

Publié le 07 décembre 2014
Dans un article publié par le Telegraph et daté du 2 décembre dernier, le journaliste anglais, Ambrose Evans Pritchard, titrait « Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, et mettent la sclérose britannique en contraste avec le miracle François Hollande ». L’association du mot miracle et du nom François Hollande peut surprendre.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un article publié par le Telegraph et daté du 2 décembre dernier, le journaliste anglais, Ambrose Evans Pritchard, titrait « Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, et mettent la sclérose britannique en contraste avec le miracle François Hollande ». L’association du mot miracle et du nom François Hollande peut surprendre.

Ce titre mérite d’être relu plusieurs fois pour qui s’intéresse au différentiel de taux de croissance des deux pays, soit 0.4% en France pour 2014 contre 3% au Royaume Uni, ou à leur taux de chômage respectif ; 10.4% en France pour 6% en Grande Bretagne.

La Banque française visée par le Telegraph est la Société Générale, et plus particulièrement le dirigeant de son équipe de recherche en allocation d’actifs ; Alain Bokobza. C’est la complaisance des commentaires de la banque à l’égard de François Hollande qui semble irriter le journaliste. Notamment lorsqu’il constate l’absence de gants concernant les critiques à l’égard du gouvernement de David Cameron : 

« Pour le moment, il n’y a eu aucune réforme structurelle et aucune amélioration dans les déficits jumeaux » « les chiffres parlent d’eux-mêmes, le Royaume Uni n’est plus compétitif et cela démontre un besoin en réformes structurelles ».

Reste à vérifier si le journaliste britannique se contente de faire du french bashing ou si Alain Bokobza et ses équipes traitent effectivement la politique de François Hollande et du gouvernement français avec des pincettes.

Le 9 mai 2014, un rapport spécial de la banque indique « Les Hollandenomics s’accélèrent » :

« Deux années après l’élection présidentielle, François Hollande a annoncé un changement radical de politique en janvier 2014, ouvrant la voie à un nouveau chapitre des politiques économiques françaises ».

La politique de « l’offre » et le pacte de responsabilité sont salués. La banque applaudit le pacte de responsabilité des deux mains :

« Quatre raisons pour lesquelles cette mise en place devrait bien se passer : Une stratégie claire, un bien meilleur casting (en soulignant ici la nomination de Manuel Valls qui est qualifié comme étant  un « vrai leader »), une gouvernance améliorée (en soulignant cette fois-ci la disparition des verts au sein du gouvernement), et un faible risque d’exécution. » Sur ce dernier point, la banque a particulièrement le nez creux puisque c’est le soutien du Medef qui est alors mis en avant, ou encore une attitude générale «constructive » des syndicats, ainsi qu’un soutien sans faille d’une assemblée nationale qui aurait compris, enfin, « qu’il n’y a pas d’alternative ».

Un véritable tract électoral qui aura le triste inconvénient de ne pas beaucoup correspondre à la réalité. Car entre les critiques incessantes du Medef, l’apparition des frondeurs, l’effondrement politique de François Hollande, pour finir par être qualifié « d’échec »  par le ministre de l’économie Emmanuel Macron lui-même, le pacte de responsabilité version Société Générale peut faire sourire. Il ne manque que les bougies.

Puis, le 26 août, une nouvelle note titre « Le Président Hollande démontre son autorité ». La Banque évoque alors la mise à l’écart des ministres « rebelles » et la nécessaire clarification de la ligne économique du gouvernement français. Dans un rapport daté du même jour, l’équipe de recherche de la banque indique « Les Hollandenomics sont clarifiés : bon pour les actifs français »

« La paire Hollande Valls a clairement confirmé qu’il n’y a pas d’autre choix que les réformes de l’offre ; les trois ministres sur le départ demandaient une politique de la demande ». Mais, le point culminant est atteint avec la phrase :

« Il y a un capitaine sur le pont (…) La situation n’était plus tenable après que le Président Hollande ait été très clair lors de son interview de la semaine passée, donnée au journal Le Monde ». « Un choix clair a été fait par l’exécutif. Des objectifs économiques clairs ne peuvent être qu’appréciés ».

La « finance » est peut-être l’ennemie de François Hollande, mais la finance, elle, aime bien François Hollande.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 09/12/2014 - 09:50
et la suite ?
on reste sur sa faim
bjorn borg
- 08/12/2014 - 09:01
Dettes?
La dette n'est pas de 205000 milliards mais de 2075 milliards d'€. Il faut donner les vrais chiffres pour ne pas abuser le lecteur! 2075 milliards c'est déjà énorme et ne sera pas remboursé, les comptes bancaires risquent d'être chypriotes.
zouk
- 07/12/2014 - 14:57
La presse française et la politique économique de Fr. Hollande
S'il n'y avait que Bokobza pour émettre ce genre d'opinions.... mais de plus combien de thuriféraires de Fr. Hollande/M.Valls dans la presse française!