En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Prières

Vers la fin prochaine de l’islamisme : Allah entendra-t-­il Alexandre Adler ?

Publié le 30 novembre 2014
Il vient de publier « le Califat sanglant ». Un bon titre. Et une analyse au scalpel des djihadistes de l’État islamique d’Irak et au Levant.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il vient de publier « le Califat sanglant ». Un bon titre. Et une analyse au scalpel des djihadistes de l’État islamique d’Irak et au Levant.

Il se peut que vous ne souhaitiez pas voir les vidéos écœurantes des enfants Yezidis décapités. Il n'est pas exclu que les images des otages occidentaux égorgés vous dégoûtent profondément. Il est possible que la vision d'un homme crucifié par un djihadiste vous soulève le cœur. Mais il ne nous est pas interdit de lire.

Lire pour comprendre d’où viennent les monstres enfantés par le monde musulman. Lire pour les combattre y compris en France où l'odeur et le spectacle du sang subjugue tant d'apprentis assassins qui se shootent aux vidéos que nous ne voulons pas voir. Les barbares viennent de loin dans le temps et dans l'espace.

C'est pourquoi Alexandre Adler nous emmène en Turquie, en Égypte et des rives du Tigre et l’Euphrate jusqu'au sable d'Arabie. Le califat est un vieux rêve de l'Islam. Un cauchemar aujourd’hui. Pendant des siècles le rôle de calife fut dévolu aux sultans ottomans. Chefs spirituels (mais dans l'Islam comment démêler le spirituel du politique?) de la « oumma » la communauté des croyants. Puis ce sceptre tomba de leurs mains faiblissantes.

Mais l'idée du califat, monstrueusement totalitaire dans son essence, continua à vivre. Souterraine, réprimée, effacée en apparence par le vent de modernité qui soufflait sur le monde arabe. Les Frères Musulmans la cultivèrent en Égypte, des théologiens sunnites en Arabie, en Irak, en Syrie et ailleurs l’érigèrent en aboutissement ultime de la vraie foi, la foi pure et dévastatrice pour les infidèles.

Sortie des catacombes elle resurgit aujourd'hui avec une sauvagerie sanglante et sans pareil. Le Califat sanglant.... ce sang lui est nécessaire. Pour glacer d'effroi tous ceux qui, musulmans sunnites, ne se soumettraient pas à son joug. Pour tous les autres, chiites (et donc hérétiques) chrétiens, kurdes, sa seule promesse c'est la mort. Mais ce sang remplit aussi un rôle recruteur. Nombreux sont ceux qui en dehors du monde arabe, et en particulier en France, subliment leur ego dans une ivresse qui les autorise à manier le sabre et le couteau pour couper des têtes que leur dieu veut voir tomber. Une tragédie.

Mais Alexandre Adler lui annonce une fin optimiste. Il établit un parallèle, qu'on pourra trouver audacieux, entre les nazis et les djihadistes, unis dans la même frénésie. En 1943, alors que la guerre paraissait de toute évidence perdue pour Hitler ce dernier redoubla d’effort pour exterminer le plus de juifs possible. Pour Adler les djihadistes sont en 1943 : ils tuent autant que faire se peut sentant leur défaite approchée. Et il entrevoit la création d'un front des états musulman modérés qui terrasseront le monstre. Qu’Allah l'entende ! Mais comment être sûr qu'Adler connaît les bonnes prières pour s'adresser à lui ?

* Le Califat sanglant. Alexandre Adler. Éditions Grasset.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 02/12/2014 - 06:42
Complètement gâteux
Alexandre Adler devrait cesser de croire au père Noël à son âge !
JonSnow
- 01/12/2014 - 15:45
Attention aux approximations!
Non, les l'EI ne met pas sur le même plan les Infidèles (Yezidis), les Chiites (hérétiques) et les Chrétiens, qui sont des gens du Livre. Alors que le Coran recommande clairement la conversion ou l'extermination des Infidèles, il créé une distinction avec les Gens du Livre (Chrétiens et Juifs). Voir notamment la Sourate 9:29. Il y a 4 options pour ces derniers: outre la conversion, la fuite ou la mort, ils ont aussi le choix de la "dhimmitude", ce statut spécifique de citoyen de seconde zone qui permet de continuer à vivre selon sa foi, discrètement, en Terre d'Islam, à condition de payer un impôt spécifique. C'est exactement ce qu'applique l'EI dans les territoires qu'il contrôle, respectant ainsi la Sourate 9:29. C'est ce qu'appliquait aussi de son temps le califat ottoman.
Pour le reste, attention aux fautes d'orthographe (Cf. dernier paragraphe).
gwirioné
- 01/12/2014 - 02:54
C'est qui ,Adler?
Si quelqu'un pouvait me rappeler quand M. Adler a eu une "prédiction" s'étant révélée exacte? Peut-être quand, brillant intellectuel communiste, il écrivait, parlant de "démocratisation",qu' il se disait "moins sévère en ce qui concerne la Yougoslavie, la Chine, la Hongrie, la Pologne, Cuba, et, depuis peu, le Vietnam" que pour l'Urss...(l'Internationale et le genre humain, Mazarine, 1980). Bien vu!