En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

04.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 35 min 58 sec
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 3 heures 34 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 4 heures 13 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 4 heures 38 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 5 heures 11 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 5 heures 38 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 5 heures 54 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 6 heures 41 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 7 heures 9 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 1 heure 43 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 2 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 4 heures 24 sec
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 4 heures 15 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 5 heures 22 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 7 heures 26 min
© Reuters
François Hollande entame ce vendredi 5 décembre une visite de 48h au Kazakhstan.
© Reuters
François Hollande entame ce vendredi 5 décembre une visite de 48h au Kazakhstan.
L'appel de l'Est

Ce que François Hollande va chercher au Kazakhstan (et les pièges dans lesquels il ne devra pas tomber)

Publié le 05 décembre 2014
François Hollande entame ce vendredi 5 décembre une visite de 48h au Kazakhstan, accompagné d'une cinquantaine de représentants d'entreprises et d'une vingtaines d'universitaires. Une visite à enjeux multiples qui peut rapporter gros, mais qui n'est pas sans risques.
Didier Chaudet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Chaudet est spécialiste de l’Asie centrale post-soviétique et de l’Asie du Sud-Ouest (Iran, Afghanistan, Pakistan). Il est directeur de la publication du CAPE et chercheur associé à l'IFEAC (Institut français d'études sur l'Asie Centrale). D...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande entame ce vendredi 5 décembre une visite de 48h au Kazakhstan, accompagné d'une cinquantaine de représentants d'entreprises et d'une vingtaines d'universitaires. Une visite à enjeux multiples qui peut rapporter gros, mais qui n'est pas sans risques.

Atlantico : François Hollande est attendu ce vendredi 5 décembre au Kazakhstan par le président Noursoultan Nazarbaïev, pour un séjour de 48h. Quel est l'objet de cette visite, et quels sont les principaux enjeux pour la France ?

Didier Chaudet : François Hollande vient au Kazakhstan avec une cinquantaine de représentants d’entreprises, mais aussi à peu près une vingtaine de présidents ou vice-présidents d’universités. Cela illustre parfaitement l’objet de cette visite. Tout d’abord, il s’agit de renforcer les liens commerciaux : en 2013, la France était le 5ème partenaire commercial d’Astana, et en terme d’investissements directs, le 4ème pays le plus important pour le Kazakhstan. Il s’agit donc de renforcer et d’accompagner cette dynamique positive. Mais le but est d’aller au delà des simples transactions commerciales : Paris veut marquer sa différence en investissant dans les échanges universitaires et la formation des futures élites kazakhstanaises. Une façon d’influencer positivement ce pays vers plus de démocratie, tout en s’assurant les moyens d’un soft power durable…

Lire également :  Bienvenue à Astana, Kazakhstan (et ça ne ressemble pas au pays de Borat...)

Après Mitterrand et Sarkozy, c'est la troisième fois qu'un Président français se rend au Kazakhstan. A quand les liens entre les deux pays remontent-ils ? Quels sont  nos atouts sur place ?

La France et le Kazakhstan ont établi des relations diplomatiques dès 1992. Comme évoqué plus haut, nos liens sont d’abord économiques, et ils sont d’importance, pour des raisons évidentes : le Kazakhstan, ce sont les 2èmes réserves d’uranium au monde, et les 9èmes au niveau du pétrole. D’ici 2020, ce pays deviendra le 7ème producteur de pétrole, aidé en cela, notamment, par Total. Le géant français travaille en effet au développement du gisement de Kachagan en mer Caspienne. Areva est pleinement investi dans l’uranium kazakhstanais, et nous avons, plus largement, une centaine d’entreprises françaises actives sur place. On pense tout particulièrement, bien sûr, à Eurocopter. Les Kazakhstanais sont généralement friands de produits français, du luxe à l’armement…

Au-delà des liens économiques qui constituent notre atout principal sur place, il faut également prendre en compte une véritable francophilie des élites kazakhstanaises. Il y a un amour de la langue et de la culture françaises qu’on retrouve d’ailleurs dans tous les pays russophones et post-soviétiques. L’Alliance française est particulièrement active au Kazakhstan, et nombreux sont les étudiant(e)s de ce pays qui veulent faire une partie de leurs études en France.

Quels intérêts le Kazakhstan trouve-t-il dans un rapprochement avec la France ?

Le Kazakhstan souhaite devenir un leader en Asie Centrale, et une nation respectée dans le monde. Astana compte parvenir à ce résultat dans le moyen à long terme en nouant des liens forts avec toutes les Grandes Puissances, qu’elles soient occidentales ou orientales. La France est également vue comme une nation pouvant permettre un transfert de technologie profitable à terme pour la nation centrasiatique. Enfin, Paris est considéré comme un allié potentiel dans les rapports entre Astana et l’Union Européenne. Les Kazakhstanais souhaitent notamment une facilitation des procédures d’obtention de visa pour leurs citoyens. Ils considèrent le régime actuel comme inadapté pour une nation dont 100 000 ressortissants visitent les différents pays européens chaque année.

Les relations avec le pays sont-elles vraiment sans risques ? Qu'en est-il notamment du niveau de corruption ; et le voisin russe pourrait-il voir cette visite d'un mauvais œil ?

On ne peut pas nier que la corruption existe dans le pays, comme dans la région et dans l’ensemble de l’espace post-soviétique. Selon Transparency International, dans son classement de la corruption pour cette année, le Kazakhstan serait à la 126ème place sur 175. Mais cibler le Kazakhstan sur cette question serait lui faire un mauvais procès : si on refuse de nouer des liens avec Astana par crainte de la corruption, autant oublier tout désir d’implantation en Asie Centrale… Le fait est que le Kazakhstan est, avec le Kirghizstan, l’un des pays où les pressions politiques et les problèmes de corruption sont les moins pesants. L’atmosphère générale y est plus favorable qu’ailleurs en Asie Centrale à une implantation économique étrangère.

Quant à la Russie, elle ne s’inquiétera pas outre mesure de la visite du président français. Certes, des sources à Paris présentent ce déplacement comme une façon d’aider le Kazakhstan à sortir de "l’étau" russo-chinois. Mais un tel positionnement montre surtout la connaissance limitée de la situation diplomatique centrasiatique de la part de certains milieux français. Le Kazakhstan n’est pas pris en otage entre Moscou et Beijing. Au contraire, Astana a su jouer habilement des méfiances entre ces deux capitales pour devenir, de fait, le troisième grand Etat de l’Organisation de Coopération de Shanghaï (OCS). Plus largement, le président Nazerbayev a mené une politique étrangère équilibrée, depuis l’indépendance de son pays, entre la Russie qu’il ne souhaite surtout pas froisser, la Chine qui est déjà la puissance économique dominante dans la région, et l’Occident. Il évite de cette manière d’être dépendant d’un seul pôle d’influence, et maintient l’indépendance de son pays face à toutes les grandes puissances. La visite du président français s’intègre totalement dans cette diplomatie multi-vectorielle, ni plus, ni moins.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 05/12/2014 - 19:34
hollande
Hollande doit s'ennuyer à l'Elysée, alors il se promène aux frais de l'Etat puisque ce n'est pas cher. Il avait dit qu'il ferait ses déplacements en train, normal comme les autres. Il a perdu sa normalité en cours de route. Les promesses, c'est bien connu, n'engagent que ceusses qui les écoutent. Sarkozy aussi est un champion des promesses. Souvenez vous du référendum de 2005! Il s'est, proprement, assis dessus. Va-t-il nous refaire encore le coup? Quant à hollande; il est si bas dans les sondages qu'il est trop tard pour remonter en 2 ans 1/2. Le vent de l'histoire ne le retiendra pas car il aura été en dessous de tout.
jmpbea
- 05/12/2014 - 15:09
Bon! En bloc, ça ne va pas servir à grand chose.....
Alors que la France crève du à hue et à dia du gouvernement de cette loque politique, elle va essayer de se trouver un peu d'oxygène dans des planètes inutiles , là où les accueils "délirants" des populations tentent de lui faire croire en une popularité à jamais perdue....triste fin de règne....le boulanger, sa copine et le petit Macron seront bientôt en partance... Varennes n'est pas loin....