En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Editorial
Théâtre National de Strasbourg : quand le gendre de Jack Lang remplace la nièce de Martine Aubry
Publié le 26 novembre 2014
La récente et mouvementée arrivée à la tête du Théâtre National de Strasbourg de Stanislas Nordey, qui succède à Julie Brochen, est une triste et remarquable illustration du système discrétionnaire qui prévaut pour les nominations par le ministère de la Culture.
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La récente et mouvementée arrivée à la tête du Théâtre National de Strasbourg de Stanislas Nordey, qui succède à Julie Brochen, est une triste et remarquable illustration du système discrétionnaire qui prévaut pour les nominations par le ministère de la Culture.

Il y a eu le feuilleton du Musée Picasso dont la réouverture après cinq ans de travaux a moins préoccupé le ministère de la Culture cette année que la polémique sur celui ou celle qui en tiendra désormais les rênes. La présidente de l’établissement jusqu’au mois de juin dernier, Anne Baldassari, étalant largement dans la presse les conditions troubles dans lesquelles elle a été débarquée par Aurélie Filipetti alors que son mandat courrait pourtant jusqu’en 2015.

Il y a eu aussi l’été dernier l’incroyable coup de malchance du directeur du Théâtre National populaire de Villeurbanne, Christian Schiaretti, qui était candidat au poste d’administrateur général de la Comédie-Française. Figurant parmi les trois noms les plus susceptibles de pouvoir prendre la tête du Théâtre Français, Christian Schiaretti a rédigé, à la demande du ministère de la Culture et comme les autres candidats, son projet pour la Comédie-Française. Mais pas de chance : le document s’est égaré quelque part entre la Rue de Valois et l’Elysée qui ne l’a donc jamais lu. C’est bien sûr un malencontreux hasard si les deux dossiers parvenus à la présidence de la République ont été ceux des deux seuls candidats qui furent reçus personnellement au Château durant le processus de candidature.

A Strasbourg, un insistant parfum de copinage a une nouvelle fois embaumé tout le processus de nomination du nouveau directeur du Théâtre National.

En 2013, le bilan de la directrice de l’établissement public, Julie Brochen, n’a rien d’extraordinaire. Le nombre de spectateurs et d’abonnés est à la baisse. L’accueil réservé aux spectacles qu’elle a montés est mitigé (concernant sa mise en scène "d'En attendant Psyché" qui s’est fait éreinter par critique, c’est un euphémisme…). Plus important encore pour certains, le manque d’implication de Julie Brochen dans la vie de l’école d’art dramatique du TNS et la mauvaise ambiance qui y règne posent problème. La ministre de la culture Aurélie Filipetti souhaite donc ne pas reconduire la directrice puisque son contrat arrive à terme.

Mais Julie Brochen bénéficie de soutiens politiques. Le fait qu’elle soit la nièce de Martine Aubry n’a évidemment rien à voir avec cela. Mais les interventions et les coups de téléphone judicieusement passés rue de Valois réussissent à convaincre la ministre de la Culture de garder Julie Brochen à Strasbourg. Un étrange accord est alors conclu entre les deux femmes : le mandat de directrice du TNS est d’une durée de trois ans, mais il n’est renouvelé qu’à la condition que Julie Brochen s’engage à quitter ses fonctions au bout d’une année, soit en juin 2014. Tout le monde se tape dans la main. Mais lorsque l’échéance approche, problème : plus question pour Julie Brochen de laisser la place.

Après un bras de fer par avocats interposés, Julie Brochen finit par accepter de quitter son poste le 15 septembre dernier, contre réparation financière tout de même. Rien de grave : après tout, ça n’est que de l’argent public…

Stanislas Nordey peut donc enfin prendre la place toute chaude. Ce metteur en scène choisi par le ministère de la Culture a basé son dossier de candidature à la direction de l’établissement strasbourgeois sur son ambition de rendre le théâtre plus accessible à tous. "J’ai toujours travaillé pour les classes défavorisées", explique-t-il. L’objectif est plus que louable, mais personne rue de Valois ne semble avoir voulu se souvenir que, dans ce domaine, Stanislas Nordey traine une sacrée casserole.

Rendre le théâtre plus accessible, c’était exactement l’ambition du jeune metteur en scène lorsqu’il dirigeait le théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis à la fin des années 90 avant de le laisser au bord de la faillite, confiant aux bons soins des contribuables de combler le déficit d’environ 10 millions de francs creusé en moins de deux ans. En matière de référence de bonne gestion, on a déjà vu mieux. Mais Stanislas Nordey est désormais aux commandes du prestigieux TNS, le seul théâtre national de France situé hors de Paris. Et le fait qu’il soit le beau-fils de Jack Lang n’a évidemment rien à voir avec cela (Stanislas Nordey était l’époux de la comédienne Valérie Lang, soudainement décédée l’année dernière).

Pour l’instant, Stanislas Nordey qui vient de s’installer dans ses nouvelles fonctions accompagne donc une programmation encore conçue par celle qui l’a précédé. Dans dix jours, ce sera la première représentation d’un Cyrano de Bergerac mis en scène par George Lavaudan. Peut-être l’occasion pour ce le petit monde du théâtre de se remémorer les paroles du héros d’Edmond Rostand : "Moi, c'est moralement que j'ai mes élégances".

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
LR : le difficile avenir de la droite française
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 27/11/2014 - 03:19
Comme au bon vieux temps...
de la dictature, n'oublions pas que nous sommes en république socialiste soviétique, ce qu'on appelle la droite fait de même.
Un petit goût de corruption propre aux dictature !
Anguerrand
- 26/11/2014 - 14:10
Jamais un pouvoir n'aura casé autant de copains
Toute la promotion " Voltaire" de l'ENA et les copains- familles de copains ont été mis à la tête du pays. Le prochain président aura du travail à virer tout ce beau monde...et sera taxé d'épurer, par la gauche, on a déjà connu ça du temps de Mitterrand, mais la c'est encore pire.
ELLENEUQ
- 26/11/2014 - 07:26
Quelles sales gueules !
Les deux mafieux qui font leurs bédides magouilles entre coquins ! La France propre et donneuse de leçons ferait mieux d'aller se torcher d'abord !