En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

04.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 54 min 20 sec
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 1 heure 54 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 13 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 16 heures 14 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 22 heures 1 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 23 heures 3 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 1 jour 20 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 13 heures 19 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 16 heures 40 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 18 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 20 heures 49 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 22 heures 41 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 23 heures 59 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 jour 41 min
© Reuters
Dans le 93, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé la création de 500 postes supplémentaires en urgence.
© Reuters
Dans le 93, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé la création de 500 postes supplémentaires en urgence.
Bon courage

Création de postes de profs en Seine-Saint-Denis : reste à trouver les candidats….

Publié le 20 novembre 2014
A la veille de grève organisée par plusieurs syndicats d'enseignants dans le 93 ce jeudi 20 novembre, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé la création de 500 postes supplémentaires en urgence. Pourtant, le véritable problème de l'enseignement en Seine-Saint-Denis ne se trouve pas tant dans les financements de nouvelles places que dans les candidatures des aspirants professeurs.
Isabelle Guigon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Guigon est enseignante depuis 25 ans à Bondy, dans le département du 93. Elle est également secrétaire départementale du syndicat d'enseignants SE-UNSA 93.
Voir la bio
Mathilde Monnier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathilde Monnier enseigne dans un collège de Seine-Saint-Denis depuis une dizaine d'années. Elle s'exprime ici sous couvert d'anonymat.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la veille de grève organisée par plusieurs syndicats d'enseignants dans le 93 ce jeudi 20 novembre, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé la création de 500 postes supplémentaires en urgence. Pourtant, le véritable problème de l'enseignement en Seine-Saint-Denis ne se trouve pas tant dans les financements de nouvelles places que dans les candidatures des aspirants professeurs.

Atlantico : Pour faciliter le recrutement des 500 postes supplémentaires dans le 93, le dispositif annoncé prévoit une date spécifique de concours et des pré-recrutements rémunérés. Comment analyser l'annonce de Najat Vallaud-Belkacem ? Plus globalement, en quoi sera-t-il suffisant ou au contraire à quelle problématique ne répond-elle pas ?

Isabelle Guigon :  Cette réponse rapide en ce sens est satisfaisante, mais elle ne répond que partiellement aux problématiques auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui. Bien qu'il nous manque effectivement 500 enseignants dans le premier degré, le fait d'ouvrir ces postes ne répond pas entièrement à la problématique, qui se retrouve davantage dans la stabilisation des équipes. Un volet qu'on a pu voir abordé, mais pas suffisamment. Maintenant que nous avons les financements de postes, je crains que nous n'ayons pas les candidatures

Si l'on observe les différentes mesures, comme le renforcement de l'éducation prioritaire -mesures indemnitaires pour les enseignants-, nous pouvons dire qu'elle va dans le bon sens, comme toutes les mesures incitatives. Mais c'était davantage un choc que nous aurions voulu voir, comme le disent les préconisations que nous avions proposées début novembre (à l'Unsa, syndicat d'enseignants ndlr). Si mes collègues étaient vraiment mieux payés, d'une part ils resteraient plus longtemps, mais nous aurions moins de difficultés pour les attirer.

L'instauration d'une date de concours est aussi une bonne chose, mais il aurait fallu élargir le dispositif EAP (Emploi d'avenir professeur ndlr) à tous les étudiants de master, et plus uniquement aux élèves boursiers comme c'est le cas actuellement. 

La mesure concernant une meilleure affectation des jeunes enseignants en fonction des besoins territoriaux nous inquiète en revanche un peu plus. Une partie du Nord-Ouest du 93 est une zone où les enseignants ne veulent pas rester. Et on ne peut pas condamner des titulaires expérimentés dans cette partie-là. L'équilibre entre enseignants expérimentés et jeunes n'a pas été abordé.

En revanche, la création de postes aurait pu être tout à fait utile dans les services administratifs. Si les contractuels aujourd'hui ne touchent pas leurs indemnités en temps et en heure, c'est bien parce que la charge de travail est trop importante, et que ces services sont surchargés. 

Concrètement, à quelles problématiques les enseignants se heurtent-ils ?

Mathilde Monnier : On ne peut pas penser que les 90 euros de revalorisation permettront d'attirer, et de surtout conserver les enseignants en Seine-Saint-Denis. Sur l'accompagnement des professeurs, on semble vouloir nous proposer que le dispositif d'alternance sera amélioré, avec une plus grande efficacité de gestion. Il y a une dizaine d'années, les stagiaires ne travaillaient que 6 heures par semaine. Aujourd'hui ils en font le triple, du fait du manque d'effectifs expérimentés. C'est un rythme insensé, et le fait qu'ils soient confrontés à cet environnement difficile peut amener à de vrais problèmes de découragements, voire de traumatismes.

En termes de formation, les annonces de Najat Vallaud-Belkacem ne s'apparentent finalement qu'à des mesures d'urgence, pour désamorcer la grève qui était prévue, mais elle ne s'attaque pas au fond du problème. Ce qu'il est important de revoir, c'est la formation des enseignants. Aujourd'hui, les cours dispensés  abordent principalement les programmes à traiter en classe. Théoriquement, c'est bien entendu ainsi que cela devrait se passer, sauf que les futurs enseignants ont surtout besoin d'une formation pour accompagner ces enfants souvent défavorisés, pour savoir gérer une classe difficile. Or ce problème là n'est quasiment pas abordé.

Par exemple, la majorité de mes élèves ne parle français qu'à l'école. Au niveau du vocabulaire, de la grammaire, de l'orthographe, nous partons donc de loin. Même si les parents d'élèves les soutiennent et qu'ils ont une bonne volonté, nous avons besoin d'être présents à leurs côtés. Notre rôle ne se limite plus au professeur, nous devons, en plus, être une assistante sociale, voire une maman ! 

Quelles sont les mesures concrètes qui permettraient effectivement d'attirer les enseignants en Seine-Saint-Denis ?

Isabelle Guigon : Il est nécessaire d'attirer de nouveaux professeurs et de les stabiliser. Toutes les mesures qui permettront d'inciter cette stabilisation, et de bien montrer que les pouvoirs publics sont conscients des efforts, seront appréciées. Pour élargir le recrutement à la province, il serait bon par exemple de proposer une aide au logement. Bien qu'elle n'attire pas les enseignants, les prix de l'immobilier en Seine St Denis sont bien plus élevés qu'ailleurs en France. Pour 700 euros par mois, un nouvel arrivant aura un studio d'une vingtaine de mètres carrés, contre une maison avec jardin à Nancy ! L'indemnité de résidence en Ile de France est aujourd'hui complètement désuète, et représente 3% ou 2% du salaire annuel. C'est grâce à une accumulation de ce type d'aides que nous pouvons réellement faire venir les enseignants en Seine St Denis.

Comment le recrutement des enseignants s'organise-t-il ? 

Isabelle Guigon : Je sais que Pôle emploi fait beaucoup de campagnes de phoning auprès des jeunes diplômés par exemple. Mais le problème, c'est qu'il faudrait assurer une attraction locale pour que les effectifs des enseignants soit pérenne. Et nous n'avons pas le vivier de diplômés suffisant pour cela. C'est le poisson qui se mord la queue ! Encore une fois, les conditions de travail dans le 93 ne sont pas les mêmes qu'ailleurs. Et les mêmes moyens ne donneront donc pas les mêmes effets. Nous allons donc dans le bon sens avec les annonces de Najat Vallaud Belkacem, mais elles ne doivent pas être considérées comme acquises.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 21/11/2014 - 07:36
À tubixray
Je suis d'accord avec vous, mais les enseignants ont toujours refusé de laisser la police dans les établissements, Durand les dernières décennies ils ont toujours opté pour que l'enfant se " fasse" lui même, qu'il fallait le laisser s'épanouir, et toutes sortes de balivernes de ce type. Ils récoltent aussi maintenant les fruits de leur idéologie. Beaucoup d' enseignants ne font plus que de la garderie au lieu de travailler et continue à ne pas vouloir froisser ces chérubins au risque d'un coup de couteau. Il faudra un jour qu'ils se décident entre laisser aller et discipline. Il faut aussi responsabiliser les parents, responsables de leurs enfants. ( allocations supprimées, prison pour les cas graves, amendes, etc)
tubixray
- 20/11/2014 - 19:00
UNSA au pays des bisounours
J'ai discuté un jour avec une enseignante d'un lycée technique de la banlieue de Lille .... charmant poste n'est ce pas?
La seule solution qu'elle entrevoyait c'était de supprimer l'enseignement obligatoire jusqu'à 16 ans afin qu'elle ne passe plus 6 heures par jour à trembler pour son intégrité physique à la moindre "provocation", de sa part bien sur.
C'était il y a 10 ans, aujourd'hui c'est encore "mieux".
Deudeuche
- 20/11/2014 - 17:21
Encore plus simple
Les profs expérimentés remplissent le 93, les jeunes vont dans les coins tranquilles. Non...pas possible?