En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 6 heures 52 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 9 heures 23 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 13 heures 52 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 13 heures 56 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 7 heures 19 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 12 heures 45 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 13 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 13 heures 50 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 13 heures 56 min
© Flickr/myahya
Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, selon un article du Telegraph.
© Flickr/myahya
Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, selon un article du Telegraph.
Haute suspicion !

Cette curieuse passion de la Société générale pour la politique économique de François Hollande et Manuel Valls

Publié le 07 décembre 2014
Dans un article publié par le Telegraph et daté du 2 décembre dernier, le journaliste anglais, Ambrose Evans Pritchard, titrait « Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, et mettent la sclérose britannique en contraste avec le miracle François Hollande ». L’association du mot miracle et du nom François Hollande peut surprendre.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un article publié par le Telegraph et daté du 2 décembre dernier, le journaliste anglais, Ambrose Evans Pritchard, titrait « Les banques françaises abandonnent les actifs britanniques, et mettent la sclérose britannique en contraste avec le miracle François Hollande ». L’association du mot miracle et du nom François Hollande peut surprendre.

Ce titre mérite d’être relu plusieurs fois pour qui s’intéresse au différentiel de taux de croissance des deux pays, soit 0.4% en France pour 2014 contre 3% au Royaume Uni, ou à leur taux de chômage respectif ; 10.4% en France pour 6% en Grande Bretagne.

La Banque française visée par le Telegraph est la Société Générale, et plus particulièrement le dirigeant de son équipe de recherche en allocation d’actifs ; Alain Bokobza. C’est la complaisance des commentaires de la banque à l’égard de François Hollande qui semble irriter le journaliste. Notamment lorsqu’il constate l’absence de gants concernant les critiques à l’égard du gouvernement de David Cameron : 

« Pour le moment, il n’y a eu aucune réforme structurelle et aucune amélioration dans les déficits jumeaux » « les chiffres parlent d’eux-mêmes, le Royaume Uni n’est plus compétitif et cela démontre un besoin en réformes structurelles ».

Reste à vérifier si le journaliste britannique se contente de faire du french bashing ou si Alain Bokobza et ses équipes traitent effectivement la politique de François Hollande et du gouvernement français avec des pincettes.

Le 9 mai 2014, un rapport spécial de la banque indique « Les Hollandenomics s’accélèrent » :

« Deux années après l’élection présidentielle, François Hollande a annoncé un changement radical de politique en janvier 2014, ouvrant la voie à un nouveau chapitre des politiques économiques françaises ».

La politique de « l’offre » et le pacte de responsabilité sont salués. La banque applaudit le pacte de responsabilité des deux mains :

« Quatre raisons pour lesquelles cette mise en place devrait bien se passer : Une stratégie claire, un bien meilleur casting (en soulignant ici la nomination de Manuel Valls qui est qualifié comme étant  un « vrai leader »), une gouvernance améliorée (en soulignant cette fois-ci la disparition des verts au sein du gouvernement), et un faible risque d’exécution. » Sur ce dernier point, la banque a particulièrement le nez creux puisque c’est le soutien du Medef qui est alors mis en avant, ou encore une attitude générale «constructive » des syndicats, ainsi qu’un soutien sans faille d’une assemblée nationale qui aurait compris, enfin, « qu’il n’y a pas d’alternative ».

Un véritable tract électoral qui aura le triste inconvénient de ne pas beaucoup correspondre à la réalité. Car entre les critiques incessantes du Medef, l’apparition des frondeurs, l’effondrement politique de François Hollande, pour finir par être qualifié « d’échec »  par le ministre de l’économie Emmanuel Macron lui-même, le pacte de responsabilité version Société Générale peut faire sourire. Il ne manque que les bougies.

Puis, le 26 août, une nouvelle note titre « Le Président Hollande démontre son autorité ». La Banque évoque alors la mise à l’écart des ministres « rebelles » et la nécessaire clarification de la ligne économique du gouvernement français. Dans un rapport daté du même jour, l’équipe de recherche de la banque indique « Les Hollandenomics sont clarifiés : bon pour les actifs français »

« La paire Hollande Valls a clairement confirmé qu’il n’y a pas d’autre choix que les réformes de l’offre ; les trois ministres sur le départ demandaient une politique de la demande ». Mais, le point culminant est atteint avec la phrase :

« Il y a un capitaine sur le pont (…) La situation n’était plus tenable après que le Président Hollande ait été très clair lors de son interview de la semaine passée, donnée au journal Le Monde ». « Un choix clair a été fait par l’exécutif. Des objectifs économiques clairs ne peuvent être qu’appréciés ».

La « finance » est peut-être l’ennemie de François Hollande, mais la finance, elle, aime bien François Hollande.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 09/12/2014 - 09:50
et la suite ?
on reste sur sa faim
bjorn borg
- 08/12/2014 - 09:01
Dettes?
La dette n'est pas de 205000 milliards mais de 2075 milliards d'€. Il faut donner les vrais chiffres pour ne pas abuser le lecteur! 2075 milliards c'est déjà énorme et ne sera pas remboursé, les comptes bancaires risquent d'être chypriotes.
zouk
- 07/12/2014 - 14:57
La presse française et la politique économique de Fr. Hollande
S'il n'y avait que Bokobza pour émettre ce genre d'opinions.... mais de plus combien de thuriféraires de Fr. Hollande/M.Valls dans la presse française!