En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Flickr/CC janebelindasmith
Schoenenbourg, l'un des vestiges de la peu glorieuse ligne Maginot.
Estimé entre 7,5 et 20 milliards d'euros

Vous avez aimé la Ligne Maginot ? Vous adorerez le projet de défense antimissile balistique !

Publié le 26 septembre 2011
La France doit-elle se doter d'un bouclier antimissile ? Fin 2010, au sommet de Lisbonne, l'Alliance atlantique s'est fixée l'objectif de développer une capacité de défense antimissile assurant la protection des populations, des territoires et des forces des pays européens de l'OTAN. Alors que la prochaine révision du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale approche, des voix se font entendre quant à l'opportunité de ce peu efficace "bouclier français" au budget dissuasif !
Benoist Bihan est rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire et Stratégie. Joseph Henrotin est rédacteur en chef de la revue DSI (Défense & Sécurité Internationale).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoist Bihan et Joseph Henrotin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoist Bihan est rédacteur en chef adjoint de la revue Histoire et Stratégie. Joseph Henrotin est rédacteur en chef de la revue DSI (Défense & Sécurité Internationale).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France doit-elle se doter d'un bouclier antimissile ? Fin 2010, au sommet de Lisbonne, l'Alliance atlantique s'est fixée l'objectif de développer une capacité de défense antimissile assurant la protection des populations, des territoires et des forces des pays européens de l'OTAN. Alors que la prochaine révision du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale approche, des voix se font entendre quant à l'opportunité de ce peu efficace "bouclier français" au budget dissuasif !

La défense antimissile qui se profile est une menace pour la France. On le pressentait depuis la parution en 2008 du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. Alors que se profile la prochaine révision de ce document, la France semble s'orienter vers la mise en place d'une défense antimissiles balistique (DAMB) dite "de défense de territoire" (1), au coût estimé entre 7,4 et 10 milliards d'euros dans un récent rapport parlementaire. Cherchant à détruire d'éventuels missiles à longue portée qui viseraient le territoire national, cette défense est distincte de celle dite "de théâtre" dont l'objectif est de protéger les forces en opérations de menaces à plus courte portée.

Au travers de cette défense de territoire il s'agirait de nous prémunir d'attaques par des États proliférants, à commencer par l'Iran ; d'éviter que les États-Unis soient les seuls à déployer de tels systèmes en Europe ; et de disposer d'une vitrine technologique. Mais derrière le bon sens et les bénéfices apparents se dissimulent des erreurs fondamentales.

Les USA ont déjà investi plus de 200 milliards de dollars pour leur propre bouclier...

Premièrement, le coût de la DAMB de territoire "à la française" est très sous-évalué. Les Etats-Unis, en plus de 40 ans, ont dépensé plus de 200 milliards de dollars pour disposer finalement de 20 missiles dont la probabilité d'intercepter un missile assaillant ne dépasse pas 50%. Déjà élevé, le coût de 10 milliards affiché est probablement très inférieur à la réalité.

Deuxièmement, ce financement impliquerait de revoir en profondeur l'ensemble de notre système de défense. La défense française opère déjà sous une forte contrainte budgétaire : des programmes sont réduits, repoussés ou annulés sans cesse depuis plusieurs décennies. Les dépenses supplémentaires nécessaires à une DAMB auraient pour conséquence l'annulation ou le report de multiples programmes.

En l'état actuel des budgets, il est d'ores et déjà peu probable que les forces armées reçoivent tout ce dont elles ont besoin pour leurs missions actuelles (hélicoptères, sous-marins, navires de surface, avions, blindés). Ces besoins ayant d'ores et déjà été calculés au plus juste, la DAMB signifierait tout simplement la fin de toute prétention française au titre de puissance d'envergure mondiale. C'est aussi le risque de voir nombre d'industriels mis en difficulté dans l'ensemble des secteurs relatifs à la défense.

Un trop bel outil pour contrer l'Iran...

Troisièmement, le raisonnement aboutissant à plaider pour le développement de la DAMB de territoire repose sur une incompréhension profonde de son emploi militaire. La première manière de contrer une DAMB est d'essayer de la saturer. Or, au vu de la faible probabilité d'interception - pas plus d'un missile sur deux - des systèmes existants, et du coût très faible des missiles assaillants comparé à celui de leurs intercepteurs, la saturation ne serait pas difficile à obtenir.  

En plus du faux sentiment de sécurité que pourrait créer la véritable "ligne Maginot" antimissile qu'est la DAMB, il faudrait en cas de menace sérieuse s'engager dans une course à l'armement qui nous coûterait bien plus cher qu'à l'adversaire. De surcroît, la DAMB par sa simple existence mettrait à terre la doctrine de dissuasion, pourtant bien plus efficace pour protéger la France d'une attaque. Ses fondements sont fréquemment rappelés : toute atteinte au territoire national entraînerait une riposte sans faille, par tous les moyens nécessaires. Or au lieu de donner l'image d'un pays fort, prêt à se défendre, la DAMB renverrait au contraire la perception d'une forteresse déjà assiégée.

Sur tous les plans, s'engager dans la voie du développement d'une DAMB de territoire serait engager la France vers l'échec. Outre l'aspect critiquable de la "menace" iranienne - le premier objectif de Téhéran, préserver le régime en place, est quasi-exclusivement défensif -, le véritable défi en terme de défense du territoire ne réside pas dans les missiles à longue portée mais dans l'apparition d'un "tricheur" refusant les risques de la dissuasion et qui enverrait discrètement une charge chimique ou nucléaire, par exemple dans l'un des milliers de conteneurs entrant chaque jour en Europe et contre lequel toute DAMB serait inefficace.

Renvoyant au terrorisme, et bien que sa probabilité d’occurrence soit très faible, ce type de menace serait plus efficacement contré par un investissement supplémentaire dans les services de renseignement. Les autres menaces, étatiques ou non, aux frontières nationales et à l'extérieur de celles-ci, nécessitent des forces conventionnelles puissantes, dont nous ne pouvons constater qu'une érosion appelée à se poursuivre au fil des prochaines coupes budgétaires. Nous n'avons pas besoin d'une nouvelle ligne Maginot encore plus aisément contournable que l'ancienne.

 


(1) Par opposition à la défense dite "de théâtre", militairement utile et destinée à protéger les troupes en opération et dont nous sommes en train de nous équiper. On notera que la confusion entre ces deux formes d'antimissiles est parfois entretenue par les tenants des défenses "de territoire".

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Charles25
- 27/09/2011 - 08:47
@lacy-et-daun | Maginot
Vous avez presque raison. L'adversaire a fait ce qu'on attendait de lui : qu'il attaque à travers la Belgique. Quant aux Ardennes, Pétain l'avait dit : elles sont infranchissables pour peu qu'on y fasse les aménagements nécessaires. Aménagements qu'on n'a pas faits.
Pour le reste, les raisons de la défaites sont nombreuses mais non imputables à la Ligne Maginot qui a fait ce qu'on en attendait.
GBCKT
- 26/09/2011 - 21:16
De quoi s'agit-il?
Peut-on imaginer quelques missiles tirés sans tension préalable sans raison? Non.
Donc on peut toujours positionner des moyens de riposte.
Les Iraniens ou autres pourraient-ils penser que nous sommes tellement faiblards que pour ne pas polluer le planète nous n'oserions pas riposter en détruisant quelques villes?

porticcio
- 26/09/2011 - 20:46
Remarque
C’est fou ce que l’Elysée, et surtout ces derniers temps, ressemble de plus en plus à la photo qui illustre le texte …