En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

06.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

07.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 8 heures 27 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 12 heures 38 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 13 heures 16 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 15 heures 11 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 16 heures 29 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 18 heures 35 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 19 heures 7 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 20 heures 37 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 8 heures 42 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 12 heures 53 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 14 heures 20 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 15 heures 50 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 18 heures 52 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 19 heures 22 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 21 heures 46 sec
© Reuters
Le Pape François s'est adressé mardi 25 novembre aux membres du Parlement européen.
© Reuters
Le Pape François s'est adressé mardi 25 novembre aux membres du Parlement européen.
Dans la lignée de son prédécesseur

Surprise, avec son discours de Strasbourg, le pape François amorce un coup de barre à droite

Publié le 27 novembre 2014
Le Pape François s'est adressé mardi 25 novembre aux membres du Parlement européen. Un discours à placer dans la lignée des grands discours pontificaux contemporains. Que l’on songe à ceux de Jean-Paul II, et notamment celui qui marqua l’inauguration du pontificat avec son fameux appel : "N’ayez pas peur d’ouvrir les portes au Christ !". Mais aussi et surtout, sur le fond, en écho aux propres textes de Benoît XVI, aux tonalités plus conservatrices.
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Dickès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Pape François s'est adressé mardi 25 novembre aux membres du Parlement européen. Un discours à placer dans la lignée des grands discours pontificaux contemporains. Que l’on songe à ceux de Jean-Paul II, et notamment celui qui marqua l’inauguration du pontificat avec son fameux appel : "N’ayez pas peur d’ouvrir les portes au Christ !". Mais aussi et surtout, sur le fond, en écho aux propres textes de Benoît XVI, aux tonalités plus conservatrices.

Atlantico : Le discours prononcé par le Pape François fut-il un moment historique ? Quels éléments pourraient le laisser penser ?

Christophe Dickès : Le discours du pape François est à placer dans la lignée des grands discours pontificaux contemporains. Que l’on songe à ceux de Jean-Paul II en Pologne ou en France ou bien même à celui qui marqua l’inauguration du pontificat avec son fameux appel : « N’ayez pas peur d’ouvrir les portes au Christ ! »

Dans le fond, ce discours est aussi et surtout un écho des propres textes de Benoît XVI. Que l’on songe là aussi aux interventions de ce dernier à Westminster en 2010 ou au Bundestag en 2011. On y retrouve les mêmes thématiques et les mêmes clés. Le discours du pape François a été aussi, si vous me permettez l’expression, un discours à 360°. On est frappé, quand on le relit, par la multiplicité des sujets abordés. Ce qui le rend à la fois complexe et profond.

Lire aussi :
Discours du pape à Strasbourg :
pourquoi la réalité des égoïsmes européens est plus complexe que ce qu’en a dit François

Surtout, François est apparu pleinement dans un rôle où l’on ne l’attendait pas : celui d’une sorte de leader de l’Europe. Leader au sens propre, c’est à dire celui qui mène un projet en invitant ses troupes à le suivre. Plus qu’un chef d’Etat –ce qu’il est en tant que Souverain pontife, il a été ce personnage qui, dans un contexte européen difficile et les crises que l’on connaît, a proposé des solutions afin de porter un idéal. Les dix minutes d’applaudissements des députés une fois l’allocution terminée donnaient l’impression que l’homme avait réellement touché les cœurs par un message de Foi, d’Espérance et de Charité. Des applaudissements qui pouvaient signifier qu’avec de telles intentions l’idée européenne bien pensée n’était pas morte.

Laisse-t-il présager d'une attitude conservatrice ?

Le « conservatisme » est peut être fort, car généralement le pape François n’est pas considéré comme un conservateur même si, à son retour de Rio, il a déclaré à une journaliste qu’il était fils de l’Eglise et n’avait pas à en bouleverser les fondements. Néanmoins, on peut dire sans se tromper que le pape François a retrouvé les accents de ses deux prédécesseurs Jean-Paul II et Benoît XVI.

Alors que, jusqu’à présent, son pontificat apparaissait comme un moment de rupture voire de révolution. Il a donc littéralement pris à contre-pied les commentateurs qui s’attendaient à des thématiques sociales fortes qui en font un pape apprécié par les milieux catholiques de gauche. Certes, il a parlé de l’immigration et du chômage, mais il a aussi clairement dénoncé « les purismes angéliques, les totalitarismes du relativisme, les fondamentalismes antihistoriques, les éthiques sans bonté, les intellectualismes sans sagesse. »

Il a rappelé les racines chrétiennes de l’Europe, les droits mais aussi les devoirs de l’homme, l’indissolubilité de la famille et l’enseignement de Jean-Paul II en matière d’éthique en condamnant l’euthanasie et l’avortement.

Comment expliquer ce changement d'attitude ? Le Pape François se serait-il résigné à la rupture qu'il souhaitait par rapport à ses prédécesseurs ?

On dit que ce pape est le pape des surprises. Et cette surprise fut de taille alors que beaucoup de catholiques ont été désorientés par les orientations du synode sur la famille. En adoptant ce changement d’attitude, le pape s’est adressé d’abord à ces catholiques de la génération Jean-Paul II et Benoît XVI qui se sont interrogés et qui, aujourd’hui, s’engagent sur le terrain politique avec des principes et des valeurs. Le pape, je pense, a voulu en quelque sorte les rassurer même si, comme il l’a dit, il a souhaité s’adresser aux 500 millions d’européens.

Ce n’est pas la première fois que le pape surprend et apparaît là où l’on ne l’attendait absolument pas. Quand par exemple il se rend à Assise en octobre 2013, tout le monde s’attend à un geste spectaculaire. Certains ont même dit qu’il allait abandonner les symboles de sa charge pontificale afin d’imiter la simplicité de saint François d’Assise… C’était absurde. Il s’y rend finalement en simple pèlerin mais avec, là encore, un message clair : « On ne peut pas vivre selon l’esprit du monde. »

Dans un domaine plus intellectuel, il était aussi revenu sur son interprétation du concile Vatican II. Après avoir contredit dans son interview à la Civilità Cattolica en septembre 2013 une partie du travail réalisé par Benoît XVI, il a fait l’éloge d’un disciple de ce même Ratzinger deux mois après... Entre temps, le pape émérite avait même été sollicité par François afin de commenter la dite interview ! Il faut y voir, en dehors de l’apparente contradiction, une forme d’humilité.

Que laisse présager cette attitude pour l'avenir du Pape François ? Se pourrait-il qu'il revienne sur ses positions qui font de lui généralement un "moderniste" ?

Je ne pense pas que cela puisse se poser en ces termes et à vrai dire ce discours peut montrer que les grilles d’interprétations sont bien plus complexes qu’on ne le croit. Néanmoins, ce texte majeur diffère des autres car il s’agit d’un discours sans ambiguïté, clair dans ses intentions. Quand on relit par exemple ses premières interviews de l’été 2013, notamment celles données à Eugenio Scalfari du quotidien italien La Repubblica, on ne peut être que frappé par le changement de tonalité du pape.

Cela dit, il garde naturellement un style qui lui est propre : il dénonce la société de consommation, la culture du déchet, l’égoïsme et l’individualisme des sociétés occidentales mais avec une forme de pédagogie. Selon son expression, il caresse les conflits… Ces deux mots antinomiques sont le fondement de sa « politique » et de ce style.

Sur quelles thématiques exactement s'est-il désengagé de ses positions précédentes ?

J’en retiendrai une qui ouvre sur bien d’autres : alors que le pape ne cesse de dire que l’Eglise doit aller vers les périphéries, être à l’écoute des autres en prenant en compte les réalités contemporaines, il  a affirmé dans ce discours que l’Eglise a un rôle à jouer en Europe, un rôle moteur caractérisé par des valeurs et des principes qu’il a énoncé dans le détail. L’Eglise devient dès lors plus qu’un interlocuteur de la modernité. Elle devient un recours. Et le plus étonnant est que, pour illustrer son propos, il a fait appel à l’histoire du christianisme !

Ce qui est extrêmement rare chez lui : « Une histoire non exempte de conflits et d’erreurs, et aussi de péchés, mais toujours animée par le désir de construire pour le bien. » a-t-il dit en ajoutant : « Cette histoire, en grande partie, est encore à écrire. Elle est notre présent et aussi notre avenir. Elle est notre identité. » On en conclut que l’identité européenne est bien une identité chrétienne. Que le Christianisme n’est pas une force du passé mais bien une idée moderne, tournée vers l’avenir. Pour cette raison, comme Benoît XVI, il a exprimé l’idée qu’une Europe sans Dieu serait comme un corps sans âme.

Comment le Vatican, et son entourage, ont-ils pu juger cette rupture ?

Il est absolument trop tôt pour le dire. Ma grande question, à laquelle nous n’aurons pas de réponse, est de savoir qui a travaillé à l’écriture de ce discours. On dit qu’il fut préparé avec Martin Schulz, le président du Parlement européen.

Qu’ils se soient entendus sur les thématiques abordées est possible, mais le texte en lui-même a été rédigé comme souvent par plusieurs plumes qui travaillent au sein de la curie. Ensuite, le pape y a apporté des modifications.

D’ailleurs, on peut considérer que ce discours s’adressait aux cardinaux et aux évêques qui, eux aussi et au même titre que bien des fidèles, ont été surpris par les orientations du Synode. En somme, l’intervention à Strasbourg visait également à rassurer ses propres troupes.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 28/11/2014 - 00:27
Conservateur
Quand est-ce que l'on cessera de dire "conservateur" versus "progressiste" ? Un pape est pas fonction "conservateur" : il a le devoir de conserver le dépôt de la Foi, depuis Pierre, sur indication précise du Christ qui plus est. Son second devoir est de creuser, ou plutôt continuer de faire germer la graine de sénevé qui a été plantée. Bref, on fait pousser un arbre : c'est donc être conservateur. mais le tronc et les branches portent une frondaison de plus en plus touffue : c'est le progressisme. Arrêtons donc de les opposer : l'un ne va pas sans l'autre !
Deudeuche
- 26/11/2014 - 15:51
@sheldon
Catholiques pas catholistes, de même Evangéliques pas évangélistes.
Morale plus stricte...oui mais en tshirt et en jeans avec des cultes à la guitare électrique.
les lois de la république ça bouge. T'as le bonjour de Paul Bismuth.
quesako
- 26/11/2014 - 15:33
Les lois ne concernent que les mariages religieux !
Par rapport aux "protestants" (et Dieu sait qu'il y a plusieurs chapelles parmi eux !) le mariage catholique est un sacrement, comme le baptême par exemple. Il ne faut pas compter ainsi que l'église catholique soit prête à marier 2 personnes de même sexe, car derrière le mariage il y a la procréation qui doit permettre la survie et la progression, en nombre, de la population. Mais quand il entre dans les lois de la république votées par la représentation nationale, là il est hors jeu ! Quant à l'avortement l'église catholique n'est pas loin des évangélistes des tea party où une candidate "exposait" son enfant mongolien pour bien montrer qu'elle était contre l'avortement. Mais comme tout est censé de venir de dieu, il faut aller jusqu'au bout : interdiction des médicaments car si ça arrive c'est parce que dieu l'a voulu ! Ceux qui s'attendaient à ce que le pape aille plus loin était ceux qui ne connaissent pas bien l'église et qu'ils oublient que ce pape argentin a été confronté à la montée des évangélistes qui eux, ont très souvent une morale bien plus stricte que les cathos européens (pour certains d'entre eux l'homosexualité est une maladie à guérir par prières et autres)