En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

06.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 43 min 37 sec
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 3 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 5 heures 31 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 7 heures 53 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 8 heures 26 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 9 heures 1 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 9 heures 45 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 9 heures 55 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 10 heures 24 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 8 heures 19 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 8 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 10 heures 17 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 10 heures 53 min
La une du nouvel observateur.
La une du nouvel observateur.
Quand la solution se fait aussi symptôme

Ce que l’obsession collective pour Piketty dit de notre incapacité à comprendre les causes des inégalités

Publié le 21 novembre 2014
La semaine passée, l’ouvrage de Thomas Piketty, "le capital au XXIe siècle", décrochait le titre du meilleur livre de l’année pour le Financial times. Pourtant, les solutions prônées par l’économiste pour réduire les inégalités ne font pas l’unanimité. En se focalisant sur un traitement purement fiscal, l’analyse de l’auteur enjambe le point crucial du manque de croissance dans les économies développées. Une situation pourtant parfaitement confirmée par le portrait social réalisé par l’INSEE ce 19 novembre.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine passée, l’ouvrage de Thomas Piketty, "le capital au XXIe siècle", décrochait le titre du meilleur livre de l’année pour le Financial times. Pourtant, les solutions prônées par l’économiste pour réduire les inégalités ne font pas l’unanimité. En se focalisant sur un traitement purement fiscal, l’analyse de l’auteur enjambe le point crucial du manque de croissance dans les économies développées. Une situation pourtant parfaitement confirmée par le portrait social réalisé par l’INSEE ce 19 novembre.

Au regard de la situation du pays, il est assez surprenant de constater que la France est à l’honneur sur le front économique pour cette année 2014. Mais si le prix Nobel a été décerné à Jean Tirole, le grand vainqueur national reste sans conteste Thomas Piketty. Suite à la publication, et aux multiples traductions, de son ouvrage le Capital au XXIe siècle, le professeur de l’école d’économie de Paris est en voie de réaliser le grand chelem. Honneurs académiques, succès médiatiques, et controverses incessantes permettant de feuilletonner l’ensemble, ont offert à l’auteur l’ouverture d’un réel débat public sur les inégalités.

Pourtant, il existe un paradoxe. Comme l’indique le Financial Times qui a récompensé l’ouvrage comme étant "le livre de l’année", les propositions formulées par Thomas Piketty ne sont pas unanimement partagées : "Bien que les prescriptions ne soient pas acceptées par tous, nous reconnaissons la qualité de la recherche".

>> Lire également : Portrait social de la France 2014 : pourquoi les cris d’indignation sur le sort des plus fragiles ne sont malheureusement que des larmes de crocodiles

Ce que l’économiste français est parvenu à mettre en exergue est la très forte progression des inégalités de revenus et de patrimoine, à travers le monde, notamment depuis le début des années 80. Et si les inégalités mondiales sont à la baisse, notamment en raison de la fulgurante progression de l’économie chinoise et de la sortie de l’extrême pauvreté de plusieurs centaines millions de personnes, les inégalités se sont accrues à l’échelon national. C’est-à-dire qu’à l’intérieur même des économies les plus avancés, le partage des richesses s’est déséquilibré.

Mais la problématique de l’approche développée par Thomas Piketty, et la source de controverses, est qu’elle envisage de remédier aux inégalités en les traitants à posteriori. En effet, en privilégiant la piste du rééquilibrage des niveaux de vie après la distribution des revenus, c’est-à-dire en fiscalisant et en redistribuant, la cause même de la distribution inégalitaire n’est pas abordée. Il ne s’agit pas ici de contester absolument les pouvoirs de la fiscalité, mais de faire passer en priorité les causes du phénomène plutôt que le traitement de ses conséquences.

Car une cause majeure du développement inégalitaire depuis 30 ans est la propension des pays développés à subir une croissance inférieure à leur niveau potentiel. La conséquence d’une telle situation est le développement d’un chômage important qui frappe avant tout les personnes les moins éduquées et les moins qualifiées.

Et ce paradoxe se vérifie assez bien dans la très riche publication de l’INSEE de ce 19 novembre 2014 ; "France, Portrait social "

Dans un premier temps l’INSEE relate le creusement des inégalités (Dossier "La baisse des inégalités de revenu salarial marque une pause pendant la crise") en France depuis l’entrée en crise, et ce alors même que la croissance connue entre 2002 et 2007 avait permis la baisse de celles-ci :

"La période 2002-2007 était marquée par une baisse tendancielle des inégalités de revenu salarial due à une dynamique plus favorable des bas revenus salariaux. Entre 2002 et 2007, le premier décile de revenu salarial (D1) a augmenté en moyenne de 2,1 % par an, contre + 1,2 % pour le premier quartile, + 0,6 % pour la médiane (D5) et + 0,2 % pour le 9e décile (D9). Les revenus salariaux les plus faibles ont donc progressé plus rapidement que les revenus plus élevés, ce qui a resserré mécaniquement la distribution."

Ainsi, lorsque l’économie Française est en croissance, les inégalités tendent à se réduire. Mais depuis l’entrée en crise, la tendance s’est inversée :

"Après 2007, ce phénomène de baisse tendancielle des inégalités de revenu salarial s’interrompt. Le premier décile baisse de 0,2 % par an entre 2007 et 2012, alors que la médiane progresse de 0,4 %. Plus généralement, sur la moitié basse de l’échelle, les revenus salariaux proches de la médiane progressent désormais plus rapidement que ceux plus faibles, accroissant ainsi les inégalités"

Cliquez sur les graphiques pour agrandir

Afin de contrer cette évolution défavorable de la distribution des revenus, le gouvernement va se lancer dans une politique fiscale ayant pour objectif de corriger la situation. L’INSEE relate ces effets (Dossier "Redistribution : en 2013, les nouvelles mesures accroissent la fiscalité des ménages et réduisent légèrement les inégalités") :

"En 2013, la législation socio-fiscale a évolué. Les mesures nouvelles ont conduit à une augmentation des prélèvements directs à la charge des ménages, en particulier de l'impôt sur le revenu, mais la contribution des ménages les plus modestes a été limitée par le caractère progressif de ce transfert. Dans le même temps, les prestations n'ont été modifiées qu'à la marge. Au total, les mesures nouvelles ont conduit à une légère diminution des inégalités de niveau de vie. En l'absence de réforme, le rapport entre le niveau de vie moyen des 10 % les plus aisés et celui des 10 % les plus modestes se serait établi à 6,6. Sous l'effet des nouvelles mesures prises en 2013, ce rapport passe à 6,5."

Comme il est possible de le constater dans le tableau ci-dessous, la "réduction" des inégalités ne se traduit pas par une augmentation du niveau de vie des plus pauvres mais par une réduction du niveau de vie des plus riches. Le système est plus "égalitaire" mais ne peut être considéré comme satisfaisant puisque la situation des plus pauvres ne s’est pas améliorée.

Le résultat est que l’objectif recherché, la lutte contre la pauvreté, n’est pas atteint. On peut se targuer politiquement d’avoir "réduit les inégalités" mais dans la vie réelle, personne n’en profite. Car, comme cela était évoqué plus haut, la fiscalité ne s’est attaquée qu’à la tentative de redresser une situation existante plutôt que de s’attaquer à son fait générateur: le manque de croissance. Sans croissance, les chômeurs ne retrouvent pas d’emplois, les revenus des moins qualifiés ne font que stagner, et seuls les revenus des mieux qualifiés progressent encore.

Depuis 30 ans, la France compense son manque de croissance par une fiscalité de plus en plus lourde afin de contenir le développement des inégalités. Pourtant, seules de véritables politiques de croissance et de plein emploi pourront permettre de traiter les causes du phénomène.  Ce qui aura également pour effet de rendre le traitement fiscal moins douloureux pour l’ensemble de la population.

Si Thomas Piketty ne réclame évidemment pas d’imposer plus fortement le travail, mais le capital, il focalise bien trop son analyse sur une vision fiscale. Si l’objectif est bien de rétablir un équilibre entre travail et capital, afin de contrer la dynamique favorable au "capitalisme financier", la fiscalité ne pourra réparer que marginalement les dégâts. Pour un coût très élevé. Mais la dynamique qui conduit à ce déséquilibre ne découle pas d’un mystère insondable, elle est d’abord le résultat d’une politique macroéconomique de lutte exclusive contre l’inflation. En agissant de la sorte, le capital est porté au pinacle et Le travail n’est alors plus qu’un accessoire.

A lire également, le nouveau livre de Nicolas Goetzmann : Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 20/11/2014 - 15:41
valencia77
ever heard of natural selection? You are doing it all wrong.
vangog
- 20/11/2014 - 13:27
Ça, c'est une nouveauté!
La fiscalisation et la redistribution...en bref, le traitement socialiste de la pauvreté: un vrai désastre dans toutes ses dernières déclinaisons dans l'histoire!...
Non, seul le traitement par anticipation de la pauvreté par la distribution libérale des richesses et émulation par le haut, est possible et viable. L'histoire et l'expérience ont montré, aux dépens des hommes, que le socialisme n'est pas viable...mais les hommes sont si aveugles et si faciles à manipuler par les social-démagogies!
Benvoyons
- 20/11/2014 - 10:54
Il y a une chose qu'il faut prendre en compte: les plus riches
en France sont plus riches car ils ont des Sociétés qui exportent et des Sociétés à l'étranger. Donc pour faite une évaluation dans la France il faudrait prendre en compte l'augmentation de la richesse du au patrimoine économique que Franco Français et non pas du par l'extérieur de la France. Là vous allez voir une perte du plus riche ou que cela reste égale. Donc finalement l'augmentation de richesse de l'extérieur de la France profite à la France par l'impôt quand le riche reste en France. Donc finalement suivant le régime fiscal que veut faire Piketty et bien tous les riches vont quitter la France et donc la France Fonctionnaire fabriquera de plus en plus de pauvres. Mais bon c'est la vision Socialo Marxiste pour eux les Fonctionnaires ( la Haute pas la basse) (qu'il ne faut surtout pas toucher d'un cheveux) et bien il est plus facile d'obtenir des voies avec des assistés et donc il faut en fabriquer un maximum. Le nivellement par le bas comme pour l’École de la République ne sert qu'à cela .