En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 23 min 16 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 3 heures 35 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 10 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 17 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 3 heures 44 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 27 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 31 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 31 min
Editorial

Théâtre National de Strasbourg : quand le gendre de Jack Lang remplace la nièce de Martine Aubry

Publié le 26 novembre 2014
La récente et mouvementée arrivée à la tête du Théâtre National de Strasbourg de Stanislas Nordey, qui succède à Julie Brochen, est une triste et remarquable illustration du système discrétionnaire qui prévaut pour les nominations par le ministère de la Culture.
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La récente et mouvementée arrivée à la tête du Théâtre National de Strasbourg de Stanislas Nordey, qui succède à Julie Brochen, est une triste et remarquable illustration du système discrétionnaire qui prévaut pour les nominations par le ministère de la Culture.

Il y a eu le feuilleton du Musée Picasso dont la réouverture après cinq ans de travaux a moins préoccupé le ministère de la Culture cette année que la polémique sur celui ou celle qui en tiendra désormais les rênes. La présidente de l’établissement jusqu’au mois de juin dernier, Anne Baldassari, étalant largement dans la presse les conditions troubles dans lesquelles elle a été débarquée par Aurélie Filipetti alors que son mandat courrait pourtant jusqu’en 2015.

Il y a eu aussi l’été dernier l’incroyable coup de malchance du directeur du Théâtre National populaire de Villeurbanne, Christian Schiaretti, qui était candidat au poste d’administrateur général de la Comédie-Française. Figurant parmi les trois noms les plus susceptibles de pouvoir prendre la tête du Théâtre Français, Christian Schiaretti a rédigé, à la demande du ministère de la Culture et comme les autres candidats, son projet pour la Comédie-Française. Mais pas de chance : le document s’est égaré quelque part entre la Rue de Valois et l’Elysée qui ne l’a donc jamais lu. C’est bien sûr un malencontreux hasard si les deux dossiers parvenus à la présidence de la République ont été ceux des deux seuls candidats qui furent reçus personnellement au Château durant le processus de candidature.

A Strasbourg, un insistant parfum de copinage a une nouvelle fois embaumé tout le processus de nomination du nouveau directeur du Théâtre National.

En 2013, le bilan de la directrice de l’établissement public, Julie Brochen, n’a rien d’extraordinaire. Le nombre de spectateurs et d’abonnés est à la baisse. L’accueil réservé aux spectacles qu’elle a montés est mitigé (concernant sa mise en scène "d'En attendant Psyché" qui s’est fait éreinter par critique, c’est un euphémisme…). Plus important encore pour certains, le manque d’implication de Julie Brochen dans la vie de l’école d’art dramatique du TNS et la mauvaise ambiance qui y règne posent problème. La ministre de la culture Aurélie Filipetti souhaite donc ne pas reconduire la directrice puisque son contrat arrive à terme.

Mais Julie Brochen bénéficie de soutiens politiques. Le fait qu’elle soit la nièce de Martine Aubry n’a évidemment rien à voir avec cela. Mais les interventions et les coups de téléphone judicieusement passés rue de Valois réussissent à convaincre la ministre de la Culture de garder Julie Brochen à Strasbourg. Un étrange accord est alors conclu entre les deux femmes : le mandat de directrice du TNS est d’une durée de trois ans, mais il n’est renouvelé qu’à la condition que Julie Brochen s’engage à quitter ses fonctions au bout d’une année, soit en juin 2014. Tout le monde se tape dans la main. Mais lorsque l’échéance approche, problème : plus question pour Julie Brochen de laisser la place.

Après un bras de fer par avocats interposés, Julie Brochen finit par accepter de quitter son poste le 15 septembre dernier, contre réparation financière tout de même. Rien de grave : après tout, ça n’est que de l’argent public…

Stanislas Nordey peut donc enfin prendre la place toute chaude. Ce metteur en scène choisi par le ministère de la Culture a basé son dossier de candidature à la direction de l’établissement strasbourgeois sur son ambition de rendre le théâtre plus accessible à tous. "J’ai toujours travaillé pour les classes défavorisées", explique-t-il. L’objectif est plus que louable, mais personne rue de Valois ne semble avoir voulu se souvenir que, dans ce domaine, Stanislas Nordey traine une sacrée casserole.

Rendre le théâtre plus accessible, c’était exactement l’ambition du jeune metteur en scène lorsqu’il dirigeait le théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis à la fin des années 90 avant de le laisser au bord de la faillite, confiant aux bons soins des contribuables de combler le déficit d’environ 10 millions de francs creusé en moins de deux ans. En matière de référence de bonne gestion, on a déjà vu mieux. Mais Stanislas Nordey est désormais aux commandes du prestigieux TNS, le seul théâtre national de France situé hors de Paris. Et le fait qu’il soit le beau-fils de Jack Lang n’a évidemment rien à voir avec cela (Stanislas Nordey était l’époux de la comédienne Valérie Lang, soudainement décédée l’année dernière).

Pour l’instant, Stanislas Nordey qui vient de s’installer dans ses nouvelles fonctions accompagne donc une programmation encore conçue par celle qui l’a précédé. Dans dix jours, ce sera la première représentation d’un Cyrano de Bergerac mis en scène par George Lavaudan. Peut-être l’occasion pour ce le petit monde du théâtre de se remémorer les paroles du héros d’Edmond Rostand : "Moi, c'est moralement que j'ai mes élégances".

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 27/11/2014 - 03:19
Comme au bon vieux temps...
de la dictature, n'oublions pas que nous sommes en république socialiste soviétique, ce qu'on appelle la droite fait de même.
Un petit goût de corruption propre aux dictature !
Anguerrand
- 26/11/2014 - 14:10
Jamais un pouvoir n'aura casé autant de copains
Toute la promotion " Voltaire" de l'ENA et les copains- familles de copains ont été mis à la tête du pays. Le prochain président aura du travail à virer tout ce beau monde...et sera taxé d'épurer, par la gauche, on a déjà connu ça du temps de Mitterrand, mais la c'est encore pire.
ELLENEUQ
- 26/11/2014 - 07:26
Quelles sales gueules !
Les deux mafieux qui font leurs bédides magouilles entre coquins ! La France propre et donneuse de leçons ferait mieux d'aller se torcher d'abord !