En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 39 min 18 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 2 heures 3 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 4 heures 13 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 58 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 27 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 59 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 8 heures 6 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 59 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 49 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 45 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 6 heures 16 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 29 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 8 heures 2 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 8 heures 17 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 37 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 9 heures 4 min
© Reuters
François Hollande entame ce vendredi 5 décembre une visite de 48h au Kazakhstan.
© Reuters
François Hollande entame ce vendredi 5 décembre une visite de 48h au Kazakhstan.
L'appel de l'Est

Ce que François Hollande va chercher au Kazakhstan (et les pièges dans lesquels il ne devra pas tomber)

Publié le 05 décembre 2014
François Hollande entame ce vendredi 5 décembre une visite de 48h au Kazakhstan, accompagné d'une cinquantaine de représentants d'entreprises et d'une vingtaines d'universitaires. Une visite à enjeux multiples qui peut rapporter gros, mais qui n'est pas sans risques.
Didier Chaudet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Chaudet est spécialiste de l’Asie centrale post-soviétique et de l’Asie du Sud-Ouest (Iran, Afghanistan, Pakistan). Il est directeur de la publication du CAPE et chercheur associé à l'IFEAC (Institut français d'études sur l'Asie Centrale). D...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande entame ce vendredi 5 décembre une visite de 48h au Kazakhstan, accompagné d'une cinquantaine de représentants d'entreprises et d'une vingtaines d'universitaires. Une visite à enjeux multiples qui peut rapporter gros, mais qui n'est pas sans risques.

Atlantico : François Hollande est attendu ce vendredi 5 décembre au Kazakhstan par le président Noursoultan Nazarbaïev, pour un séjour de 48h. Quel est l'objet de cette visite, et quels sont les principaux enjeux pour la France ?

Didier Chaudet : François Hollande vient au Kazakhstan avec une cinquantaine de représentants d’entreprises, mais aussi à peu près une vingtaine de présidents ou vice-présidents d’universités. Cela illustre parfaitement l’objet de cette visite. Tout d’abord, il s’agit de renforcer les liens commerciaux : en 2013, la France était le 5ème partenaire commercial d’Astana, et en terme d’investissements directs, le 4ème pays le plus important pour le Kazakhstan. Il s’agit donc de renforcer et d’accompagner cette dynamique positive. Mais le but est d’aller au delà des simples transactions commerciales : Paris veut marquer sa différence en investissant dans les échanges universitaires et la formation des futures élites kazakhstanaises. Une façon d’influencer positivement ce pays vers plus de démocratie, tout en s’assurant les moyens d’un soft power durable…

Lire également :  Bienvenue à Astana, Kazakhstan (et ça ne ressemble pas au pays de Borat...)

Après Mitterrand et Sarkozy, c'est la troisième fois qu'un Président français se rend au Kazakhstan. A quand les liens entre les deux pays remontent-ils ? Quels sont  nos atouts sur place ?

La France et le Kazakhstan ont établi des relations diplomatiques dès 1992. Comme évoqué plus haut, nos liens sont d’abord économiques, et ils sont d’importance, pour des raisons évidentes : le Kazakhstan, ce sont les 2èmes réserves d’uranium au monde, et les 9èmes au niveau du pétrole. D’ici 2020, ce pays deviendra le 7ème producteur de pétrole, aidé en cela, notamment, par Total. Le géant français travaille en effet au développement du gisement de Kachagan en mer Caspienne. Areva est pleinement investi dans l’uranium kazakhstanais, et nous avons, plus largement, une centaine d’entreprises françaises actives sur place. On pense tout particulièrement, bien sûr, à Eurocopter. Les Kazakhstanais sont généralement friands de produits français, du luxe à l’armement…

Au-delà des liens économiques qui constituent notre atout principal sur place, il faut également prendre en compte une véritable francophilie des élites kazakhstanaises. Il y a un amour de la langue et de la culture françaises qu’on retrouve d’ailleurs dans tous les pays russophones et post-soviétiques. L’Alliance française est particulièrement active au Kazakhstan, et nombreux sont les étudiant(e)s de ce pays qui veulent faire une partie de leurs études en France.

Quels intérêts le Kazakhstan trouve-t-il dans un rapprochement avec la France ?

Le Kazakhstan souhaite devenir un leader en Asie Centrale, et une nation respectée dans le monde. Astana compte parvenir à ce résultat dans le moyen à long terme en nouant des liens forts avec toutes les Grandes Puissances, qu’elles soient occidentales ou orientales. La France est également vue comme une nation pouvant permettre un transfert de technologie profitable à terme pour la nation centrasiatique. Enfin, Paris est considéré comme un allié potentiel dans les rapports entre Astana et l’Union Européenne. Les Kazakhstanais souhaitent notamment une facilitation des procédures d’obtention de visa pour leurs citoyens. Ils considèrent le régime actuel comme inadapté pour une nation dont 100 000 ressortissants visitent les différents pays européens chaque année.

Les relations avec le pays sont-elles vraiment sans risques ? Qu'en est-il notamment du niveau de corruption ; et le voisin russe pourrait-il voir cette visite d'un mauvais œil ?

On ne peut pas nier que la corruption existe dans le pays, comme dans la région et dans l’ensemble de l’espace post-soviétique. Selon Transparency International, dans son classement de la corruption pour cette année, le Kazakhstan serait à la 126ème place sur 175. Mais cibler le Kazakhstan sur cette question serait lui faire un mauvais procès : si on refuse de nouer des liens avec Astana par crainte de la corruption, autant oublier tout désir d’implantation en Asie Centrale… Le fait est que le Kazakhstan est, avec le Kirghizstan, l’un des pays où les pressions politiques et les problèmes de corruption sont les moins pesants. L’atmosphère générale y est plus favorable qu’ailleurs en Asie Centrale à une implantation économique étrangère.

Quant à la Russie, elle ne s’inquiétera pas outre mesure de la visite du président français. Certes, des sources à Paris présentent ce déplacement comme une façon d’aider le Kazakhstan à sortir de "l’étau" russo-chinois. Mais un tel positionnement montre surtout la connaissance limitée de la situation diplomatique centrasiatique de la part de certains milieux français. Le Kazakhstan n’est pas pris en otage entre Moscou et Beijing. Au contraire, Astana a su jouer habilement des méfiances entre ces deux capitales pour devenir, de fait, le troisième grand Etat de l’Organisation de Coopération de Shanghaï (OCS). Plus largement, le président Nazerbayev a mené une politique étrangère équilibrée, depuis l’indépendance de son pays, entre la Russie qu’il ne souhaite surtout pas froisser, la Chine qui est déjà la puissance économique dominante dans la région, et l’Occident. Il évite de cette manière d’être dépendant d’un seul pôle d’influence, et maintient l’indépendance de son pays face à toutes les grandes puissances. La visite du président français s’intègre totalement dans cette diplomatie multi-vectorielle, ni plus, ni moins.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 05/12/2014 - 19:34
hollande
Hollande doit s'ennuyer à l'Elysée, alors il se promène aux frais de l'Etat puisque ce n'est pas cher. Il avait dit qu'il ferait ses déplacements en train, normal comme les autres. Il a perdu sa normalité en cours de route. Les promesses, c'est bien connu, n'engagent que ceusses qui les écoutent. Sarkozy aussi est un champion des promesses. Souvenez vous du référendum de 2005! Il s'est, proprement, assis dessus. Va-t-il nous refaire encore le coup? Quant à hollande; il est si bas dans les sondages qu'il est trop tard pour remonter en 2 ans 1/2. Le vent de l'histoire ne le retiendra pas car il aura été en dessous de tout.
jmpbea
- 05/12/2014 - 15:09
Bon! En bloc, ça ne va pas servir à grand chose.....
Alors que la France crève du à hue et à dia du gouvernement de cette loque politique, elle va essayer de se trouver un peu d'oxygène dans des planètes inutiles , là où les accueils "délirants" des populations tentent de lui faire croire en une popularité à jamais perdue....triste fin de règne....le boulanger, sa copine et le petit Macron seront bientôt en partance... Varennes n'est pas loin....