En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Maladies infectieuses
La tuberculose n'est pas de retour, elle n'a jamais été éradiquée !
Publié le 23 septembre 2011
Grâce à un dépistage récent, les autorités sanitaires ont pu diagnostiquer une vingtaine de cas de tuberculose en Seine Saint-Denis. Comment expliquer la résurgence et la propagation de cette maladie?
François Bricaire est un médecin. Il est chef du service Maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris. Il est professeur à l'Université Paris VI-Pierre et Marie Curie. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bricaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bricaire est un médecin. Il est chef du service Maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris. Il est professeur à l'Université Paris VI-Pierre et Marie Curie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grâce à un dépistage récent, les autorités sanitaires ont pu diagnostiquer une vingtaine de cas de tuberculose en Seine Saint-Denis. Comment expliquer la résurgence et la propagation de cette maladie?

Atlantico : Y a-t-il matière à s’inquiéter lorsque l’on découvre une vingtaine de cas d’une maladie assez contagieuse comme la tuberculose ?

François Bricaire : On doit considérer que c’est un problème important. C’est une maladie contagieuse, présente partout dans le monde, et même dans un pays comme la France. Et il suffit qu’il y ait des conditions de vie dégradées pour qu’un malade tuberculeux en contamine d’autres.

 

Y a-t-il en général une recrudescence de cas ?

Non, mais il y a actuellement toujours nombre de cas de tuberculose, et en particulier en Ile-de-France et à Paris. C’est dû au fait qu’il y a une population importante, avec une présence forte immigrés qui viennent de pays où la tuberculose sévit, et en outre le fait que des foyers y sont en mauvaises conditions d’alimentation, d’habitat, de moyens de subsistance, peut-être un peu plus qu’ailleurs.

 

Les facteurs sociaux (pauvreté, malnutrition, hygiène… ) jouent donc un rôle déterminant ?

Oui, c’est connu depuis longtemps. Tout ce qui collabore à détériorer l’hygiène mais surtout l’alimentation, les conditions de vie, et même l’aspect psychologique. Les personnes en difficulté psychologique sont beaucoup plus sensibles à l’apparition d’une tuberculose.

 

L’aspect psychologique ?

Oui, ceux qui ont une existence difficile, voire malheureuse, sont dans un état plus propice à l’apparition d’une tuberculose. Laennec, qui s’est occupé de tuberculose (il en est d’ailleurs décédé), écrivait qu’il voyait beaucoup de pathologies tuberculeuses chez les jeunes filles de bonne famille qui s’ennuyaient. Et cet élément d’ennui, qui aboutissait à les faire déprimer, favorisait l’apparition de la tuberculose.

 

Plus clairement, quelqu’un au chômage et souffrant de mauvaise alimentation ou bénéficiant d’une hygiène insuffisante, aura plus de risques d’attraper la tuberculose ?

Absolument. Ce sont malheureusement les conditions favorables à l’éclosion d’un foyer tuberculeux.

 

De manière plus générale, peut-on assister réellement à un retour, dans nos sociétés occidentales, de maladies dites « anciennes », qu’on pensait avoir éradiquées ?

Ce n’est pas impossible, d’abord parce qu’il existe un aspect décrit depuis longtemps : le caractère parfois cyclique des maladies infectieuses. En outre on contrôle ces maladies par divers moyens, et si ces moyens se relâchent, alors ces maladies peuvent réapparaître. L’un de ces moyens est la vaccination. Quand on lâche la vaccination antidiphtérique, ce qui n’a jamais été fait en France, mais dans d’autres pays, on voit réapparaître la diphtérie. Dans le cas de la tuberculose, la paupérisation dans le monde ne peut être qu’un facteur favorable à voir le nombre de tuberculeux augmenter, si on ne prend pas des mesures par ailleurs pour éviter qu’elle ne s’exprime.

 

Justement, en parlant de vaccination, le vaccin par le BCG contre la tuberculose n’est plus obligatoire. Comment expliquer cet « abandon » partiel ?

Ce vaccin n’est pas parfait, c’est-à-dire qu’il n’assure pas une protection de très haute qualité ou absolue. C’est la raison pour laquelle il a été discuté, contesté, et surtout hors de France. Des pays ont décidé d’abandonner le BCG, d’autres ne le font d’ailleurs pas du tout. Ainsi, à la lumière d’études, de réflexions nationales et internationales, la France a décidé d’alléger le système, de considérer que lorsqu’il y avait un risque faible, dans la population, de voir survenir une infection tuberculeuse, on ne rendait plus obligatoire son vaccin. En France, l’obligation qui a été lâchée est néanmoins assortie de mesures complémentaires où la vaccination est vivement conseillée, et où elle doit être exécutée dans les zones à haute prévalence de tuberculose, comme justement l’Ile-de France, une zone où habitent de nombreux immigrés d’Afrique, d’Asie, et d’autres pays européens…

 

Ces maladies existant depuis longtemps évoluent, changent ?

La tuberculose n’a jamais été éradiquée. Elle a baissé, elle est partiellement contrôlée. Des maladies ont été éradiquées : la variole, la poliomyélite sans doute un jour. La tuberculose, non. Elle a été diminuée dans certains pays, mais elle remonte avec l’apparition du SIDA, les facteurs de paupérisation… Elle est un sujet de préoccupation, pour certaines zones géographiques de France qui sont à haut risque, dont l’Ile de France et certains départements d’Outre-Mer.

C’est une maladie difficile à contrôler, s’il y a un problème, d’autant plus que certains bacilles tuberculeux deviennent parfois moins sensibles ou plus résistants aux antibiotiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
04.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
05.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
06.
Accusation de plagiat : Kev Adams trouve "inacceptable" le procès fait à Gad Elmaleh
07.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chateleine
- 24/09/2011 - 15:16
tuberculose?
c,est la maladie de l,immigration,c,est encore les francais qui vont payer l,addition ,il faut faire payer les socialistes puisqu,ils defendent les immigres,toujours plus vivement marine!
Ganesha
- 24/09/2011 - 10:59
Désinformation
Un article médical pollué par des crétins racistes.
Charles de G
- 24/09/2011 - 10:33
Cessez la désinformation !!!
Chacun sait que la tuberculose était totalement éradiquée en Europe et particulièrement en France. N'importe quel médecin pourra vous le confirmer.

En revanche, les vague d'immigrés qui déferlent sur nous depuis des années nous a ramené la maladie.

VOILA LA VERITE QUE VOUS CHERCHEZ, ENCORE UNE FOIS, A CACHER AUX FRANCAIS...