En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 2 min 35 sec
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 53 min 22 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 35 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 31 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 19 heures 2 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 19 heures 14 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 47 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 21 heures 3 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 16 min 4 sec
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 24 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 49 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 59 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 44 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 19 heures 13 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 45 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 52 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 21 heures 16 min
© Reuters
Les réformes de structure voulues par Emmanuel Macron sont surtout des recettes déflationnistes.
© Reuters
Les réformes de structure voulues par Emmanuel Macron sont surtout des recettes déflationnistes.
Dans l’enfer des bonnes intentions

Gel des salaires et cie : pourquoi les réformes de structure voulues par Emmanuel Macron sont malheureusement surtout des recettes déflationnistes

Publié le 25 novembre 2014
Selon les informations de l'hebdomadaire allemand "Der Spiegel", le rapport commandé par les gouvernements français et allemand, qui sera dévoilé ce jeudi 27 novembre, devrait accoucher de propositions chocs : remise en cause des 35 heures, flexibilisation du marché du travail, et gel des salaires pendant 3 ans.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les informations de l'hebdomadaire allemand "Der Spiegel", le rapport commandé par les gouvernements français et allemand, qui sera dévoilé ce jeudi 27 novembre, devrait accoucher de propositions chocs : remise en cause des 35 heures, flexibilisation du marché du travail, et gel des salaires pendant 3 ans.

Si ces propositions ne sont pas exhaustives, elles constituent le volet « français » du rapport, c’est-à-dire les mesures considérées comme nécessaires pour le redressement de l’économie du pays. En contrepartie, le volet « allemand » des propositions concernerait la mise en place d’investissements supplémentaires par le gouvernement d’Angela Merkel.

Si une seule idée doit émerger des trois propositions faites, il s’agit bien entendu de celle du coût du travail. En effet, l’idée de réformer les 35 heures a pour objectif d’allonger la durée du travail pour le même prix, ce qui revient à baisser le coût horaire du travail. La « Flexibilité » procède du même objectif puisqu’il s’agit, en l’espèce, de faire peser une plus grande part du risque conjoncturel sur les épaules du salarié. Puis, le gel des salaires pendant trois ans qui a l’avantage d’être clair, ici on ne cherche pas à noyer le poisson : l’idée est de baisser le coût du travail sur la durée.

En résumé, ce sont trois mesures différentes ayant cet objectif commun qui est la baisse du coût du travail. Pour juger de l’opportunité de telles mesures, il est alors tout naturel d’évaluer la problématique du coût du travail en France. Est-ce réellement le problème ?

Il est possible de répondre à cette question en trois points. Le cout du travail français est-il un problème vis-à-vis des pays extérieurs à la zone euro ? Le fait que la balance commerciale française hors zone euro soit proche de l’équilibre ne plaide pas en ce sens. Il est souvent ignoré que si la balance des biens est très déficitaire, celle des services est excédentaire.

Par rapport aux autres pays de la zone euro ? Ici, la balance commerciale est déficitaire, mais elle l’est principalement vis-à-vis de l’Allemagne, c’est-à-dire le pays le plus proche de la France en termes de coût du travail. Pour être plus précis l’institut COE-REXECODE est même parvenu à la conclusion que le coût du travail de l’industrie française est inférieur au coût allemand. (Coût horaire de 38.5 euros en Allemagne contre 36.8 en France). L’argumentaire devient alors rapidement défaillant.

Mais plus largement, si la question du coût du travail se pose principalement à l’export, il est nécessaire de rappeler que la part des exportations ne représente que 28% du PIB en France. Dans de telles conditions, que penser des 72% du reste de l’économie ? Y aurait-il ici aussi un problème de coût du travail pour le marché intérieur ? Une telle affirmation suppose que le travail est « trop cher », mais il reste à déterminer un élément fondamental, c’est-à-dire « trop cher » mais par rapport à quoi ? La réponse est évidente, le travail est trop cher par rapport aux ventes réalisées par les entreprises.

Et lorsque la question est posée de cette manière, la réponse devient plus simple car deux stratégies peuvent être proposées pour résoudre le problème. La première, on réduit le coût du travail en espérant que cela n’aura pas de conséquences sur les ventes futures (Et là il faut laisser le soin au gouvernement de méditer sur cette question), et on parvient à réduire le ratio coût du travail  par rapport aux ventes. Cela s’appelle une politique de déflation salariale, ou de déflation tout court, qui est précisément celle qui est menée en Europe depuis 6 ans et qui est « dénoncée » par le gouvernement à l’heure actuelle avec une belle ironie. Pourtant, et il est nécessaire de le rappeler, les propositions de réformes faites ici ne sont rien d’autre que l’application de cette politique de déflation qui échoue misérablement depuis 6 ans.

Puis, la seconde solution qui consiste à faire le nécessaire pour que les ventes se redressent et que mécaniquement, le rapport coût / ventes devienne plus favorable. Il s’agit d’une politique de relance de la demande, celle qui a été menée aux Etats Unis par la Réserve Fédérale par exemple.

 

A lire également, le nouveau livre de Nicolas Goetzmann : Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/11/2014 - 23:07
Seul sur la planète Goetzmann!
Il faut faire très vite, afin d'initier cette politique de relance monétaire couplée à des réformes... Ah oui, mais non! car la réactivité n'est pas le propre de cette UE technocratique créée par des socio-démagogues attardés...et puis, de toutes les manières, les réformes sont quasi moment impossible dans une France pétrifiée par le gauchisme..et puis, même si de vraies réformes libérales étaient initiées (pas les fausses réformes faussement libéralisantes de Micron!), le pauvre Draghi paraît trop timoré, trop lent, trop victime des lobbies financiers pour pouvoir nous pondre une relance digne de ce nom...trop de freins à l'UE! Direct dans le ravin...
Deudeuche
- 25/11/2014 - 15:27
@Ganesha ton copain Goetzman vient d'écrire
allez un petit peu de germanophobie Ganeshesque, Hopla!
brennec
- 25/11/2014 - 14:56
Abenomics
On le sait, il l'a suffisamment écrit, Monsieur Goetzman est un fervent partisan de la politique de Monsieur Abe, au japon. Qu'il apparaisse maintenant que cette politique est catastrophique, beaucoup plus rapidement que ce qu'on aurait pu attendre, ne l'amène en rien a réviser ses conceptions. C'est quand les opinions refusent de se confronter au réalités qu'on tombe dans l'idéologie.