En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 10 min 49 sec
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 16 heures 57 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 18 heures 7 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 19 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 20 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 22 heures 20 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 2 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 16 heures 43 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 18 heures 38 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 19 heures 49 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 21 heures 40 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 23 heures 4 min
© Reuters
Les sondages promettent un raz-de-marée à la droite.
© Reuters
Les sondages promettent un raz-de-marée à la droite.
Savoir raison garder

Pourquoi la droite ferait bien de ne pas se réjouir du raz-de-marée que lui promettent les sondages

Publié le 05 décembre 2014
D'après un sondage CSA pour Le Figaro, si l'Assemblée devait être renouvelée aujourd'hui, l'opposition UMP-UDI y décrocherait près de 500 sièges. Mais en prenant en compte l'abstention, ce sondage révèle avant tout l'incapacité de l'ensemble des partis à séduire l'électorat.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après un sondage CSA pour Le Figaro, si l'Assemblée devait être renouvelée aujourd'hui, l'opposition UMP-UDI y décrocherait près de 500 sièges. Mais en prenant en compte l'abstention, ce sondage révèle avant tout l'incapacité de l'ensemble des partis à séduire l'électorat.

Les résultats du sondage CSA pour Le Figaro sur le rapport de forces politique national en cas d’élections législatives nous apprennent que...

 

Cliquez sur l'image pour agrandir -
Sondage CSA pour Le Figaro sur le rapport de forces politique national -
Décembre 2014

Toutefois...

Si l'on considère ces résultats relativement à l'ensemble des personnes interrogées, c'est-à-dire en inlcuant les 20% de ceux qui "n'expriment pas leur intention de vote", les résultats obtenus par les différents partis sont les suivants :
 

  • Un candidat d'extrême gauche (LO, NPA) =  résultat passe de 1% à 0,8%
     
  • Un candidat du Front de Gauche = résultat passe de 8% à 6,4%
     
  • Un candidat du Parti socialiste, du PRG ou du MRC = résultat passe de 18% à 14,4% (environ 1 Français sur 7)
     
  • Un candidat d'Europe Ecologie-Les Verts = résultat passe de 7% à 5,6%
     
  • Un candidat de l'UDI-MoDem = résultat passe de 12% à 9,6% (environ 1 Français sur 10)
     
  • Un candidat de l'UMP = résultat passe de 24% à 19,2% (environ 1 Français sur 5)
     
  • Un candidat de Debout la République / la France = résultat passe de 1% à 0,8%
     
  • Un candidat du Front National = résultat passe de 23% à 18,4% (environ 1 Français sur 5)
     
  • Un autre candidat = résultat passe de 6% à 4,8%
     
  • Le pourcentage restant en non exprimé : résultat passe de 0% à 20%

 

Atlantico : Si l'Assemblée nationale devait être renouvelée aujourd'hui, un sondage CSA pour Le Figaro annonce un raz-de-marée d l'UMP-UDI qui décrocherait près de 500 sièges. Mais une lecture rapide des rapports de force au premier tour souligne le peu de Français que représente l'UMP (24%), un pourcentage abaissé à 19,2% si sont pris en compte ceux qui n'expriment pas d'intention de vote (20%). Qu'en dire pour l'UMP ? Cela met-il notamment en balance ce qui est présenté comme une victoire éclatante par le sondage du CSA ?

Christophe Bouillaud : Si l’on suppose que les 20% qui ne se prononcent pas dans le sondage en question ne vont pas voter et qu’il n’y a pas de campagne électorale avant cette élection législative, effectivement, on pourrait y voir un fort indice de victoire probable en sièges de la droite et du centre, mais, plutôt que comme une intention de vote de la part des interviewés pour une élection encore fictive, on peut surtout y voir la condition minoritaire dans l’électorat en général des partis politiques actuels.

A ce stade, aucun grand parti n’est capable de séduire par son offre politique à lui seul plus de 20% des inscrits : l’UMP en séduirait 19%, le FN un tout petit moins de 18%, et le PS nettement moins, 14%. Si l’on regarde au niveau des camps, la droite alliée au centre (UMP, centre, DLR) atteint à peine 30% des inscrits, et la gauche (PS, FG, EELV) en est réduite un gros quart des intentions de vote parmi les inscrits.

Pour l’UMP et le centre, cela devrait servir d’avertissement : les victoires électorales probablement à venir ne signifieront peut-être pas l’obtention d’une "majorité sociologique" dans le pays, et en pratique, elles leur donneront un mandat d’autant moins légitime que l’électorat se sera plus abstenu. Il faudra éviter de s’illusionner sur le sens de sa victoire, et cela rendra plus compliqué de réformer. Les référendums que l’on promet un peu vite d’organiser au lendemain de la victoire  recèleront peut-être de mauvaises surprises.

Sur l'ensemble de l'électorat, qui sont ces 19,2% de Français que l’UMP représente ?

Selon le sondage en question, la seule donnée dont nous disposons sur ces interviewés est leur vote aux élections précédentes (présidentielle de 2012 et européennes de 2014), d’où il ressort qu’une très large majorité d’entre eux sont des fidèles du camp de la droite et du centre. Il y a selon ce sondage bien peu de convertis en provenance de la gauche ou de l’extrême-droite.

Les électeurs du FN de 2012 ou de 2014 sont ici d’une fidélité exemplaire à leur vote, et ceux de gauche de 2012 ou de 2014 s’aventurent rarement à changer de camp pour aller à droite.

Le sondage nous dit que sur les deux tours de législatives anticipées, l'électorat de gauche ne se mobiliserait pas. Qu'en serait-il réellement pour la droite au regard de l'abstention (en hausse depuis l'inversion du calendrier électoral, et en moyenne à 43% en 2012) ? Cette dernière serait-elle toujours aussi élevée que par le passé ?

L’abstention de gauche est crédibilisée par ce qui s’est passé lors des récentes élections municipales, où l’électorat de gauche n’a guère réagi au second tour face à la défaite annoncée. Cependant, tout dépendrait de la manière dont la campagne électorale se passerait et qui serait le candidat principal de la droite.

En cas de dissolution de l’Assemblée nationale avant 2017, le retour de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP pourrait peut-être avoir un effet  de mobilisation à gauche, en particulier si la perspective de le voir devenir Premier ministre de cohabitation d’un François Hollande en perdition effrayait trop cet électorat. Il en serait sans doute de même en cas d’alliance, qu’elle soit officielle ou officieuse, entre l’UMP et le FN. A droite, on peut tout de même supposer que la perspective de la victoire mobilisera ses électeurs, quel que soit par ailleurs le leader choisi pour guider la bataille.

De plus, on sait que la participation à une élection dépend de l’importance que les électeurs sont amenés à lui accorder en termes de répartition du pouvoir dans un pays. Des législatives suite à une dissolution par François Hollande n’auraient pas le même sens que des législatives telles que celles faites après une élection présidentielle (comme en 2002, 2007 et 2012). L’enjeu y serait bien plus grand, la droite et le centre pourraient d’ailleurs jouer à plein la carte du référendum révocatoire anti-Hollande pour mobiliser  en cherchant la plus grande participation possible et pas seulement la simple victoire en sièges.

Ce mouvement s'opérerait-il par adhésion au projet et aux valeurs défendues par l'UMP ou simplement par opposition à la gauche ?

Le plus probable, c’est qu’on observe simplement un effet de balancier, lié à la démobilisation d’un camp, celui de la gauche, et la mobilisation, de modérée à forte, d’un autre, celui de la droite et du centre, pour "sortir les sortants". 

Si l’on reste à ces niveaux d’impopularité du pouvoir, il ne sera pas très difficile à la droite et au centre de s’imposer. L’extrême droite devrait aussi réussir à mobiliser ses électeurs. Avec un tel niveau de chômage, le sort du parti au pouvoir est largement scellé d’avance.

La possibilité que cet électorat s'abstienne de voter pour l'UMP sur les deux tours des législatives reste-t-elle envisageable ?

Que l’électorat de droite boude l’UMP sur les deux tours me paraît bien improbable. Le désir de sortir les sortants de gauche sera bien trop grand. L’UMP et le centre restent à ce jour le meilleur bélier pour bouter la gauche hors du château.

Les calculs faits par cet institut sur les sièges, aussi hypothétiques soient-ils à ce stade, redimensionnent d’ailleurs nettement le rôle du FN, qui n’a pas d’alliés dans une élection législative.

Le parallèle avec la victoire de François Hollande en 2012, sur les deux tours, peut-il être dressé ?

Oui, sans doute. Sa victoire tient largement au fait que les électeurs de gauche avaient vraiment envie de se débarrasser de Nicolas Sarkozy. De manière amusante, lors de sa dernière interview télévisée, François Hollande a affirmé qu’il n’était pas devenu Président de la République "par hasard", comme pour nier l’importance de cet effet de rejet de Nicolas Sarkozy dans sa victoire de 2012.

D'autres exemples de grands rendez-vous électoraux sont-ils à ce titre pertinents ?

Il faut rappeler qu’en dehors de l’élection de 2007, tous les grandes élections nationales en France ont fini par des alternances depuis 1981, et encore 2007 est peut-être une exception qui confirme la règle puisque Nicolas Sarkozy avait eu l’intelligence de se présenter comme un candidat de rupture avec son propre camp, la droite, et son président, Jacques Chirac.

L’effet de rejet et de démobilisation différentielle de l’un des deux camps sont une constante depuis des décennies désormais. Cela serait bien étonnant que l’on ne rejoue pas ce même scénario.

Propos recueillis et mis en forme par Franck Michel / sur Twitter

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LouisArmandCremet
- 04/12/2014 - 12:48
Exception
Ca n'est pas 2007 qui fut un exception mais 2002 où Chirac élu avec les voix de gauche a en fait, fait une politique de gauche...
phegp
- 04/12/2014 - 10:34
Encore un sondage
bourré de si ceci, si cela, etc. Par contre, j'aime assez le terme "référendum révocatoire".