En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 12 heures 28 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 13 heures 7 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 14 heures 33 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 15 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 20 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 20 heures 31 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 20 heures 34 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 12 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 14 heures 19 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 20 heures 31 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 20 heures 31 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 20 heures 35 min
© Flickr/myahya
Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, selon un article du Telegraph.
© Flickr/myahya
Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, selon un article du Telegraph.
Haute suspicion !

Cette curieuse passion de la Société générale pour la politique économique de François Hollande et Manuel Valls

Publié le 07 décembre 2014
Dans un article publié par le Telegraph et daté du 2 décembre dernier, le journaliste anglais, Ambrose Evans Pritchard, titrait « Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, et mettent la sclérose britannique en contraste avec le miracle François Hollande ». L’association du mot miracle et du nom François Hollande peut surprendre.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un article publié par le Telegraph et daté du 2 décembre dernier, le journaliste anglais, Ambrose Evans Pritchard, titrait « Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, et mettent la sclérose britannique en contraste avec le miracle François Hollande ». L’association du mot miracle et du nom François Hollande peut surprendre.

Ce titre mérite d’être relu plusieurs fois pour qui s’intéresse au différentiel de taux de croissance des deux pays, soit 0.4% en France pour 2014 contre 3% au Royaume Uni, ou à leur taux de chômage respectif ; 10.4% en France pour 6% en Grande Bretagne.

La Banque française visée par le Telegraph est la Société Générale, et plus particulièrement le dirigeant de son équipe de recherche en allocation d’actifs ; Alain Bokobza. C’est la complaisance des commentaires de la banque à l’égard de François Hollande qui semble irriter le journaliste. Notamment lorsqu’il constate l’absence de gants concernant les critiques à l’égard du gouvernement de David Cameron : 

« Pour le moment, il n’y a eu aucune réforme structurelle et aucune amélioration dans les déficits jumeaux » « les chiffres parlent d’eux-mêmes, le Royaume Uni n’est plus compétitif et cela démontre un besoin en réformes structurelles ».

Reste à vérifier si le journaliste britannique se contente de faire du french bashing ou si Alain Bokobza et ses équipes traitent effectivement la politique de François Hollande et du gouvernement français avec des pincettes.

Le 9 mai 2014, un rapport spécial de la banque indique « Les Hollandenomics s’accélèrent » :

« Deux années après l’élection présidentielle, François Hollande a annoncé un changement radical de politique en janvier 2014, ouvrant la voie à un nouveau chapitre des politiques économiques françaises ».

La politique de « l’offre » et le pacte de responsabilité sont salués. La banque applaudit le pacte de responsabilité des deux mains :

« Quatre raisons pour lesquelles cette mise en place devrait bien se passer : Une stratégie claire, un bien meilleur casting (en soulignant ici la nomination de Manuel Valls qui est qualifié comme étant  un « vrai leader »), une gouvernance améliorée (en soulignant cette fois-ci la disparition des verts au sein du gouvernement), et un faible risque d’exécution. » Sur ce dernier point, la banque a particulièrement le nez creux puisque c’est le soutien du Medef qui est alors mis en avant, ou encore une attitude générale «constructive » des syndicats, ainsi qu’un soutien sans faille d’une assemblée nationale qui aurait compris, enfin, « qu’il n’y a pas d’alternative ».

Un véritable tract électoral qui aura le triste inconvénient de ne pas beaucoup correspondre à la réalité. Car entre les critiques incessantes du Medef, l’apparition des frondeurs, l’effondrement politique de François Hollande, pour finir par être qualifié « d’échec »  par le ministre de l’économie Emmanuel Macron lui-même, le pacte de responsabilité version Société Générale peut faire sourire. Il ne manque que les bougies.

Puis, le 26 août, une nouvelle note titre « Le Président Hollande démontre son autorité ». La Banque évoque alors la mise à l’écart des ministres « rebelles » et la nécessaire clarification de la ligne économique du gouvernement français. Dans un rapport daté du même jour, l’équipe de recherche de la banque indique « Les Hollandenomics sont clarifiés : bon pour les actifs français »

« La paire Hollande Valls a clairement confirmé qu’il n’y a pas d’autre choix que les réformes de l’offre ; les trois ministres sur le départ demandaient une politique de la demande ». Mais, le point culminant est atteint avec la phrase :

« Il y a un capitaine sur le pont (…) La situation n’était plus tenable après que le Président Hollande ait été très clair lors de son interview de la semaine passée, donnée au journal Le Monde ». « Un choix clair a été fait par l’exécutif. Des objectifs économiques clairs ne peuvent être qu’appréciés ».

La « finance » est peut-être l’ennemie de François Hollande, mais la finance, elle, aime bien François Hollande.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 09/12/2014 - 09:50
et la suite ?
on reste sur sa faim
bjorn borg
- 08/12/2014 - 09:01
Dettes?
La dette n'est pas de 205000 milliards mais de 2075 milliards d'€. Il faut donner les vrais chiffres pour ne pas abuser le lecteur! 2075 milliards c'est déjà énorme et ne sera pas remboursé, les comptes bancaires risquent d'être chypriotes.
zouk
- 07/12/2014 - 14:57
La presse française et la politique économique de Fr. Hollande
S'il n'y avait que Bokobza pour émettre ce genre d'opinions.... mais de plus combien de thuriféraires de Fr. Hollande/M.Valls dans la presse française!