En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 4 heures 37 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 6 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 7 heures 46 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 9 heures 56 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 11 heures 19 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 12 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 12 heures 20 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 5 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 7 heures 42 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 7 heures 51 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 9 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 11 heures 10 sec
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 12 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 20 heures 48 min
© Reuters
La Chine multiplie les investissements en France.
© Reuters
La Chine multiplie les investissements en France.
Prédation économique ?

Y-a-t-il péril (jaune) en la demeure ? Radiographie de l’influence que la Chine se construit en France à grands coups de rachats

Publié le 12 décembre 2014
Le rachat des participations de l'aéroport de Toulouse Blagnac par des investisseurs chinois pour une somme de 300 millions d'euros suscite actuellement la polémique. Mi novembre, c'était la chaîne hôtelière Campanile qui prenait pour propriétaire Jin Jiang International, un groupe chinois.
Christian Harbulot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Harbulot est directeur de l’Ecole de Guerre Economique et directeur associé du cabinet Spin Partners. Son dernier ouvrage :Les fabricants d’intox, la guerre mondialisée des propagandes, est paru en mars 2016 chez Lemieux éditeur.Il est l'...
Voir la bio
Eric Delbecque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Delbecque est expert en sécurité intérieure, auteur des Ingouvernables (Grasset). Eric Delbecque est expert en sécurité intérieure et en intelligence économique et stratégique, Directeur du pôle intelligence économique de COMFLUENCE et Directeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le rachat des participations de l'aéroport de Toulouse Blagnac par des investisseurs chinois pour une somme de 300 millions d'euros suscite actuellement la polémique. Mi novembre, c'était la chaîne hôtelière Campanile qui prenait pour propriétaire Jin Jiang International, un groupe chinois.

Atlantico : Toulouse Blagnac, Campanile : quelles évolutions peut-on constater en termes d'investissements chinois en France depuis plusieurs années ?

Christian Harbulot : Ces investissements soulèvent plusieurs questions : Les retombées de la main tendue aux Chinois. C’est le cas par exemple dans les télécoms avec la pénétration sur le marché français de l’opérateur Huawei. Son implantation a été très rapide et facilitée par des solutions aussi efficaces voire plus efficaces que ses concurrents et surtout moins chères ! Il est le principal fournisseur de SFR et Bouygues Telecom dans le cœur de leurs réseaux mobiles. Huawei représente 650 emplois et génère 306 millions d’euros de chiffre d’affaires en France. L’opération séduction se poursuit encore de nos jours avec entre autres un investissement de 1,5 milliards d’euros d’ici 2018 dans son centre de R&D à Sophia-Antipolis.

Cet opérateur est directement sous le contrôle de l’Etat chinois, ce qui veut dire qu’il ne peut pas être considéré comme une entreprise classique. Sur ce dossier nos décideurs n’ont pas la même grille de lecture que des pays comme les Etats-Unis, le Canada et l’Australie. Sont-ils plus lucides et compétents pour se permettre de prendre une telle décision ? Rien n’est moins sûr. Que ce soit du côté politique ou du côté entrepreneurial, la recherche de rentrée d’argent à court terme semble l’emporter sut toute autre considération. C’est la même impression qui ressort dans l’éventualité d’une acquisition d’une partie des actions de l’aéroport de Toulouse Blagnac.

Le risque de prédation économique. Laisser s’installer des forces économiques au cœur de notre système aéronautique (un des derniers points d’appui de notre infrastructure industrielle compétitive) relève de la pratique de la roulette russe quand on sait que la Chine est condamnée à utiliser tous les moyens opérationnels, donc tous les raccourcis, pour se hisser au niveau des compétiteurs occidentaux. Sans sombrer dans la paranoïa, il semble que l’empressement de remplir les caisses de l’Etat l’emporte sur une approche de bon sens qui mériterait un autre regard sur les avantages et les inconvénients d’une telle politique d’ouverture aux capitaux chinois.

Eric Delbecque : Le stock d’IDE en provenance de la Chine et de Hong-Kong représente, selon la Banque de France, 1 % des stocks d’IDE en France… Il faut relativiser nos peurs… Cependant, il est exact que ces investissements ont vocation à augmenter. Au-delà, la dépendance financière de l’Europe vis-à-vis de la Chine permet à cette dernière de bénéficier, de la part du vieux continent, d’un soutien politique sur la scène internationale. A terme, elle pourrait bien se traduire par une véritable dépendance de l’Europe vis-à-vis de l’Empire du Milieu. C’est notamment la raison pour laquelle il est impératif que les pays de l’Union réduisent leur déficit public. Que conclure de cette masse complexe de données ? Simplement que les investissements directs chinois en Europe et en France s’inscrivent dans le jeu logique de la mondialisation et ne doivent pas être traités différemment de ceux, par exemple, des Etats-Unis ou du Qatar. Ils doivent faire l’objet d’une appréciation empirique, dépassionnée mais toujours vigilante.

Les acteurs chinois sont multiples : grands groupes, banques nationales ou fonds souverains (telle la China Investment Corporation). Le gouvernement chinois détient de nombreuses participations dans des sociétés étrangères par l’intermédiaire de fonds souverains, de sociétés de capital-investissement ou d’entreprises privées. Vouloir définir précisément l’origine de chaque investissement relève de l’utopie et dénote un déficit de compréhension du monde contemporain. La France est confrontée à des nations dont les stratégies de puissance mêlent intimement acteurs publics et privés, œuvrant réciproquement à leurs intérêts respectifs. C’est un enjeu global d’internationalisation financière et de mutation du capitalisme auquel la France doit faire face, que les flux proviennent de Chine, des Etats-Unis ou d’ailleurs…

Sommes-nous dans une logique similaire à celle des investissements massifs de nations étrangères en vers le Japon dans les années 90, ou encore de la série d'investissements en Grèce (stratégie de position d'appui), ou en Afrique ? 

Christian Harbulot : Je crois que nous sommes surtout dans la situation des années 80, lorsque le monde occidental s’interrogeait sur la capacité de pénétration de la seconde économie mondiale du moment, en l’occurrence le Japon dont l’agressivité commerciale posait beaucoup de problèmes aux Etats-Unis et à l’Europe. Derrière la crise financière qui a affecté l’Asie et l’explosion de la bulle immobilière japonaise, on peut discerner une volonté partagée entre Washington et ses alliés de stopper cette dynamique de conquête économique à partir du moment où le Japon ne pouvait plus exercer de pression en jouant sur la rivalité entre les deux Blocs à la suite de l’effondrement de l’URSS. Reste à savoir si le monde occidental est capable de se réunifier pour faire face à la menace globale que fait peser la Chine sur nos systèmes industriels respectifs. La Chine cherche, comme le Japon il y a vingt ans, à exploiter les contradictions du monde occidental pour en tirer un profit commercial maximal et grignoter les positions dominantes des entreprises occidentales dans les secteurs qui sont à la portée des entreprises chinoises.

Eric Delbecque : Les investisseurs chinois fonctionnent par opportunité. Ils se sont montrés très actifs lorsque la crise de la dette souveraine a fait vaciller les pays européens les plus fragiles. Du port du Pirée aux accords de coopération avec le Portugal dans les secteurs du tourisme, des télécommunications, de l’enseignement, des finances et des énergies renouvelables, la chine s’est montrée très entreprenante.

Dans quelle vision du monde ces investissements s'inscrivent-ils alors ?

Eric Delbecque : Conformément aux nouveaux objectifs définis par leur dernier Plan quinquennal, les Chinois cherchent à investir dans les sept secteurs "stratégiques" des énergies nouvelles, des biotechnologies, des voitures à propulsion alternative, des technologies de l’information de nouvelle génération, des produits manufacturés haut de gamme, des matériaux de pointe et des technologies vertes. Par le biais des IDE, les Chinois acquièrent des acteurs stratégiques ou des technologies de pointe nécessaires au développement industriel et commercial de leur pays…

Les investisseurs chinois s’engagent dans des opérations de capital variées qui dépendent de leur secteur d’activité d’appartenance et de leurs objectifs... Ce qui doit être l’objet d’une attention précautionneuse ce n’est pas tant le montant des IDE en provenance de Chine, que sa répartition. Dans le cas de la Chine, les sommes engagées mais surtout les parts de capital acquises ne ressemblent pas à de simples investissements de portefeuille offrant à l’investisseur la possibilité de se rétracter à tout moment.

Les acteurs chinois cherchent, en France et en plus largement en Europe, des compétences et un savoir-faire : une maîtrise technologique et un outil de production qui leur permettra de se développer de façon compétitive sur le marché régional, notamment en s’appropriant l’image de marque associée aux industries européennes. Ils ciblent également les infrastructures majeures qui leur permettront de favoriser l’expansion des acteurs chinois et facilitera leur accès au marché européen.

Quel a été le résultat de ces stratégies en Grèce et en Afrique ? Que peut-on dire de l'influence que ces investissements ont eu sur ces pays ?

Christian Harbulot : Les stratégies sur la Grèce sont la recherche de positions d’appui (cf. le port du Pirée près d’Athènes) et de voies d’accès sur la Mer Noire, le Moyen-Orient, les Balkans. L’approche chinoise de l’Afrique porte prioritairement sur la recherche de matières premières, d’énergie et de la location de terres agricoles. Mais il existe aussi une volonté chinoise de prendre une position dans les systèmes informatiques et les télécommunications ainsi que dans les infrastructures (ports, transports, aéroports) d’un certain nombre de pays africains. Il ne s’agit pas seulement d’une politique d’aide au développement mais aussi d’une sorte de jeu de go géostratégique pour implanter des relais de la puissance chinoise sur un continent où tout reste à faire.

Que recherchent-ils en France comparativement aux autres pays européens ?

Christian Harbulot : Ils ont compris que la France manque pour l’instant de courage pour affirmer des choix  stratégiques en termes de géoéconomie. En clair, les gouvernements qui se sont succédé depuis le milieu des années 70 n’ont pas cherché à défendre des enjeux industriels vitaux pour le développement de la France. Les marges de manœuvre chinoises étaient et restent donc très importantes à cause de cette déficience chronique.

Eric Delbecque : C’est le pari de l’Europe que la Chine a fait, et non spécifiquement de la France... La crise qui a frappé durement les États-Unis a conduit l’Empire du milieu à diversifier ses réserves de change et acheter des euros... "À l’avenir, l’Europe, sera un de nos principaux marchés pour investir nos réserves de change", avait ainsi déclaré ou "prévenu" le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Jiang Yu. Convaincus que l’Europe surmontera à terme la crise, les Chinois ont pris conscience que la situation présentait pour eux de nombreux avantages...

La Chine ne résonne pas en termes de secteur ou de pays européen mais ambitionne de se développer sur l’ensemble de la région et d’acquérir des marques, des entreprises dynamiques, des technologies, bref, des gages de qualité et de performance…

Aéronautique, télécommunications, industrie de l'armement… Quels sont les secteurs vitaux de notre industrie et de notre économie que nous nous devons de sanctuariser, et donc de protéger d'éventuelles participations chinoises, mais aussi venant d'autres pays ? 

Christian Harbulot : Il est urgent de faire l’audit de notre situation géoéconomique afin de cerner les points forts de notre infrastructure industrielle, non pas sous l’angle du seul critère de la rentabilité mais aussi sous l’angle de la survie et de la limitation de dépendances insupportables. Force est de constater que cette question est encore très peu abordée dans les allées du pouvoir. Espérons que le débat politique évolue dans ce sens sous la pression des Français et de leurs attentes sur ce qui devient vital dans leur quotidien. Ce jour-là, les forces chargées de la protection de notre patrimoine n’auront plus à s’interroger sur les décisions ubuesques qui sont prises par des politiques sans vision et malheureusement acceptées par une partie non négligeable de dirigeants d’entreprise qui ont perdu de vue l’équilibre qu’il faut maintenir entre la recherche immédiate du profit à tirer d’un soi-disant eldorado symbolisé par le marché chinois ou l’apport de ses capitaux et le devenir fragile de la France dans les décennies à venir.

Eric Delbecque : Il n’existe pas de définition précise de ce que peut être un secteur "vital" ou "stratégique". Le décret de 2005 (1) relatif au contrôle des investissements étrangers, élargi par le décret dit "Alstom" du 14 mai 2014 (2), ainsi que les textes relatifs à la sécurité des activités d’importance vitale en donnent toutefois un aperçu. Dans l’hypothèse où, une analyse approfondie et comparée des différents secteurs, activités ou intérêts identifiés comme stratégiques dans les textes et du traitement des cas d’espèce pour lesquels les textes ont trouvé ou non à s’appliquer, permettrait de mettre en exergue des points communs, une telle définition serait-elle, toutefois, en définitive opportune ? Cette définition ne risquerait-elle pas d’être rapidement obsolète compte tenu de la rapidité des évolutions économique et politique ? Ce qui est stratégique aujourd’hui ne le sera peut-être pas demain et inversement ce qui ne l’était pas hier peut le devenir aujourd’hui. En ce sens, il faudrait privilégier les définitions extensives, leur abstraction permettant en effet une plus grande efficacité.

Mais, s’il apparait évident que les secteurs comme celui de la défense nationale, de la sécurité publique, de l’énergie, de la santé publique, des transports, ou encore des télécommunications nécessitent une vigilance particulière des pouvoirs publics, il ne s’agit en aucune manière de les "sanctuariser". Le contrôle des investissements étrangers dans ces secteurs doit se faire au cas par cas.

Dans le cas de Toulouse-Blagnac, c’est le pouvoir public lui-même qui cède sa participation dans une infrastructure. Cet aéroport est déterminant pour le transport aérien de passagers commerciaux (6e en termes de Trafic annuel passager) et surtout de fret (3e en termes de tonnes par an) en France. Il convient de reposer les termes du débat traditionnel sur l’Etat-producteur et l’Etat-actionnaire.

Un effort de coordination et d’orientation supplémentaires mérite cependant d’être déployé afin de garantir une meilleure efficacité de la puissance publique en matière de sécurité économique... Les finances publiques sont contraintes par un objectif d’équilibre, l’Etat poursuivant des finalités différentes de celles d’une entreprise (définie comme une mission de services publiques). Lorsqu’il cède une part de capital, le risque potentiel de restructuration des priorités au détriment des territoires et des acteurs français ne peut être négligé. En ce sens, il doit se montrer vigilant lors des opérations de capital.

Les risques relatifs à la cession de capital doivent impérativement être traités de façon spécifiques. Il ne s’agit pas de s’opposer de façon mécanique à l’entrée d’un actionnaire mais d’analyser rigoureusement chaque situation et de déterminer les conditions d’entrée ainsi que les dispositifs de sécurisation financière et d’établir un mode de gouvernance adéquat : droit de veto, maintien d’un seuil minimal de participation, droit d’agrément sur les décisions stratégiques…

L’articulation de l’attractivité du territoire national et de la croissance nécessite expertise et justesse et doit être examinée aux prismes de ses conséquences en matière d’intérêt stratégique et d’emplois. Cette problématique doit s’insérer dans une réflexion plus globale sur la réciprocité entre les puissances.

En tout état de cause, il faut se garder de toute idéologie, de tout a priori, d’où qu’il vienne, et examiner au cas par cas les situations en fonction des intérêts stratégiques de notre pays et de l’emploi.

Il ne s’agit pas de faire le procès de l’Etat mais de parvenir à poser ce débat dans le cadre de réflexion qui sera vraiment pertinent.


(1) Décret n° 2005-1739 du 30 décembre 2005 réglementant les relations financières avec l’étranger.

(2) Décret n° 2014-479 du 14 mai 2014  relatif aux investissements étrangers soumis à autorisation préalable.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 06/12/2014 - 14:26
Huawei
Un Rapport de la Chambre des Representants daté de 2012 , mettait en garde l' instance de Sécurité Nationale sur les risques majeurs en matière de cybersécurité , des opérateurs chinois Huawei , ZTE et Lenovo . Maintenant si les chinois dans leur stratégie du collier de perles s' emparent de Marseille comme ils l' ont fait du Pirée , nos dockers de la CGT comprendront qui de la France ou de la Chine est le plus Socialiste ou le moins Kapitaliste .
vangog
- 06/12/2014 - 10:44
Qu'aurions nous dit, en 1940, si les socialistes allemands
avaient développé une stratégie de grignotage des industries stratégiques françaises? ( ce qu'elles effectuaient grâce au pacte germano-soviétique qui liait les communistes français et les encourageait à jouer contre leur camp...)
Il faut concevoir la stratégie Chinoise comme une stratégie impérialiste moderne, du même type que celle qui animaitl les socialistes allemands: les chinois ont besoin de maîtriser les industries stratégiques et les voies de communication vers le vieux continent, afin de faire de la vieille Europe un dominion Chinois. Leur stratégie de conquête repose sur deux piliers essentiels, l'hégémonie monétaire et la vassalisation des plus faibles: l'Afrique, la technostructure social-démagogique Européenne.... C'est une stratégie typiquement impérialiste et socialiste, celle du Lebensraum des socialistes allemands! N'oublions jamais que, malgré l'enfumage médiatique occidental, la Chine est une dictature socialiste de parti unique qui ne tolère aucun opposant et ne se satisfait pas d'un enfermement idéologique et économique à ses seules frontières. Elle a besoin d'une zone d'export stable pour ses des produits manufacturés de plus en plus technologiques...