En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Simone Veil.
Retour vers le futur

Pourquoi certains militants pro-avortement seraient bien inspirés de relire ce que Simone Veil disait vraiment à la tribune de l’Assemblée nationale il y a 40 ans

Publié le 26 novembre 2014
Il y a 40 ans, Simone Veil avait choisi d'avancer des arguments de santé publique et de mettre en avant la situation de "détresse" des femmes concernées, afin de défendre la loi qu'elle portait. Petit rappel du contexte, de ses tenants et aboutissants.
Françoise Picq est universitaire (science politique, université Paris-Dauphine). Elle a participé au mouvement de libération des femmes depuis 1970 et au développement des études féministes. Ses travaux portent notamment sur l'histoire du féminisme....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Picq
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Picq est universitaire (science politique, université Paris-Dauphine). Elle a participé au mouvement de libération des femmes depuis 1970 et au développement des études féministes. Ses travaux portent notamment sur l'histoire du féminisme....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 40 ans, Simone Veil avait choisi d'avancer des arguments de santé publique et de mettre en avant la situation de "détresse" des femmes concernées, afin de défendre la loi qu'elle portait. Petit rappel du contexte, de ses tenants et aboutissants.

Aujourd’hui il va de soi que l’interruption volontaire de grossesse, autorisée par la Loi dite Veil (à titre provisoire pour cinq ans, rendue définitive en 1979) se comprend comme une liberté fondamentale des femmes. Le « droit de disposer de son corps » pour lequel le mouvement féministe des années 1970 s’est battu. Pour comprendre le discours de Simone Veil, et son argumentaire, il faut le replacer dans son contexte.

A lire : le discours de Simone Veil 26 novembre 1974

Ses arguments sont de deux ordres : le trouble à l’ordre public, l’injustice

  • Le trouble à l’ordre public est patent : depuis le Manifeste des 343 femmes déclarant avoir avorté, le procès de Bobigny transformé en tribune contre la loi de 1920, le manifeste des 330 médecins déclarant pratiquer des avortements, l’action du MLAC (créé pour les défendre, mais débordé par la demande, qui organise des « charters » pour les Pays-Bas ou l’Angleterre, le fait de façon publique, organise des avortements publics dans les hôpitaux)… la loi est bafouée, ridiculisée.

    L’autorité de l’Etat est défiée. Comme le dit Simone Veil : « « c’est le respect des citoyens pour la loi, et donc l’autorité de l’Etat qui sont mis en cause ». Cet argument s’adresse à la majorité parlementaire, opposée à l’idée de modifier la loi censée punir l’avortement mais qu’il est devenu impossible d’appliquer.
     
  • L’injustice qu’il faut faire cesser : l’argument que les féministes ont mis en avant : « la prison pour les pauvres, la Suisse pour les riches » est passé dans l’opinion publique. En France l’argument de l’égalité et de la justice sociale est toujours fort. L’opposition y est particulièrement sensible et Simone Veil a besoin d’elle pour faire passer sa loi.
     


Il faut y ajouter la notion de détresse et l’argument de santé publique

  • Les médecins, les services sociaux « fournissent à des femmes en détresse les renseignements susceptibles de faciliter une interruption de grossesse » ; ils s’en sentent contraints « parce qu’en face d’une femme décidée à interrompre sa grossesse, ils savent qu’en refusant leur conseil et leur soutien ils la rejettent dans la solitude et l’angoisse…


Aucune mention de la liberté des femmes. Mais l’acceptation des termes du débat : on ne peut pas empêcher les femmes d’interrompre leur grossesse ; l’alternative est entre  un acte illégal donc dangereux « perpétré dans les pires conditions, qui risque de la laisser mutilée à jamais » et l’acceptation pour que l’acte soit effectué sous le contrôle des médecins.

  • La condition de l’IVG c’est la situation de détresse, mais personne d’autre que la femme ne juge de cette détresse. Il y a des conditions formelles, mises en place pour limiter les IVG, consultations, délai de réflexion, mais au bout du compte c’est à la femme de décider. C’est en cela que la Loi Veil est une avancée formidable.

 

  • La santé publique. C’est à la ministre de la santé que la question a été confiée. Ni à la Secrétaire d’Etat à la Condition féminine, ni au Ministre de la Justice (qui n’est pas très favorable). Alors qu’il s’agit de réformer une loi pénale. Mettre la question sur le terrain de la santé publique, c’est le moyen qui a été trouvé pour contourner les oppositions idéologiques (entre partisans de l’IVG au nom de la liberté des femmes et opposants au nom du droit à la vie). On ne discute pas du bien fondé de l’avortement, on en accepte la réalité (300.000 chaque année, dit-elle. Le Manifeste des 343 disait un million) et on l’encadre : la loi de 1920 n’est pas abrogée, une exception y est faite pour une durée limitée (cinq ans, cela doit permettre de voir l’effet sur la démographie, et de rassurer éventuellement les populationnistes comme Michel Debré, permettre aussi que l’agitation retombe). Le délai est limité, à celui où l’IVG est un acte médical sans danger.

    En donnant aux médecins un rôle important, Simone Veil espère rallier le Conseil de l’Ordre, et entraîner ainsi les députés médecins. L’opposition du Conseil de l’Ordre est pour elle un coup dur. Mais l’effet de la Loi Veil sur la santé publique se manifeste rapidement et le Conseil de l’Ordre des médecins se prononcera en 1979 pour la prolongation de la loi.
     
  • Simone Veil doit s’adresser prioritairement à son propre camp, opposé à la Loi, lui donner des gages (sur la clause de conscience, sur l’absence de remboursement), le soutien de la gauche (l’opposition) est plus assuré (effectivement il n’y manquera qu’une voix).



 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 27/11/2014 - 17:51
Suite
mais les dommages qu'il provoque, lorsqu'il est imposé, sont invisibles - regret, remords, dépression. Au moins, si on proposait aux femmes des alternatives. Mais non, c'est l'avortement ou débrouillez-vous.
Gré
- 27/11/2014 - 17:49
L'IVG a-t-il libéré les femmes sans réserve ?
Je ne crois pas que l'IVG ait totalement libéré les femmes de l'emprise des hommes. Je connais des femmes qui n'ont pas gardé un enfant, non pas parce qu'elles n'en voulaient pas mais parce que leur compagnon - oh sans violence physique - les menaçait de partir si elles le gardaient. Oui, cela existe aussi. D'autres ont pris la pilule pour les mêmes raisons. Alors, non, l'avortement n'a pas libérer toutes les femmes, mais les domm
Deudeuche
- 26/11/2014 - 20:04
Mme Veil n'est pas NVB ou Aurélie Filipetti
Faut pas mélanger les genres...si je peux me permettre.