En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 11 heures 35 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 21 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 13 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 11 heures 58 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 15 heures 15 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 12 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
Les résultats de l’économie japonaise sont très nettement revus à la hausse.
© Reuters
Les résultats de l’économie japonaise sont très nettement revus à la hausse.
Mémoire courte

15 jours après la déferlante d’Abenomics bashing, les résultats de l’économie japonaise très nettement revus à la hausse dans l’indifférence générale

Publié le 03 décembre 2014
Après les torrents de critiques adressées aux résultats produits par les Abenomics, les derniers chiffres publiés viennent largement contredire l’hypothèse d’un échec. Plein emploi, dépenses d’investissements, profits, ventes, salaires nominaux, secteur manufacturier : les indicateurs sont au vert.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les torrents de critiques adressées aux résultats produits par les Abenomics, les derniers chiffres publiés viennent largement contredire l’hypothèse d’un échec. Plein emploi, dépenses d’investissements, profits, ventes, salaires nominaux, secteur manufacturier : les indicateurs sont au vert.

Alors que la plupart des pays développés, notamment en Europe, ont gentiment décidé de pantoufler en attendant la fin de la crise, le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a choisi une autre voie. C’est ainsi que depuis le mois de décembre 2012, la politique nommée "Abenomics" est à l’œuvre. Une politique basée principalement sur la relance monétaire et que le monde entier attend au tournant. Par exemple le Figaro qui titrait récemment "dissolution au Japon : l’échec des Abenomics", ou pour les Echos, "Les Abenomics et l’illusion de la potion magique", pour l’Express,  "L’effet Abenomics n’a pas eu lieu", et dans un ton plus léger Le Monde émet des "doutes".

Bref, on rit encore de cette stratégie japonaise qui décidemment, ne produit aucun résultat. Cette "potion magique" ne vaut pas un clou. En cause, l’annonce le 17 novembre dernier d’une récession au pays du soleil levant. En effet, la croissance japonaise est en berne et chute de 1.6% au troisième trimestre 2014. "L’Abenomics bashing" pouvait continuer.

L’échec est en effet monstrueux. Notamment lorsque le porte-parole du gouvernement ; Yoshihide Suga annonce le 1er décembre que les dépenses en capital des entreprises sont en forte progression de 5.5% sur un an, révisant une première estimation de -0.2%. Concernant les profits des entreprises, la hausse atteint 7.6% pour le trimestre, pour des ventes en hausse de 2.9%. A elle seule, cette révision devrait suffire à annihiler toute notion de récession. La prochaine estimation du PIB sera dévoilée le 9 décembre et apportera une réponse à cette question.

Dans la même veine, le ministère du travail japonais annonçait le 28 novembre que le nombre d’emplois disponibles au Japon excède le nombre de personnes recherchant un emploi (1.15 emploi disponible par personne cherchant un emploi), mais également que le nombre de nouveaux emplois disponibles excède cette fois-ci très largement le nombre de personnes en recherche (1.85 nouvel emploi par personne disponible). Le résultat est que la situation de tension actuelle sur le marché de l’emploi japonais est inédite depuis 1992.

C’est donc tout logiquement que le 28 novembre, le bureau statistique japonais indiquait également que le taux de chômage baissait une nouvelle fois, pour atteindre 3.5% de la population active. Du jamais vu depuis 1997, c’est-à-dire depuis 17 ans. La situation est claire, le Japon a aujourd’hui atteint les conditions du plein emploi.  

Et la traduction de cet état de tension est désormais visible dans les salaires. En effet, après une baisse de 0.2% en 2011,  une autre baisse de 0.7% en 2012, une stabilisation en 2013, les salaires nominaux repartent enfin à la hausse en 2014, soit de 0.5% pour le mois d’octobre. (Rapport publié le 2 décembre par le ministère de l’emploi).  Signe que les 20 années de déflation sont en passe d’être dépassées.

Enfin l’institut Markit dévoilait le 24 novembre dernier que "Les conditions d’affaires dans le secteur manufacturier japonais continuent de s’améliorer en novembre, soutenues par la croissance et les anticipations de nouveaux marchés".

Mais rien n’y fait, les Abenomics ne "marchent" pas. Et la dernière preuve en date a été délivrée par l’abaissement de la note de crédit du Japon par l’agence Moodys. Une sanction qui a d’ailleurs été saluée par une hausse du Nikkei et une baisse des taux d’intérêts. Un non évènement.

Comme l’indiquait l’économiste Peter Tasker (installé au Japon depuis 30 ans) avec une certaine ironie "En dehors du plein emploi, d’une hausse record des marchés, de taux d’intérêts bas, de profits records, d’une meilleure gouvernance, d’un boum touristique, d’une participation plus forte des femmes à l’emploi, d’une hausse des exportations, d’une hausse des dépenses en capital, qu’est-ce que les Abenomics nous ont apporté ?". La fin de la déflation et des élections qui se tiendront le 14 décembre prochain. Des élections législatives qui se transforment peu à peu en référendum pro ou anti Abenomics.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/12/2014 - 17:25
@bjorn borg Pour mieux vous faire comprendre...
Croissance du PIB des USA = 2.2% allant vers les 3%(4.2% au 2d trimestre)
Croissance du PIB du Japon=3.5%
la France est quinzième des dix-huit européens avec 0.3% de croissance!
Croissance UE=0.8%

Chômage Japon=3.5%
Chômage USA=6%
Chômage France=10%
Chomage UE=11%
C'est clair, non?
Le questionnement par rapport à la création monétaire n'est pas de savoir si cela fonctionne ou si cela est moral, vieille facon de fonctionner moralisante et angélique des Européens, mais de l'envisager de façon dynamique et comparative. Si des grandes puissances monétaires se livrent à des manipulations monétaires en forme de QE ou de taux de change, et tous le font, Chine, USA, GB, Suède, danemark, Canada, Australie...alors, le plus benêt de tous est celui qui ne le fait pas...ou qui se livre à des menaces de QE, sans jamais les exécuter, ce qui est pire que tout! l'UE doit abandonner sa vision statique, moralisante et archaique de l'Economie et s'adapter à la globalisation...ou crever!
bjorn borg
- 03/12/2014 - 14:14
vangog
Non, la planche à billets n'est pas la solution. C'est une solution à courte vue, bon pour la bourse mais pas pour l'économie réelle. Il n'y a qu'à écouter les vidéos d'Olivier Delamarche à ce sujet. Le Japon pratique depuis pas mal de temps les QE ainsi que les USA. Où en est l'économie du Japon? Où en est l'économie des USA avec leurs énormes déficits? Que valent leur monnaie? Là, je crois que presque tout est dit.
Texas
- 03/12/2014 - 13:16
Moody's
Donc , si j' ai bien compris , parmi les trois conditions indispensables à la réussite des Abenomics , il y en a au moins une qui rame quelque peu . Serait-ce celle des réformes structurelles ? Moody's dégrade sur les incertitudes accrues de réduction budgetaire . Si les Japonais ont du mal avec cela , on imagine l' Europe du Sud dans la même situation . Mais pourquoi pas , et puis avons-nous le choix ?