En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 19 min 31 sec
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 1 heure 56 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 2 heures 37 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 12 heures 15 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 13 heures 45 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 16 heures 18 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 17 heures 19 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 18 heures 34 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 13 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 44 min 20 sec
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 2 heures 46 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 13 heures 31 sec
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 14 heures 13 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 16 heures 47 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 17 heures 54 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 19 heures 12 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 20 heures 19 min
© Reuters
La révolution numérique, un changement aussi majeur que la révolution industrielle.
© Reuters
La révolution numérique, un changement aussi majeur que la révolution industrielle.
Qui ne comprend rien n'a rien

Pourquoi les gouvernements européens vont se faire dévorer par la révolution digitale

Publié le 06 décembre 2014
Quand on essaie d’imaginer ce que la révolution digitale engendre comme changements, on est absolument halluciné par l’archaïsme des gouvernants français et même européens. Ils sont complètement à côté de la plaque.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand on essaie d’imaginer ce que la révolution digitale engendre comme changements, on est absolument halluciné par l’archaïsme des gouvernants français et même européens. Ils sont complètement à côté de la plaque.

Les gouvernements européens d'aujourd'hui sont face à la révolution digitale à peu près dans la même situation que les gouvernements du 19e siècle l’étaient devant la révolution industrielle. Au 19e siècle l’Angleterre a pris 50 ans d’avance sur la France et sur l’Allemagne, plus d’un siècle d’avance sur l’Europe du sud. Il a fallu attendre la révolution de 1848 puis le Second empire pour être gouverné par des hommes et des femmes de génie qui avaient parfaitement conscience que l’invention de la machine à vapeur, puis du rail, puis de l’architecture métallique, puis de l’urbanisme moderne, puis de l’électricité, puis de la banque moderne, allaient bouleverser la vie quotidienne des français.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz 


Il a fallu les amis de Napoléon III, les Haussmann, puis les Saint-simoniens, les Gustave Eiffel, les banquiers comme Schneider puis les Louis Renault ou André Citroën plus tard, pour pressentir que toutes les inventions technologiques apportaient autre chose que de la technologie et progrès matériel. L’imprimerie n’a pas seulement apporté du papier imprimé, elle a apporté une relation différente au savoir, donc au pouvoir. Le chemin de fer aussi qui a libéré la mobilité, l’électricité, etc.

Aujourd hui, en Europe, le digital c’est-à-dire (le mariage entre le smartphone et le logiciel d’application) n’est pas considéré comme porteur d’une révolution. Le digital pour beaucoup en France n’est qu'une technologie qui apporte un peu de commodité, un peu comme Moulinex autrefois et beaucoup "d’emmerdes" (dixit Zemmour), le digital apporte beaucoup de productivité et autant de chômage, etc. Bref, c’est un outil.

Du coup nos gouvernants gouvernent à côté de la plaque, ils gouvernent à l’intérieur de frontières qui ne délimitent plus rien, ils protègent des cultures devenues complètement poreuses, ils s’accrochent à des espaces fiscaux et des modèles qui sont complètement à côté de la réalité... Les gouvernants se protègent et reculent alors qu'il faudrait avancer et s’allier.

La révolution digitale a bouleversé toutes les habitudes et toutes les procédures et si les gouvernements n'en prennent pas compte ils seront balayés eux-mêmes.

Si le digital est une révolution (comme l’imprimerie) c’est parce qu'il a changé le rapport au savoir. En clair, tout le monde peut tout savoir sur tout dans le monde entier à un coût dérisoire. Or, le savoir c’est le pouvoir. Si le savoir appartient à tout le monde, le pouvoir aussi.

Tout va changer. Tout a déjà changé : les modes de production, les systèmes de distribution et de vente, les équipements les plus importants sont désormais connectés et dispensent déjà un autre service, la maison, la voiture. La relation avec le consommateur est bouleversée. L’acheteur d’équipement ménager est aussi informé que le vendeur de chez Darty, le malade sait autant de choses que le médecin ; l'élève est aussi branché sur l’actualité ou l’histoire que son professeur, le salariés de base sait aussi autant de chose que son chef d’équipe. La banque, les voyagistes, les assureurs, les hôteliers sont dépassés dans l’exercice de leur métier s'ils ne s’adaptent pas au changement.

Cette révolution digitale est partie de la Silicon Valley comme la révolution industrielle du 19e était partie de Londres. La révolution industrielle est tirée par des entreprises qui sont devenues des mastodontes à l’échelle mondiale : Microsoft, Google, Facebook, Apple, Amazon… et quelques autres.

Les pays européens sont absents du jeu, du moins le croient-ils. Ils pensent que Google sera capable de faire la voiture électrique et  connectée, que Facebook sera en mesure de faire de la banque en ligne, que i-booking, Airbnb pourront prendre en gestion l’hôtellerie mondiale, etc. Tout cela est vrai, possible, plausible.

Les gouvernements européens pensent cela et offrent à leur opinion un arsenal de protections et de boucliers contre ces innovations. On réfléchit des heures entières aux optimums fiscaux sans réfléchir à une amélioration de services sociaux qui coûteraient moins cher. On  discute des jours entiers sur le meilleur moyen de protéger les cultures nationales, les langues et les libertés individuelles et du coup on repousse le plus loin possible l’application  des innovations.

Mais les innovations, elles avancent et envahissent tout. Les logiques de marché ne répondent pas aux morphines politiques ou monétaires.

Alors dans ces conditions, que pourrions-nous attendre comme réponses à une révolution de cette ampleur ? Trois choses :

Un, en mesurer l’ampleur et surtout en faire la pédagogie auprès des opinions publiques. Napoléon III est le premier chef d’Etat à avoir parcouru la France dans tous les sens, non pas pour soigner sa popularité mais pour faire passer la pédagogie de la modernité...

Deux, passer des alliances. Quand la concurrence est trop difficile à assumer il faut s’allier... L’ensemble de l’industrie mondiale traditionnelle s’alliera avec les champions du pur digital. Le constructeur automobile s'alliera avec Google pour fabriquer la voiture connectée. Google n’a pas la crédibilité d’un constructeur automobile même s'il a les moyens de racheter toutes les usines du monde. Les éditeurs vont s’allier avec Amazon ou alibaba.com. Les hôteliers s’allieront avec i-booking ou d’autres… Uber rachètera des compagnies de taxi ou apportera son logiciel.

Ce qui est intéressant c’est que le digital ne tue pas les industries traditionnelles, il se marie avec elles. La révolution industrielle a tué beaucoup d’activités. Dans l’agriculture et l’industrie. Elle a favorisé la délocalisation. Le digital, non !  

Blablacar ou Uber ne vont pas tuer G7 ou les taxis bleus... Ils vont travailler à côté, ils créent le marché.

Ce qui est terrifiant aujourd'hui c’est que nos gouvernants ne veulent pas voir ces évolutions. Ils ne veulent pas accepter que les frontières européennes n’existeront plus jamais, que la nationalité d’une entreprise a très peu d’importance, ce qui compte c’est sa localisation, etc. etc.

La classe politique française a un demi-siècle de retard sur  l’entreprise, qui pour survivre est bien obligée de s’adapter.

La classe politique française est partagée en deux. Une partie a compris les nécessités et les avantages de la modernité. Une autre partie se cramponne à des modèles très conservateurs. La spécificité française, c’est que les familles de droite comme les familles de gauche sont coupées en deux...

Le drame français c’est que la géographie politique héritée de l’histoire ne correspond pas à la réalité… La vie et le débat politique sont complètement à côté de la plaque. Un tel phénomène est générateur de révolution.

Seule une crise grave peut remettre en phase la politique et la réalité. Cette crise se prépare. Tous les signes existent. Elle peut être financière (l’excès d’endettement peut, ou amener au Krak). Cette crise peut être européenne, la structure de l'Union européenne étant tellement contrainte que certains peuvent être tentés de la faire sauter (ce jour-là sera catastrophique). La crise peut être politique. Un excès de populisme et d’extrémisme conservateur de droite ou de gauche peut provoquer un sursaut national. L’époque n’est plus  propice au pouvoir autoritaire, Napoléon avait fait un coup d’Etat pour installer un empire libéral… De gaulle aussi est arrivé en France par un coup de force en 1958 mais c’était pour appliquer un développement économique. A chaque fois il y a avait un projet. Les résultats ont effacé les conditions et les moyens. Il n y a plus guère de personnalités pour critiquer l’œuvre du général de Gaulle. Quant a Napoléon III, il n’y a que Victor Hugo pour le haïr.

Aujourd'hui personne, à droite comme à gauche en politique n’a un projet cohérent avec le monde tel qu'il est. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 06/12/2014 - 12:10
L'ère digitale
Mous y sommes complètement immergés. Mais leur dramatique incompétence en matière scientifique, technique et finalement économique empêche nous politiciens, tous, de le voir et surtout de mener les politiques nécessaires, en vérité indispensables à notre survie.
Texas
- 06/12/2014 - 11:41
Digital
Un bel article sur le Suivisme national , qui comme l' Européen , cherche toujours à tirer parti des avantages fiscaux de la création qu' il a manqué . Difficile de dégager à la fois les budgets pour le Social et la R&D .