En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 51 min 22 sec
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 9 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 31 min
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 5 heures 42 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 9 heures 20 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 22 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 26 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 48 min
© Reuters
Selon Jean-Christophe Fromantin,"Le centre, ça n’est pas se situer dans un équilibre droite-gauche".
© Reuters
Selon Jean-Christophe Fromantin,"Le centre, ça n’est pas se situer dans un équilibre droite-gauche".
Mise à jour du logiciel politique

JC Fromantin : "Le centre ça n’est pas se situer dans un équilibre droite gauche ni un consensus tiède comme celui de François Bayrou"

Publié le 21 novembre 2014
A l'occasion de la sortie de son dernier livre," La France réconciliée", Jean-Christophe Fromantin nous fait part de son diagnostic sur les fractures entre les élites politiques et l'électorat. Selon lui, le centre ne doit plus se contenter d'une attitude médiatrice entre deux partis mais incarner une véritable vision pour la France.
Jean-Christophe Fromantin est Maire de Neuilly-sur-Seine depuis 2008 et député des Hauts-de-Seine depuis 2012. Entrepreneur dans le secteur du commerce international, il a créé plusieurs sociétés et il est l’un des rares chef d'entreprise à siéger à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Christophe Fromantin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Christophe Fromantin est Maire de Neuilly-sur-Seine depuis 2008 et député des Hauts-de-Seine depuis 2012. Entrepreneur dans le secteur du commerce international, il a créé plusieurs sociétés et il est l’un des rares chef d'entreprise à siéger à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la sortie de son dernier livre," La France réconciliée", Jean-Christophe Fromantin nous fait part de son diagnostic sur les fractures entre les élites politiques et l'électorat. Selon lui, le centre ne doit plus se contenter d'une attitude médiatrice entre deux partis mais incarner une véritable vision pour la France.

Atlantico : Dans votre livre "La France réconciliée" vous proposez de nombreuses propositions "afin de changer le logiciel politique". Comment diagnostiquez-vous les fractures que vous dénoncez, principalement entre les partis politiques et le peuple ? Une plus grande collégialité n'est-elle pas justement à l'origine d'un affaiblissement de la représentation des différentes sensibilités électorales ?

Jean-Christophe Fromantin : La politique a trop souvent recherché le plus petit dénominateur commun. Pourtant, l'attitude qui consiste à essayer de convenir à tout le monde est contraire à l'ambition politique qui doit se positionner comme une démarche pleinement engagée. Un projet politique doit être fort et innovant, risqué en somme. Or, ce que je note c'est que les politiques sont de moins en moins engagés.

Comment ce phénomène s'illustre-t-il ?

La majorité des expressions politiques aujourd'hui relèvent davantage de la réaction, de l'émotion ou du court terme. La mondialisation ou l’Europe, par exemple, sont trop souvent des boucs-émissaires plutôt que des nouvelles échelles à intégrer dans un projet politique  … Nous nous retrouvons donc davantage dans une politique qui subit, qui ajuste, que dans une politique qui propose une véritable vision.

A l'une des questions fondamentales de notre séquence politique, à savoir - quelle position adopter face à la mondialisation ? - la droite comme la gauche n'apportent pas de réelles perspectives. La droite se cantonne le plus souvent à occuper le terrain des thématiques populistes, là où il y a le plus d'échos, alors qu'elle devrait décrire son projet pour la France.

Est-ce d'après vous pour cette raison que le terrain de la vision politique à long-terme est aujourd'hui investie par les intellectuels, comme Alain Finkilekraut, Eric Zemmour, ou encore Emmanuel Todd ? Qui souhaitent renouveler les systèmes politiques ?

Les intellectuels sont aussi des politiques, c’est important qu’ils s’engagent. Mais à bien y regarder la politique gravite en réalité autour des corporatismes, des syndicats et des contre-pouvoirs. Elle se fait également dans les think-tanks, ou dans les grandes entreprises qui rythment de plus en plus la vraie politique économique et celle de l'emploi. Cet écosystème périphérique à la politique occupe de plus en plus le terrain des idées, des projets et de l'action, et engendre une perte de crédit des politiques, sensés occuper ce rôle. Le politique devrait être l'aiguillon d'une pensée, d'un projet. Quand par exemple l’Etat délègue le dialogue et la négociation sociales aux partenaires sociaux plutôt que de prendre ses responsabilités avec de grandes réformes de structures – comme l’ont fait les Allemands dans le cadre des réformes Hartz – on peut alors douter de son efficacité à engager la France sur une réelle trajectoire d’avenir.

Où se situe donc le problème dans la chaîne entre les idées novatrices, et leur incarnation par les politiques ? Se résume-t-il à un manque de courage de la part de ces derniers ? -          

La racine de ce problème tient au fait que les partis politiques ne sont plus des lieux de réflexion et de décision pour un construire un avenir collectif et une perspective de bien commun, mais des espaces où on assure la pérennité des carrières. On m'a trop souvent dit que l'objectif d’un parti n'était pas de faire un projet, et que je n'étais pas suffisamment "politique". Or je ne peux me résoudre à imaginer que le débat de fond appartienne à d’autres et que les partis gèrent des carrières. Arrêtons de penser la politique comme un métier, réhabilitons le sens de l’engagement. Faire de la politique de façon professionnelle ne veut pas dire devenir un professionnel de la politique. C’est à cette condition qu’on retrouvera les valeurs d’audace et de courage.

Pour en revenir au centre, ne pensez-vous pas à contrario que c'est le rejet du bonapartisme qui écarte toute incarnation d'un projet ?

Il y a clairement une ambiguïté que je dénonce, celle de se situer dans un équilibre droite-gauche, un consensus tiède que l'on retrouve dans les positions de François Bayrou par exemple. Or le centre a une ligne extrêmement claire, issue de la démocratie chrétienne, qui comporte trois marqueurs fondamentaux que sont le territoire, la base de départ de tout projet politique pour réorganiser l'Etat et les institutions dans un esprit de subsidiarité ; l'entreprise qui est le moteur de l'économie ; et la famille qui est un élément fondamental pour une construction humaine comme politique ; sans oublier la perspective européenne comme un formidable médiateur entre la France et la mondialisation.

Ces marqueurs-là nous dissocient véritablement de l'UMP et du jacobinisme sous-jacent à son identité. L'UMP est une autre droite, et nos deux formations proposent des solutions différentes bien que souvent compatibles.

En quoi peut-on dire que nos entreprises et nos territoires peuvent s'adapter à l'économie mondialisée ? Dans un contexte économique difficile, comment les Français pourraient ne plus percevoir la mondialisation comme un double risque, à la fois économique et social ?

Si on prend conscience des atouts de notre identité et de l'appétence du monde pour notre pays, alors les Français comprendront que la mondialisation est aussi une chance. Les nouveaux consommateurs des pays émergents, future classe moyenne mondiale, sont les grands moteurs de la croissance. La France est toujours classée dans les trois premiers pays qui les intéressent en termes de culture, de façon de vivre, de marques… Quand on vit dans un pays qui porte naturellement autant d'atouts, on n'a pas le droit de se plaindre et de ne pas tout mettre en œuvre pour réussir. Nous devons fertiliser nos atouts en permanence. C'est d'ailleurs tout le sens du projet que je porte d’une candidature de la France à une exposition universelle de 2025, pour mobiliser les entreprises, innover et valoriser nos savoir-faire

Comment notre société peut-elle placer les jeunes au cœur de son projet d'avenir malgré la défiance exprimée à son égard ?

Les jeunes ont besoin d’engagements forts et d’ambitions. Quel est le regard qu'ils ont aujourd'hui sur le débat politique, fait de tensions, de haines et de petits combats ? Quand on a 20 ans, on rêve de valeurs, d'absolu, de grands projets. Et quand ils voient nos élites politiques se battre sur des affaires qui se succèdent semaine après semaine, ils ont de quoi être effaré par cet égoïsme et ces chamailleries politiciennes. La politique ne les fait pas rêver. Ils préfèrent donc aller là où il y a un regard optimiste sur l'avenir.

Dans l'histoire économique, on voit qu'à certains moments la France détenait vraiment cette foi en l'avenir, cette envie de rayonner comme au XIXème. Aujourd'hui, quelle est l'ambition collective de la France ? Il n'est pas exagéré de penser qu'elle est nulle.

J'ai été extrêmement marqué, comme je le décris dans mon livre, par cette séquence menée avec 500 jeunes sur l'exposition universelle. Nous leur avons dit : "Si la France a une ambition pour 2025, c'est à vous de la gérer". L'énergie dégagée était formidable ; ces centaines de jeunes universitaires ou issus de grandes écoles se sont penché sur l'avenir de la France pendant plusieurs mois et ont fait des propositions extraordinaires.

Je crois qu'il faut dessiner d'une perspective non pas autour des partis mais autour de projets. 90% des Français se méfient des partis, offrons-leur plutôt de participer à la réalisation d’un projet pour la France. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 17/11/2014 - 18:59
Je trouve ce gars la tres interessant.
Un homme neuf, jeune, avec des idées neuves, et avec surtout un mental de gagneur et un parcours impressionnant, il va falloir le suivre.